Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

L'initiation

30 Juin 2012 , Rédigé par Dr Berchtold Beaupré Publié dans #symbolisme

Wer bist du, der des Wanders Hers

Mit unbekannten Grau'n durchströmt,

Sain Haar ihm leite sträubt ?

O Hain der Isis, Lieblingssitz

Der hehren Göttin, Heiliglhum

Der Vorwelt, sey gegrüsst !

 

Qui es-tu ? A ton aspect le pèlerin éprouve un secret effroi, un léger frisson. O bocage d'Isis, demeure chérie de l'auguste déesse, sanctuaire des temps antiques, je te salue !

 

Le temple du mystère se cache dans cette forêt, dont parle Dante Alighieri :

 

Nel mezzo del cammin di nostra vita,

Mi ritrovai per una selva oscura,

Che la diritta via era smarrita.

A ! quanto a dir qual era cosa dura

Questa selva selvaggia ed áspera e forte

Che nel pensier rinnova la paura !

Tanto era amara, che poco e piu morte.

 

Il est sans fenêtres et sans lumière ; à l'heure même, où le soleil atteint son zénith, rien n'y dissipe la nuit profonde, rien n'en trouble le silence solennel.

 

Une foule de curieux gravissent les hauteurs escarpées, qui l'entourent, et cherchent les sentiers, qui y conduisent. L'écho seul répond à leur voix.

 

Une porte couverte d'arabesques, encadrée de symboles et de citations apocalyptiques, s'ouvre à de rares intervalles à quelque visiteur privilégié.

 

C'est que là sont renfermés les secrets cabalistiques, les arcanes d'outre-tombe et la clé des sciences occultes. Là trône encore l'oracle terrible, qui, dans les anciens jours, répondit au fils de Laïus : puisses-tu, ô mortel téméraire, ne jamais apprendre qui tu es !

 

Mais au rebours du sphynx thébain, que ce prince vainquit et qui proposait des énigmes aux passants, celui, qui garde le temple du mystère est éternellement muet.

 

La loge maçonnique se pose en pavillon éclairé de ce ténébreux palais, et le Vénérable en légitime héritier des Eumolpides. Hiérophante moderne, il se charge d'instruire ceux qui aspirent à l'initiation.

 

L'imagination est vivement frappée, lorsqu'on entre dans une loge. Son ornementation bizarre, ses décors étranges, la disposition des meubles, la grande variété des emblèmes, les images d'un passé monumental, tout y éveille l'attention, excite la curiosité et dispose au recueillement. Une sublime poésie, un charme mystique répandu sur chaque objet, de vagues mais ravissantes harmonies, remplissent cette enceinte mystérieuse consacrée à la paix.

 

A l'attrait du mystère se joignent les appréhensions de l'inconnu, l'attente de révélations suprêmes et le pressentiment d'une vie nouvelle, dont les perspectives se perdent dans l'infini. On croit respirer les tièdes brises de l'Orient avec ses parfums qui donnent le vertige ou l'encens, qui brûlait dans ses temples. On éprouve le saisissement du voyageur, qui pénètre pour la première fois dans les salles des pyramides ou dans l'oratoire d'un pastophore. C'est une aspiration confuse. L'imagination se repait des plus ravissantes chimères et l'on se croit transporté dans la sphère vaporeuse des rêves.

 

Le profane va enfin sortir du flot fangeux des petits intérêts et des égoïsmes mesquins. « Il va contempler hors de lui ce monde, qu'il s'était fait au-dedans de lui, au foyer de l'inspiration. Le besoin d'être compris et d'échanger son cœur, ce besoin, qui était devenu pour lui une condition impérieuse de l'existence, va enfin être satisfait (4) ». C'est un monde nouveau, dont on va lui ouvrir les portes. Il trouve, à sa grande surprise, en pleine construction, l'édifice grandiose, dont il avait conçu l'idéal et de nombreux ouvriers, qui en ont déjà posé les assises. Il aura sa tâche assignée. On va mettre entre ses mains les outils nécessaires et lui en faire connaître la destination morale. C'est là, qu'il pourra jeter une surabondance de vie, qui déborde ; c'est dans ce moule qu'il pourra couler la substance divine, dont il s'est nourri. Inondé de magiques reflets, il frémit d'enthousiasme à l'idée de tout ce qui lui est promis ; car il entre dans la communion des voyants et ces promesses lui sont faites dans une langue, que le monde n'entend pas. Il attend des révélations graves et l'éclosion pacifique d'une ère nouvelle. Il était dans les ténèbres et la lumière va luire. En un mot, il va être initié.

 

Initiation ! Mot plein de magie ! Que ton sens est profond, ton harmonie séduisante, ta portée lointaine! Tu renfermes à la fois le vague dans l'expression et l'inconnu dans les choses. Sous cette double fascination qui captive les âmes, chacun met ce qu'il désire et ce qu'il imagine. Rien n'égale la puissance de ce prestige : c'est celui de l'inconnu et le néophyte plonge avec extase dans les perspectives sans limites, qui lui sont ouvertes.

 

Malheureusement l'initiation est aussi un appât pour les instincts et les natures dépravées. Primer par la possession de connaissances privilégiées, les faire servir à l'assouvissement de passions brutales, au triomphe d'un parti, d'une secte, d'un système, de l'ambition ou bien profiter sans pudeur des avantages matériels de l'association, tels sont souvent les ignobles et criminelles intentions, qui conduisent un profane devant les portes interdites.

 

Source : Isis ou L'Initiation Maçonnique

Partager cet article

Commenter cet article