Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

L'Ordre et la Bienfaisance

19 Août 2012 , Rédigé par Grand Aumônier GPDG Publié dans #Planches

La Divine Providence, qui gouverne toutes choses et fait concourir à l'accomplissement de ses desseins même les entreprises des impies, a, l'année passée, précisément de cette façon, rendu au Régime Écossais Rectifié sa liberté et, par conséquent, son intégrité, son authenticité et sa dignité d'Ordre.  

Cependant, le retour du Régime à ses origines ne peut pas, ne doit pas être seulement de nature institutionnelle et structurelle. Ce doit être un retour à son inspiration première, à son esprit primitif et il est désormais de sa pleine et entière responsabilité qu'il en soit ainsi. Nous, et nous seuls, serons responsables, et comptables devant Dieu,de ce que nous, et nous seuls, ferons de 

l' Ordre. Quel est cet esprit primitif ? Le titre même choisi pour j'ordre par ses fondateurs l'indique de la façon la plus nette. Ce titre, en vérité, est double : Ordre Bienfaisant des Chevaliers Maçons de la Cité Sainte, et Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte.

I' Ordre est bienfaisant, ses Chevaliers sont bienfaisants. C'est leur titre distinctif. et c'est aussi celui des Francs‑Maçons, membres de la classe symbolique de l'Ordre. Dans le catéchisme ou instruction par demandes et réponses pour le grade d'apprenti Franc‑Maçon on lit :  

« Comment un Franc‑Maçon doit‑il se distinguer des autres hommes ?

‑ Par une bienfaisance active et éclairée, par une façon de penser noble et élevée, par des moeurs douces et une conduite irréprochable. » et à peine est‑il besoin de rappeler que la Règle Maçonnique consacre à la bienfaisance les cinq paragraphes de son article V  

I' Ordre est bienfaisant, disais‑je. Il l'est par nature. C'est, est‑ il dit au Chevalier nouvellement armé, un « Ordre de bienfaisance et de lumière ». Pour l'Ordre, ne pas pratiquer la bienfaisance, c'est se dénaturer, s enfoncer dans la voie ténébreuse du reniement de soi‑même.  

Le Chevalier, lui, est bienfaisant par état. Pour lui, ne pas pratiquer la bienfaisance, c'est déroger, c'est perdre la noblesse d'âme qui qualifie son état.  

Le Franc‑Maçon, enfin, est bienfaisant par devoir d'apprentissage : il apprend la bienfaisance comme le reste. Pour lui, ne pas le faire, c'est comme redevenir profane.  

Mais qu'est‑ce donc que la bienfaisance, pour être à ce point essentielle à l'Ordre et à ses membres ?  

Au Convent de Wilhelmsbad, en sa deuxième séance, celle du 29 juillet 1782, Henri de Virieu présenta, sur l'ordre du prince Ferdinand de Brunswick, un Mémoire sur les idées que l'Ordre doit attacher au terme de bienfaisance. On sait qu'Henri de Virieu, en dépit de son jeune âge (28 ans à l'époque), était un des collaborateurs les plus actifset les plus dévoués de Willermoz et un de ses hommes de confiance.  

Son mémoire reçut le meilleur accueil du Convent, qui l'adopta, ordonna qu'il fût joint aux Actes, en même temps que le Projet de Chapitre pour le nouveau Code maçonnique     qui en reprenait la substance. Ces deux documents constituent les pièces 95 et 96 des Actes du Convent.  

Ecoutons donc Virieu :  

« Il s'agit de fixer invariablement le véritable sens que l'Ordre doit attacher au terme de bienfaisance, qui est le cri universel et le point de ralliement de tous les Francs‑Maçons. Tous en effet s'en servent également, tous en font la base de leurs systèmes, tous veulent qu'elle dirige également et les formes et les actes de notre institution. Mais faute de s'être entendu sur la véritable signification de cette expression, quoique tous aient en apparence le même objet, tous varient dans, les applications, et presque tous, se bornant à des points de vue particuliers d'une chose qui ne devait être considérée que dans son ensemble le plus vaste, se sont renfermés dans des sphères trop  rétrécies, d'où il est résulté une multitude de systèmes différents sur la manière dont l'Ordre doit diriger ses travaux. Tous ces systèmes, occupés uniquement à propager les branches particulières de la bienfaisance qu'ils prennent pour son véritable tronc, sont susceptibles d'être conciliés facilement lorsqu'on cessera de particulariser ce qui doit être général, lorsqu'on ne bornera plus le sens d'un mot destiné à exprimer une vertu dont l'essence est d'être sans bornes, comme l'amour de l' Être éternel pour toutes les créatures, qui en est le principe. »  

Retenons d'emblée ceci la bienfaisance est illimitée, parce qu'elle procède de l'amour divin, qui est lui‑; même illimité.  

Poursuivons :  

« Ce n'est point dans des discussions académiques ni grammaticales que nous devons chercher la; solution qui nous occupe. C'est au fond du coeur que doit exister l'image qu'il s'agit d'exprimer.  Lui seul doit juger si le tableau est conforme au modèle, et si, après avoir entendu ce mémoire, le coeur, satisfait des idées qu'il renferme, se sent entraîné, leur donne son approbation, il ne faut pas aller plus loin : la question est décidée, et un Ordre aussi complètement voué à faire le bien ne peut hésiter à adopter un sens qui lui ouvre la carrière la plus vaste pour remplir de la manière la plus étendue qu'on puisse concevoir son objet sacré. »  

Retenons encore ceci : la vocation de l'Ordre est de faire le bien, et cette vocation est sacrée.  

Poursuivons encore :  

« La vertu qu'on nomme bienfaisance est cette disposition de l'âme qui fait opérer sans relâche en faveur des autres le bien, de quelque nature qu'il puisse être. Cette vertu embrasse donc nécessairement un champ immense, car son essence étant d'opérer le bien en général, tout ce que l'esprit peut concevoir de bien dans l'univers est de son ressort et doit être soumis à son action. C'est de cette manière que l'homme doit envisager et pratiquer la vertu par laquelle il se rend le plus semblable à son principe infini dont il est l'image, ce principe de bonté qui, voulant sans cesse le bonheur de toutes ses productions sans exception, agissant sans cesse pour le procurer, est ainsi éternellement et infiniment bienfaisant.

Telle est donc l'idée que l'on doit se former de la bienfaisance, qu'elle doit s'étendre sans exception à tout ce qui peut être véritablement bon et utile aux autres, qu'elle ne doit négliger aucun des moyens possibles de l'opérer. Celui qui se borne à donner des secours pécuniaires à l'indigence fait à la vérité un acte de bienfaisance, mais ne peut légitimement obtenir le titre de bienfaisant ; non plus que celui qui croit avoir satisfait à tout en protégeant l'innocence, ou celui qui se réduit à soulager ses Frères souffrants, ou même celui qui dans un ordre bien supérieur ferait consister toute sa bienfaisance à éclairer et instruire ses semblables.

Car tous ces biens pris séparément ne sont que des rameaux divers du même arbre, qu'on ne peut isoler sans les priver de leur vie. Mais celui‑là seul mérite véritablement le titre de bienfaisant, qui, pénétré de la sublimité de son essence, considérant la grandeur de sa nature formée à l'image et à la ressemblance du principe éternel de toute perfection, l'oeil fixé sur cette source infinie de toute lumière, de tout bien, pour l'imiter et accomplir ainsi les devoirs sacrés qui lui sont imposés par sa nature, sent que, de même que la bonté éternelle embrasse tous les êtres, tous les temps, tous les lieux, de même la bienfaisance, qui n'est que la manifestation de la bonté, doit être sans bornes ; que créé à l'image et à la ressemblance divine, il viole sa propre loi lorsqu'il oublie le devoir d'imiter sans relâche son modèle et qu'il ne manifeste son existence à tous les êtres que par ses bienfaits. »  

Voilà. I' essentiel est dit, cet essentiel qui est l'essence de notre Ordre parce qu'elle est l'essence de notre être.  

Nous sommes, tout un chacun, créés à l'image et à la ressemblance divine. L' image perdure en chacun de nous en dépit de la chute, mais nous avons à ré‑acquérir, à reconquérir la ressemblance à l'image, la déiconformité. Tel est l'objet et le but que l'Ordre s'assigne : nous en procurer, le Christ aidant, et en coopération avec son Église, les moyens, par les secours que la Divine Providence nous a elle‑même ménagés : l'initiation maçonnique chrétienne, l'action chevaleresque chrétienne.  

Dieu est amour. La bienfaisance est la modalité pratique de la charité, cette vertu divine, la plus sublime de toutes, et qui subsisterait seule si toutes les autres disparaissaient ‑ comme nous l'enseigne l'apôtre Paul (au chapitre XIII de la première épître aux Corinthiens). La charité est le canal de toutes les grâces, pour celui qui la pratique comme pour ceux envers qui il la pratique. Oui, la charité, cette disposition du coeur spirituel, et la bienfaisance, qui en est le bras armé, sont le seul vrai moyen de nous faire les imitateurs de notre Divin Maître et Seigneur, auteur de toutes grâces. Elle est un moyen de déification. Voilà pourquoi la bienfaisance restaure notre nature essentielle, et que ne pas la pratiquer est un crime contre nous‑mêmes.  

« Charité bien ordonnée commence par soi‑même ». je dirai que l'Ordre, dans son action, doit être cette charité bien ordonnée qui commence par soi‑même, se répand abondamment sur autrui, et retourne à Dieu qui en est la source, en nous amenant ‑ ou nous ramenant ‑ dans son intimité dont nous nous sommes nous‑mêmes chassés.  

La bienfaisance ne doit donc pas être désordonnée, « particularisée », comme dit Virieu, ni circonstancielle, elle doit être générale, permanente et coordonnée. Elle doit être conduite en ordre, dans l'Ordre et par l'Ordre. C'est ce qu'exprime Virieu avec une grande fermeté :  

« C'est donc s'abuser profondément que d'accorder le titre général de bienfaisance à des actes particuliers de cette vertu dont l'essence est d'embrasser sans exception tous ceux qui peuvent tendre à faire le bien de l'humanité.

Notre Ordre respectable ayant pour objet la manifestation de cette vertu, n'en doit pas plus borner les applications que le sens : rien de ce qui peut être utile à l'humanité, sans en excepter ses propres membres, qui sont les premiers appelés à recueillir les fruits précieux de l'institution qui les unit, ne doit lui être étranger, et sa devise générale devrait être : Boni nihil a me alienum puto ‑ « j'estime que rien de ce qui est bien ne m'est étranger ».

Cessant donc de morceler la bienfaisance, ainsi qu'on l'a presque toujours fait, de la diviser en une infinité de branches isolées, et par conséquent de l'affaiblir, de la dégrader, réunissons au contraire toutes celles qu'il est possible de concevoir pour en former la bienfaisance générale de l'Ordre. Répandu ou destiné à se répandre sur toute la surface de la terre, possédant dans son sein des membres de tous les rangs, de tous les états, de tous les pays, réunissant ainsi ou susceptible de réunir au plus haut degré tous les genres de connaissances, de talents et de moyens, gardons‑nous d'atténuer les résultats qu'on doit attendre d'une si grande combinaison de forces ; que la bienfaisance universelle de l'Ordre, uniforme dans son principe, c'est‑à‑dire active, éclairée et fondée sur l'amour le plus ardent de l'humanité et le respect le plus profond pour les lois du Grand Architecte de l'Univers, soit dans ses applications aussi variée que les besoins de l'humanité. Que toutes les parties de l'Ordre et tous ses membres s'accordent simplement à donner sans cesse l'exemple pratique de la vertu, de l'attachement et du respect pour la divinité et ses lois, du patriotisme, de la soumission au Souverain et aux lois, en un mot : de toutes les vertus religieuses, morales et civiles, parce que cette manière d'être utile à l'humanité, en même temps qu'elle est la" plus efficace, est universelle et n'admet aucune exception ni pour les temps, ni pour les lieux, ni pour les circonstances. Quant aux biens particuliers que notre institution peut répandre sur lai famille humaine, qu'ils dépendent des moyens, des facultés, des circonstances, des localités de' chaque établissement et de chaque individu.

Que dans un lieu nos établissements fondent des moyens de soulager les pauvres et les malades, que dans un autre ils ouvrent des asiles à l'indigence et à la vieillesse, qu'ici l'on élève des orphelins, que là on établisse des écoles où chacun puisse apprendre ce qu'il doit à Dieu, à son Souverain, à sa patrie, à ses frères, à lui‑même ; où l'on puisse cultiver et favoriser tous les genres de connaissances~ utiles au bonheur de l'humanité et capables de porter les hommes au bien et à la vertu ; que chaque: établissement, chaque individu soit certain d'avoir rempli les vues de l'Ordre lorsque, suivant sa. situation et ses moyens, il aura accompli dans sa sphère le genre de bien qui aura pu y être de la, plus grande utilité. En un mot, je le répète, qu'aucun genre de bienfaisance ne nous soit étranger , que ce soit là le lien commun qui réunisse toutes les parties de l'Ordre, que quels que soient les. systèmes que l'on pourra adopter ailleurs, ils aient tous ces principes pour base immuable, et pour, objet premier fondamental inaltérable de faire à l'humanité le plus de bien possible, dans le sens le, plus étendu que l'esprit peut concevoir. »  

Beau programme, me dira‑t‑on, mais comment faire, démunis comme nous sommes ?  

Eh bien, démunis, nous ne le sommes que relativement à notre société qui, même si, hélas, elle compte un nombre croissant de pauvres, dans son ensemble est riche.  

Mais je rentre d'un voyage en Afrique, et là on est témoin de ce qu'est la misère totale. Or la différence de niveau de vie est telle que 10 de nos francs produisent là‑bas un effet équivalent à 1.000 francs, que leur capacité est centuplée, ce qui nous met à même d'agir avec une efficacité réelle.  

Je veux donc vous donner une consigne : tous ceux qui en ont la possibilité, qu'ils recensent les établissements tenus ‑ ceci est important ‑ par des congrégations religieuses, de quelque confession qu'elles soient : dispensaires, écoles, maternités, orphelinats, etc., qu'ils communiquent ces adresses au Grand Porte‑Bannière (qui est en charge, comme vous savez, des actions de bienfaisance), ainsi qu'à moi-même, afin qu'ensuite, en Conseil National, nous fassions une sélection de ceux que nous pourrions aider d'une façon permanente. C'est un objectif que nous devons avoir rempli d'ici l'année prochaine.  

J'ai ici le programme d'action d'une Grande Loge étrangère qui vient en aide de cette façon permanente à quatre institutions : un centre de soins pour enfants et adolescents souffrant de maladies chroniques graves ; un foyer d'enfants victimes de maltraitance ; un service hospitalier d'oncologie pédiatrique (c'est -à‑dire pour enfants cancéreux) ; enfin un home d'enfants dont la santé et la moralité sont en danger à la suite de carences parentales. je vous l'avoue, lorsque j'ai reçu ce prospectus, J'ai admiré ‑ et j'ai eu honte ! Nous devons agir ; il est temps, il est grand temps !  

Autre chose : je ne pense pas être désavoué par le Grand Maître et le Député Maître Général en vous donnant consigne d'appliquer effectivement et à la lettre ce que dit le rituel de banquet concernant la dîme, c'est‑à‑dire que la dixième partie des frais de banquet doit être mise de côté pour les pauvres. je sais que des Loges le font déjà, mais désormais toutes doivent le faire. et nous les solliciterons pour aider à financer les actions dont j'ai parlé plus haut.  

Bien entendu, il y a aussi les quêtes lors des tenues et des chapitres recueillies dans ce qu'on appelle, justement, le tronc de bienfaisance. Toutes additionnées, elles peuvent constituer un moyen d'action efficace : les petits ruisseaux font les grandes rivières.  

Enfin ‑ et ceci est de l'ordre du symbole, mais j'y tiens ‑ je demande aux chefs de l'Ordre d'accepter que, dans le Livre d'Or de notre Ordre qui va être constitué à partir du Code des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte et du Code Maçonnique, soit inclus en annexe, conformément à la décision du Convent de Wilhelmsbad, ce chapitre supplémentaire sur la bienfaisance approuvé par lui ‑ décision que les malheurs des temps ne permirent pas d'exécuter. je souhaite aussi que ce chapitre soit lu une fois l'an dans les Loges .et fasse l'objet des réflexions des Frères ‑ et les incite à agir.  

Comme l'apôtre Paul aux Corinthiens, j'ai envie de vous dire :  

« De même que vous excellez en toutes choses, en foi, en parole, en connaissance, en zèle à tous égards, et dans votre amour pour nous, faites en sorte d'exceller aussi dans cette oeuvre de bienfaisance. je ne dis pas cela pour donner un ordre, mais pour éprouver, par l'exemple du zèle des autres, la sincérité de votre charité ». (2 Corinthiens 8/7‑8)  

Quant à ma conclusion, je l'emprunterai elle aussi à Henri de Virieu, Eques a Circulis  

« C'est ainsi que l'Ordre doit envisager le sens du terme de bienfaisance. C'est ainsi qu'en l'adoptant dans la plus grande étendue dont il soit susceptible, cet Ordre si répandu, si éclairé doit se tracer une carrière de bienfaisance, aussi vaste que le principe vivant dans lequel cette vertu prend sa source, principe qui n'est, je le répète, que cette bonté, cet amour infini du Grand Architecte de l'Univers pour toutes ses créatures, que tout homme, né à l'image et ressemblance divine, est tenu d'imiter, et dont il trouve au fond de son coeur de si délicieuses récompenses lorsqu'il est fidèle à cette loi imprimée si profondément dans tout son être. »

 Johannes Franciscus a Tribus Liliis , G.C.C.S.

Source : www.ordre-de-lyon.com

Partager cet article

Commenter cet article