Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La Confédération maçonnique de France

21 Juin 2013 , Rédigé par X Publié dans #histoire de la FM

Le Myosotis Lutèce soutenant l’initiative de la Confédération Maçonnique de France a souhaité reproduire un article du blog « Pierres Vigilantes » qui présente une analyse sur les tenants et aboutissants de la création de cette plate-forme.

Rappelons que celle-ci était au cœur de la Déclaration de Bâle des 5 Grandes Loges européennes comme le rappelle nos Frères.

Demain, la Franc-Maçonnerie française risque d’avoir un tout autre visage que la caricature que l’ex-GLNF a laissé dans les esprits ! Tant mieux pour l’image de la Franc-Maçonnerie de Tradition…

RENDEZ-VOUS AVEC L’HISTOIRE

L’instant historique de la signature du Traité Fondateur de la Confédération Maçonnique de France a largement été décrit pour qu’il soit besoin de le narrer de nouveau dans les détails. Par contre, il nous semble important de tenter d'analyser les conséquences tant sur la Franc-maçonnerie française qu'au niveau international de cet évènement.

Le samedi 15 juin 2013, Marc HENRY, le Grand-Maître de la Grande Loge de France (GLDF) accueillait dans le cadre de son Convent, Jean-François BUHERNE, le Grand Maître de la Grande Loge Indépendante de France (GLIF), Jean DUBAR, le Grand Maître de la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra (GLTSO) et Dominique MOREAU, le Député Grand Maître de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française (GLAMF) remplaçant Alain JUILLET le Grand Maître, absent pour raison de santé.

Tous les participants à cette émouvante cérémonie ont certainement éprouvé une très grande Joie mêlée de fierté ; Joie de porter haut le symbole du renouveau du paysage maçonnique français et fierté d’avoir pu dépasser les difficultés et embûches qui ont parsemé le long chemin vers cette Confédération.

Pourtant, il n’aura fallu qu’une seule année entre la Déclaration de Bâle du dimanche 10 juin 2012 et la signature du Traité fondant la Confédération Maçonnique de France ce samedi 15 juin 2013 !

Une seule année qui a vu la chute de la maison Stifani et le retrait de la reconnaissance de la GLNF par la Grande Loge Unie d’Angleterre le 12 septembre 2012, processus venant parachever le retrait généralisé de toutes les Grandes Loges régulières de par le monde.

Une seule année qui a vu un formidable élan de fraternité se concrétiser par la consécration de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique française à Tours le samedi 28 avril 2012 !

Que se propose de réaliser les quatre Grandes Loges régulières ? D’une part, affirmer leur communauté de valeur et la convergence de la démarche spirituelle de leurs adhérents, dans le respect des particularités de fonctionnement de chacune d’entre-elle. D’autre part, conforter l’idée que la concrétisation d’une Franc-Maçonnerie universelle, dépassant les ambitions et les postures individuelles, est possible.

Pour la première fois en France, des Frères dépassent leurs différences pour œuvrer dans un cadre commun à la Gloire du Grand Architecte de l’Univers. Ce qui soude leur initiative et lui confère toute sa force, c’est tout simplement le respect des règles qui président au travail de toutes les Loges régulières tout autour de la terre. Ce sont d’ailleurs celles qui ont été inscrites dans l’Article 1 de la Confédération, à savoir :

*       Invocation du Grand Architecte de l'Univers

*       Présence en Loge des trois grandes Lumières: le Volume de la Loi Sacrée exposé et ouvert avec l'Equerre et le Compas

*       Souveraineté exclusive sur les grades symboliques

*       Indépendance vis-à-vis de toute structure maçonnique de Hauts-grades

*       Non- mixité dans les travaux rituels

*       Interdiction de discussions politiques ou religieuses

*       Caractère progressif et spirituel de la démarche maçonnique.

L’affirmation de ces valeurs par les Grandes Loges régulières signataires permet de rassembler dans une même dynamique des Francs-Maçons portés par la fidélité à la Tradition. Elle permet également de situer la démarche française dans un double mouvement qui la transcende : la convergence d’une Franc-Maçonnerie européenne et la modernisation d’une Franc-Maçonnerie ouverte sur le monde.

Il est du ressort des Frères des obédiences signataires de faire vivre concrètement la Confédération et cela passe par l’objectivation des articles 4 et 5. Rappelons-en la teneur :

*       Article 4 : Chaque Grande Loge reconnaît et respecte les pratiques, us et coutumes des autres Grandes Loges de la Confédération, notamment les valeurs morales et spirituelles ainsi que les rituels initiatiques qui sont les leurs et dont elle déclare avoir parfaite connaissance.

*       Article 5 : La Confédération s'engage à n'effectuer aucune intervention de nature à porter atteinte à l'indépendance et au fonctionnement de chaque Grande Loge signataire.

Grâce à cet acte fondateur, les Francs-Maçons réguliers français qui se reconnaissent dans une démarche fidèle à la Tradition s’ouvrent non seulement sur une nouvelle identité mais s’autorisent également à promouvoir l’échange dans le respect des différences de leur approche de l’Art Royal. Inenvisageable, il y a à peine un an encore !

Par ailleurs, la fondation de la Confédération Maçonnique de France est porteuse, nous l’avons dit, d’un mouvement de fond qui la dépasse. Grâce aux effets conjugués d’une part de la crise de la GLNF (eh, oui ! il faut savoir le reconnaître) et à son apoptose inéluctable et, d’autre part, de la réaction des Grandes Loges européennes (Allemagne, Autriche, Belgique, Luxembourg et Suisse) provoquant une réaction hexagonale dans le cadre de la création d’« une nouvelle plate-forme institutionnelle pour la Franc-Maçonnerie régulière en France », l’Europe maçonnique a pris date avec l’histoire.

Aurons-nous, dans les semaines et les mois à venir, des initiatives complémentaires à celle de la France, et des convergences entre Grandes Loges qui se côtoyaient jusqu’à présent avec une neutralité plus ou moins bienveillante vont-elles voir le jour ? Allons-nous vers une véritable Europe maçonnique, porteuse de valeurs communes et d’une richesse de rites inégalée dans le monde ? Pourrons-nous vivre prochainement cette utopie basée sur une « Fraternité sans frontières » dans l’enceinte d’un Temple où sera célébré non pas la division et les particularismes mais la communion (au sens de mise en commun, de renforcement) de l’Atlantique à l’Oural ? La Confédération s’est offert cette possibilité puisqu’avec l’Article 6 elle vise à promouvoir un dialogue avec l’ensemble des « Obédiences Maçonniques étrangères. »

Il reste à connaître le point de vue de l’Angleterre qui, sur l’ensemble du processus issu de la Déclaration de Bâle, de Berlin puis de Bruxelles (12 septembre 2012), n’a pas réellement pris position vis-à-vis de la dynamique continentale. Arc-boutée sur sa qualité de Mother Lodge, la GLUA a certes plus tenté de louvoyer que de prendre parti dans l’affaire du retrait de la reconnaissance de l’ex-GLNF. Mais, elle ne verrait sans doute pas d’un mauvais œil l’unification des Grandes Loges pourvu que l’Europe maçonnique conforte sa prééminence et lui octroie les honneurs dus à son rang… sauf que, l’Europe pourrait bien dicter, de fait, sa loi aux Grandes Loges qui seraient restées sur la rive en attendant la décrue du torrent GLNF !

D’autre part, pour peu que la Confédération Maçonnique s’en donne les moyens, elle peut aisément convaincre la Franc-Maçonnerie américaine de soutenir son projet. Nous voyons au moins deux raisons à cela : le principe d’universalisme (malgré l’histoire de ses origines et des penseurs qui ont présidé à sa constitution) et l’adaptation des valeurs traditionnelles maçonniques à l'évolution de la société sont plus ancrés (voire consubstantiels) dans les mentalités des Frères du Nouveau Monde. En promouvant une Franc-Maçonnerie d’ouverture et non d’exclusion ou d’ostracisme vis-à-vis de soi-disant minorités, la Confédération et par-delà, l’Europe maçonnique, serait motrice et co-animatrice d’une véritable modernisation de la Fraternité.

On le pressent, de grandes avancées semblent réalisables dans le monde maçonnique depuis le moment où les Grands Maîtres des Grandes Loges concernées ont décidé de signer le Traité Fondateur de la CMF.

Il n’en reste pas moins que c’est aux Frères et aux Loges de travailler sur ce projet, de pratiquer les inter-visites dans le cadre définie pour chaque Grande Loge, d’apprendre à mieux se connaître, à se parler sans arrière-pensées, à être tout autant promoteurs que contradicteurs… c’est sur le terrain que la Confédération prendra toute sa dimension.

Source : http://www.myosotislutece.org/article-la-confederation-ma-onnique-de-france-118624520.html

Partager cet article

Commenter cet article