Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La Coupe des Libations

11 Juin 2012 , Rédigé par J\ T\ Publié dans #Planches

Lors de l'initiation au premier degré le V :. M .‑. dit au récipiendaire, le bandeau qui couvre vos yeux est le symbole dans lequel se trouve l'homme dominé par ses passions et plongé dans l'ignorance de la superstition
Après avoir interrogé le profane sur son devenir en se présentant dans le temple il lui dit : si vous êtes admis parmi nous vous devez prendre la ferme résolution de travailler sans relâche à votre perfectionnement intellectuel et moral, après un instant de silence il demande au récipiendaire de s'engager à garder un silence absolu sur tout ce qu'il pourrait entendre et découvrir en F .‑. M .‑. ainsi que tout ce qu'il saura et verra par la suite, après une réponse affirmative du récipiendaire, il exige de lui un engagement formel pris sur la coupe des libations.

La coupe d'amertume.

Lors de l'initiation au premier degré, le récipiendaire reçoit une coupe dans laquelle a été versé un breuvage qui de doux d'abord, devient amer.
Le breuvage est lie à la coupe et la coupe symbolique se retrouve dans nombre de légendes mythologiques et particulièrement dans les légendes celtiques dites du cycle d'artus.
La légende du Graal est bien connue.
Le Graal est un vase qui servit au christ lorsqu'il célébra la dernière cène et c'est dans ce même vase que Joseph d'Arimathie recueillit le précieux sang qui découlait de ces plaies.

Breuvage d'amertume

Liquide versé dans la coupe du calice d'amertume lors de l'initiation, à certain rite la libation se fait en deux temps.
1) l'eau douce
2) l'eau amère

Il est possible que ce breuvage soit inspiré des herbes amères que la bible cite dans l'exode des hébreux hors d'Egypte .
L'exode est commémoré par l'office particulier de la pâque juive qui a lieu à la maison, la 1 er nuit de la pâque et répété la seconde nuit par ceux qui desservent le second jour comme un jour de fête, les herbes amères sont consommées entre deux morceaux de pains pauvres composé uniquement de farine et d'eau.

Extrait de la bible, 12,8 : la pâque : cette nuit là, on mangera la chair rôtie ; on la mangera avec les azymes ( pain sans levain )
9, 11 : la pâque c'est au second mois le quatorzième jours au crépuscule, qu'ils la Célébreront, ils la mangeront avec les azymes et les herbes amères.

L'amertume symbolise la privation et la frustration.

Dans la cérémonie de l'initiation on peut raisonnablement penser que par analogie, le breuvage amer doit rappeler la difficulté que présente le chemin de la vertu et que l'initié doit montrer qu'en surmontant son dégoût, il aura le courage de surmonter ses doutes et ses incertitudes afin de devenir un bon maçon.

Les cérémonies d'initiation sont présentes dans toutes les couches de la société et ceci depuis les temps les plus reculés et dans les domaines les plus divers.

Initier veut dire, apprendre les premiers éléments d'une connaissance à quelqu'un, lui ouvrir une voie nouvelle.
Ceci a été quelque peu détourné par la suite et pour beaucoup de personnes, initiation est devenue synonyme d'épreuves et on a de ce fait perdu les notions d'enseignement et de symbolisme. En fait, une initiation est une suite d'apprentissages donnés par l'intermédiaire d'une symbolique très forte.

Chaque initiation a ses formes particulières et cela peut aller de l'initiation des adolescents dans les peuplades d'Afrique jusqu'au bizutage cher à Mme Ségolène Royal dans certaines de nos plus prestigieuse école, en passant part le catéchisme qui est une forme

d'initiation à la religion catholique pour terminer par les sectes de toutes tendances.

Dans l'initiation maçonnique, le postulant maçon commence par mourir symboliquement de la vie de profane dans le cabinet de réflexion avant de recevoir la lumière et devenir apprenti maçon après avoir accompli les trois voyages de l'air, de l'eau et du feu.
Je me rappelle de mon initiation, la main rassurante du frère qui me guidait et les difficultés qui progressivement disparaissaient au fil des voyages avant d'arriver finalement à la lumière.

Au cours de cette initiation, le récipiendaire est amené à faire deux serments, le premier est de ne rien dire des épreuves subies par la suite et le deuxième qui est le serment maçonnique, de ne jamais révéler aucun secret de la Franc‑Maçonnerie et d'observer scrupuleusement les principes de l'ordre maçonnique.

C'est au cours du premier serment qu'intervient le calice d'amertume ou coupe des libations.

Serment vient du latin sacramentum, de sacrare, rendre sacré. Un serment est par conséquent quelque chose de sacré.

C'est une affirmation par laquelle une personne prend l'engagement de quelque chose vis à vis d'une ou plusieurs autres.
Tout le monde à l'esprit le célèbre serment d'Hippocrate qui, défini les obligations des médecins envers leurs confrères, leurs malades et la société.

Tout le monde connaît la force de ce serment et les difficultés et cas de conscience qu'ont certains médecins confrontés à des cas de forces majeures particuliers.

Boucher dans la symbolique maçonnique nous dit :
Le serment qui est une promesse solennelle devrait toujours comporter trois parties


L'invocation ( qui fait le plus souvent appel à une divinité ) comme garantie du serment, en l'occurrence, en Franc‑Maçonnerie, le Grand Architecte de l'Univers,

La promesse qui est l'objet du serment,

L'imprécation qui donne le châtiment auquel on consent à être soumis si l'on ne tient pas la promesse faite.
Dans le cadre du premier serment d'initiation, bien que moins marquées que lors du serment Maçonnique, ces trois parties sont à mon sens respectée

 L’invocation se fait sur l'honneur du récipiendaire quine peut pas encore invoquer le Grand Architecte,

La promesse c'est le silence absolu,

L'imprécation c'est l'amertume et le remord.

C'est, à la fin de ce serment que le Vénérable Maître demande pour le dernière fois au récipiendaire s'il désire se retirer.
Lors de la cérémonie d'initiation, le rituel du serment sur le calice d'amertume se passe en deux temps

D'abord, le récipiendaire tient le calice rempli d'eau pure de la main gauche avec la main droite posée sur le cœur.
Ces deux gestes simultanés symbolisent la pureté et la sincérité du récipiendaire qui, ayant déjà subi l'épreuve de la terre, laisse derrière lui sa vie de profane et ses métaux à la porte du temple et se présente de sa propre volonté, en pleine liberté, sans aucune suggestion.
Le récipiendaire boit alors une gorgée de la coupe des libations et prononce son serment.

( Il est à noter que la libation était une pratique religieuse de l'antiquité qui consistait à répandre une coupe de vin en l'honneur des dieux.)
Je ne vois pas à priori de rapport avec la Franc‑Maçonnerie.

Ensuite le Vénérable Maître qui prend acte de son serment lui demande de vider la coupe qui entre temps a été rendue amère par l'apport d'un peu d'aloès.
Elle est devenue de ce fait le calice d'Amertume.

Ce liquide qui de pur est devenu amer est tout le symbole de l'imprécation ou de la malédiction qui va frapper le responsable du parjure.

L'amertume, c'est à la fois le dépit, le désespoir et le regret qui vont dans son coeur jusqu'à sa mort.

En Franc-Maçonnerie, l'initiation est basée sur les symboles car sans symboles, il ne peut y avoir de parcours initiatique dans le sens d'apprentissage et de connaissances nouvelles, et de transformation de soi au plan initiatique.

Nous devons travailler sans relâche à notre amélioration personnelle, à « mettre un frein salutaire à nos passions, afin de nous élever au dessus des intérêts mesquins » qui nous travaillent.

Le symbolisme des outils présent dans la Loge, même si on le rencontre dans la vie de tous les jours du monde profane est la base même du travail sur soi tel que le préconise la Franc‑Maçonnerie et je pense que la connaissance vers laquelle nous essayons de tendre des notre entrée en Franc‑Maçonnerie passe par la connaissance des symboles, c'est ce qui nous permet d'évoluer.

En conclusion

Aucune phrase au monde n'aurait pu décrire le contraste entre la sincérité, la pureté du postulant et les sentiments éprouvés par le parjure comme a pu le faire le symbole du calice d'amertume.

J'ai dit, V\ M\

Source :
www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article