Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La Fayette, perpétuel, universel et multiple

21 Juillet 2012 Publié dans #histoire de la FM

Ayant choisi de solliciter son initiation à Paris, alors qu'il n'a que 18 ans, Gilbert du Motier, marquis de La Fayette, sera fidèle à ce choix jusqu'à sa mort. La maçonnerie est à la mode à l'époque. "Ils en sont tous" écrit Marie-Antoinette à son frère, à propos des gens de la cour qui appartiennent à des loges maçonniques. Les plus grands noms les fréquentent: les Beauharnais, les Clermont-Tonnerre, les Cossé-Brissac, les Crillon, les Crillon, les Crussol, les Coigny, les Choiseul, les Colbert, les Durfor et autres Dreux-Brezé, Gramont, Harcourt, La Rochefoucauld, Montesquiou-Fezensac, Vendœuvre, initiés uniquement par snobisme. Tel n'est pas le cas du "héros des deux mondes" qui prend l'enseignement maçonnique au sérieux, et s'est efforcé de se comporter d'une façon conforme à l'idéal professé par les frères. C'est un historien spécialiste du 18 ème siècle, de grand talent, mais adversaire de la franc-maçonnerie Bernard Faÿ, qui a le mieux caractérisé, de ce point de vue, l'attitude du général-marquis: "La Fayette offrait à l'univers charmé l'image la plus brillante d'un grand seigneur philosophe et maçon(...). La Fayette était un maçon perpétuel, universel et multiple. A Paris, c'est à la loge la Candeur que Gilbert, parrainé par l'oncle de son épouse Adrienne, fait ses premiers pas. Il y retrouve son beau-frère Louis de Noailles. Cette expérience coïncide-comment s'en étonner?- avec une crise de curiosité intellectuelle. Il lit Rousseau, Montesquieu, l'abbé Raynal surtout, qui le fait rêver d'Amérique. Il fréquente d'autres loges célèbres, comme Saint Jean d'Ecosse du Contrat Social et les Neuf Soeurs qui accueillera Voltaire au soir de sa vie, et que Benjamin Franklin aura l'occasion de présider. C'est en ces lieux que La Fayette découvre l'importance, le pouvoir d'attraction, des notions de liberté, de vertu et d'égalité entre les hommes, les trois piliers de l'idéal de sa vie. En Amérique, lorsque devenu aide de camp de George Washington , franc-maçon de grande qualité lui-même, il lui dévoile son appartenance, leurs relations s'en trouvent fortement améliorées- et elles deviendront réellement fraternelles. Le jeune major-général peut fréquenter les loges locales de combattants , comme l'Union américaine à Charlotte ou les quatre de Wilmington. De Même fréquentera-t-il le groupe des Trois Amis, formé d'officiers du corps expéditionnaire de Rochambeau. Lorsqu'il écrit à sa femme que "l'Amérique va devenir le sûr et respectable asile de la vertu, de l'honnêteté, de l'égalité et d'une tranquille liberté", cette formule est très proche de ce qu'on peut appeler l'idéal maçonnique, le franc-maçon étant par définition, selon le rituel du 1er degré de l'époque, "également ami du riche te du pauvre s'ils sont vertueux". A son retour des Etats Unis, La Fayette retrouve avec joie, son "frère" Benjamin Franklin. De même, Adrienne, son épouse, brode de ses mains le tablier maçonnique que Georges Washington portera le 18 septembre 1793, jour de la pose de la première pierre du Capitole dans cette ville qui va devenir la capitale de la nouvelle nation. On peut l'admirer, aujourd'hui encore, dans le musée de la grande loge de Pennsylvanie, à Philadelphie. On peut dire que la musique maçonnique berce ses dernières années. Il s'attache surtout à défendre, chaque fois qu'il peut, ses frères encore persécutés de par le monde et continue modestement, en authentique, à assister aux travaux d'une petite loge de Seine et Marne, à Rozoy en brie composée de fonctionnaires subalternes et de cultivateurs. De nombreuses loges en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique du Nord portent son nom car il est vénéré dans le monde maçonnique.

source : http://matt290.over-blog.com

Partager cet article

Commenter cet article

William LECLER 21/07/2012 22:56


Comment peut on vous envoyer des travaux SVP


par avance merci


Fratenelement Votre


WL