Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La Franc-Maçonnerie Écossaise 1864-1871

2 Janvier 2013 , Rédigé par PVI Publié dans #histoire de la FM

La Franc-Maçonnerie sous l’Empire Libéral

L'Empire autoritaire avait voulu protéger et favoriser la Ma­çonnerie française, mais en l'asservissant, ce qui avait entraîné une stagnation de l'Ordre. Sous l'Empire libéral, celui-ci va con­naître au contraire un intense bouillonnement d'idées et une vita­lité accrue, cependant qu'une vive tension va naître et se déve­lopper dans ses rapports avec l'Eglise catholique.

1. L'unité italienne et le raidissement du Saint-Siège contre l'Ordre.

C'est l'époque en effet où se propage rapidement dans les milieux cultivés de France, l'influence du positivisme scientiste, dont le héraut est Emile Littré ; l'époque aussi où les progrès de l'unité italienne entretiennent dans la Rome des papes une véri­table psychose obsidionale, portant au paroxysme l'hostilité de Pie IX envers un Ordre dont la branche italienne, avec Garibaldi, joue un rôle de premier plan dans le Risorgimento. En 1864, le Syllabus dénonce les « erreurs modernes » avec une intransi­geance nouvelle. Après la convention conclue en septembre de la même année, entre l'Empire français et le jeune Royaume d'Italie, Rome ne tardera pas à diriger ses foudres contre la Maçonnerie française. Alors s'ouvre dans l'histoire de celle-ci une période marquée par une vive lutte d'idées. Cette lutte se poursuivra au sein du Grand-Orient jusqu'au Couvent de 1877, qui apportera à la Constitution de l'obédience une modification lourde de consé­quences. Elle se prolongera dans les Loges relevant du Suprême Conseil Ecossais jusqu'en 1894, date de leur émancipation par l'érection de l'actuelle Grande Loge de France.

Déjà certes, sous l'Empire autoritaire, il y avait bien eu quel­ques escarmouches entre l'Eglise de France et certaines loges. A Caen, le 31 mai 1856, le prêtre qui célébrait les funérailles d'un Maçon, s'étant aperçu que des assistants portaient des branches d'acacia, avait exigé qu'ils se retirent, cet emblème étant celui « d'une société secrète et antireligieuse ». L'année suivante l'évê­que de l'île Maurice avait refusé la sépulture religieuse à plusieurs frères, mais le Grand-Orient avait pu faire célébrer à Notre-Dame de Paris, une cérémonie de réparation. En 1861, la circulaire de Persigny, si favorable à l'Ordre, avait excité la colère de quelques évêques, notamment de celui de Nîmes, auquel un frère de Mar­seille avait répondu en publiant une lettre qui s'achevait par cette évangélique invocation : « Mon Père, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu'ils font ! »

Mais tout cela n'allait pas bien loin. Et dans le même temps le Suprême Conseil de France s'était, en 1860, donné pour Lieute­nant Grand Commandeur le frère Guiffrey père, salué par le Jour­nal des Initiés comme « le type bien rare du vrai catholique sin­cèrement libéral ». Trois ans plus tard, il avait admis dans son sein Georges Guiffrey fils, marguillier de la paroisse Saint-Eugène et président d'une section de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, entré dans l'Ordre avec la pleine approbation de l'archevêque de Paris, Monseigneur Affre.

C'est le successeur de cet infortuné prélat, mortellement blessé sur les barricades de juin 48 en tentant de séparer les combattants, c'est Monseigneur Darboy, qui avant d'être lui-même pris comme otage et fusillé sous la Commune devait, en 1865, subir le premier contre-coup de la colère de Pie IX contre les Francs-Maçons.

Le Maréchal Magnan, triomphalement réélu Grand-Maître du Grand-Orient au Convent de 1864, était mort à la veille de celui de 1865, le 29 mai. Ses funérailles avaient été célébrées à Saint-

Louis des Invalides sous la présidence de Monseigneur Darboy, qui avait donné l'absoute. La nonciature n'aimait pas l'archevêque, qui était homme de caractère et d'un esprit fort libéral. Elle fit rapport au Vatican, en prétendant qu'on avait exposé les insignes maçonniques du défunt sur le catafalque, entouré de frères pareil­lement décorés. Il est fort probable qu'il n'en était rien, et les lettres échangées par la suite entre le curé de Saint-Louis et l'ar­chevêque (1) prouvent en tout cas que ni l'un ni l'autre n'avait rien vu de tel. Par un bref du 26 octobre 1865, Pie IX n'en reproche pas moins à ce dernier d'avoir causé « par sa présence et sa coo­pération, l'étonnement et la douleur profonde qu'en ont ressentis avec raison tous les vrais catholiques... Les sectes d'impiété (ajou­tait-il), diverses de nom, liées pourtant entre elles par la compli­cité néfaste des plus cruels desseins, enflammées de la plus noire des haines contre notre sainte religion et le Saint-Siège aposto­lique, s'efforcent tant par des écrits pestilentiels distribués au loin et dans tous les sens que par des manœuvres perverses et toutes sortes d'artifices diaboliques, de corrompre partout les mœurs et l'esprit, de détruire toute idée d'honnêteté, de vérité et de justice, de répandre en tous lieux des opinions monstrueuses, de couver et de propager des vices abominables et des scéléra­tesses inouïes ; d'ébranler l'Empire de toute autorité légitime, de renverser, si cela était possible, l'Eglise catholique et toute so­ciété civile, et de chasser Dieu lui-même du ciel... » !

La passion avec laquelle est écrit ce morceau de rhétorique — commente à bon droit M. Pierre Chevallier — étonne aujour­d'hui le lecteur qui se veut libre de tout préjugé. Sans doute faut-il la mettre sur le compte de l'angoisse provoquée à Rome par la perte imminente du pouvoir temporel. Mais elle témoigne aussi d'une méconnaissance totale de l'esprit qui animait alors la grande majorité des Maçons français.

La même incompréhension et la même violence éclatent dans l'allocution consistoriale Multiplices inter machinationes du 25 sep­tembre 1865 où, dénonçant « la synagogue de Satan », Pie IX met le pouvoir civil en garde contre « ces loups dont le Christ Notre Seigneur a prédit qu'ils viendraient, couverts de peaux de brebis, pour dévorer le troupeau » ! A quoi les Francs-Maçons lyonnais répondent, dès le 5 octobre, par une lettre « Au Souverain Pontife de la religion Catholique, Apostolique et Romaine », que critiquera l'évêque de Montpellier... La voici :

« Très Saint-Père,

« Les Francs-Maçons, ennemis des manifestations bruyantes, étaient calmes et presque ignorés, quand une agression inouïe est venue les atteindre. La violence réussit mal dans notre pays. Votre allocution du 25 septembre nous vaudra simplement l'estime et la bienveillance de ceux qui ne nous connaissaient pas encore.

Et malgré vos anathèmes, pas un des nôtres ne désertera l’œuvre de justice et de paix à laquelle il a librement associé sa vie. »

Les frères de Lyon ont vu juste. L'outrance de l'attaque dis­pose favorablement l'opinion publique envers un Ordre que le pouvoir, de son côté, voit toujours d'un aussi bon oeil. Les évê­ques concordataires de France, soucieux de rester en bons termes avec l'autorité civile, paraissent eux-mêmes plutôt gênés par une condamnation à laquelle une vingtaine d'entre eux, tout au plus, feront écho, non sans provoquer de nouvelles protestations des Loges. L'émotion de celles-ci sera portée à son comble par une brochure retentissante intitulée Les Francs-Maçons, que publie en 1867 un prélat de la maison de Sa Sainteté, Monseigneur de Ségur. Proche parent du défunt Grand Commandeur du Suprême Conseil écossais, l'auteur de ce triste pamphlet n'hésite cependant pas à solliciter les textes, ni à se faire l'écho des calomnies les plus invraisemblables. Il donne ainsi le ton à la basse propagande anti­maçonnique qui sévira en France jusqu'à la Libération de 1944.

2. L'évolution des esprits et des statuts dans les obédiences.

Ces attaques multipliées eurent pour premier effet d'élargir rapidement l'audience, jusque-là fort restreinte, de ceux qu'au sein de l'Ordre on appelait maintenant les novateurs.

Ils avaient pour organe Le Monde maçonnique, dirigé par un membre du Rite Ecossais, le frère Favre. Un de leurs principaux chefs de file était un vénérable du Grand-Orient, le biterrois Massol, un ancien Saint-Simonien animé d'un idéalisme intransigeant. Massol défendait ardemment une conception démocratique de l'Or- dre fondée sur le respect de la personne humaine et sur « une mo­rale indépendante qui n'ait rien à demander à aucune théologie, à aucune métaphysique ».

Les partisans d'une Maçonnerie déiste et spiritualiste s'expri­maient dans le Journal des Initiés, du frère Riche-Gardon, membre du Grand-Orient, non moins attaché que Massol à défendre les « li­bertés naturelles » des Loges, notamment leur liberté d'expression, contre les tendances centralisatrices de l'obédience.

A — LE GRAND-ORIENT

Le Convent de 1864, avant de procéder à l'élection de Magnan, avait décidé que celui de 1865 aurait à réviser la Constitution. L'ar­ticle 1 er donna lieu, tout au long de l'année, à une ardente bataille. Le Monde maçonnique, soutenu par la Chaîne d'Union, que publiait à Londres le frère Hubert, avait proposé d'emblée une rédaction tota­lement agnostique : « La Maçonnerie a pour objet l'inviolabilité de la personne humaine, fondement de la morale universelle résumée dans la formule : Liberté, Egalité, Fraternité ». Le projet présenté au Convent par le Conseil de l'Ordre maintenait, à la demande ex­presse de Magnan, qu' « elle a pour principes : l'existence de Dieu, l'immortalité de l'âme et la solidarité humaine ». Le texte finale­ment adopté par le Convent, en l'absence de Grand-Maître, fut le suivant :

« La Franc-Maçonnerie, institution essentiellement philanthro­pique, philosophique et progressive, a pour objet la recherche de la vérité, l'étude de la morale universelle, des sciences et des arts, et l'exercice de la bienfaisance.

Elle a pour principe : l'existence de Dieu, l'immortalité de l'âme et la solidarité humaine.

Elle regarde la liberté de conscience comme un droit propre à chaque homme et n'exclut personne pour ses croyances.

Elle a pour devise : Liberté, Egalité, Fraternité. »

Comme l'ont souligné à l'envi Jean Baylot et M. Pierre Che­vallier, il y avait dans ce texte de compromis une certaine am biguïté, voire une contradiction entre le deuxième et le troisième alinéas. Certes, il était conforme à la plus pure tradition ander­sonienne, sinon à la doctrine romaine du temps, de « regarder la liberté de conscience comme un droit propre à chaque homme ». Mais le Grand-Orient pouvait-il à la fois affirmer comme il le fai­sait depuis 1849, que la Franc-Maçonnerie « a pour principes l'existence de Dieu et l'immortalité de l'âme », et décider de « n'exclure personne pour ses croyances », fussent-elles incompa­tibles avec les principes ainsi proclamés ? En fait, les novateurs furent loin de considérer comme un succès l'adoption du nouveau texte, qui ne souleva guère de remous dans la Franc-Maçonnerie universelle.

Aussi bien, le vote une fois acquis, le Convent élirait-il à la Grande-Maîtrise un vieux Maçon, le Général Mellinet, dont le pre­mier soin fut de rappeler par circulaire aux ateliers, qu'aux ter­mes de l'article 24 des Statuts, leurs planches devraient toujours être intitulées de cette formule : « A la gloire du Grand Architecte de l'Univers. » Au nom et sous les auspices du Grand-Orient de France.

Le frère Massol, également candidat, n'avait obtenu que trente voix sur deux cents votants environ. Les novateurs étaient tou­jours minoritaires. Cependant, la suppression des Hauts-Grades, qu'ils avaient aussi demandée, ne fut repoussée que par trois voix de majorité.

La minorité novatrice ne se découragea donc pas, et comme on l'a dit, ses efforts pour laïciser le Grand-Orient allaient être puissamment secondés par les attaques déclenchées par Rome contre l'Ordre au lendemain même du Convent de 1865. A celui de 1867, les « tolérants absolus », comme on les appelait main­tenant, proposèrent la suppression de l'article des Statuts qui prescrivait l'invocation traditionnelle au Grand Architecte de l'Uni­vers ; mais « Initiés » et « Modérés » s'unirent pour repousser cette proposition par cent quatre-vingts voix contre soixante-sept, et les candidats des « novateurs » ne furent pas élus au Conseil de l'Ordre, ce qui amena Massol, qui en était membre, à donner sa démission.

La guerre d'usure continua aux Convents de 1868 et de 1869. Celui-ci fut dominé par la question de l' « Anti-Concile » qu'il était envisagé de réunir à Naples le 8 décembre, jour où devait s'ouvrir le Concile du Vatican. La proposition d'y participer ne fut rejetée que par cent quatre-vingts voix contre cent vingt-quatre. L'année suivante, le libéral Grand-Maître Mellinet, donnait sa démission et était remplacé, à la veille de la guerre franco-allemande, par un homme politique assez marqué à gauche, l'avocat charentais Babaud-Laribière, qui avait annoncé son intention... de faire sup­primer la Grande-Maîtrise.

B — LE RITE ECOSSAIS

Cependant, qu'à l'inverse du Grand-Orient, le Rite de Mis­raïm décidait en 1868 que « la croyance en Dieu et en l'immor­talité de l'âme étant la base fondamentale de notre institution, tout profane qui ne professe point cette croyance ne peut en faire partie », une effervescence comparable à celle qui régnait rue Cadet, gagnait les Loges placées sous l'obédience du Suprême Conseil de France. Aussi bien, sous la Grande-Maîtrise de Melli­net, les rapports s'étaient-ils grandement améliorés entre les deux puissances, et pour la première fois depuis la rupture de 1815, le Grand Commandeur écossais avait été invité à assister à la fête solsticale du Grand-Orient, le 15 juin 1867 ; la politesse avait été rendue, et une députation du Conseil de l'Ordre avait été cha­leureusement accueillie, le jour de la Saint-Jean d'hiver, à la fête solsticiale du Suprême Conseil.

On a rappelé naguère ici-même (2) comment après la création par le Grand-Orient de France, en 1815, d'un Suprême Conseil des Rites, la proclamation par le Suprême Conseil de France de l'in­dépendance du Rite Ecossais, et son entrée en sommeil pour six ans, les Loges symboliques de ce Rite qui refusaient de s'in­cliner devant le coup de force du Grand-Orient, ne pouvant sous la Terreur blanche ériger, comme en 1804, une Grande Loge sym­bolique écossaise, avaient été amenées à se placer sous l'obé­dience du Suprême Conseil d'Amérique repris en main par le comte de Grasse. Le Conseil ayant été absorbé par le Suprême Conseil de France réveillé en 1821, depuis ce temps les Loges bleues du Rite Ancien et Accepté étaient donc directement sou­mises à l'autorité du Suprême Conseil du 33e degré de ce Rite.

Cette situation singulière avait été fort bien acceptée pen­dant un demi-siècle, le prestige et le libéralisme des dirigeants aidant. C'est un membre du Grand-Orient, Riche-Gardon, qui le constatait encore en 1863: « Le Suprême Conseil est un pouvoir aristocratique, mais il laisse ses Loges jouir de leurs libertés na­turelles. » Il n'en avait pas moins toujours veillé à ce qu'en soient bannies toutes discussions politiques et religieuses. Or, sous l'Em­pire libéral, nombre de frères commençaient à trouver gênante cette règle fondamentale de l'Ordre, et pesante la tutelle même du Suprême Conseil.

De plus, le Rite était alors régi par les Règlements généraux promulgués le 1 er juin 1846, dont l'article ter était ainsi conçu :

« L'Ordre maçonnique se partage en différents Rites recon­nus et approuvés, qui, bien que divers, sont tous sortis de la mê­me source et tendent au même but.

Adoration du G... A.. de l'Un.., Philosophie, Morale, Bien­veillance envers les hommes, voilà tout ce qu'un vrai Maçon doit étudier sans cesse et s'efforcer constamment de pratiquer. »

Ici comme au Grand-Orient, la référence au Grand Architecte de l'Univers allait bientôt être contestée par les « novateurs », ainsi que la hiérarchie des Hauts-Grades.

Si, à défaut d'avoir pu consulter pour cette période les livres d'architecture du Suprême Conseil et de la Grande Loge centrale, on se réfère au Mémorandum imprimé qui donne le résumé de leurs travaux, il apparaît que les hostilités commencèrent dans le premier semestre de 1868.

Le 12 juin, le Suprême Conseil, toujours présidé par Viennet, prononce la radiation de quatre Loges parisiennes qui avaient en­freint la règle fondamentale ci-dessus rappelée : l'Alliance, la Ruche écossaise, le Héros de l'Humanité et l'Alliance fraternelle. Le 27, la Grande Loge centrale est envahie par des « visiteurs » protestataires, et le Lieutenant Commandeur Allegri doit suspen­dre la réunion. Là-dessus Viennet meurt le 10 juillet, Allegri lui succède aussitôt, et choisit pour Lieutenant « celui qui par son caractère, sa haute position, sa science, son dévouement maçon­nique a si bien conquis toutes les sympathies » : il s'agit d'Adolphe Crémieux, ancien membre du gouvernement provisoire en 1848, et qui bientôt, ministre de la Justice dans le gouvernement de la Défense Nationale, attachera son nom au décret de 1870 qui confé­rera la nationalité française aux Juifs d'Algérie.

En août, cependant qu'on prépare la révision des Règlements généraux de 1846, Crémieux demande « l'effacement complet des faits graves qui ont jeté le trouble au sein du Rite Ecossais, l'oubli des injures prodiguées au Suprême Conseil, et la rentrée des Loges et des Maçons exclus ». Sa proposition est adoptée, et le Grand Commandeur Allegri adresse à tous les ateliers une circu­laire d' « oubli général ».

Mais bientôt se produisent de la part de divers Maçons de nouvelles attaques « incessantes et déplorables » contre le Su­prême Conseil. Le 5 mars 1869, Allegri rappelle à tous les ateliers que la Maçonnerie « a surtout pour règle dans l'Ecossisme la glo­rification du Grand Architecte de l'Univers », puis démissionne de sa charge, ainsi que Crémieux et le Grand Orateur Genevay. Le 8 mars, le Suprême Conseil accepte toutes les démissions, décide que dorénavant — comme jusqu'à la nomination du duc Decazes — tous les Offices seront pourvus par la voix de l'élec­tion, et élit aussitôt Crémieux Grand Commandeur à l'unanimité. Il lui adjoint comme Lieutenant, le baron Taylor, le philanthrope bien connu, et réélit Genevay Grand Orateur. Crémieux publie une Déclaration où il constate que bien des dissidents espèrent de lui « un sage développement dans les règlements de l'Ordre », mais rappelle que « l'obéissance au devoir n'est jamais un escla­vage quand on a signé un contrat ». Il conclut par un appel à l'union, suivi de ces mots : « Fraternité, Liberté, Egalité, Cha­rité ».

Le nouveau Grand Commandeur n'était pas au bout de ses peines. Mais l'estime dont il jouissait, son zèle inlassable pour l'Ordre, son caractère ferme et souple à la fois allaient lui per­mettre et de rétablir, non sans mal, l'union dans sa juridiction, et d'assurer à celle-ci une place de premier plan dans l'Ecossisme universel.

En juin 1869, ayant pris connaissance des travaux des com­missions chargées de préparer la révision des Règlements géné­raux de 1846, Crémieux soumettait au Suprême Conseil un projet de rédaction qui fut mis au point le 7 juillet. Le 2e alinéa de l'ar­ticle ler, dont on a lu le texte plus haut, était remplacé par ces lignes :

« Il — l'Ordre maçonnique — se fonde sur le principe de la liberté religieuse, sur les règles de la plus pure morale, sur les doctrines les plus élevées de la philosophie. Il proclame le senti­ment de la dignité humaine, c'est-à-dire de l'égalité entre tous les hommes, qui se doivent appui mutuel. Il a pour devise : Liberté, Egalité, Fraternité. »

Ce texte n'affirmait rien qui fût contraire à la tradition ma­çonnique, mais pas plus que dans les Constitutions d'Anderson, le Grand Architecte de l'Univers n'y était nommé. Communiqué le 15 juillet à la grande Loge Centrale, il y fut l'objet d'une dis­cussion fort orageuse. Le Grand Commandeur « affecté par cette opposition aussi vive qu'inattendue... renvoya le projet à l'examen ultérieur d'une Commission à prendre dans les trois Sec­tions » (3).

En décembre de nouvelles péripéties conduisirent le Grand Commandeur et le Grand Orateur Genevay à donner à nouveau leur démission. Mais le 29 décembre la Grande Loge Centrale chargeait les Présidents des trois Sections d'inviter Crémieux à reprendre la sienne, ce qu'il fit. Le 29 janvier 1870, réunie sous sa présidence, la Grande Loge Centrale confiait le travail de révision à une commission de 9 membres, qui se donna pour président le futur président de la Chambre des députés, le frère Henri Bris­son. La Commission tint dix réunions de mars à juin 1870. Elle dis­cuta essentiellement du maintien — ou de la suppression — de la glorification du Grand Architecte de l'Univers, des Hauts Grades, et de la Commission administrative du Suprême Conseil. La majorité se prononça pour le maintien des dispositions sta­tuaires concernant ces trois points, avec les modifications pro­posées par le Grand Conmmandeur. Ces décisions de conséquence, prises contre l'avis du président Brisson, amenèrent celui-ci à se décharger du rapport, qui fut confié à un membre de la majorité, le frère Bagary (4).

Là-dessus, le 15 juillet, éclata la guerre franco-allemande, et les choses restèrent en l'état.

Les Francs-Maçons, la guerre Franco Allemande et la Commune

Cependant que les hostilités, puis l'envahissement d'une gran­de partie du territoire allait mettre en veilleuse l'activité maçon­nique, les événements politiques consécutifs au désastre de Sedan mirent bientôt en vedette de nombreux frères des deux principaux Rites.

Sous l'Empire finissant, en effet, il y avait dans la majeure partie des loges des frères engagés dans l'action politique, mem­bres pour la plupart de l'opposition libérale ou républicaine. Cer­tains, comme Désiré Bancel, Jules Simon, Gambetta, étaient en­trés au Corps législatif aux élections de 1869. Les noms de plu­sieurs d'entre eux, ceux de Garnier-Pagès et du Grand Comman­deur Adolphe Crémieux, avaient figuré au bas du Manifeste de la gauche lors du plébiscite du 8 mai 1870. On n'est donc pas sur­pris de les retrouver, le 3 septembre, parmi les signataires de la proposition de Jules Favre réclamant la déchéance de Napoléon III et de sa dynastie. Ces Libéraux n'en sont pas moins des hommes d'ordre, et le lendemain 4 septembre, quand le Palais-Bourbon sera envahi par la foule parisienne aux cris de « Vive la République », on entendra Crémieux et Gambetta demander en vain qu'on res­pecte la Liberté du Corps législatif. Aux Tuileries, le général Mel­linet, qui commande la garde, protège la fuite de l'Impératrice. A l'Hôtel de Ville le futur frère Jules Favre salue par un discours l'avènement de la République. Les membres du Gouvernement pro­visoire sont presque tous Maçons — tel Crémieux, Arago, Eugène Pelletan, Garnier-Pagès, Ernest Picard, Rochefort et Jules Simon — ou futurs Maçons comme Jules Ferry ; mais ils en remettent la présidence à un catholique breton, le général Trochu, gouverneur militaire de Paris. La plupart seront écartés du pouvoir après l'ar­mistice, l'élection de l'Assemblée des « ruraux » et la constitu­tion du gouvernement de M. Thiers, qui gardera cependant, outre Jules Favre, Ernest Picard et Jules Simon.

Le 18 mars, c'est l'insurrection de Paris. La capitale n'avait pas accepté la capitulation du 28 janvier, et l'appel au peuple lancé ce jour-là par les délégués des arrondissements portait les signa­tures des frères Lucipia, futur Président du Conseil de l'Ordre du Grand-Orient, Benoît Maton et Jules Vallès, membre du Rite Ecos­sais. Le 8 février, Paris avait voté à gauche, envoyant à l'Assem­blée, avec Jules Favre, les frères Gambetta, Félix Pyat et... Gari­baldi, ancien Grand Commandeur Grand-Maître du Suprême Conseil Grand-Orient d'Italie séant à Palerme.

Maintenant c'est la Commune, et l'on va voir, comme toujours en ces périodes troublées, les frères opter politiquement suivant leur conscience et leurs convictions personnelles, en l'absence de toutes consignes des autorités maçonniques. Mais l'on verra aussi — fait exceptionnel dans notre histoire — de nombreux Maçons parisiens s'assembler spontanément, lancer des appels à la popu­lation, multiplier démarches et manifestations pour tenter d'arrê­ter l'effusion du sang entre Français.

Le clivage politique entre les frères se dessina quand le ter mars, à Bordeaux, l'Assemblée se prononça pour l'acceptation des conditions très dures du traité de paix. Parmi les 107 oppo­sants républicains figuraient les Maçons Emmanuel Arago, Louis Blanc, Benoît Malon, Félix Pyat, Gambetta, Rochefort, Arthur Ranc... Les cinq derniers nommés quittèrent l'Assemblée, Félix Pyat ex­pliquant ainsi sa décision à la tribune : « L'Assemblée est dissoute de droit par son vote ; je n'y rentrerai plus tant que votre parri­cide ne sera pas annulé. »

Le 26 mars sont élus les 90 membres de la Commune. Une quinzaine d'entre eux sont Maçons, parmi lesquels on retrouve Félix Pyat et Benoît Malon, et aussi les frères Tirard, Jourde, Beslay, Léo Meillet, Eudes, Jules Vallès, Ranvier, Gustave Mourens. Quand la Commune prend séance le frère Charles Beslay, doyen d'âge, définit ainsi son programme :

C'est par la liberté complète de la Commune que la Répu­blique va s'installer chez nous. Paix et Travail ! Voilà notre avenir, voilà la certitude de notre revanche et de notre régénération so­ciale. A la Commune tout ce qui est local, aux départements, tout ce qui est régional, au gouvernement tout ce qui est national... »

Un nouveau clivage se produit entre révolutionnaires et mo­dérés quand Jules Vallès demande que les députés membres de la Commune choisissent entre elle et l'Assemblée. Le frère Tirard choisit alors Versailles, les autres restent à Paris...

Et rien n'illustre mieux la parfaite neutralité politique de la Maçonnerie écossaise que la diversité des options de nos mem­bres, en tant que citoyens, au cours de cette crise.

Le Grand Commandeur Adolphe Crémieux, alors âgé de 76 ans, est dans sa propriété de Nîmes. Au nom du Suprême Conseil le Grand Orateur Malapert, avocat à Paris, a précisé par lettre aux frères et à la presse que les chefs du Rite ne donnaient aucune consigne à ses membres. Et tandis que Jules Simon reste au gou­vernement, et Henri Brisson à Versailles, les frères Elie May, Goupil, Eudes, Jules Vallès, Raspail, se voient confier par la Com­mune des fonctions importantes. Les trois derniers nommés sont membres de la Loge écossaise parisienne de la Justice, comme Arthur Ranc, qui adopte une position intermédiaire entre le parti de l'Ordre et la Révolution, comme le futur président du Conseil Charles Floquet, qui revient de Versailles à Paris et s'active à la tête des conciliateurs...

Aussi bien les frères les plus engagés dans l'action ne per­dent-ils pas de vue les principes d'humanité et de solidarité de leur Ordre. Au lendemain de l'insurrection du 18 mars Léo Meillet, membre de la Commune, sauve la vie au général Chanzy, prison­nier du Comité central. Il cache chez lui le député maçon de l'Aisne Edmond Turquet, qui lui rendra la pareille après l'entrée à Paris des Versaillais. A ce moment Jourde et Vallès protesteront — en vain — contre l'exécution des otages de la Commune.

L'intervention des Francs-Maçons parisiens entre la Commune et Versailles a été racontée maintes fois, avec plus ou moins d'exactitude. M. Pierre Chevallier a récemment fait à ce sujet une excellente mise au point (5) que nous allons suivre de très près.

Il a établi que l'initiative en fut prise par un atelier du Grand- Orient de France, la Loge française Les Disciples du Progrès, qui dès le 7 avril 1871, sous la présidence de son Vénérable Sauge, décidait « de tenter une démarche de conciliation auprès de la Commune, pour arrêter l'effusion du sang qui coule », et convo­quait tous les Vénérables du Rite à se réunir le lendemain au Grand-Orient pour en délibérer.

De cette réunion de Vénérables du 8 avril sortit le texte d'un Manifeste de la Franc-Maçonnerie dont les signataires, s'adressant à la fois au gouvernement et aux membres de l'Assemblée d'une part, aux membres de la Commune d'autre part, leur disait :

« Nous ne venons pas vous dicter un programme, nous nous en rapportons à votre sagesse ; nous vous disons simplement : Arrêtez l'effusion de ce sang précieux qui coule des deux côtés, et posez les bases d'une paix définitive qui soit l'aurore d'un ave­nir nouveau. »

Ce manifeste d'une inspiration généreuse et purement huma­nitaire était signé, à titre personnel, par les frères Montanier et Bécourt, membres du Conseil de l'Ordre, et treize Vénérables du Grand-Orient. Il fut unanimement approuvé le lendemain au cours d'une assemblée où étaient représentées la plupart des Loges parisiennes de cette obédience. On décida de faire remettre par délégués le Manifeste au gouvernement de Versailles et à la Com­mune de Paris, de l'afficher à quatre mille exemplaires, et de de­mander aux Loges des départements d'y adhérer.

Les jours suivants les réunions de Maçons se succédèrent rue Cadet. De nombreuses Loges du Rite Ecossais y sont main­tenant représentées et adhèrent au Manifeste, ainsi que la plupart des membres du Conseil de l'Ordre du Grand-Orient, son président Saint-Jean en tête.

Le 19 avril, lecture est donnée du rapport rédigé par Montanier au retour de la délégation qu'il a conduite à Versailles, et qui a été reçue le 11 par le frère ministre Jules Simon. L'entretien a porté notamment sur les franchises communales, la loi municipale ré­cemment votée par l'Assemblée de Versailles ayant dressé contre elle non seulement la Commune, mais la grande majorité des pari­siens. La délégation n'a rien obtenu. Un frère propose alors « qu'un programme politique, tracé par la Franc-Maçonnerie, soit nommé à l'appréciation des belligérants ». Montanier demande aussitôt si l'Ordre doit, oui ou non, faire de la politique, en faisant « pres­sentir la division des Francs-Maçons si l'on sort de la règle fonda­mentale ». Finalement, sans trancher la question, l'assemblée una­nime décide qu'une nouvelle délégation sera envoyée à Versailles.

Les membres en sont choisis le samedi 22 au matin. L'assem­blée accepte que l'accompagnent deux délégués de la Chambre syndicale du commerce. Le frère May, membre de la Commune et futur membre du Suprême Conseil écossais, propose « de nous rendre en corps, décorés, au-devant de la délégation, à son retour de Versailles pour apprendre la réponse du gouvernement » mais le président Saugé écarte cette première suggestion d'une mani­festation publique, qui sera reprise avec succès quelques jours plus tard.

M. Thiers reçut la délégation immédiatement « avec une poli­tesse froide à laquelle notre impartialité nous commande de ren­dre hommage », écriront les frères dans leur compte-rendu. Sur la demande d'un armistice pour permettre l'évacuation des popu­lations de Neuilly, des Ternes et de Sablonville, Thiers fut inflexi­ble, mais consentit à une suspension d'armes dont le général Ladmirault règlerait la durée. Sur l'épineux problème des fran­chises municipales, il se refusa catégoriquement tout amendement à la loi votée par l'Assemblée. Il reprocha ensuite aux « cent cin­quante mille neutres », c'est-à-dire aux Maçons « de n'avoir pas aidé le gouvernement à comprimer par la force ce qu'il appelle l'insurrection parisienne ». Comment aurions-nous pu, répondirent les frères, prendre les armes contre des citoyens ? Mais « donnez- nous seulement une bonne parole, laissez-nous l'assurance qu'il nous sera permis de nous concilier sur le terrain des franchises municipales, et nous nous efforcerons d'être les instruments de la pacification ». N'ayant pu obtenir cette bonne parole, les délé­gués demandèrent à Thiers s'il était donc résolu à sacrifier Paris. La réponse fut : « Il y aura quelques maisons de trouées, quelques personnes de tuées, mais force restera à la loi. » Il promit seule­ment que tous les combattants qui poseraient les armes auraient la vie sauve.

Cette prise de position rigide allait influencer de façon déci­sive sur le comportement des frères qui s'étaient engagés dans l'ceuvre de la conciliation.

Une assemblée avait été convoquée pour le 24 au siège du Suprême Conseil, 35, rue Jean-Jacques-Rousseau, mais la salle dite de la Redoute apparut bientôt trop exiguë. A l'instigation de May, les frères se transportèrent au théâtre du Châtelet « en ordre, décorés et bannières en tête ». Le frère Hamel présenta le rapport de la délégation. La réponse du chef de l'exécutif annonçant le bombardement de Paris provoqua « un cri unanime de réproba­tion et d'indignation ». Le frère Ranvier, membre de la Commune, déclara : « Ce ne sont plus des supplications qu'il faut employer, mais faire un appel aux armes et marcher résolument sur Ver­sailles pour en finir. » Mais la plupart des frères entendaient rester sur le terrain des moyens maçonniques, demander en tout cas l'avis des Loges de province. Un membre de la délégation, le frère Baumann, proposa « l'intervention de la Franc-Maçonnerie qui se poserait entre les belligérants, tous les frères décorés et bannières déployées ». Finalement, l'on vota une résolution pro­testant contre le refus du gouvernement de Versailles d'accepter les franchises municipales de Paris, et déclarant que, « pour ob­tenir les franchises, [les Francs-Maçons] emploieront, à partir de ce jour, tous les moyens qui sont en leur pouvoir ».

Le texte improvisé paraissait assigner pour objectif à l'action entreprise non plus la cessation d'une lutte fratricide, mais la réforme de la récente loi municipale. C'était évidemment parce qu'à l'audition du rapport de Hamel il était apparu que le texte de cette loi était l'obstacle majeur à la conciliation. La résolution ne s'en écartait pas moins de la règle maçonnique, ce qui amena très vite Montanier, Hamel, Baumann et d'autres à se retirer du mouvement.

Le 26 avril une nouvelle assemblée générale se tint au Châ­telet. Elle était toujours présidée par Saugé, mais l'office d'ora­teur était tenu par Charles Floquet, et les travaux furent ouverts au Rite Ecossais. La séance fut dominée par l'éloquente interven­tion d'un autre membre de ce Rite, le frère Thirifocq, ancien Véné­rable de la Jérusalem écossaise, qui au sein des commissions chargées de préparer la réunion des Règlements de son obédience avait ardemment défendu la cause du Grand Architecte de l'Univers. « Peignant le rôle de Paris dans la civilisation universelle, il sou­tient que l'existence de la Liberté dans le monde dépendra du succès que l'idée libérale obtiendra dans la lutte actuelle. Paris (s'écrie-t-il) est à l'égard du monde ce que le monde maçonnique est à l'égard du monde profane. L'un et l'autre projettent la lu­mière ; supprimez-les, et les ténèbres se feront... Nous avons le moyen d'empêcher un crime pareil : c'est de défendre la Com­mune par tous les moyens possibles. » Et de conclure : « Il faut dire à Versailles qui si dans les quanrante-huit heures on n'a pas pris une résolution tendant à la pacification, on plantera les dra­peaux maçonniques sur les remparts, et que si un seul est troué par un boulet ou par une balle, nous courrons tous aux armes pour venger cette profanation. »

Appelé comme Orateur à se prononcer sur cette proposition, Floquet rappelle que, député de Paris, il a donné sa démission lors du premier bombardement, ne voulant pas continuer à faire partie d'une assemblée « qui fait brûler la ville qu'il représente ». Mais si, à ses yeux, les aspirations de Paris sont légitimes, il se prononce contre le recours aux armes, et il persiste à suivre la voie de la conciliation. Prendre les armes est un acte politique, et il est inutile de faire le jeu des Prussiens.

Entre les attitudes préconisées, en leur âme et conscience, par les deux Ecossais, l'assemblée est déchirée. Le président Saugé demande qu'elle se prononce à propos des bannières à planter sur les remparts, et Floquet propose une résolution ainsi conçue : « L'assemblée des Francs-Maçons réunie au Châtelet, émet le vœu que les Loges veuillent bien porter leurs bannières sur les remparts comme signe de protestation... » Mais le tumulte devient général, et Saugé doit clore les travaux.

Après la clôture, cependant, un frère propose une réunion générale pour le dimanche suivant, dans la cour du Louvre. Il est acclamé, et une délégation se rend aussitôt à l'Hôtel de Ville, bannière en tête, pour faire part de ce projet de manifestation publique. Les membres de la Commune descendent dans la cour pour la recevoir. Jules Vallès remercie les députés, remet son écharpe rouge à Thirifocq ; on l'attache à la bannière, et une délé­gation de la Commune reconduit les frères rue Cadet.

Le 28 se tient une dernière réunion des Vénérables du Grand- Orient. Sur la proposition de Montanier, elle décide à la faible ma­jorité de huit voix contre six de faire placarder dans la nuit, dans la cour du Louvre, des affiches pour contremander la manifesta­tion publique et la sortie des bannières. Le lendemain 29, au ma­tin, le Conseil de l'Ordre désavoue à son tour la manifestation et les assemblées du Châtelet, par une note remise à la presse.

Mais les dés sont jetés. La veille, la Commune a fait porter rue Cadet une décision ainsi conçue :

« TT\ CC\ FF\,

La Commune de Paris a l'honneur de vous faire part que demain samedi, la Commune en Corps ira vous prendre au Louvre pour la réception officielle à l'Hôtel de Ville.

Toutes les dispositions sont prises pour que la réception soit à hauteur de votre mission. »

Aussi bien soixante-seize Loges des départements ont-elles, entre temps, donné leur adhésion au Manifeste.

Le 29 avril donc, dès huit heures du matin, s'assemblent dans la cour du Louvre d'importantes délégations de la plupart des Loges de Paris et de la banlieue, avec leurs bannières. A dix heures et demie, arrivent cinq membres de la Commune désignés par le sort, parmi lesquels Félix Pyat, Jean-Baptiste Clément, l'auteur du Temps des Cerises, et celui de l'internationale, Eugène Pottier. Musique en tête, le cortège se rend à l'Hôtel de Ville. Du haut de l'escalier d'honneur Félix Pyat harangue ses frères, disant :

« Aux hommes de Versailles, vous allez tendre une main désarmée, mais pour un moment — et nous, les mandataires du peuple et les défenseurs de ses droits, nous les élus du vote, nous voulons nous joindre à vous tous, les élus de l'épreuve, dans cet acte fraternel. »

Léo Meillet leur remet « un beau drapeau rouge frangé d'or », le drapeau de la Commune, pour qu'ils le placent « au-devant de leurs bannières et devant les balles homicides de Versailles ». C'est le Vénérable Thirifocq « vieillard à la barbe blanche », qui le prend en main « gage d'union indissoluble entre la Franc- Maçonnerie, non seulement de Paris, mais du monde entier et la Commune ».

Le cortège se met en marche aux accents de la Marseillaise. Il est fort de « cinq ou six mille hommes graves et recueillis », appartenant pour la plupart à l'élite de la population ouvrière. Il se rend d'abord en pélerinage à la Bastille, puis se dirige en bon ordre vers le pont de Neuilly par les boulevards et le Faubourg Saint-Honoré. La foule étonnée l'acclame aux cris de « Vive la Commune », mais surtout de « Vive la République ».

A l'arrivée des délégués en vue des lignes versaillaises, le tir s'arrêta. Au pont de Neuilly, Thirifocq et deux autres frères furent conduits auprès du commandant du secteur, le général Montaudon, qui était lui-même Franc-Maçon. Celui-ci leur déclara qu'il avait pris sur lui d'ordonner un cessez-le-feu, mais qu'il ne

IT. pouvait accorder une bien longue trève sans l'accord du gouver­nement. Les frères Thirifocq et Fabreguette se rendirent alors à Versailles auprès de M. Thiers, tandis que les porte-bannières passaient la nuit auprès de leurs étendards, plantés de cent mè­tres en cent mètres aux portes de Paris.

Le dimanche 30 avril, à six heures du matin, Thirifocq et Fabreguette revenaient de Versailles, n'ayant rien obtenu. Le feu reprit entre les deux camps en fin de journée, et plusieurs des bannières restées sur les remparts furent trouées par les balles.

Le ter mai, dans le Cri du peuple, Jules Vallès publiait sous le titre Les Maçons aux remparts un article où il appréciait en ces termes l'ultime tentative d'une partie des frères parisiens pour mettre fin à l'effusion du sang :

« En sortant de ses ateliers mystiques pour porter sur la place publique son étendard de paix, qui défie la force, en affir­mant en plein soleil les idées dont elle gardait les symboles dans l'ombre depuis des siècles, la Franc-Maçonnerie a réuni au nom de la Fraternité la bourgeoisie laborieuse et le prolétariat héroï­que... Merci à elle. Elle a bien mérité de la République et de la Révolution. »

Le même jour, cependant, le Grand Orateur du Suprême Conseil Malapert protestait — à bon droit — dans une lettre aux journaux que le Rite écossais ne pouvait être engagé par « toutes résolutions arrêtées en dehors de la Grande Loge centrale ».

Le Grand-Orient alla beaucoup plus loin. Dès le 29 mai, au lendemain de la sanglante victoire de Versailles, une circulaire du Conseil de l'Ordre condamnait « absolument les manifestations auxquelles s'est livré ce groupe de Francs-Maçons, ou soi-disant tels, recrutés pour la plupart on ne sait où, et dont la majeure partie, nous sommes heureux de le constater, n'appartenaient pas à l'obédience du Grand-Orient ». (Cette dernière allégation est pour le moins invraisemblable.) Le ter août enfin, le Grand-Maître Babaud­Laribière, que la République avait nommé Préfet de la Charente, écrivait à son tour aux ateliers du Grand-Orient

« La Franc-Maçonnerie est restée parfaitement étrangère à la criminelle sédition qui a épouvanté l'univers, en couvrant Paris de sang et de ruines ; et si quelques hommes indignes du nom de Maçons ont pu tenter de transformer notre bannière pacifique en drapeau de guerre civile, le Grand-Orient les répudie comme ayant manqué à leurs devoirs les plus sacrés... »

Cent ans plus tard, le 24 avril 1971, plus de trois mille Francs- Maçons parisiens du Grand-Orient de France n'en devaient pas moins — le recul de l'histoire aidant — défiler silencieusement devant le Mur des Fédérés, en présence des dignitaires de l'obé­dience. Et le soir, rue Cadet, leur Grand-Maître Jacques Mitterrand honorait dans une cérémonie anniversaire la Commune de Paris, et saluait ses morts.

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article