Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La Franc Maçonnerie Ecossaise Du coup d’Etat à l’année terrible

1 Janvier 2013 , Rédigé par PVI Publié dans #histoire de la FM

Le Second Empire a été une période décisive dans l'histoire de la Franc-Maçonnerie française. Dans les dernières années du règne les Loges allaient pour la plupart s'engager, pour longtemps, dans des voies nouvelles. Dans l'esprit de nombreux Frères la défense des libertés — liberté de conscience et libertés politiques —, le culte de la raison et du progrès scientifiques allaient rejeter au second plan la religiosité d'antan, l'attachement aux symboles et aux rites traditionnels. Cette mutation, dont les premiers pro­dromes étaient apparus dès la Restauration, s'accomplit par l'effet de causes multiples, que pour la clarté de l'exposé on analysera tour à tour : politique du pouvoir issu du Coup d'Etat, durcisse­ment de l'attitude de la hiérarchie catholique, progrès dans l'opinion française de la philosophie positiviste.

LA FRANC-MAÇONNERIE ET L'ETAT DE 1851 A 1870

A) L'Empire autoritaire et le Grand Orient.

On se rappelle que sitôt après le Deux Décembre le Grand Orient de France unanime avait offert au prince Lucien Murat, cousin germain de Louis-Napoléon, la Grande Maîtrise vacante

depuis qu'en 1814 il avait hâtivement « démissionné » d'office de cette charge le roi Joseph.

Le Prince Président avait confié l'Intérieur à son fidèle compagnon Victor Fialin, le futur duc de Persigny, qui était Maçon. Dès le 25 mai 1852, dans une circulaire aux Préfets, Fialin s'em­ployait à rassurer les Frères sur les dispositions du pouvoir envers l'Ordre ; il déclarait compter sur son nouveau chef pour ramener à la règle les Loges « égarées », l'autorité publique ne devant intervenir qu'en dernier ressort. Aussitôt Murat lui faisait écho, en rappelant aux Maçons du Grand Orient son devoir « de frapper sévèrement tous ceux qui mettraient en danger par une conduite contraire à nos règlements l'existence de notre Ordre tout entier ». Bref, chaussant les bottes de son oncle, le Prince Président ne demandait qu'à protéger la Maçonnerie, par napo­léonide interposé, pourvu qu'elle se cantonnât dans des activités purement philanthropiques.

Mais on n'était plus en 1804, et Lucien Murat n'était pas Cambacérès.

On a dit quels profonds échos les idéaux humanitaires de la Révolution de février avaient naguère éveillés dans les Loges.

Après le Deux Décembre, nombre de Maçons avaient été proscrits en tant que républicains ; aussi les avances de Persigny furent-elles généralement accueillies avec défiance. Au sein du Grand Orient, le malaise s'aggrava rapidement devant l'autorita­risme et les initiatives souvent discutables du Grand Maître : telles la révocation du chef du secrétariat Hubert, un Frère uni­versellement estimé, ou l'acquisition de l'hôtel de Richelieu, rue Cadet, qui allait pour longtemps obérer les finances. Mais sur­tout Muiat s'était mis en tête de réformer les Constitutions que l'obédience s'était données en 1849. Conformément aux tradi­tions de la Maçonnerie symbolique, celles-ci réunissaient tous les pouvoirs entre les mains du Grand Orient, c'est-à-dire des Vénérables ou Députés des ateliers ; le pouvoir législatif était exercé directement par l'Assemblée générale, l'administration confiée à des chambres créées dans son sein, le pouvoir exécutif délégué au Grand Maître assisté d'un Conseil. Or Murat vint à bout de faire voter par un Convent constituant, en octobre 1854. un article aux termes duquel le Grand Maître devenait « le chef suprême de l'Ordre..., le pouvoir exécutif, administratif et diri­geant ».

Ce devait être une victoire à la Pyrrhus. Déjà de nombreux ateliers, réfractaires à la mainmise du gouvernement sur l'obé­dience, avaient cessé de se réunir ou de cotiser au Grand Orient, et dès avril 1855 le nouveau Conseil du Grand Maître devait en suspendre 74 pour ces motifs. D'autre part, pour accéder au pou­voir suprême, Murat avait dû accepter que le Grand Maître fut désormais élu non plus à vie, mais pour sept ans.

Son septennat devait donc prendre fin le 30 octobre 1861. Le Grand Orient ne comptait plus alors que 175 loges en activité, cent de moins qu'en 1852 ; et l'absolutisme du Grand Maître, son obstination à réduire l'Ordre au rang d'une simple société de secours mutuels, suscitaient une opposition croissante. Un inci­dent étranger à la Franc-Maçonnerie allait mettre le feu aux poudres. Le ter mars 1861, au Sénat, Murat se prononçait ouver­tement en faveur du pouvoir temporel du Pape. C'était son droit ; mais c'était aussi le droit du Grand Orient de se donner un Grand Maître dont les conceptions fussent mieux en harmonie avec celles de ses membres et de l'opinion libérale, généralement acquise à la cause de l'unité italienne : par exemple le prince Jérôme- Napoléon, le populaire Plonplon. Peu avant le convent convoqué pour le 20 mai 1861, le traditionaliste Journal des Initiés du Frère Riche-Gardon préconisait en ces termes la candidature de ce dernier :

« Elire pour Grand Maître le prince Napoléon, qui soutient dans les pouvoirs de l'Etat les principes les plus rapprochés de ceux de notre sainte institution ; ou élire le prince Murat, lequel s'est déclaré itérativement pour un pouvoir qui fait mettre les Francs-Maçons aux galères, partout où son influence peut l'obte­nir : voilà l'alternative. »

Murat n'hésite pas à suspendre aussitôt Riche-Gardon, la loge dont il était le Vénérable, et d'autres Frères coupables de lui préférer un autre candidat. Dès l'ouverture du Convent il apparut qu'il avait fait la quasi-unanimité contre lui, et l'on décida de commencer par élire le futur Grand Maître. Murat suspendit l'Assemblée et fit appel à la police ; les députés passèrent outre, et Jérôme-Napoléon fut élu à une majorité écrasante. Murat osa annuler le vote, et le 23 mai fit reporter l'élection à fin octobre... par arrêté du Préfet de Police ! Le 10 octobre, un nouvel arrêté préfectoral la renvoyait au printemps suivant.

Une délégation alla aussitôt protester auprès de Persigny. Elle fut bien accueillie ; et le 16 une circulaire ministérielle invi­tait les Loges à solliciter du gouvernement leur reconnaissance et une autorisation officielle, les Préfets à les autoriser sans délai et à les protéger, au même titre que les conférences de Saint- Vincent de Paul et d'autres sociétés catholiques.

Murat cependant réussit encore à faire entériner par Persigny la nomination de cinq Grands Conservateurs, chargés par lui d'assurer l'intérim de la Grande Maîtrise après l'expiration de son septennat. Or cette mission revenait statutairement au Conseil du Grand Maître, qui principalement composé de membres élus par le Convent refusa de s'incliner et protesta derechef. Persigny jugea alors à bon droit qu'une telle situation, apparemment issue d'une compétition entre deux princes de la famille impériale, ne pouvait s'éterniser sans scandale. Il y mit fin par une initiative inouïe — mais bien dans la manière de l'Empire autoritaire —, en faisant signer par l'Empereur, le 11 janvier 1862, le décret que voici :

« Article 1 — Le Grand Maître de l'Ordre maçonnique en France, jusqu'ici élu pour trois ans (sic) en vertu des statuts de l'Ordre, est nommé directement par nous pour la même période.

« Article 2. — Son Excellence le maréchal Magnan est nommé Grand Maître du Grand Orient de France. »

Magnan, qui n'était pas Maçon, se vit conférer le jour même les 33 degrés de l'Ecossisme. Deux loges seulement refusèrent de se soumettre à son autorité ; et Riche-Gardon lui-même, tout en publiant une « Manifestation pour réserver les droits sécu­laires de l'initiation maçonnique en présence du décret impérial... », ne voulut voir en celui-ci qu' « une erreur toute de bienveillante sollicitude ». Une fois éliminé l'impopulaire Murat, la mainmise du gouvernement sur un Grand Orient à la vérité amoindri parais­sait donc plus assurée que jamais...

B) Le Rite Ecossais sous l'Empire autoritaire.

D'une telle emprise le Suprême Conseil avait su jusque-là préserver les ateliers de son obédience, en veillant, comme il l'avait toujours fait, à ce qu'ils ne se mêlassent point de politique, et en adoptant quant à lui une attitude réservée, mais courtoise, à l'égard de pouvoir civil : c'est ainsi qu'en 1858, à la suite de l'attentat d'Orsini, il avait adressé au ministre de l'Intérieur 300 F pour l'Asile impérial de Vincennes, et autant pour l'Orphelinat du Prince impérial... Et il ne semble pas qu'en dix ans il eut été amené à prendre d'autres sanctions que la suspension « pour trois lunes », en avril 1855, de la loge écossaise parisienne consti­tuée deux ans plus tôt sous le titre distinctif de Saint Vincent de Paul. Surtout préoccupé de bienfaisance et de questions propre­ment maçonniques — révision du rituel du 18° Degré, réglemen­tation des loges d'adoption — le Rite avait pendant toute cette période étendu — on y reviendra;— ses relations internationales, et poursuivi la croissance régulière amorcée sous le règne de Louis-Philippe : constituant en dix ans seize nouveaux ateliers à Paris, dix-sept en province, trois dans les possessions françaises d'Outre-Mer, et sept en divers pays étrangers. Quand le sage et libéral duc Decazes, Grand Commandeur depuis 1838, s'était éteint en octobre 1860, son Lieutenant l'académicien Viennet, légitimiste et voltairien, lui avait succédé de plein droit, lui-même remplacé par le Frère Guiffrey qui était, selon le Journal des Initiés (3), « le type bien rare du catholique sincèrement libéral », marguillier de sa paroisse et président d'une conférence de Saint-Vincent de Paul... Bref, sous l'Empire autoritaire, l'obédience écossaise avait réussi, en se tenant à distance du pouvoir et de la politique, à vivre en paix et à se développer harmonieusement : c'est ce que Viennet constatait à la fête de la Saint-Jean d'hiver de 1861. Aussi bien le Préfet de Police venait-il de lui confier « que le gouverne­ment avait décidé de laisser aller le Rite Ecossais tant qu'il serait de ce monde, et qu'après cela on aviserait ». Il est vrai que Viennet était alors âgé de quatre-vingt-sept ans... Mais ce solide langue­docien, ancien officier de cavalerie, homme de caractère, n'avait rien perdu de sa combativité ni de son habileté tactique. Il allait lui être donné d'en administrer la preuve, en consolidant défini­tivement l'indépendance du Rite en France.

* * *

On se rappelle que par son décret du 11 janvier 1862 l'Empe­reur se réservait la nomination « du Grand Maître de l'Ordre maçonnique en France », puis nommait le maréchal Magnan Grand Maître « du Grand Orient de France ».

Dès le 1 er février Magnan, s'appuyant sur l'article ter, ordon­nait aux Loges Ecossaises de l'obédience du Suprême Conseil de se réunir à celles du Grand Orient. Viennet répondit aussitôt : « Que l'Empereur explique son décret suivant vos désirs, je me démets à l'instant de mes fonctions... mais tant qu'il restera un Maçon du trente-troisième degré, il deviendra le chef de l'Ordre... En définitive l'autorité publique aura seule le pouvoir d'inter­rompre cette succession. Alors la soumission sera immédiate, car nos statuts nous imposent l'obligation de nous soumettre. »

Les choses en restèrent là pour un temps. Mais au cours d'une audience que Viennet avait sollicitée en sa qualité de directeur de l'Académie française, Napoléon III lui témoigna son désir d'une fusion entre les deux obédiences. Viennet répondit intrépidement que les Constitutions du Rite s'y opposaient, mais que l'Empereur avait le pouvoir d'en prononcer la disso­lution. Sa Majesté « eut la bonté de ne pas agréer ce moyen, en ajoutant qu'elle préférait une fusion. »

Le 30 avril, Magnan adressait par-dessus la tête de l'intrai­table vieillard une circulaire « aux Vénérables et Présidents d'Ateliers de l'ex-Suprême Conseil » (sic), en indiquant que la fusion serait un fait accompli le 8 juin.

Viennet répliqua le 14 mai par une circulaire circonstanciée aux ateliers du Rite, qui fut contresignée par tous les membres du Suprême Conseil. Le 23, Magnan lui communiquait un décret par lequel il prononçait lui-même la dissolution de celui-ci. Le 25, Viennet répondait en ces termes, dont M. Chevallier note à bon droit l'imperatoria brevitas

« Monsieur le Maréchal,

Vous me sommez, pour la troisième fois, de reconnaître votre autorité maçonnique, et cette dernière sommation est accom­pagnée d'un décret qui prétend dissoudre le Suprême Conseil du Rite Ecoss.. Anc,.. et Acc... Je vous déclare que je ne me rendrai pas à votre appel et que je regarde votre arrêté comme non avenu [...]. L'Empereur seul a le pouvoir de disposer de nous. Si Sa Majesté croit devoir nous dissoudre, je me soumettrai sans protestation ; mais comme aucune loi ne nous oblige d'être Maç.. malgré nous, je me permettrai de me soustraire, pour mon compte, à votre domination. »

Dès le lendemain la Grande Loge Centrale du Rite approuvait son attitude et celle du Suprême Conseil. Le Grand Orateur Genevay avait « ajouté quelques chaleureuses paroles en faveur de la Liberté de conscience menacée par les prétentions du maréchal Magnan ». « Cette discussion, observait-il, va plus loin que la Franc-Maçonnerie ! » Et de noter que le Temps, la Presse,. le Siècle, l'Opinion nationale et la Gazette de France avaient mani­festé leur sympathie au Suprême Conseil.

Au sein même du Grand Orient plusieurs trouvaient que le maréchal avait été trop loin, et l'on parla de démission. Au cours de la réunion tenue le 3 juin par le Conseil du Grand Maître, Magnan refusa pourtant de se retirer ; mais il reconnaît l'échec de ses tentatives pour annexer les loges de l'obédience du Suprême Conseil, et aussi celles du Rite de Misraïm, qui lui avait répondu à peu près dans les mêmes termes que Viennet.

C) La libéralisation de l'Empire

Bien meilleur diplomate que Murat, Magnan dès son instal­lation avait su se faire pardonner l'irrégularité de sa désignation en annulant toutes les sanctions prononcées par son prédéces­seur, en protestant de sa volonté d'être « un Grand Maître très constitutionnel..., bienveillant, affectueux pour tous, et, en un mot, un véritable Maçon ». Il devait tenir sa promesse de faire rentrer les Frères du Grand Orient « dans tous leurs droits ».

Dès juin 1862 l' « Assemblée législative » révisait les Consti­tutions autoritaires de 1854 en confiant les pouvoirs d'administration et de contrôle à un Conseil de l'Ordre de 33 membres, tous élus. Magnan avait déclaré que ce serait faire de lui « un Grand Maître fainéant », mais qu'il se soumettrait à la décision de la majorité.

L'année suivant Magnan, autorisé par le Conseil de l'Ordre, demandait la reconnaissance du Grand Orient comme association d'utilité publique. En lui conférant la personnalité civile, cette reconnaissance eût permis à l'obédience de contracter un emprunt qui eût assaini sa situation financière, obérée par l'achat de l'hôtel de la rue Cadet. Le gouvernement ne demandait qu'à l'accorder, jouant ainsi un bon tour à plusieurs oeuvres catho­liques. Mais au dernier moment la demande fut retirée par Magnan à la suite d'un vote hostile du Convent, peu soucieux de sou­mettre l'Ordre à la tutelle légale du gouvernement.

En 1864 enfin le maréchal obtint de l'Empereur qu'il rendît à l'Assemblée du Grand Orient son droit séculaire d'élire le Grand Maître. Le Convent, reconnaissant, le confirme aussitôt dans son office à l'unanimité moins trois voix.

De ce jour le pouvoir impérial, — dont la politique générale prenait alors une orientation plus libérale — cessa pratiquement de s'immiscer dans la vie des loges et des obédiences. C'est d'ailleurs qu'allaient venir les orages.

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article