Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La Franc-Maçonnerie Maison de Tolérance ou Ecole d’Amour ?

11 Janvier 2013 , Rédigé par X Publié dans #Planches

Est volontairement ambiguë dans son énoncé, afin de marquer l’esprit de nos Frères de ces deux qualités Maçonniques que sont la Tolérance et l’Amour avec un Grand « A ». Vertus théologales et cardinales.
Commençons par la Tolérance :
Pour tolérer, il faut implicitement qu’il y ait choix. Sans alternative nous sommes en présence de l’intégrisme ou de la dictature.
Le mot vient du latin « tolo » et de la racine sanscrite « tla » qui toutes deux ont le sens de porter, supporter. (Exemple : « Atlas » qui supporte la Voûte Céleste).

Il existe plusieurs acceptations du terme Tolérance :
Respect et reconnaissance des choix de l’autre.
Ex : J’accepte que l’autre choisisse de mourir en fumant.
Renoncement à ses droits par esprit de Tolérance.
Ex : J’accepte que l’autre fume et m’intoxique.
Latitude admise par rapport à une règle, une loi
Ex : J’accepte qu’il fume mais à partir du dessert.
Maison de Tolérance
Ex : L’autre peut y fumer ce qu’il veut.
Où encore, celle qui nous intéresse en Franc-Maçonnerie :
Laisser l’autre exprimer des opinions que l’on ne partage pas ou faire des choses que nous ne ferions certainement pas.

Dans la vie Profane les pensées d’une personne qui ne m’est rien, pourraient m’être totalement indifférentes, me conduisant à l’ignorer et donc à faire preuve d’une sorte « tolérance » qui de fait serait de l’intolérance déguisée.
Si maintenant, cette personne je la nomme mon Frère car elle ne m’est pas indifférente, il ne me sera plus possible de l’ignorer. De plus je serai obligé de tout faire pour tolérer ses idées.
La Fraternité peut conduire à une sorte de fanatisme et au gourou si l’on y prend pas garde.
Entendons-nous bien, il ne s’agit pas pour autant de renoncer à nos règles, nos idées et nos croyances et ainsi de renier toute une vie de réflexion, mais d’écouter l’autre et ce qu’il a à dire afin de comparer le résultat de sa quête à la nôtre et ainsi s’enrichir de nos mutuelles différences, de nos expériences, de nos savoirs.

Le mot « mutuelles » n’est pas gratuit. Il implique une ouverture, un échange, un partage.
Accepter ses faiblesses, conduit à Tolérer l’autre. Je préfère cette citation de Raymond Lulle :
« L’Ami se regardait lui-même afin d’être un miroir dans lequel il vit son aimé ».
Tout cela s’apprend, ce n’est pas inné.
C’est le résultat d’une approche, d’une compréhension progressive.
La somme de tous nos « savoirs » ne nous permettra, cependant pas d’approcher de la « Connaissance ».

Nous pourrions dire que nous accordons toujours le bénéfice du doute à un Frère avant qu’il s’exprime, ce que notre Rituel traduit par :
- Qu’apportez-vous en Loge ?
- Bienveillance à mes Frères.
Ou
- Serriez-vous disposé à leur tendre la main et à oublier le passé ?
Ou
- Sur quoi travaillent les Apprentis ?
- A dégrossir la Pierre Brute afin de la dépouiller de ses aspérités et à la rapprocher d’une forme en rapport avec sa destination.
Première des Tolérances, celle vis-à-vis de soi.

Mais notre Tolérance est-elle sans limite ? Sommes-nous donc laxistes ?
La réponse est différente pour chacun d’entre nous.
Nous avons tous nos règles du « jeu », celles que nous nous sommes données :
- En qui mettez-vous votre confiance ?
- En Dieu.
et celles que nous avons librement acceptées, faute de ne pouvoir faire autrement.
- Nul n’est censé ignorer la Loi.

Est-il laxiste celui qui accepte tout, même ce qui heurte ses convictions les plus profondes ?
A l’inverse, est-il intégriste celui qui rejette tout ce qui n’est pas en accord avec ce qu’il croît ?
Entre le noir et le blanc du Pavé Mosaïque, il y a ce boulevard sur lequel, lors de l’épreuve du Feu, vous avez marché droit, purifiés.
Là, il n’y avait ni laxisme, ni intégrisme, car la plume de Maat au nom du G\A\D\L\U\, avait équilibré les extrêmes afin de vous donner une seconde chance et l’accès à cette nouvelle vie, faisant ainsi preuve de tolérance, car c’est à ce moment qu’elle a lue les règles qui régissent la vie, vérifiée que vous étiez bien en conformité avec elles et acceptée vos écarts par rapport à la Loi Unique.

Avec la complémentarité du blanc et du noir, vous avez vécu le troisième terme qui permet de passer du binaire au ternaire.
Nos limites sont : La Loi Unique.
Lorsque nous disons que le G\A\D\L\U\ a créé l’homme à l’image de Dieu, je pense que l’ensemble des hommes est à peine équivalent à cette image et que donc les milles facettes différentes en sont toutes acceptables.
Les limites ne nous en sont pas connues et jamais ne le serons.
« Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien. » (Socrate)

En conséquence, il nous faut toujours écouter l’autre, car il nous fait découvrir une facette de Dieu, G\A\D\L\U\ que nous aurions ignorée sans lui et qui pourtant était en nous puisque nous sommes tous à Son image…
En ce sens, la Tolérance est infinie et évolutive, totalement libre, et donc, n’est pas un droit figé dans une règle.
A la limite, être Tolérant c’est vivre une ascèse.
Dois-je tendre la joue gauche au nom de la Tolérance ?
Oui, et si je veux aller au bout de l’échange, je tends la joue droite, car je suis en position de Force par rapport à celui qui est commandé par ses muscles alors que je suis commandé par l’Esprit.
Rien ne m’empêche ensuite de conclure l’échange avec une droite sur le nez, pour lui apprendre que l’on « ne fait pas à autrui ce que l’on ne voudrait pas qu’il nous fut fait ».
Etre ni faible, ni servile.
Etre compréhensif mais pas aveugle, car malheureusement nous ne roulons pas tous pour la même écurie et il arrive que sous l’apparence de l’ange, attend le plus terrible des démons, prêt à nous sauter dessus dès que nous abattons nos défenses…

Aux cours de nos libres conversations avec les Apprentis, je leur ai posé cette question :
Christ ayant quasiment tout pardonné, était-il laxiste ?
Je vous laisse y réfléchir.
Cette question me servira de lien avec l’autre composante de ma planche qui porte sur l’Amour.
Car au centre de la Croix, se rencontrent la Connaissance et l’Amour en une seule et même Réalité.
Elles se fondent en l’Un, comme nous devons le faire avec l’autre, en Amour, abolissant la dualité pour n’en retenir que la complémentarité.

La base de notre approche tolérante, ne peut se faire que grâce à la Loi d’Amour. Sans elle il est impossible d’approcher l’autre.
L’Amour a cette particularité d’être totalement incontrôlable. Il « est ».
Celui qui aborde l’autre en état d’Amour, n’a aucun a priori, aucune défense.
Il est totalement ouvert et réceptif.
A noter que là encore il faut être deux pour qu’il y ait Amour.
Les termes utilisés pour la Tolérance sont également valables pour l’Amour.
Par exemple, et sans grivoiserie, le langage amoureux nous parle de se fondre en l’autre afin de ne plus faire qu’un. Instant magique de l’Union ! !
L’homme ne peut pas se passer d’Amour.

Une des particularités de l’Amour, c’est que c’est inépuisable. Plus on le donne, plus il grandi.
Un dicton dit que « l’Amour est aveugle » et nous savons tous que c’est vrai, car l’Amoureux ne voit pas les défauts de l’autre, mais n’en voit que les qualités.
Au delà du banal quotidien, il est bon de remarquer que c’est exactement la démarche attendue de nous pour appréhender l’autre. Condition nécessaire et sans a priori de l’ouverture totale.

Il est intéressant de remarquer qu’il est impossible de raisonner une personne amoureuse.
La Raison et l’Amour sont antinomiques. La première est le fruit d’une analyse froide par l’intellect, résultat de choix, donc intolérante quelque part, alors que le second est spontané, total et échappe à tout contrôle.
Il est intéressant de noter que l’intolérance combat par la Force et que la Force de l’Amour est celle qui lui répond.
Est-ce pour cela que notre Rituel, à la clôture des Travaux fait dire à notre Frère Premier Surveillant gardien du Pilier Force : « Que l’Amour règne parmi les Hommes » ?
Le premier est par définition finie, alors que le second est infini. Infini, car plus on Aime et plus on se rapproche de la Connaissance.

L’Oeil du Cœur est le catalyseur qui fait prendre conscience des liens qui unissent nos sens, nos observations et réflexions. L’Amour nous bouleverse intérieurement et il ne nous est pas possible d’ignorer cet état extraordinaire résultat à l’intérieur d’un événement extérieur.
La réflexion qui s’en suit conduit au fameux :
« Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’Univers et les Dieux ».

Je ne peux m’empêcher de citer cette chanson de Jean Férat « Aimer à perdre la raison » qui nous invite à écouter les poètes, ces êtres qui comme nous sont des artistes, des adeptes d’un art, dans notre cas l'Art Royal. Tous, nous avons en commun l’intuition qui nous vient du Divin, cette intuition qui régit nos pensées et se traduit parfois en Paroles extraordinaires.
Dans cet Atelier où l’Amour des Frères est chose normale, j’espère que l’esprit de Tolérance qui y règne, vous rendra cléments et que vous m’aurez pardonné mes erreurs et lacunes.
Pour conclure, j’attire votre attention sur le fait que dans notre Loge, il n’est pas possible de se parler directement et que nous devons toujours passer par le Vénérable Maître, le médiateur, le souteneur (de la racine tla) de cette Maison de Tolérance.

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article