Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La Franc-maçonnerie, pensée sans doctrine ?

18 Décembre 2012 , Rédigé par X Publié dans #Planches

 

Etant en mal d’inspiration pour choisir le sujet de la planche que je vais vous présenter ce soir, notre Vénérable Maître, que je remercie tant j’ai pris de plaisir à réaliser ce travail, m’a donné le « coup de pouce » nécessaire en me le suggérant par le biais du programme de ce 1er trimestre de l’année maçonnique 6006 :

La Franc-maçonnerie : pensée sans doctrine ?

J’avoue volontiers l’avoir trouvé, dans un premier temps, un peu effrayant tant il était éloigné des sujets symboliques que je m’étais jusqu’alors essayé à vous présenter.
Je suis donc resté « muet » durant de longues semaines avant de me jeter sur mon dictionnaire afin de « dépiauter » la question… et je commencerai donc par quelques définitions :

Doctrine : L’ensemble des dogmes, soit religieux, soit philosophique, qui dirigent un Homme dans l’interprétation des faits et dans la direction de sa conduite.

Dogme : Point de doctrine, établi comme fondamental, incontesté, certain… qu’il faut croire.

Pensée : ce que l’esprit imagine ou combine.

Après avoir tourné la question dans tous les sens, il m’est apparu intéressant d’y répondre selon les trois approches suivantes :

La première de manière factuelle en m’appuyant tout simplement sur les principes de la Grande Loge de France

La seconde en cherchant toute trace de dogmes dans la démarche maçonnique

Et enfin la troisième en m’interrogeant sur la signification du Grand Architecte de l’Univers

Partie n°1

Permettez moi de rappeler quelques-uns de nos principes :

La Franc-maçonnerie est un ordre initiatique traditionnel et universel fondé sur la Fraternité
Elle constitue une alliance d’hommes libres et de bonnes mœurs, de toutes races, de toutes nationalités et de toutes croyances
La franc-maçonnerie a pour but le perfectionnement de l’Humanité
Dans la recherche constante de la vérité et de la justice les Francs-maçons n’acceptent aucune entrave et ne s’assignent aucune limite.
Ils respectent la pensée d’autrui et sa libre expression
Ils recherchent la conciliation des contraintes et veulent unir les hommes dans la pratique d’une morale universelle et dans le respect de la personnalité de chacun….
Ces quelques principes et beaucoup d’autres constituent, de façon synthétique, une réponse aux trois questions majeures qui permettent de caractériser chaque chose : Qui ? Comment ? Pourquoi ?
Ils définissent le périmètre, non fini, de notre champ d’activité en précisant clairement les objectifs du groupe, ils rappellent en quelque sorte les valeurs morales que nous portons très haut, enfin ils énoncent les règles de notre Art.
Aucune trace de dogmes dans tout cela, pas de vérité révélée non plus, juste la définition d’un contexte, d’un environnement, d’un milieu dans lequel des futurs Frères, encore profane, pourront choisir librement, sans contrainte, d’évoluer et de travailler.
Enfin le souci de rester loin des doctrines est proclamé de manière générale, que les obédiences soient ou non restées d’inspiration et de filiation chrétiennes, l’absence de tout dogme, de tout prosélytisme religieux est en lui-même un principe essentiel de la franc-maçonnerie.
Entrer en Franc-maçonnerie, c’est adopter une démarche volontaire, démarrer un processus « actif » et bijectif : le Franc-maçon reçoit à la mesure de ce qu’il donne… il ne vient pas recevoir un quelconque enseignement.

Partie n°2

Après avoir évoqué ces principes, entrons un peu plus avant dans l’examen de la démarche…
Une loge maçonnique évoque un chantier. On y vit un apprentissage, un compagnonnage et une maîtrise, on y découvre des outils que l’on apprend à manier, un langage symbolique que l’on apprend à parler, un plan de construction auquel on participe progressivement et toute la démarche initiatique est organisée en fonction de la vie harmonieuse du chantier et du travail qu’il faut y accomplir.
Le chemin initiatique emprunté par le profane et ponctué par les étapes que constituent les grades, est basé sur les réponses à ces 3 questions : D’où je viens, Qui suis-je et enfin Où vais-je ?
Il semble bien en effet que toute philosophie, comme toute religion, vise à résoudre ce triple problème et c’est sur sa solution que se basent les sociétés humaines. Notre manière d’agir et notre conduite en tout, cherchent toujours à s’expliquer logiquement, se basant sur notre opinion concernant la raison de notre existence et notre place au sein de l’ensemble des choses.
La démarche maçonnique semble bien s’articuler autour de l’étude de soi…et la mention V.I.T.R.I.O.L. que l’on découvre dans le cabinet de réflexion nous le confirme évoquant le retour en soi, l’ego étant symbolisé par la Terre : par un travail sur soi, il est possible de modifier son Être, de dégrossir sa pierre et de la rendre ainsi assez parfaite pour prendre sa place dans l’édifice en gestation permanente.
Après ces quelques propos généralistes, je vais essayer de parler de la démarche maçonnique à travers mon propre cheminement…
Depuis mon initiation, je chemine avec le concept du connaît toi toi-même, exercice ardu qui à mon sens ne s’achèvera qu’à la fin de ma vie ou bien encore marquera la fin de ma démarche. En devenant Franc-maçon, j’ai accepté de secouer le joug de mon ego pour vivre le plus harmonieusement possible avec moi-même et donc les autres, pour communier avec sincérité de cœur à cœur ! D’hésitations en doutes, je pense avoir admis que ma progression spirituelle ne se ferait qu’au prix de l’abandon de toute auto préservation : l’orgueil et la peur m’interdisant à soulever le voile cachant l’Être qui réside au centre de moi-même, prisonnier de mes angoisses. Et ainsi je fis mes premiers pas vers le symbolisme, comprenant que le geste de m’ôter le bandeau de devant les yeux pendant la cérémonie d’initiation était vraiment symbolique, ma cécité étant certainement appelée à persister longtemps. J’ai ainsi appris à manier le ciseau et le maillet pour permettre à ma volonté d’agir et de persévérer au service de mon discernement. En me proposant de méditer sur le fil à plomb, j’ai été poussé à descendre en moi-même pour me confronter à mes peurs traduisant mon manque de confiance en moi.
A l’étude des différents symboles, j’ai accepté de modifier ma conformité intérieure, de réaliser un ré-agencement de ma personnalité : m’éveiller pour changer, pour aimer, pour tolérer… cela demande de laisser le paraître pour l’être, d’abandonner la carapace dont on se protège parfois dans le monde profane. Les moyens mis à notre disposition dans le Temple sont heureusement nombreux : outils, décors et objets ainsi que le comportement des Frères qui nous entourent.
Votre présence, votre regard, votre parole enfin, car il ne peut y avoir à mon sens d’apprentissage et de progression sans le regard et la parole de l’autre, comme en autarcie.
Sans cet effet miroir, sans le modèle bienveillant que vous me renvoyez, il me serait difficile, avec les seuls outils, de cheminer sur les sentiers de la fraternité.
Là encore, la notion de symbole est apparaît comme importante : les anciens sont notre modèle et ils sont Maîtres, maîtres d’eux-mêmes mais certainement pas de nous.
Ils ne détiennent pas la Vérité ou plutôt Si chacun détient Sa vérité ; leur comportement n’est pas stéréotypé, sauf peut-être dans la pratique du rituel en tenue, et chacun nous apporte un élément qui participe à notre construction.
Toute cette démarche, cette construction, je l’effectue libre de mes pensées et de mes actes, utilisant mon libre arbitre, garant de mon indépendance morale et protégeant mon identité.
Ce respect des spécificités de chacun est primordial : alors qu’au travers d’un enseignement dogmatique, les pierres polies seraient toutes identiques, celles résultant de la démarche maçonnique gardent leur personnalité ; de leur assemblage résultera un édifice cohérent mais riche de cette diversité.
Comme on vient de le voir le Franc-maçon travaille essentiellement sur l’humain ; sur ce qu’il y a de plus noble en l’homme, ce qui appartient au spirituel. Ainsi le profane, lorsqu’il frappe à la porte du Temple, en tant que futur initié, recherche une qualité d’être qui passe par la découverte ou redécouverte de la dimension spirituelle grâce à son engagement et à l’accueil que lui offre le groupe déjà constitué. La franc-maçonnerie propose à ses initiés une méthodologie pour l’apprentissage et la mise en forme, et un processus de croissance pour le développement personnel. Elle s’appuie sur la réflexion intellectuelle et la dimension groupale.
Un autre fondement de la démarche maçonnique, c’est le processus de croissance ou de maturation : une démarche basée sur la connaissance de soi.
En parlant ainsi de la pensée maçonnique et de la méthode de travail au sein du groupe, on devine le rôle prépondérant du langage symbolique…L’initié doit penser par lui-même, de ce fait lors des instructions ou dans le rituel, les réponses à ces questions ne lui seront fournies que par l’intermédiaire de symboles. Le langage des mots, est direct, bien identifié et de ce fait les idées exprimées peuvent prendre les traits de vérités affirmées ; en revanche, le langage des symboles, est un langage que je qualifierai d’ouvert, en ce sens où il laisse une large place à l’interprétation. Il constitue un appel à la réflexion, et à force de travail, chacun peut se l’approprier pour suivre son propre chemin vers sa vérité.
Pour en revenir à notre interrogation de ce soir, je pense que vous en conviendrez mes Frères, la Franc-maçonnerie n’apparaît donc pas être une pensée doctrinale… Ma franc-maçonnerie, c’est plutôt une pensée libre et créatrice qui exclut tout dogmatisme, une école de foi, de foi en l’avenir, de foi en l’autre et surtout de foi en soi et en sa destinée ; une école d’humanité où se conjuguent lucidité et foi : et c’est sans doute dans le fait que le franc-maçon est capable de regarder les hommes comme imparfaits qu’il trouve une vocation sacrée pour les rendre meilleurs.

Partie n°3

A ce moment de mon travail et sûr de la réponse à la question première, j’ai été troublé par l’image du Grand Architecte de l’Univers. Cette référence, bien présente dans le rituel, à l’existence d’un « Grand Architecte de l’Univers» peut paraître insolite et déroutante… en effet, ce principe ne s’apparenterait-t-il pas à un dogme, à une vérité révélée?
Le « Grand Architecte de l’Univers » des Francs-maçons dits « spéculatifs » est apparu dans les textes en 1723 avec les Constitutions d’Anderson où il est également dit « Un maçon est obligé de par son engagement d’obéir à la loi morale, et s’il comprend correctement l’Art, il ne sera jamais un athée stupide ni un libertin irréligieux ». Ce symbole semble être issu de la survivance des loges opératives qui, traditionnellement, n’ont jamais été athées, ni même déistes, mais plutôt théistes. A cette époque, quand à l’ouverture et à la fermeture des travaux, on évoque un Être Suprême, il est clairement assimilé à Dieu, et plus particulièrement dans nos contrées à un Dieu chrétien bien sûr en ce temps où l’Eglise et l’Etat ne font qu’un.
En ce qui concerne la franc-maçonnerie d’inspiration «continentale », par opposition à la Grande Loge Unie d’Angleterre, elle déclare lors du Convent de Lausanne, en 1875 : « comme elle l’a proclamé depuis son origine, l’existence d’un principe créateur, sous le nom de Grand Architecte de l’Univers ». Enfin en novembre 1894, est créée la Grande Loge de France, héritière des loges écossaises placées au XVIIIè siècle sous l’autorité du Suprême Conseil de France ; la Grande Loge de France déclare travailler à la Gloire du Grand Architecte de L’Univers en présence des trois grandes lumières : L’équerre, le compas et le volume de la loi sacrée.
Cependant, on trouve la trace du concept de Grand Architecte de l’Univers, dans l’esprit comme dans la forme, depuis bien plus longtemps, en occident comme en orient… depuis presque la nuit des temps.
Si l’on considère que la Franc-maçonnerie a été opérative avant d’être spéculative et que les premiers francs-maçons ont construit des cathédrales, il est important de préciser ce qu’est un architecte. Sur le plan étymologique, le mot « architecte » provient d’un terme grec qui se compose de deux termes, arki et tekton. Arki implique les idées de « commander, diriger » et tekton signifie « ouvrier travaillant le bois ». Ainsi l’architecte était celui qui dirigeait un travail, mais aussi un spécialiste de la construction navale. Les artisans initiés sont alors considérés comme l’équipage présent à bord d’un bateau dont le maître d’œuvre devient le capitaine. L’association à la symbolique du bateau paraît importante, car il constitue peut-être le symbole le plus accompli de l’œuvre communautaire et de ceux qui la créent sur ce bateau, qui à l’image de la barque solaire semble permettre à la confrérie artisanale de traverser le temps et l’espace pour atteindre le paradis céleste.
On le retrouve dans le même rôle du charpentier dans l’Egypte ancienne ; il construit la barque capable de traverser l’univers. Lorsque les éléments de la barque sont rassemblés sur le chantier naval, lieu d’initiation, Osiris revit.
Ce bateau communautaire, on le retrouve encore dans les cathédrales qui comprennent une nef ; la toiture des édifices médiévaux est un bateau inversé qui emmène vers le ciel la communauté des fidèles.
Dans la mythologie Nordique aussi, comme en Inde, c’est à partir du bois que le charpentier divin, sous des dénominations différentes et variées, crée le monde. . Le Grand Architecte de l’Univers remplit alors une fonction de charpentier céleste ; il assemble de manière harmonieuse les différentes pièces qui composent le cosmos, tels les morceaux de bois qui forment une charpente.
Dans l’Egypte ancienne encore, le Grand Architecte de l’Univers prend aussi les traits du dieu à tête de bélier, Khnoum, potier divin qui modèle le monde comme un vase contenant la connaissance et qui crée tous les êtres sur son tour. Il est celui qui relie, celui qui unit, celui qui donne la cohérence. Et c’est à partir du matériau le plus simple, le plus répandu et apparemment le moins précieux, que travaille le potier.
Après s’être brièvement interrogé sur les origines du Grand Architecte de l’Univers, on peut se demander quelle signification revêt de nos jours cette dénomination… Un dieu architecte ? Un principe ordonnateur ? Un simple symbole destiné à aider l’homme à se passer de Dieu ? Partons encore de la tradition opérative, l’architecte est celui qui dirige les artisans, qu’ils soient apprentis, compagnons ou maître, celui qui imagine et réalise les plans de l’édifice et en surveille la construction.
Dans cette optique, l’invocation faite par le Vénérable Maître au Grand Architecte de l’Univers peut se comprendre comme une manière d’établir un lien entre le temple maçonnique et le cosmos.
Lors de l’ouverture rituelle des travaux d’une loge, plusieurs autres invocations sont prononcées : « Que la Sagesse préside à la construction de notre édifice », « Que la Force le soutienne » et enfin « Que la Beauté l’orne ». Ainsi, comme l’architecte, le franc-maçon conçoit d’abord, puis réalise et enfin embellit l’édifice. Affirmer et glorifier le Grand Architecte de l’Univers participe donc au processus d’élévation, de perfectionnement du franc-maçon au travers de la construction sans cesse renouvelée et toujours inachevée de son temple intérieur.
Durant les tenues, sa présence est symbolisée, sur l’autel des serments, par les trois grandes lumières. Il est invoqué à deux moments clés d’une tenue, l’ouverture puis la fermeture des travaux. Appel au rassemblement des forces, exhortation au travail, elle invite le franc-maçon au dépassement de soi, lui rappelle le but fixé individuellement et collectivement. De plus, elle fixe le passage du profane au sacré, l’abandon des métaux, resserre le lien entre les maçons, redonne vigueur à l’aspiration qu’à chacun d’eux de se situer par rapport à lui-même et par rapport aux autres.
La Franc-maçonnerie qui se proclame étrangère aux dogmes et doctrines peut-elle se passer d’un Être supérieur… en ce qui concerne la Franc-maçonnerie certainement mais en est-il de même pour les Hommes qui la composent ?
Pour répondre à ses interrogations les plus essentielles, l’Homme a ressenti le besoin de concevoir un principe universel qui agit dans la Nature et à l’intérieur : Un Grand Architecte.
Travailler à la gloire du Grand Architecte de l’Univers est un acte initiatique majeur, bien antérieur à la Franc-maçonnerie comme j’ai essayé de le montrer précédemment. Mais encore faut-il l’envisager dans son authenticité de pensée symbolique, vécue sur le chemin de l’initiation, hors de tout dogme, de toute croyance et de toute restriction temporelle. Si nous ne l’érigeons pas en un objet de croyance et que nous y voyons plutôt un symbole, un symbole à étudier au même titre que les autres qui nous sont proposés tout au long de notre démarche, afin de construire, chacun pour soi, le sanctuaire de nos convictions personnelles, nous pourrons alors l’envisager dans toute sa dimension.
Je me permets de citer notre Grand Maître A .Pozarnik : « …le symbole du Grand Architecte de l’Univers parle à chaque Frère en fonction de sa sensibilité. Ce Grand Architecte de l’Univers n’est pas un dogme mais un langage qui s’adresse au cœur. »
Le Grand Architecte de l’Univers ne peut être reconnu par tous que dans l’acceptation de son usage en tant que symbole d’interprétation philosophique libre. Ce divin organisateur du cosmos n’appartient en propre à aucune définition confessionnelle ou théologique et s’avère donc de ce fait compatible avec tous… et en ce sens, il est surtout un formidable symbole de la tolérance
Mais cette référence au Grand Architecte de l’Univers n’est pas exclusivement divine, elle laisse sa place à l’homme qui, par sa démarche initiatique de franc-maçon, essaie, en polissant sans cesse sa pierre brute, d’accéder à sa vérité et à la perfection.
Le Grand Architecte de l’Univers permet à chacun de se retrouver autour d’un principe fédérateur. Si pour certains il représente Dieu, pour d’autres il personnifie la Raison, l’Esprit qui illumine l’Homme. En fait cela importe peu, à chacun sa conviction ou ses illusions sur le sujet. Le plus important est que loin d’être une vérité révélée, c’est un symbole qui réuni des « hommes libres et de bonnes mœurs » autour d’une réflexion permanente sur l’Humanité.

Conclusion générale

Alors à la question initiale et pour conclure, je répondrais que la Franc-maçonnerie n’est pas une pensée enseignée à coup de dogmes ; Voltaire lui-même nous le dit bien : « Tout dogme est ridicule ; toute contrainte sur le dogme est abominable. Ordonner de croire est absurde. »
Les Francs-maçons reçoivent des clefs pour ouvrir des portes et des outils pour construire leur Temple intérieur.
Vénérable Maître et Vous Tous Mes Frères, j’ai dit

Source : www.ledifice.net

 

Partager cet article

Commenter cet article