Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La fraternité maçonnique, source d'harmonie ?

3 Janvier 2014 , Rédigé par André M\ Frère de la loge Fidélité et Prudence à l’Orient de Genève Publié dans #Planches

L’évolution rapide des techniques de la communication et des microprocesseurs modifie en profondeur les comportements de notre société occidentale. Les décideurs politiques paradoxalement sont aujourd’hui perplexes devant l’avenir et ne savent pas comment interpréter les tendances sur le long terme. De même les entrepreneurs économiques doivent moderniser de plus en plus vite l’outil de production sous peine de disparaître et souvent sans connaître les raisons profondes de cette adaptation. Ce besoin de modernisme, comme nous le verrons plus loin n’est pas sans conséquence pour l’emploi, ni sur le comportement des travailleurs qui ont beaucoup de peine à s’adapter à ces changements. Nous assistons dans le domaine des télécommunications à une véritable révolution grâce au réseau INTERNET qui autorise de communiquer du texte, des photos ou même des films vidéo dans le monde entier aussi facilement qu’un coup de téléphone. Ainsi un laboratoire de recherche pourra transmettre instantanément les résultats de ces travaux, ou encore faire la promotion d’un produit spécifique ou d’une nouvelle technologie, voir même diffuser des textes d’origines douteuses afin d’égarer les concurrents. Ainsi, des associations religieuses et des sectes pourraient aussi utiliser ce réseau afin de publier plus largement leur catéchisme dans le but d’améliorer le recrutement. En l’absence d’une politique de contrôle, qui à l’heure actuelle n’existe pas et qui sera très certainement difficile à mettre en oeuvre, nous pouvons affirmer que le temps est arrivé pour réaliser des arnaques par diffusion d’images mensongères. Quelles seront alors les conséquences sociales, car n’oublions pas que les nouvelles techniques créatrices d’images virtuelles posent inéluctablement le problème du vrai et du faux. Jusqu’à aujourd’hui, le processus d’enregistrement des informations dans la mémoire obéissait à des rythmes d'assimilation qui permettait l’expression d’un sentiment caractérisé par une volonté : j’aime ou je n’aime pas et d’une conséquence réalisée par: « j’ai envie ou je n’ai pas envie » et qui débouchaient généralement sur une action exprimant la totalité du moi intérieur. Qu’en sera-t-il lorsque les références mémorisées n’exprimeront plus une cohérence naturelle ? Au-delà du problème de conscience que nous traiterons à travers le langage symbolique, nous constatons que la transmission quasi instantanée de l’information, et la progression fulgurante de la puissance des ordinateurs a augmenté considérablement la productivité. Ainsi, par une meilleure connaissance du code génétique de l’homme, il est raisonnable de penser que la médecine préventive permettra d’augmenter substantiellement l’espérance de vie. La pyramide des âges en sera alors profondément changée et personne aujourd’hui ne peut savoir qu’elles en seront les conséquences sociales ? Dans l’industrie, par contre les gains de productivité ne seront pas très favorables aux travailleurs vu que la plupart des activités manuelles seront remplacées par la robotique et la gestion assistée par ordinateurs. De nombreux postes de travail disparaîtront et l’école devra fournir des hommes capables de comprendre cette technicité. En aura-t-elle les moyens? Enfin, la transmission du savoir par la mise en commun des activités et des hommes sera différente, vu que la durée de vie des techniques se raccourcit. D’autre part il sera toujours plus nécessaire de détruire pour mieux vendre car la recherche scientifique met constamment sur le marché de nouveaux produits beaucoup plus performants et à moindre prix. Une des conséquences est que les hommes âgés ne pourront plus transmettre leurs expériences aux jeunes qui débutent leur carrière faute de moyens financiers. La société se retrouvera alors toujours plus morcelée en groupes sociaux professionnels aux intérêts souvent antagonistes, ce qui pourrait à terme déboucher sur des choix politique et industriels beaucoup plus directifs. Pour gérer une telle situation, il s’agira de mettre en place des structures instituant une plus grande solidarité entre les actifs et les personnes sans emplois ou retraitées, mais qui aura le courage d’initier ces changements? Est-ce que nos vieilles démocraties européennes sont toujours adaptées aux évolutions brutales de la société économique? Peuvent-elles encore être représentatives des intérêts de l’ensemble de la population ou sont-elles déjà inféodées par les groupes de pression économiques? Dans les années 1950, les gains de productivité des secteurs primaires et secondaires ont été intégralement transférés dans le tertiaire. Aujourd’hui, nous sommes à l’aube d’une profonde restructuration du tertiaire sans compensation dans un secteur quaternaire qui reste à créer. C’est tout le dilemme de notre époque que de réinventer en permanence des équilibres afin que personne ne soit oublié sur la route, mais qui est vraiment intéressé par ce problème ? L’enseignement dans nos universités ne fait référence qu’aux améliorations du produit, de la productivité et de la gestion des gains financiers. Les sociologues sont depuis longtemps déjà considérés par le milieu politique comme de braves farfelus qui dénoncent périodiquement les dégâts causés dans le corps social, mais ils sont peu écoutés et ils ont beaucoup de peine à faire valoir leurs idées auprès des responsables d’entreprises ou des décideurs. Notre société survit dans un climat de guerre économique engendré par sept cent million d'individus qui doivent satisfaire à satiété leurs envies de consommation sous peine de rejoindre les autres six milliards qui resteront forcément cantonné en deçà du seuil de pauvreté afin d’éviter d’insurmontables problèmes de déchets et de consommation d'énergie. Qui gérera ce problème? Ne voyons-nous pas déjà se dessiner une sorte d’aide humanitaire déculpabilisante et hypocrite financée par les pays riches pour maintenir le statut quo ? En même temps, de grandes zones de libre échange se créent afin de favoriser le commerce et la libre circulation des personnes. Les frontières disparaissent pour les citoyens membres de ces zones mais se ferment hermétiquement pour tous les habitants des pays en voie de développement. Une grande injustice est en marche, elle s’appelle intolérance. Le monde se disloque et les armées naissent. Chez les plus démunis la lutte est dictée malheureusement par les dogmes religieux qui institutionnalisent le terrorisme comme voie de libération. La force brutale aveugle répond à l’injustice des marchés. Quelle tristesse ! Ne sommes-nous pas aujourd’hui déjà comme un aveugle qui demande son chemin à un collègue qui a perdu sa canne ? Mais encore resterons-nous toujours des consommateurs ? Aurons nous encore envie demain de résoudre nos tensions existentiels par un achat ? Choisirons-nous toujours un supermarché comme lieu de méditation ? Pour éviter un dérapage vers des interrogations perverses, la société a mis en place tout un arsenal de miroirs tels la publicité, la flatterie, la vanité, le goût du lucre, le désir de paraître, le jeu de la carotte (qui n’est rien d’autre qu’une course effrénée à l’obtention d’un pouvoir hypothétique pour nous amener naturellement vers notre niveau d’incompétence), la considération et la reconnaissance sociale par le compte en banque, etc. Aujourd’hui déjà de nombreuses personnes vivent sans domicile fixe, car l’obtention d’un appartement est liée à une clarté financière définie par le système bancaire. A ce jeu nous sommes jeté un jour, repris le lendemain sans considération de la dignité humaine. Il semble que tout est mis en place pour que le niveau de conscience soit asservi au consumérisme. En effet, pour perdurer notre société libérale doit à tout prix séduire le consommateur, l'encourager à vivre des instants paradisiaques dans des temples d’objets inutiles, à réinventer des envies de destruction, car casser c’est acheté à nouveau. Bref, notre société veut qu’on l’aime, qu’on la courtise, qu’on la caresse du regard et qu’on la séduise. Le mariage est accomplit au caisse du supermarché, la nuit de noce lors de l’ouverture des paquets et le divorce lorsque l’objet devenu inutile est jeté sans considération aucune dans la poubelle. Aujourd’hui, elle ne maîtrise pas encore bien les fiançailles, demain elle fera de nous les valets à gants blancs payés au rabais pour une sieste éphémère. Dans ce contexte, nous comprenons bien que toute idée qui contrarie la philosophie économique est combattue fortement par un arsenal de lois qui protège le produit souvent mieux que l’homme. Il y a encore 50 ans cette bête économique n’était en fait qu’une machine au service du bien être de l’humanité et n’avait pas encore pris conscience de son pouvoir. A cette époque, plusieurs scénarios étaient possibles, car il existait une dialectique permanente qui favorisait la création de concepts alternatifs. Aujourd’hui, l’homme n’est plus l’entrepreneur du concept, il ne fait que s’adapter en perdant son âme.

Dans ce marais économique morose, que devient le franc-maçon? Qu’en est-il de ses idéaux confronté à la dure réalité de la concurrence ? Quel est le rôle de la fonction initiatique aujourd’hui ? Que sera-t-elle demain ? Enfin la fraternité maçonnique, source d'harmonie peut-elle être vécue dans sa plénitude et apporter cette joie intérieure dans un monde si bouleversé. Voila, quelques questions auxquels nous essayeront de répondre plus loin. Existe-t-il une fraternité en dehors de la maçonnerie et qu’elles en sont ses particularités ? La fraternité naît de l’amour des autres et exprime un désir d’union réalisé par l’intelligence du coeur. Sa qualité d’action est fonction du niveau de conscience des membres de la communauté, mais aussi de l’attitude personnelle de chacun d’eux. D’une manière générale, son principe formateur est la reconnaissance acceptée et sans jugement de la diversité comme valeur d’union. Le deuxième principe est que chaque membre doit vivre sa vérité sans faux fuyant et exprimer son sentiment d’union par une attitude évolutive dans le sens du Vrai. Cela présuppose une attention de tous les instants et une rigueur personnelle qui demande beaucoup de courage et d’abnégation. A ce stade de l’analyse, il est nécessaire de fixer une sorte de référence de la reconnaissance et d’en déterminer les valeurs. Dans le monde profane, celle-ci se limite à l'acceptation d’un statut d’appartenance corporatif ou associatif et mis à part, les associations familiales et religieuses, les valeurs n’expriment que la volonté d’appartenance. Toutefois un club de boule n’aura pas le même recrutement qu’une association de défense des droits de l’homme ce qui signifie que la substance même de l’association détermine souvent la qualité fraternelle, mais elle reste le plus souvent mentalisée et émotive parce qu'elle découle du droit d’appartenance et reste étroitement associée aux statuts de la société et à son règlement interne dont, le but premier est de codifier et normaliser le comportement des membres. La qualité associative reste donc d’origine purement statutaire et d’une façon générale le règlement des conflits donne la priorité à la gestion de la faute et non à la dignité de la personne. Dans ce contexte, la fraternité est normative, réductrice, égotique et possessive. Comment peut-on alors qualifier une telle relation de fraternelle? Pour répondre à cette question, il faut se mettre dans la peau d’un homme qui a une très mauvaise audition depuis la naissance et à qui on demande s’il entend bien. Comment le saurait-il? Il répondra qu’il vous comprend parfaitement bien et il a raison. Tout est donc relatif, y compris le vécu fraternel, mais en tant que franc-maçon, je sais qu’il existe une autre fraternité vécue par l'intelligence du coeur et que j’ai reçue en entrant dans la chaîne d’union lors de mon initiation, je ne jetterai pas la pierre à celui qui n’a pas été initié, car à l’instar de cette homme mal entendant, il ne comprend que ce qu’il entend. Mon devoir est de ne pas juger sa réponse, mais d’être encore plus disponible afin de l’aider s’il le demande. Cette attitude de celui qui sait par rapport à celui qui ne sait pas est la clé de l’intégration éventuelle d’un nouveau membre dans une communauté partageant l’amour fraternel, car tout au long du chemin de la vie, nous rencontrerons des amis que nous saurons guider vers la Lumière en les aimant parce qu’ils respirent le même air que nous et en les respectant parce qu’ils sont nous, ici et maintenant, par la vie qui les habitent. Enfin, en aucun cas, mon attitude consistera à expliquer, car la fraternité maçonnique est à la fois universelle, personnelle et incommunicable entre non initié. Elle fait partie intégrante des plans supérieurs donc indifférenciée et non formulée. Ce ne sont plus les hommes qui parlent à travers elle, mais elle qui parle à tous les hommes qu’elles que soient leurs qualités. L’initié est celui qui sait, sa responsabilité est immense aujourd’hui, car ce qu’il doit communiquer ne pourra passer à travers un réseau informatique. Il sera de plus en plus marginalisé parce que considéré par la société comme un être improductif et perturbateur. Ne sera-t-il pas celui qui va donner du temps au temps, c’est à dire s’affranchir des rythmes de la production pour s’intéresser à l’équilibre des concepts et à la sauvegarde de l’homme? Ne sera-t-il pas aussi celui qui va intégrer la modernité avec la tradition en confrontant les valeurs symboliques des sciences antiques au monde de demain. Comme nous le voyons, le chantier est immense et le travail difficile, mais au milieu des grabats, les Maçons continueront inlassablement à tailler leur pierre afin de la placer à l'endroit définit par le G\ A\ D\ L\ U\. Le grand Oeuvre s’accomplira parce que l’architecture de l’édifice reste présent chez tout ceux qui font voeux d’humilité, de silence, de persévérance et qui sont animer d’une volonté sans faille afin de rassembler ce qui est épars. C’est à ce prix que le regard pourra se tourner vers le Haut et écouter les harmonies célestes. La fraternité est dans son essence composée aussi en Haut, elle vient du Beau mais comme elle est perçue en Bas, nous devons faire l’effort de rechercher son sens caché, sa portée perdue en quelque sorte. Rappelons quelques notions importantes sur le sens de l’initiation. Etre initié, c’est accepter de mourir à la vie profane pour renaître dans la Lumière. C’est aussi comme l’a écrit Hermès, « la création d’une âme par elle-même ». Cet acte de création est en définitive l'accès de l’informulé au formulé. Dans l’espace sacré du Temple, le Vénérable Maître crée et constitue le récipiendaire franc-maçon. Il le place en fait sur un chemin accepté et voulu par le postulant qui va ainsi prendre conscience à son rythme de la réalité et de sa spiritualisation. J. -L. Henderson dans les”Mythes primitifs et l’homme moderne” écrit que: "chaque humain a originellement un sentiment de totalité, c’est à dire un sens très fort et très complet du Soi, le soi étant constitué de la totalité psychique faite de la conscience et de l’océan infini de l’âme sur lequel elle flotte. C’est de ce soi, que se dégage la conscience individualisée du moi, à mesure que l’individu grandit le moi doit constamment revenir en arrière pour rétablir la relation avec le Soi, afin de conserver sa santé psychique" Ainsi l’essentiel du processus initiatique n’est rien d’autre que la quête du Soi afin de mieux retrouver sa totalité. Dans ce contexte la tenue maçonnique n’est qu’un moyen, tandis que le but est la prise de conscience par l’éveil. Accéder à ce Soi n’est pas chose facile et la période de maturation peut être parfois longue surtout, quand le langage symbolique, qui est l’alphabet du processus de réitération n’est pas toujours bien assimilé. Mais c’est le seul langage que connaît malheureusement notre psychisme. Il faut admettre que l’homme moderne est plongé dans un savoir très rationnel et qu’il a davantage développer l’esprit d’analyse que son intuition. La conséquence est que notre civilisation moderne vit dans l’angoisse, qu’elle a perdu contact avec la Nature qui est pourtant sa seule véritable ressource traditionnelle. L’homme est ainsi divisé, morcelé. Au-delà de la rationalité qui a permis de nombreuses découvertes scientifiques et par conséquent d’améliorer le niveau de vie des gens dans les sociétés occidentales, l’homme a perdu son contact avec l’Irrationnel. Il est déséquilibré par un cerveau gauche hypertrophié, mais il continue malgré tout son chemin dans cette impasse. Il ne rencontrera alors que des psychologues et psychiatres qui géreront à sa place ses angoisses existentielles. Cette voie est parfois suffisante mais souvent incomplète pour tous ceux qui recherchent un sens à leur vie La franc-maçonnerie reste alors une possibilité d’évolution car grâce à l’initiation le candidat devient l’égal de l’homme traditionnel. Il accorde de nouveau de l’importance aux messages d’en Haut en cherchant à comprendre leurs sens symboliques. La fraternité naît comme nous l’avons dit plus haut de l’amour des autres, mais elle est aussi étroitement liée aux concepts de liberté et d’égalité. Ces trois mots forment un ternaire. Les deux premiers termes liberté et égalité sont en fait opposés et signifie que la liberté sans limite crée le désordre et l’égalité crée l’injustice. Nous voyons qu’il est nécessaire de trouver un équilibre entre ces deux forces, lequel est réalisé grâce à la fraternité. Ainsi, une relation duale trouve sa résolution naturelle et harmonique dans un troisième terme qui n'exclut pas les deux premiers mais qui les associe en formant un ternaire. La représentation symbolique du ternaire est souvent le triangle dont la surface est inscrite dans un cercle. Le cercle symbolise l’Unité qui inclut le Tout et le Rien, car son tracé est lié au nombre pi, irrationnel et transcendantal. La règle qui définit l’Harmonie primordiale du ternaire est une vieille connaissance de la géométrie. En effet à partir de n’importe quel point à l’intérieur d’un triangle équilatéral, la somme de la longueur des perpendiculaires abaissée sur chacun des côtés est égale à la hauteur du triangle et quel que soit l’endroit où est situé le point. Cette relation remarquable montre à quel point la représentation ternaire des trois concepts de liberté, d’égalité et de fraternité sous la forme d’un triangle équilatérale suppose de celui qui l’accepte une attitude humaniste, une capacité au renoncement et au sacrifice et enfin, une éducation civique. Nous voyons bien là les bases structurelles ésotériques d’une société démocratiques que les francs-maçons de l’époque ont mis en oeuvre en participant à la rédaction des constitutions américaine et suisse. Il s'ensuit que les actes sociaux qui ne sont que l’étage supérieur de notre force créatrice sont réglés dans des équilibres respectant, comme nous le verrons plus tard à la fois la vie sous toute ses formes et surtout l’homme vivant symbole du Haut sur cette terre. Par l’utilisation du langage symbolique et de la loi d’analogie, il est permis d’associer tous les ternaires à celui du triangle équilatéral ainsi, apprendre, comprendre et vivre ou sur un autre plan Force, Sagesse et Beauté, ou encore Ame, Corps et Esprit sont analogiquement semblables. Tous les termes d’un ternaire sont aussi homologues entre eux, ce qui revient à dire qu’il n’est pas absolument nécessaire d’étudier leur historicité. Ainsi Force, Ame et apprendre sont homologues entre eux. Il suffit simplement de savoir qu’ils sont tous le premier terme d’une relation d’opposition et de dégager le sens du triangle. Nous voyons qu’il est possible de comprendre analytiquement le langage symbolique, mais cela n’est pas suffisant, il faut qu’il soit vécu et intégrer dans la personnalité afin que la volonté permettant l'action puise ses racines dans le coeur, source évidente de l’harmonie. L’initiation maçonnique est une clé importante de ce processus, car tout ce qui s’accomplit dans le temple est symbolique et totalement interdépendant. C’est par la découverte du rapport des valeurs symboliques que le niveau de conscience s’élève. L’initié pourra toujours comprendre le triangle comme une figure géométrique utile à la trigonométrie et à la construction, mais un jour le triangle deviendra ternaire, c’est à dire que les rapports des côtés, angles et sommets seront lié à son sens de gravité, lieu magique où l’Unité est la clé de l’informulé. La pointe du compas pourra alors dessiner le cercle qui ouvre la voie de la transcendance. Du monde des idées, le ternaire mutera en trinité et symbolisera le G\ A\ D\ L\ U\. Le processus de connaissance est maintenant vivant et il enchaîne les coeurs de tout ceux qui boivent à la même source d’amour, lieu géométrique de l’harmonie universelle sur cette terre. Enfin pour clore ce chapitre sur le langage symbolique, il est utile de rappeler que ~la partie consciente d’un homme peut être figurée sur trois axes représentant les plans physiques, affectifs et mentaux. Ainsi la conscience peut être représentée par un parallélogramme dont la dimension caractérise le niveau de conscience. D’autre part notre psychisme est constitué de trois niveaux Le premier étant celui du Moi, domaine du Je et de la conscience intérieure, le deuxième celui de l’Inconscient siège des mémoires actives ou en repos et le troisième, celui du Soi ou Ame, siège du non formulé qui englobe le Tout, et qui n’est pas perçu par les deux premiers. Les symboles sont les outils qui permettent le transfert d’informations du Soi à la conscience. Ils sont le révélateur de monde du Haut et assurent donc cette indispensable liaison, ce retour vers notre mer psychique commune comme le définissait Henderson sans lequel il n’y a pas d’acceptation relationnelle dans la diversité, pas d’amour inconditionnel, pas de compassion. Qu’en est-il de la fraternité dans une loge maçonnique et qu’est-ce qui la différencie de celle d’une société profane? Une loge est un microcosme de la société civile. Tous les Frères ont des aspirations différentes au vécu de la fonction initiatique. Cette grande diversité est une richesse immense car elle permet une dialectique permanente par un dialogue serein et respectueux des différences. Ainsi, les Maîtres dialoguent avec les Apprentis et Compagnons dans un esprit affectueux où les interrogations respectent le niveau initiatique, mais qu’en est-il du dialogue des Maîtres entre eux? Et qu’en est-il des attitudes de chacun d’eux vis à vis de la souffrance d’un Frère subissant un déséquilibre professionnel ou qui nécessite une aide morale? Nous allons tenter d’y répondre en cherchant avant tout à définir le sens de l'harmonie dans une loge et de son rapport avec la volonté d’agir. Une loge est symboliquement analogue à un homme. Elle a un corps représenté par ses statuts et règlement, une âme qui est la somme qualitative de la conscience des FF\ et un esprit fonction du vécu initiatique de chaque F\. Nous retrouvons à nouveau un ternaire dont nous savons que la résolution est idéalement située au centre du triangle. A ce point précis, l’harmonie d’une loge est évolutive c’est à dire que son action est au service de l’ensemble des Frère et en particulier du Frère en difficulté car il suffit d’un seul chaînon faible pour que la résistance de la chaîne diminue. Tout déplacement du point central doit donc être suivi d’une action de correction. Elle est du ressort de chaque Frère qui a pris conscience du changement d’équilibre, mais généralement la correction est faite dans un premier temps par le Vénérable Maître avec l'aide du comité directeur, puis ratifiée par le collège des officiers et enfin communiquée à la loge plénière si les solutions n’ont pas été trouvées auparavant. En aucun cas le problème doit rester sans action, car il entérinerait un nouveau point, une nouvelle référence en quelque sorte mal située et non représentative de l’Harmonie Universel. Cette volonté d'agir doit être sans faille et peut parfois sembler gêner certains FF\. Qu’ils ne prennent pas ombrages, car ils seront les premiers à ressentir la douce chaleur de notre amitié retrouvée. Une Loge obéit à la même logique d’évolution qu’un F\. Elle est donc caractérisée par un parallélogramme qui définit son niveau de conscience. Plus celui-ci est élevé et plus les informations entre le SOI, symboliquement représenté dans notre cas par 1’Egregore maçonnique nourrissent l’amour fraternel et qualifieront la fraternité. A contrario, si le niveau de conscience est bas, les activités s’exprimeront essentiellement dans les domaines proche du monde profane. Cela pourrait entraîner à terme des confusions sur les véritables objectifs de notre destin initiatique. Une loge crée et constitue des francs-maçons comme elle doit créer tous les actes qui permettent à ceux-ci d’espérer se perfectionner. Elle ne doit donc jamais ignorer ce qui l'alourdit et de même que nous nous levons ensemble à l’appel du Vénérable Maître, de même nous cherchons ensemble à aider ceux qui souffrent et à fortifier notre intuition afin d'étendre notre champs de conscience jusqu’à nos Frères passées à l’Orient Céleste qui sont notre inconscient collectif. N’oublions pas les messages qu’ils nous ont laissés ici Bas et continuons leur oeuvre en nous rappelant que tout ce qui est en Haut et aussi en Bas. Nous voyons mieux à ce stade de l’analyse ce qui différencie une société profane d’une société maçonnique, c’est le souci permanent d’une qualité relationnelle au service d’une Harmonie universelle. Aujourd’hui, le monde profane se construit sur des valeurs mathématiques qui sont du domaine du premier degré. Ce monde a donc besoin d’individus qui satisfassent son existence par une fidélité à toute épreuve. Dans ce monde-là comme dirait Brel, c’est la possession d’argent qui est le principe de reconnaissance accepté par tous. Le sens de l'Harmonie et l’art du compromis sont totalement incompatibles avec la productivité. Les états d’âme sont considérés comme sans valeur et pourtant chez nous en Maçonnerie, nous les recherchons à travers nos rituels. Que de différences constatées, que de désillusions à venir et pourtant nous devons vivre dans ce monde, réaliser notre destin et travailler pour nourrir notre famille. Notre chance en tant que F.’. M.’. c’est d’être libre et de vivre pleinement notre liberté dans une organisation acceptée et dont la finalité est la recherche de l’Unité. C’est dans un tel état d’esprit que nous osons espérer qu’un jour notre Loge sera la société de demain et cet espoir nous fait accepter de paraître au lieu d’être. Mais ce qui est important c’est de la savoir. Face à ces contradictions existentielles difficiles, le franc-maçon doit avoir une rigueur exemplaire. Confronté aux choix permanents du pouvoir et de la compassion, il est nécessaire qu’il vive dans une fraternité active et chaleureuse afin que son action exprime toujours le sens du Vrai. Recevoir des coups dans le monde profane sera alors le juste prix d’une démarche qui ira souvent à rebrousse poil d’une réalité économique mais alors, oh! Combien sera belle la récompense. L’âme sublimée l’entraînera dans les grandes plaines d'où viennent les senteurs de l’Orient, divins fruits gorgés de sucs paradisiaques qu’il pourra partager avec ses Frères en lutte. C’est alors que le monde mécanique, bétonné, ordonné et emprisonné laissera place à la douce réalité de l’illusion. Seul mais avec Tous, il saura encore partager cet instant de bonheur par un silence souriant. La Fraternité maçonnique est fille de l’harmonie. Elle se conjugue au féminin car comme Vénus, déesse et planète de l’amour, elle représente les actes de douceur symbolisée dans nos Loges par la chaîne d’union. La chaleur de nos mains est la Force qui naît de notre coeur, elle diffuse entre nous jusque dans les plans subtils de notre inconscient afin de cristalliser la beauté de cet instant. L’enchaînement des mains est aussi l’enchaînement des coeurs représentant l’acte de création symbolique de l’égrégore maçonnique. Dans ce plan d’amour Universel, les Frères de la loge se relient à un espace-temps indifférencié d’où émanent les volontés de partage. Savoir donner, savoir recevoir et savoir partager est le ternaire d’action de la fraternité maçonnique. Selon la loi d’analogie, partager est homologue à fraternité qui trouve alors son plan d’action à travers une volonté de reconnaissance et d’action réciproque. La boucle est bouclée et tel l’Ouroboros rien ne sert à diviser, tout naît d’une volonté unitaire sans début ni fin, car tout est dans l’instant vécu. La fraternité est vivante en nous, elle nous lie à tout jamais à notre devenir qu’il soit accepté ou non, c’est une réalité intangible et c’est un devoir de la partager. La fraternité maçonnique est aussi fils de la raison. A travers Mars, planète de l’énergie et de Mercure, planète de l’intelligence elle se veut dynamique, entreprenante et communicative. Le coeur enflammé ne saurait se consumer sans des actes réfléchis et concrets. Le coeur est la source de l’inspiration qui arme alors notre volonté d’action. Identifier la nature du déséquilibre est important. C’est ainsi que nous mettrons tout en oeuvre pour sauver notre Frère en difficulté. Cette volonté est d’ailleurs traduite en loge par un serment exprimé d’une même voix par tous les Frères présents lors d’une tenue d'initiation au premier grade. Ce serment est la clé donnant accès à l’action fraternelle qui s'exprimera alors par la recherche constante d’une solution au problème identifié. Il ne doit pas avoir de défaillance à ce niveau, car l’énergie martienne et mercurienne peut s’orienter vers le Haut ou vers le Bas, comme de même, le triangle équilatéral peut être exprimé pointe en Haut ou pointe en Bas. Une Loge maçonnique est responsable de l’orientation de son triangle puisqu’elle est triangle elle-même. C’est de l’action commune de tous les Frères en faveur du maillon affaiblit que jaillira alors l’inspiration salvatrice et réparatrice. Tel est le sens de Mars et de Mercure unis tous deux dans une action concrète de reconquête de l’harmonie. La fraternité nous engage donc à une rigueur symbolisée par le signe d’ordre, car de même que nous sommes à l’ordre en franchissant la porte du temple, de même nous sommes droit et en marche au milieu des deux colonnes J:. et B:. qui représentent dans cette circonstance la relation duale donner et recevoir; cette attitude volontaire vers des actions concrètes trouve sa source en nous-mêmes, vu que nous sommes après les trois pas d’entrée dans le temple le sommet d’un triangle équilatéral symbolisant le partage et par extension la fraternité. C’est de nous que viendront les actions de corrections et toute échappatoire provoquera des lésions profondes dans l’égrégore. Nos rituels en font mention et punissent l’inaction. Tel est le sens du devoir en Loge au service de la fraternité maçonnique afin qu’il anime les coeurs de ceux qui agissent dans le vrai pour le bien de celui qui souffre. Nous avons beaucoup parlé de la fraternité en Loge, car c’est dans ce microcosme, véritable Oeuvre du Haut exprimée en Bas, à l’instar de Saint Jean véritable initié sur cette terre que nous développons l’Art Royal. Mais qu’en est-il des actions du Maçon dans la vie profane? Comment doit-il vivre son art sans dévoiler les secrets ni les arcanes de sa foi maçonnique.

Tout au long de sa vie le maçon est confronté à cette question: Comment vivre son besoin d’équilibre et d’amour dans la société civile tout en acceptant les contraintes de la société de consommation? Comment vivre sa sensibilité, son désir de compassion sans être marginalisé et reconnu comme un faible. Pour mieux comprendre ce dilemme, rappelons quelques lois élémentaires du monde profane. Aujourd’hui, il faut gagner partout et toujours en acceptant le combat. La fin de la lutte est signifié lorsque la maladie s’installe, lorsque l’incompétence professionnelle est reconnue, lorsque l’incompatibilité caractérologique s’installe dans la hiérarchie, lorsque les amis de toujours vous trahissent, lorsque le stress amène le désordre et la dépression, lorsque le visage se ride et que la sagesse remplace l’impétuosité enfin lorsque l’indifférence de son entourage crée l’angoisse d’être rejeté. Le monde économique est concurrentiel ce qui entraîne une course à la productivité et sa fonction première est l’utilisation des individus les plus performants. Le concept est donc sélectif dans sa nature. Il n’y a pas de place pour celui qui ne sait pas ou plus gérer la baisse de performance, les incertitudes, les doutes, les interrogations existentielles. Sa règle première est de consommer toutes les qualités dans le seul but du profit puis de rejeter celui qui est épuisé dans les mains de l’état ou dans un corps social hors de la réalité économique. Comme nous l’avons identifié au début de cette planche, la bête économique est autonome et comme tout corps constitué cherche en permanence des équilibres pour survivre. Elle agit déconnectée de la nature et prends des décisions d’autant plus brutale qu’elle se sent atteinte d’un cancer généralisé et qu’il n’y a aucun médecin pour la soigner. C’est le Surmoi égotique absolu qui est face à son autodestruction. Les êtres naissent, grandissent et meurent à l’instar des sociétés. La nôtre a déjà diagnostiqué son grand âge. En tant que maçon, nous assistons conscient mais impuissant à cette évolution. Que faire quand nous sommes si seul dans la société politique et économique? Ils sont rare les instants où nous reconnaissons un Frère parmi ses collègues et alors que se passe-t-il ? Au-delà de la joie de la rencontre et du partage, comment agir ensemble pour annuler voir modifier certaines décisions contraires à l’intérêt maçonnique, mais en accord avec les objectifs de l’entreprise qui nous paye? Qui a la réponse à cette question? Est-ce que l'ordre maçonnique assumera les conséquences d’une résiliation de contrat privé pour une juste cause maçonnique? Ces interrogations expriment bien la difficulté de trouver une adéquation entre l’idéal maçonnique exprimé par notre conscience et notre volonté d’action dans le monde profane et les conséquences pratiques des actions entreprises. Dans nos Loges, nous cherchons le chemin de la Connaissance et quand nous l’avons trouvé ce n’est pas pour le quitter pour celui du Jugement. Nous continuerons donc imperturbablement à chercher l’acte juste en équilibre entre les intérêts profanes nécessaire à la vie familiale et les exigences maçonniques, mais les réalités du monde profane sont toujours plus exigeantes et dévoreuse de liberté de conscience et seule la pratique active de la fraternité maçonnique réduira les inévitables tensions psychologiques. Nous ne sommes que 6 millions sur cette terre c’est à dire un pour mille de la population mondiale. Que pouvons-nous faire ? D'autre part, comment communiquer notre savoir en dehors de la maçonnerie? Le maçon est un homme libre qui aime partager sa vision du monde en pratiquant l’esprit de synthèse, parce qu’il a intériorisé ceux de l’impulsion et de l’analyse lors de son initiation. Pour être compris, il a besoin de partager ses doutes dans la confiance et il ne pourra le faire qu’avec un autre homme pratiquant l’esprit de synthèse. La société civile ne développe pas cette qualité, car elle veut des individus asservis à son éthique consumériste. Elle forme donc des idéologues qui sont au service de cette cause et qu’elle nourrit d’espoirs matériels. Elle a davantage besoin d’homme de réaction que d’homme d’action. Le maçon est donc seul avec ses Frères. Bientôt, sa philosophie sera décrite dans le hand book des instituts universitaires psychiatriques comme une maladie psychique assimilable à une déviance nécessitant une thérapie d’isolement. J’espère que tous nos Frères psychiatres sauront le moment venu s’opposer à cette dérive. Mais qu’elles que soient les évolutions de la société, le maçon restera un entrepreneur de lui-même et aussi un salarié de la Loge, car en recevant son du auprès d’une des deux colonnes du temple, il accepte de devenir riche de l’amour des autres. Son rapport à l'argent est profondément distinct de celui du profane, car il aime être payé pour mieux aimer ses Frères et pour construire en respectant les équilibres naturels, ainsi il connaît la vraie valeur qui relie toutes les actions à l’Unité, centre du cercle et lieu géométrique de la diversité humaine. Il ne se reconnaîtra donc pas dans les attitudes impulsives et destructives qui enchaînent la conscience à la culpabilité mais au contraire il tentera d’en comprendre les mécanismes à la fois par la connaissance des détails mais aussi de leurs origines. Il pourra alors être cet homme de synthèse et trouver le point d’équilibre qui deviendra le vecteur d'une volonté farouche vers une action d’intégration. Intégrer est le maître mot, car personne ne sera oublié sur le grand chemin qui mène à l’Orient. C’est la récompense de la liberté quoiqu’en disent les gourous de l’économie. C’est parce que les Frères n’interrompent jamais leur marche que la Maçonnerie traversera aussi les époques les plus troublées, les plus obscures et qu’elle passera le témoin à la génération suivante. Telle est notre mission aujourd’hui, tel est aussi notre devoir d’affronter les épreuves dans un esprit serein, positif et dépourvu de passion. La fraternité est dans cette optique le ciment commun de tous les maçons du monde. Elle émane de notre chaîne d’union universelle et confortera toujours le coeur des Hommes sur cette terre.

Références bibliographiques :

- En quête de la parole perdue. José Bonifacio

- La voie symbolique Raoul Berteaux

- Dictionnaire des sciences occultes, de l’ésotérisme et des arts divinatoires Hervé Masson

- L’idée Maçonnique. Essai sur une philosophie de la franc-maçonnerie Henry Tort-Nougues

- Les symboles maçonniques d’après leurs sources Patrick Négrier

     

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article