Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

la Maçonnerie considérée comme le résultat des religions égyptienne, juive et chrétienne

30 Mai 2012 , Rédigé par F Reghellini Publié dans #histoire de la FM

La France même, en 1800, était partagée dans les croyances Maçonniques
suivantes, qui étaient les plus répandues ; savoir :

Le Rite Ecossais Philosophique,

Les Philalètes, ou les chercheurs de la Vérité ,

Le Rite Adonhiram,

Le Rite de St.-Jean d'Ecosse, établi à Marseille,

Le Rite des sublimes Elus de la Vérité ,

Le Rite Hermétique de Montpellier,

Le Rite de St.-Martin,

Le Rite des Coëns, par Martines Pascalis,

Le Rite primitif, ou d'Hérodom de Kilwinning,

Le Rite Ecossais de la Grande-Loge d'Angleterre,

Le Rite Primordial de France,

Le Rite de l'Ecossais Ancien et Accepté

Le Rite des Trois Grades Symboliques..

Tous ces différents Rites professés indistinctement forcèrent, pour ainsi
dire, le Grand-Orient, vu l'anarchie et l'insubordination de ses différents
chefs d'Ordre, à faire cet acte de tolérance, dont nous avons parlé; d'autant
plus, que Le Rite de l'Ecossais Ancien et Accepté qui avait ébloui par ses .réceptions
et par la multitude de ses Grades, avait pu, au moyen de ses partisans ,
prétendre avec orgueil que le nouveau Rite Français n'était qu'un
extrait de quelques Grades de l'Ecossais  Ancien et Accepté qu'il était imparfait, et
que ses quatre Ordres ajoutés aux trois symboliques, n'étaient que le produit
d'une compilation très-gauchement puisée dans une multitude de Grades Ecossais
mis à contribution pour former un corps mutilé.

Nous avons connu des Maçons décorés de tous les Grades possibles,
n'ayant aucune science ni vertu Maçon\, tandis que d'autres admis aux premiers
Grades Philosophiques, avaient saisi l'esprit de l'institution et son louable
but. Ce n'est pas dans le nombre des Grades d'un Rite, mais bien dans les
doctrines épurées que réside la vraie science Maçonnique.

Partager cet article

Commenter cet article