Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La Maîtrise et le Discernement

29 Novembre 2013 , Rédigé par X Publié dans #Planches

Pratiquer le cheminement sur la Voie initiatique nécessite un retour sur soi, un retour en soi permanent, et lorsque que l'on porte ce regard sur le parcours effectué depuis le jour de notre initiation, on constate que l'enseignement symbolique de nos rituels nous donne progressivement les outils et nous enseigne les moyens de réaliser le discernement qui est â mes yeux une des clefs d'accès â une réelle maîtrise, l'autre étant l'amour.
- 1er degré : début de la connaissance de soi par l'abandon des métaux, travail sur let imperfections de l'esprit et du coeur, sur les préjugés et certitudes. Premiers pas de l'humble postulant plongé dans les ténèbres de l'ignorance vers la lumière par l'accès à sa conscience et l'apprentissage du discernement.
- 2ème degré : ouverture aux autres, voyages, confrontations des idées, découvertes du monde et des différentes cultures et morales qui les composent. et de leur rattachement à une éthique universelle, celle des droite de l'homme et de la dignité humaine. Prise de conscience que tous les aspects de notre vie dépendent des autres, que notre précieuse autonomie est une illusion, un fantasme et que notre farouche indépendance nous rend prisonnier. Apprentissage du partage et développement du discernement.
- 3éme degré : Accès aux moyens de la connaissance par le discernement. Que dit le rituel d'instruction à ce degré ?
Question : dans quel dessein pensez‑vous que le grade de Maître ait été institué réponse : pour combattre les préjugés qui s'opposent au développement des connaissances humaines, pour briser le joug de l'ignorance, du fanatisme et de l'ambition déréglée (ce qui laisse entrevoir que l'ambition mise au service d'un cause juste est souhaitable) et pour établir le règne de la Liberté. de l'Egalité et de la Fraternité.
Ainsi donc, il est clairement établi que c'est le travail initiatique du 1" degré qui consiste à « dégrossir sa pierre brute » puis qui se poursuit au 2° degré, celui de l'accès aux autres, au monde par l'intégration de sa « pierre taillée » dans l'édifice‑universel, qui donnera accès à la Chambre du Milieu, là ou règne l'amour .et le discernement, afin d'arriver à ce qui me semble l'objectif premier de la démarche initiatique : la connaissance de soi pour tendre ensuite, mais ensuite seulement, ver, le but inscrit dans le Chapitre 1er de notre Constitution : le perfectionnement de l'humanité. Objectif et but impliquant obligatoirement l'amour et le discernement. En ce sens notre démarche, notre Tradition et notre Constitution s'inscrivent, comme depuis leur origine, dam la modernité du XXI siècle évoquée dans le thème choisi pour les travaux de ces journées d'études.
Chacun d'entre nous suit cet objectif et tend vers ce but à sa façon, à son rythme avec ses convictions (qui ne sont pas des certitudes) et avec sa sensibilité plus ou moins humaniste, plus ou moins spiritualiste mais peu importe, je serai tenté de dire seul le résultat compte :devenir un homme Vrai et libre débarrassé de sa gangue, devenir Maître Hirarn et poursuivre avecdiscernement l'oeuvre commencée dans le Temple. Nous savons chacun pour vivre au quotidien combien ce cheminement intime et long est difficile, douloureux, combien il implique de remise en questions, de retour sur soi et en soi, de trébuchement. Nous voyons à chaque instant, malgré nos 7 ans et plus, l'importance de notre égo, de la difficulté à faire la guerre aux mauvais penchants de celui‑ci pour nous détacher de bien des passions, et à fortifier ses bonnes dispositions afin de conserver intact notre attachement à nous mérite. C'est ce manque d'amour et de discernement qui font de nous nos propres mauvais compagnons, nos propres meurtriers. Néanmoins, mon vécu initiatique, celui de mes 20 ans de Maçonnerie active en France et en Afrique noire me permet de dire avec toute l'humilité qui convient que l'objectif et le but ne sont pas qu'utopie.
L'alchimie qui transforme le profane en Maître Maçon, en homme Vrai et libre est subtile, complexe, difficile à analyser. Mais aux nombre des éléments, des sentiments composant cette mystérieuse alchimie. se compte comme je l'ai dit plus haut, l'amour et le discernement et c'est à l'évidence le manque de ces deux qualités qui ont transformé les 3 Compagnons en meurtrier d'Hiram, meurtre que nous revivons lors de chaque Exaltation à la Maîtrise et dont l'un des enseignements est qu'elle n'est que virtuelle, que rien n'est acquis, que tout reste à faire et d parfaire. Rappelons nous mes  Frères cette inscription dans le Cabinet de Réflexion : « Vigilance et Persévérance ». A ce stade de mon travail m'est venue cette interrogation : si je devais décrire mon cheminement initiatique depuis 20 ans dans quel ordre le ferais‑je ?

1) interrogation sur mon existence, son sens et son devenir. Besoin de spiritualité inconsciente.
2) initiation(démarche personnelle, voir égoïste
3) découverte de la Fraternité initiatique et son importance.
4) conversion du regard
5) ouverture du coeur (démarche vers les autres)
6) accès à la Maîtrise (virtuelle)
7) élévation de la conscience par une intégration plus brande du sacré et de la spiritualité
8) discernement
9) maîtrise progressive de l'égo et des passions ; détachement de l'avoir et début de la sagesse (sans doute aussi avec l'âge)
10) besoin de partager avec mes FF en initiation et en humanité mon vécu et mon acquit initiatique et mon amour fraternel.
11) plus grande sérénité, plus heureux au quotidien. Vous constaterez nies FF que dans ce cheminement, qui n'est que le mien, que je viens de décrire:, 1e discernement n'apparaît qu'après l'ouverture du cœur, l’acces à la Maîtrise et l'élévation du conscience. Je pense en effet en plongeant mon regard sur ce vécu qu'il ne peut y avoir de transformation et amélioration réelle de soi et accès à ce que René Guénon nomme les « états supérieurs de conscience » (que nous sommes susceptibles d'acquérir avec l'accès à la Chambre du Milieu) due par 1a Voie. du coeur, celle de l'amour, après l'avoir purifié car « c'est le lieu même dus désirs, de l'attachement, des passions, de l'aveuglement ..... » dixit Arnaud Desjardins. Ce n'est qu'après ce long, très long travail par l'ascèse initiatique que l'écu pourra être remise en cause et que la Voie du coeur deviendra instrument de connaissance; les qualités intellectuelles aussi brillantes ­soient elles ne sont que relatives et en tout cas insuffisantes pour accéder à la Connaissance. Il faut pour cela, l'alliance de la Raison et du Coeur par le filtre du discernement.
« Puisse le Feu (celui des passions) qui vous a .enveloppé se transmuer dans votre coeur en un amour ardent pour vos semblables, puisse la Charité inspirer vos paroles et vos action » …3éme voyage du rituel d'initiation au 1er degré du Récipiendaire.

Le dictionnaire donne au mot discernement la définition suivante « action de distinguer par le regard. Opération de l'esprit qui distingue les choses (le bien du mal, le vice de la vertu....). Faculté à juger sainement les choses. Son contraire étant : la confusion.
Il est intéressant de noter que le. dictionnaire parle de « distinguer par le. regard », ce que nous pouvons rapprocher de la nation de conversion du regard et « d'opération de l'esprit » ce que. nous pouvons également rapprocher de la notion d'élévation de conscience.
Le discernement nécessite toujours un univers de référence. Pour le profane cet univers est multiple
• familial
• éducatif
• professionnel
• religieux
• politique
Nous nous trouvons là dans les domaines du « savoir imposé » et des « vérités révélées », ce ne sont pas des univers qui permettent à eux seuls l'optimisation des critères d'analyse et te litre choix donc et pour une réelle liberté, une réelle libération de notre être. Nous savons tous, pour être issu de. ces univers que le seul accès au savoir, à l'éducation, s'il est libérateur des dogmes par le biais des avancées scientifiques et technologiques, ne permet pas â lui seul, sans l'accès à la Connaissance, d'acquérir la force de l'amour et le discernement.
Arrêtons nous quelques instants mes F\ sur l'exemple significatif du domaine scientifique 1a pensée du 18éme siècle, celui dit des Lumières, espérait que la science libérerait l'homme ; ses espoirs ne se. sont hélas pas réalisés. Certes, les conditions matérielles d'une partie minoritaire et privilégiée de la population mondiale se sont améliorées. La machine s'est de plus en plus substituée à l'Homme mais paradoxalement elle a été également un élément de. son asservissement. La science n'a pas été l'outil espéré de sa liberté et de sa dignité, au contraire,la complexification de la société, l'accélération considérable de la recherche scientifique, des connaissances, sans prendre en compte parallèlement ce qui est du domaine de la spiritualité, de. la philosophie, de la morale et de l'éthique en un mot de l'esprit, ont engendre` chez l'Homme un déséquilibre en donnant la primauté de l'avoir sur l'être, du matériel sur le spirituel ; elle a engendré la perte du sens, ce malaise ontologique, phénomène destructeur toujours présent ü l'aube. de ce nouveau siècle. C'est là un véritable défi pour Maître Hiram... Mais on ne peut pour autant rendre la science responsable de tous ces maux, ce serait injuste, d'autant que grâce à son évolution des pans entiers de fausses croyances et de dogmes sont tombés. On ne peut de ce fait lui imposer de limite, pas plus que nous n'en acceptons nous Maçons dans la recherche de la Vérité, car la science n'a pat et ne, peut avoir ni morale ni éthique ; un tait scientifique est un fait un point c'est tout. (ce n'est bien évidemment pas le cas des scientifiques qui ont eux le pouvoir d'orienter et de diffuser leurs découvertes vers le, bien ou le, mal ; ils peuvent rendre, la science aussi constructrice que destructrice, et :
• les avancées extraordinaires dans le domaine génétique et les manipulation dangereuses de certains scientifiques (et plus loin encore dans l'Histoire du Monde, les expérimentations humaines dans les camps d'extermination nazis ou Japonais durant la seconde guerre mondiale
• les transplantations d'organes et le trafic organisé de ceux‑ci au détriment des populations les plus démunies
• la découverte du nucléaire et son utilisation en armement etc .....
A l'évidence le sens de la morale, de l'éthique et du discernement ne sont ras toujours les vertus les mieux partagées du monde scientifique. « Science sans conscience, sans discernement. n'est que ruine. de l`âme ..»
On constate d'ailleurs depuis peu que ce développement non ou mal contrôlé a engendré, aussi bien dans le: milieux scientifiques que politiques la prise de conscience de la nécessité absolue d'une mise en phase de règles éthiques dûment réglementées par des lois. Lois à l'élaboration desquelles l'Ordre: Maçonnique est associé. Relie reconnaissance morale, de, notre éthique et de notre discernement vous en conviendrez mes F. Mais n'est‑il pas vrai aussi que Maçons et scientifiques ont le même but celui de la recherche de la Vérité. Toutefois leur approche ne se situe pas sur le même plan. La pensée scientifique est une démarche prédictive de plut cri plus cloisonnée et spécialisée qui, n partir de phénomènes, cherche à expliquer par les lois, mesures et calculs une. connaissance exacte et véritable. la méthode Maçonnique est différente; grâce à ses rituels elle déconditionne l'homme et par son approche ésotérique, humaniste, cosmogonique, son langage symbolique. Elle préserve la vision globale qu'a perdu le scientifique ; elle permet l'accès su mode de raisonnement analogique et à celui de la pensée analytique, par opposition d la pensée rationnelle, celle de ta science fille donne par le discernement et l'amour tune conscience universelle à cette vision globale en mettant l'Homme et son devenir au centre de toute réflexion, de toute démarche. Elle affirme le binaire science/conscience ne devrais‑je dire le ternaire science/conscience/discernement qui redonne La convergence et la complémentarité entre science et initiation, celle. des alchimistes.
Pour ce qui est des univers politiques et ou religieux (le pire étant lorsque le religieux s'arroge le pouvoir politique), nous sommes là dans le domaine des dogmes, affirmant des vérités révélées, souvent imposés par la force et distribuant des interdits. Univers faisant appel aux pires instincts des individus pour mieux les asservir, les contrôler en s'appuyant sur leur ignorance et leurs superstitions ; ignorance menant aux pires intolérance` et fanatisme.
Ce sont là pourtant des univers qui devraient participer à la libération de l'homme s'ils intégraient l'amour ci le discernement. Le premier parce qu'il a comme objectif la Liberté et l’égalité et le second celui de la Fraternité universelle. L'actualité dramatique récente est à mes yeux un exemple caractéristique d'absence de ces deux qualités.  Sans faire de politique, il convient de reconnaître que c'est l'ego démesuré des différents dirigeants américains voulant imposer partout leur morale sans prendre en compte la morale particulière des outres civilisations et sans s'appuyer sur une éthique universelle Bien que leur manque de discernement dans leurs orientations géopolitiques qui ont fini par cristalliser les haines et les rancoeurs et permis l'émergence de dictateurs fous inculquant une interprétation exotérique fausse de leur religion, de leur Foi aveugle à de pauvres bougres analphabètes et miséreux dont la seule perspective est l'aggravation de. leur situation et de celle de leur famille ou la mort pour accéder à un paradis ait l'avenir sera 4 jamais celui du bonheur qu'ils n'ont pu goûter bue cette 'l'erre. En écrivant cela je me suis souvenu de cette phrase que j'avais entendu je ne sais où : « l’amour est un moyen comme un autre de priver quelqu'un de sa liberté. de la liberté » . Phrase térrible pour nous qui évoquons si souvent ce sentiment; mais l'amour a aussi son pavé mosaïque. Il sait être don, partage, compassion, bonheur lorsque la vertu du discernement l'accompagne, mais il peut tout aussi bien être passion, haine, jalousie, Aveuglement et prendre le visage de la mort lorsqu'il est au service de l'ignorance, de l'orgueil ou de l’ambition mal comprise.

La Voie initiatique est un autre: univers de référence qui intègre dans son cheminement d'autres valeurs qui ne sont qu'exceptions dans le monde profane et en tout cas et à ma connaissance, jamais réunies dans le même enseignement, dans le même vécu :
• la dimension spirituelle
• l'adogmatisme
• l'humanisme
• la recherche permanente de la Vérité dans l'échange des idées en Loge, dans un espace sacré
• l'humilité
• des rituels et un langage symbolique libérateur des mots (pour ne plus prendre ceux‑ci pour des idées nous y invite: le rituel)
• une morale s’appuyant sur une éthique universelle
• la fraternité et l'amour et bien sur tout cela dans l'apolitisme et l'areligiosité librement consentie C'est le domaine réservé de la Connaissance, de soi d'abord, dus autres. de l'univers et de la conscience de l'unicité inséparable des trois; c'est la seule voir d'accès à la libération de l'être et fi son droit au bonheur ; c'est le domaine de la raison et du coeur passé au crible du discernement, A l'inverse du seul  à savoir profane, de ses »dogmes, tic ses vérité. révélées, (c'est Dieu qui descend vers l'Homme), la Voie qui mène à la Connaissance. est d'un tout autre ordre, c'est celle du domaine. du sensible, de la spiritualité rattachée a une érudition, (c'est l'homme qui tend vers, le Divin). Elle permet cette capacité d'éveil, de compréhension, d'amour, de discernement qui donne l'intuition d'une transcendance. Son langage se situe au delà des mots utilisés pour l'acquisition du savoir, il est celui des allégories, des légendes, des mythes et des symboles sous lesquels le rituel du 1er degré nous invite déjà à chercher l'idée et à développer ainsi notre discernement. Sa méthode est celle de la quête permanente de la Vérité par l'ascèse initiatique pour comme l'évoque la Kabbale, « ouvrir les mots des lettres pour accéder à la lumière ». C'est. cet enseignement initiatique progressif, par degré et lui seul qui développera progressivement le discernement chez l'initié ; c'est ce discernement qui permettra, à un moment donné de son parcours, à « athé stupide » de passer du théisme au déisme. voir de l'athéisme au déisme, c'est à dire des dogmes religieux d'espérance des évangiles, C'est aussi, je pense par le discernement que viendra la conscience de notre impermanence, nous sommes les fils de la putréfaction et de l'énorme potentiel de l'existence humaine à la compréhension des paroles d’espérance des évangiles. C’est aussi je pense par le discernement que viendra la conscience de notre impermanence, nous sommes les fils de la putréfaction et de l'énorme potentiel de l'existence humaine. Cela confère un sens de l'urgence, chaque instant de notre vie est précieux et. nous avons l'obligation d'en user au mieux. Ne connaissant ni le début, ni la fin nous avons le devoir d'exalter !e présent. le bonheur ici et maintenant sans attendre un éventuel et hypothétique paradis.
A l'inverse, la prise de conscience de notre finitude sans le discernement pourrait amener à un comportement absurde qui consisterait à vivre chaque instant. dans l'égoïsme et la volonté de jouissante immédiate, l'inverse même de l'harmonie et du bonheur.
C'est cet enseignement de la Voie initiatique, celle du coeur et du discernement qui nous permettra de démasquer nos mauvais compagnons,
notre ego qui nous fait tant souffrir, et qui nous empêche de comprendre et de voir que le. bonheur est là, à portée de main pour chacun de nous et qu'il peut être vécu au quotidien. Trop souvent, par ignorance et aveuglement, nous en voulons à la Terre entière parce que ce monde n'est pas comme nous aurions aime qu'il fut ; un monde qui nous a tellement déçu, pensons nous, sans nous demander si ce n'est pas nous qui avons déçu le monde : qui avons déçu nos F\.
Finalement, libéré de nos mauvais compagnons, de notre petit moi haïssabIe., un autre regard, enrichi par le discernement, nous rend plus sensible à ce que ta vie nous donne qu'à ce qu'elle ne nous donne pas ou qu'à ce qu'elle nous prend ; nous rend plus sensible également à ce que
nous pouvons faire pour les autres (prise de conscience du devoir) qu'à ce que les autres peuvent faire pour nous.
Une histoire soufie citée par notre F\ J.P D\ raconte à ce sujet : «Très jeune sur la Voie, je n'avais qu'une seule prière : Mort Dieu, aidez‑moi à
changer le monde., ce monde insoutenable, invivable, cruel et injuste.
Et je me suis battu comme un lion. Après des années et des années, peu de chose avait changé. Je n'avais ensuite qu'une prière : Mon Dieu, aidez­ moi à changer ma femme, mes enfants et ma famille. Et je me suis battu comme un lion des années et des années. Aujourd'hui, je suis un vieil homme et je n'ai guère qu'une prière : Mon Dieu, aidez moi à me changer ! Et voilà que tout change autour de moi.
»
Le droit au bonheur de l'homme et sa capacité A l'obtenir est directement lié au discernement et sa capacité de discernement directement dépendante de sa volonté et capacité de transformation. Lui seul décidera de s'engager dans cette voie, sur le chemin initiatique. Mais est‑ce à dire que le discernement ne peut s'acquérir que sur cette voie et ceux qui font ce choix arrivent‑ils tous au discernement tel que j'ai tenté de vous le décrire ?

A cette double question je serais tenté de répondre par l'affirmative à la première question et la négative à la deuxième. Nous appartenons tous à un univers causaIe, tous nos actes, nos choix, nos paroles construisent notre présent, notre avenir et celui du Monde et il est très rare dans les univers de référence profane due j'évoquais tout â l’heure de rencontrer des individus capables d'acquérir cette vertu ou celle de la sagesse qu'elle procure. Le doute est souvent absent de ces univers et si la sagesse commence par le doute, le doute est l'enfant du discernement.
L’homme court, court, inconscient du temps qui lui file inexorablement entre les doigts et de sa finitude prochaine toute aussi inexorable, accaparé qu'il est à chercher toujours plus d'avoir ou de pouvoir, ou plus simplement à survivre; « il perd sa vie â la gagner » A bientôt 60 ans je reste toujours attristé et consterné de voir qu'il doive toujours passer par les épreuves douloureuses que lui réserve la vie pour commencer à s'interroger, à transformer sort regard, et pour acquérir un début de conscience et de discernement, si tant est que cette étincelle se produise (retour â l'actualité récente)...Je n'en mesure que plus, lors de l'ouverture de nos Travaux, ou lors de moment comme celui‑ci, le privilège que nous avons, nues iridiés de pouvoir nous extraire régulièrement de ce monde si dur, sans pitié et du venir nous transformer, nous améliorer, nous ressourcer dans l'amour fraternel de nos temples et y apprendre le discernement qui nous permet de lever à chaque fois un peu plus le voile de l'ignorance qui nous cache la Lumière et la Vérité. si difficile à atteindre et si proche pourtant. . Nous pouvons y apprendre l’écoute et l'échange des idées sans juger, nous pouvons y partager l'amour vrai dégagé des passions et l'humilité qui font la grandeur de l'âme, la grandeur de l'Homme.
Il est vrai aussi que nous y trouvons aussi la présence d'un égo resté quelquefois très présent et pressant, au moins pouvons‑nous en prendre conscience, ce qui nous permet de mesurer le travail qui reste à faire pour vivre pleinement les cinq points parfait de la Maîtrise que j'ai aimerais symboliser aujourd'hui par :
• la raison
• l'amour
• la conscience
• le discernement
• la connaissance
cinq qualités transmises par l'initiation et l'accès à la Maîtrise, cinq vertus de l'Art Royal pour quo le Maître Maçon puisse retrouver un jour la Parole perdue depuis la mort Maître Hiram, celle de l'amour vrai, de l'amour universel.
Alors pour terminer en revenant au thème général de nos Travaux, je conclurai en pensant avec toute l'humilité qui sied que ce XXI siècle à tout autant besoin de Maître Hiram, c'est à dire de nous même qu'auparavant, de sa sagesse, de sa connaissance, de son amour à partager et de son discernement: cediscernement étui nous donne aussi la lucidité de savoir que nous restons toujours sous la menace de nos mauvais compagnons et que nous avons par conséquent !'obligation de continuer à nous améliorer sans cesse et nous Maître Maçons plus que d'autres. Les 33 degrés du REAA offrent les clefs pour cela, à nous de les saisir.
Ce n'est pas d'avancer lentement sur la Voie qui est blâmable, c'est de s'arrêter !!

T\ V\ M\ j'ai dit

Partager cet article

Commenter cet article