Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La Marche des neuf Maîtres

20 Février 2014 , Rédigé par C\ F\ Publié dans #Planches

Un voyage de plus sur notre chemin initiatique, où, déjà, sans que nous en ayons eu conscience, nous voyageons de façon centripète sur un cercle créateur. Aujourd'hui, morte une nouvelle fois à la vie, sous le linceul, la récipiendaire vit de manière statique le voyage des neuf Maîtresses. Elle ressent les vibrations de leurs déambulations qui se rapprochent de sa dépouille. Ce n'est plus l'heure d'écrire un testament. Elle pressent qu'elle doit se recentrer sur son Moi profond, sur son Être véritable, avant l'ultime voyage. Ces neuf Sœurs ont entrepris cette marche à la demande de la Très Respectable Maîtresse, qui, comme le dit le Rituel, après avoir pleuré notre Maître, veut lui rendre les honneurs funèbres qui lui sont dus, avec le secret espoir de recueillir quelques traces de sa science. Elle donne ainsi l'ordre :

« Voyagez mes Sœurs, de l'Occident à l'Orient, par le Septentrion, et de l'Orient au Midi, jusqu'à ce que vous ayez découvert le lieu sacré où d'infâmes meurtriers ont déposé le corps de notre Maître Hiram ».

Par cette injonction, elle s'assure que ce voyage couvrira la superficie intégrale de la terre et ne s'arrêtera qu'avec le succès de la quête. Cela nous laisse entrevoir l'importance de cette marche. Les neuf Maîtresses : la Maîtresse des Cérémonies, l'Experte, suivies de sept Sœurs, bras droit tendu au dessus du cadavre, font par trois fois dextrorsum le tour de la Loge. Ces bras tendus forment une voûte semblable à la voûte humaine sous laquelle passe solennellement la Vénérable Maîtresse lors de son installation, ou encore, celle d'acier qui accueille les Dignitaires. Ces voûtes témoignent de l'importance reconnue de la fonction honorée et de son aspect central, au sens de la construction de l'édifice, à l'image de la clef de voûte. Ces bras droits tendus, côté de l'action raisonnée de la construction, nous assurent ainsi de l'importance de la dépouille recherchée. Sous le linceul git, le futur Maître. Neuf Maîtresses voyagent. On rencontre ici le symbolisme du neuf. Le nombre neuf fait partie des nombres les plus chargés de sens symbolique, dernier de la série des chiffres, multiple de trois, chiffre impair qui suit le sept, lui-même, précédé du cinq. Trois, cinq, sept, des nombres déjà rencontrés sur notre chemin initiatique et chargés de sens dans notre tradition maçonnique. Dernier de la série des chiffres, il annonce une fin et un recommencement. C'est à dire une transposition sur un autre plan. Il exprime la fin d'un cycle, une transmutation. D'après mes recherches, le nombre neuf symbolise aussi la patience, la méditation, l'harmonie. Nombre du Yang, il est le nombre de la Plénitude. J'entrevois dans ces propos le pilier de la Vénérable Maîtresse, symbolisant la Sagesse, lueur d'espérance qui éclaire le troisième degré de notre rite. Neuf : deux plus sept, à l'image de la déambulation des Sœurs. La Maîtresse des Cérémonies et l'Experte, accompagnées de sept Sœurs. Deux symbolise le progrès, le développement. Sept est présent dans les degrés de la perfection, il n'indique pas une fin mais un passage vers d'autre chose. Il est notre âge en Chambre du Milieu où, nous avons sept ans et plus. Le nombre neuf nous assure ainsi dans cette marche.

- D'un changement d'état, du matériel au spirituel.
- D'une élévation à des niveaux supérieurs de perception.
- De la création de l'Être Véritable toujours en devenir.

Mais, il est aussi le nombre nécessaire pour que la totalité de la Connaissance soit retrouvée. Neuf Sœurs à la recherche des Secrets Véritables, cette quête qui est notre travail de Maîtresses, souligne que même si ce chemin est unique, pour le trouver, il faut être accompagnée. Nous avons besoin de nos Sœurs, dans le travail d'introspection que tout Initiée doit accomplir à la recherche de son Moi profond. Ce voyage organisé (9,2 plus 7) qui se fait dans la méditation peut donc être assimilé à une marche. Marche des neuf Maîtres et non Maîtresses pour donner une valeur universelle à cette marche. Le voyage entrepris ne se fait pas n'importe comment. Il comprend trois tours dextrorsum de la Loge. Ces circonvolutions doivent être concentriques. On rencontre, dans cette déambulation, le symbolisme de la spirale. En Chambre du Milieu, le désordre installé suite à la perte de Maître Hiram va retourner à l'ordre créé par le désordre, grâce à la spirale centripète formée par le mouvement tournoyant des neuf Sœurs. Elle est ici le signe de l'équilibre dans le déséquilibre « Ordo ab chao », de la permanence de l'être à travers les fluctuations du changement. Ce symbole a déjà été rencontré plusieurs fois sur notre chemin initiatique. La postulante ne prend-elle pas un escalier tournant pour accéder à la porte du Temple ? Le Rituel indique que si le local n'en possède pas, la Sœur Experte pourra symboliser cette notion d'évolution en spirale en faisant tourner la postulante dans les parvis (voir le Rituel d'Initiation). Ce mouvement spiralé se retrouve dans l'ordre architectural « ionique » qui orne le pilier allumé par la Très Respectable Maîtresse lors de l'ouverture des travaux et qui reste seul allumé lors de l'élévation à la Maîtrise. Il est par ailleurs évoqué au second voyage du récipiendaire, lors de son augmentation de salaire, sur le cartouche relatif à l'Architecture. Ce mouvement spiralé qui deviendra un cercle. Cercle créateur au centre duquel se construit l'Être Véritable. La Maîtresse Maçonne en cours de réalisation, débarrassée de ses scories (ambition, égo, à priori, fanatisme, ignorance…), aspire à devenir un milieu, un centre capable d'accéder à une dimension spirituelle. La découverte du corps, à l'ombre de l'Acacia, arbre symbole de la vie prenant sa source dans la mort, entre Compas et Équerre, le Moi profond du récipiendaire se trouve juste au centre du Cercle où descend le Fil à Plomb de la voûte étoilée. A partir de ce centre retrouvé, elle peut être relevée par les cinq points de la maîtrise. Bien au centre d’elle-même, cette élévation lui indique l’axe le long duquel on peut accéder à des niveaux supérieurs de perception. Comme le dit Irène Mainguy, « la nouvelle Maîtresse élevée se trouve entre le ciel et la terre. Elle cerne la manifestation et le manifesté ». La leçon de la Spirale, cycle de la vie, nous a appris à nous élever à une autre dimension de l'Être, à croître sans changer de forme, à évoluer sans cesser d'être nous-mêmes, sans jamais se renier. La vision de l'acacia, arbre de l'espérance, met fin à la marche des neuf Sœurs. Leur mission est accomplie. Trois Sœurs restent sur place pour garder la sépulture. La Très Respectable Maîtresse, les deux Sœurs Surveillantes s'assureront d'être en présence du Maître. Et permettre ainsi le relèvement. Le Maître est retrouvé. Il réapparait aussi radieux que jamais sous les traits de la nouvelle Maîtresse et assure ainsi la pérennité de l'Œuvre.

J'ai dit Très Respectable Maîtresse.

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article