Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La prudence

25 Mars 2014 , Rédigé par X Publié dans #Planches

Après avoir effectué 3 voyages, le second surveillant montre avec son épée le mot PRUDENCE en lettre blanches situé à l’Orient. C’est à ce moment là que le Compagnon découvre la 3ème Vertu du Maître. Le V\ M\ la présente alors ainsi : « Mon Frère, la tempérance et l'amour de la justice ne suffisent pas au Maçon. La prudence lui est encore nécessaire, pour agir et pour régler ses propres vertus. C'est par elle qu'il sait discerner le but auquel il doit tendre, et qu'il découvre les moyens d'y parvenir ». Je vais partager mes réflexions et mon analyse personnelle et des points communs que j’ai essayé de trouver entre cette description du V\ M\ et les 7 leçons de la Prudence.

Mais avant cela, en introduction, je voudrais souligner l’union des 3 Vertus (3 en 1) symbolisée par le chapeau qui est porté par le Maître et qui peut signifier la juste et bonne réflexion. La tête est remise sur les épaules, c’est le rétablissement de l’Adhuc Stat et la sortie de l’animalité. D’ailleurs la Prudence du latin prudentia signifiait au 13ème siècle prévoyance, prévision, compétence et surtout sagesse. La Prudence vient du grec phronêsis qui étymologiquement désigne l'acte de penser qui nous différencie de l’animal. La Prudence concerne également la sagesse pratique, celle de l’expérience, de l’utile à l’Homme et la connaissance du bien et du mal (en résumé le discernement) que nous allons voir. N’oublions pas que la Prudence nous aide à combattre les vices et surtout les excès de nos propres vertus. Les 3 coups mortels désignent les 3 passions les plus funestes : l’Envie (épreuve de l’Argent), l’Avarice (épreuve du Fer) et l’Orgueil
(épreuve du Cuivre) que je rapprocherai aussi des 3 Maximes du Compagnon évoquées dans les leçons de la Prudence.

Revenons aux 7 leçons de la Prudence qui sont données au Compagnon dans la chambre de retraite. A ce moment-là, le Compagnon qui ne connait que les vertus de la Justice et de la Tempérance ignore encore tout de la cérémonie de réception au grade de Maître. Il ne sait pas encore que la Prudence est la nouvelle Vertu qui va lui être livrée pour l'aider à continuer le perfectionnement de son âme pour devenir un nouvel homme plus spirituel, un Maître accompli. Petite précision et rappel : Le compagnon travaille à devenir un homme sage en apprenant à se connaitre et en voyageant du pilier de la Beauté à celui de la Sagesse ainsi que nous l’enseigne la 1ière Maxime du Compagnon (épreuve de l’Argent). En effet, le Sage est celui « qui se rend compte de tous ses pas, parce qu'il en connaît l'importance et le terme ».

Je constate après coup que j’ai regroupé les 7 leçons de la Prudence en 3 groupes : (1+2),
(3+4) et (5+6+7) me rappelant la batterie de 3 coups (o-o o) : 2 précipités et un détaché pouvant évoquer aussi la Prudence de la réflexion avant d’agir. Je propose donc de regrouper les leçons 1 et 2 :

1. Prévois ce que tu dois faire, et sois toujours prêt. Cette première leçon concerne l’Homme prudent en action. Il doit choisir (discerner) ce qu’il doit faire. Il est prévoyant (Quoi et Quand) et se donne les capacités (les moyens) d’agir. On peut rapprocher cette leçon de la 1ière Maxime du Compagnon (associée à l’Argent et l’Envie) que je viens déjà d’évoquer. C’est le Maçon Sage qui se prépare toujours. Au second plan, j’ajouterais que l’ objectif de ses actions est la recherche de la Lumière, de la Justice et de la Vérité. Et s’il fallait y associer une autre passion à combattre je proposerais l’Avarice et l’épreuve du Fer pour me rappeler que je n’agis pas que pour moi-même.

2. Ne sois ni lâche, ni timide, mais évite la présomption. Je perçois un complément de la première règle, une qualification de l’action courageuse, persévérante et prudente. C’est une évocation explicite de la vertu de la Tempérance (ni trop, ni trop peu), du combat de l’Orgueil et l’épreuve du Cuivre au 2ème voyage du Compagnon. La 2ème Maxime évoque d’ailleurs l’Homme bon juste et compatissant. Cette nature avec laquelle l’homme est souvent en contradiction serait-elle la Sagesse ? J’ajouterais aussi cette question à me poser avant d’agir : « Suis-je motivé par de bonnes intentions ? »

Je propose de regrouper les leçons 3 et 4 :

3. Ne tente jamais d’écarter seul les obstacles qui surpasseraient ton pouvoir, mais demande les secours nécessaires. Il s’agit pour moi de la progression du Maçon combattant ses passions et se prémunissant de la présomption. On doit demander humblement le secours de la Providence, de nos Frères, de l’Ordre et de la religion surtout quand on croit savoir et pouvoir seul. Le chemin initiant se parcourt avec l’aide des Frères, la fraternité en est aussi le but. Aujourd’hui je peux rapprocher cette leçon de la première Maxime du Maître qui concerne le risque à mesurer qui est pris lorsqu’on renvoie trop tôt notre guide croyant savoir le chemin.

4. Examine attentivement les objets qui t’entourent, et ne crois pas que ceux qui ont le plus d’attraits pour toi soient toujours les meilleurs. Cette 4ème règle complète pour moi la 3ème. L’attrait et la tentation des objets convoitables, du monde matériel, des passions, des métaux qui brillent et qui m’entourent me rappellent l’épreuve de l’Argent et le combat des passions et surtout de l’Envie. Le Maçon Prudent ne doit pas se laisser guider par le désir des biens matériels immédiats. Il doit apprendre à discerner le vrai bien (qui n’est pas le meilleur plaisir) avec plus de perspectives. On ne s’est symboliquement pas encore débarrassé de toutes nos passions (envie, avarice et orgueil) signifiées par les 3 Compagnons funestes qui ont voulu voler le mot du grade de Maître par cupidité et par manque de Sagesse. Cette 4ième leçon se rapproche aussi de la 2ième Maxime du grade de Compagnon car il est peut-être dévié de son chemin par les passions et par les vertus déréglées : « L'homme est naturellement bon, juste et compatissant. Pourquoi est-il si souvent en contradiction avec lui-même ? Etudiez-en sérieusement la cause, Frère Apprenti, elle est bien importante à découvrir ».

Pour moi les règles 5,6 et 7 vont ensemble.

5. Ne fais aucune entreprise sans connaître ce qu’il doit en résulter d’utile, et la possibilité du succès. Dans cette 5ème leçon je perçois la volonté, la connaissance et le devoir qui est d’être utile aux hommes dans l’action qui réussit. Le succès c’est de penser qu’on fait un pas vers la lumière et par humilité on est jamais assuré de ce succès. Il s’agit de discernement, de la quête de la Justice utile aux autres dans les choix et notamment, pour moi, du combat contre l’Avarice.

6. Ne perds pas un instant de vue le but auquel tu dois tendre, afin de pouvoir rentrer dans le chemin si tu venais à t’en écarter. Souvent en Maçonnerie on se demande « d’où je viens (l’origine qui est divine, à l’Orient), qui je suis (notre nature qui est sage, au Midi) et où je vais (le but pour un retour à la source, l’utilité et la bienveillance terrestre au Nord) ? ». C’est un cycle de 3 questions sur lesquelles on revient sans cesse (boucle d’un cercle, aller-retour, mouvement solaire contra-solaire, retour à l’origine). Cette 6ème leçon indique que mon But est de chercher, de cheminer, de tendre vers la Lumière désirée. Le but est le chemin, le chemin est initiant. Il faut pour cela que je me dépouille de mes métaux, d’où cette lutte contre mes passions. Je cherche à être plutôt que de paraître et d’avoir. En envisageant ce but, le Compagnon en Chambre de retraite est invité par cette 6ieme leçon de la Prudence à utiliser les vertus de la Justice et de la Tempérance pour redresser ce qui est tordu. Ceci est une allusion à Dirigit Obliqua. Il se réoriente en suivant son guide qui lui a été signifié par l’étoile flamboyante au grade de Compagnon. Est-ce qu’au grade de Maître, ce guide serait le Verbe incarné, l’étincelle divine si intime ?

7. Marche avec constance et fermeté, mais surtout ne recule pas lorsque les forces te manquent pour avancer. Dans le chemin maçonnique, le Maçon Prudent doit être déterminé et courageux. Cette 7ème leçon me rappelle l’épreuve du Fer qui rouille lorsqu’il est abandonné à lui-même et la 3ème Maxime du Compagnon évoquant la persévérance, la volonté et le courage qu’il faut pour rester dans le chemin de la vertu et de la recherche de la Vérité. La 3ème Maxime du grade de Compagnon dit : « Celui qui, étant une fois entré dans le chemin de la vertu et de la vérité, n'a pas le courage d'y persévérer, est cent fois plus à plaindre qu'il n'était auparavant ».

Voici donc un assemblage possible des 7 leçons de la Prudence en 3 parties : Le Maçon sage et prévoyant qui passe à l’action Juste doit être Tempérant et doit éviter la présomption (1+2). Humblement, il doit éviter les métaux qui brillent et l’aveuglent, les passions qui le tentent (diversion) et demander secours à l’Ordre et à la Providence. (3+4). Son but est de chercher la Lumière, de persévérer et de tendre vers le Juste et l’utile. Grâce à la connaissance (et l’expérience), il doit discerner le vrai Bien sans s’en écarter. Il doit progresser en combattant les passions et en se corrigeant courageusement(5+6+7).

Les 3 voyages et les 3 Maximes au grade de Maître évoquent en moi fortement la Prudence en symbolisant peut-être la chute Orient/Midi/Nord, me rappelant les causes de la dégradation de l’Homme. Il nous faut tuer le Viel Homme par la mort symbolique de nos métaux signifiée par la putréfaction dans la cérémonie :

Orient : On ne s’écarte pas de son chemin initiant si on ne renvoie pas son guide.

Maxime1. Celui qui voyage dans une terre étrangère n'est jamais plus près de s'égarer que lorsqu'il renvoie son guide, croyant savoir le chemin.

Midi : On progresse vers la Lumière si on s’étudie soi-même, si on est conscient de son ignorance et si on demande le secours de l’Ordre.

Maxime2. Heureux celui qui, s'étant bien étudié lui-même, a pu connaître ses défauts, apercevoir son ignorance, et sentir qu'il a besoin de secours ; car il a déjà fait le premier pas vers la lumière.

Nord : On est Sage si on cherche Justement, si on demande Prudemment avec obéissance et si on frappe avec foi. La bienfaisance se pratique dans ce passage sur Terre ; c'est ce qui nous rend utile envers les autres hommes. C’est ce qu’on doit prévoir de faire et être toujours prêt à accomplir. C’est aussi ce qui résume nos objectifs unissant les 3 vertus et le cycle des 3 états de cherchant, persévérant et souffrant. 3 en 1.

Maxime3. Chercher avec un coeur droit, demander avec résignation et discernement, et frapper avec confiance et persévérance, telle est la clé de la science du sage.

Pour conclure plus personnellement je me suis demandé, comment puis-je, en toute humilité, réfléchir avec Justice et Tempérance pour agir avec Prudence ?

En agissant ou en prenant la parole, j’apprends à discerner les bonnes pensées, paroles et actions par l’expérience et les résultats obtenus. Je suis attentif au chemin maçonnique que je parcours depuis ma réception. J’effectue constamment et sans concession un examen de conscience de mes véritables motifs en cherchant à éviter les passions comme l’envie, l’orgueil et la jalousie. Ce n’est pas facile, je peux me tromper en croyant agir sagement. Je peux ignorer que je suis en fait lâche, timide ou présomptueux en croyant être Tempérant. Je prends les leçons de mes erreurs, j’acquiers de la sagesse par la pratique. Je demande secours auprès de l’Ordre, des mes FF et au GADLU qui me font sentir au fond de moi ce qui est Juste, ce qui est utile, bien ou mal. Ainsi j’apprends progressivement à agir utilement au bon moment et à pouvoir instruire un jour avec Justesse, fermeté et fraternité. Je deviens prévoyant en devenant capable de réfléchir à l’avance aux conséquences de mes actes. Avant d’agir j’apprends à me demander si j’ai vraiment la capacité de faire ce que je veux entreprendre, si je suis motivé par de bonnes intentions. Humblement je me demande si je crois bien faire ou si je ne me trompe pas moi-même. Le doute, l’humilité et la tolérance renforcent ma Prudence. En réfléchissant ainsi je peux me garder de la témérité. La tempérance dans l’action et son résultat m’indique si je suis trop inactif ou trop présomptueux, la Prudence est une vertu permettant de tendre vers un Bien plus véritable. Si je maîtrise mes instincts, si je me défie de moi-même et si je cherche à me corriger j’avance dans la vertu de la Prudence.

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article