Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La Stricte Observance "Templière"

29 Juin 2012 , Rédigé par Michel Seguy Publié dans #Rites et rituels

Parler de la S.O., c'est parler de l'histoire des mythes de la F.M., plus
particulièrement au XVIIIè, où l'opératif fait place au spéculatif, où toute
spéculation est réservée aux lettrés (nobles ou riches), lettrés qui ne
connaissent pas de frontière et parlent une langue commune, le Français.
Le XVIIIè, c'est aussi le "siècle des Lumières", donc de l'obscurantisme, de
guerres de religion latentes, de mysticismes, d'ésotérismes (on parle alors
d'illuminisme), terreau d'un foisonnement de mouvements qui se disent d'autant
plus "maçonniques" que chacun a sa définition et que, si des Landmarks existent,
ils sont édictés de Londres -à partir de 1723- dont l' autorité reste longtemps
contestée, surtout en pays catholique.
Ce foisonnement est particulièrement net en Allemagne, héritière du St Empire
Romain Germanique, mais éclatée en multiples baronnies, et de vieille tradition
mystique, mythologique et ésotérique. Les expériences y abondent, autour de
théosophes à la fois charismatiques et mystérieux, auxquels s'agrègent des
"disciples" en quête d'autres dimensions. Le problème est donc de faire la part
du Vrai et de la mystification.
Parmi ces mouvements, pourquoi isoler la "Stricte Observance", qui n'a, comme la
plupart des autres, vécu qu'un temps limité, et dont le créateur, Charles Von
Hund peut être classé parmi les mystificateurs?
Tout simplement parce qu'on peut dire que notre régime, le R.E.R., y puise une
bonne part de ses sources.
Cet apparent paradoxe s'explique d'abord par des raisons historiques, mais qui
n'excluent pas des raisons de fond.
Bref historique de la S.O.
Le Baron  au sens médiéval du terme, équivalent de Prince Charles de Hund
(...et de quelques autres lieux) a vécu, avec 8 ans d'avance, un itinéraire
proche de celui de Willermoz : initié à l'âge de 20 ans à Francfort, maître 4
mois après, V.M. dans les 12 mois, il va consacrer sa vie à la F.M., jusqu'à s'y
ruiner. L'aventure de la S.O. commence dès l'année suivante, en 1743, lors d'un voyage à
Paris, où il aurait été armé chevalier selon le rite templier, avant d'être
nommé G.M.de la VIImè Province, successeur du Margrave Von Biberstein, dont
on connaît les liens avec les Stuart. La S.O. sera dotée de statuts en 1756 soit 13 ans plus tard , à Dresde. A noter que, 3 ans avant, Willermoz crée à Lyon la "Loge de la Parfaite Amitié", à vocation de Grande Loge "à l'instar de celle de Paris", qui se verra dotée de
statuts en 1760 soit 7 ans plus tard. La même année (1753), Martinez de
Pasqually (Portugais, sans doute Marrane et kabbaliste) fonde le "Temple des
Elus Cohens", qui, eux, attendront leurs statuts 14 ans..., avec la
particularité d'une quasi-absence de rituel.
Par contre, du rituel, la S.O. en dispose...: c'est celui de la Chevalerie
Templière, dont le faste n'est pas étranger à son succès auprès de la noblesse
d'Allemagne (parmi laquelle nombre de Chevaliers Teutoniques, toujours vivaces).
Sur ce rituel se greffe un système "philosophique" original:
La Stricte Observance  qui sera, à juste raison qualifiée de "Templière", mais
par les observateurs extérieurs, se veut, à l'instar des ordres monastiques
(notamment Cisterciens et Franciscains), un retour à la règle fondatrice,
primitive, en réaction contre le laisser-aller ambiant: au XVIIIème, la F.M. se
résumait souvent à des "tenues d'agapes", au sein de "Loges de Bacchus" (dixit
Frédéric II), où se réunissaient des hommes de bonne compagnie.
Retour à la règle, donc, mais quelle règle ? Celle des Templiers, bien sûr, mais
remise par Von Hund au goût du temps, donc mêlant dans un système cohérent les
saga templière et écossaise (donc catholique):
les Templiers sont les vrais Maîtres de la F.M., qu'ils ont apportée à
l'Ecosse en fuyant les persécutions. La F.M. est donc le noviciat du Temple, et
la S.O., plus que son héritière, est le Temple Rétabli. La S.O. est donc un
Ordre, d'où ce rituel très formel, une stricte hiérarchie, une organisation
territoriale et de gouvernement quasi-miltaire.
l'Ecossisme, pris à la fois en tant que système de hauts grades et au sens
historique : les Stuart, de tous temps protecteurs du Temple, en sont
héréditairement, les "Supérieurs Inconnus", et en investissent les Grands
Maîtres. D'ailleurs, Von Hund, adoubé par un Chevalier inconnu, aurait reçu ses
patentes du "prétendant" Charles-Edouard.
Le système Von Hund s'appuie sur d'autres "faits", dont certains sont
historiquement avérés :
après 1314 (immolation de Jacques de Molay), quelques Templiers trouvent asile
en Ecosse, auprès du Roi Robert Bruce Ier Stuart, l'aident à vaincre ses ennemis
et s'en trouvent récompensés par la création de l'Ordre de St André du Chardon,
à eux réservé (et à leur descendance mâle), mais dont le Roi se réserve le titre
héréditaire de Grand Maître, et au sein duquel ils reconstituent le Temple.
sous l'égide de Jacques VI, près de 3 siècles après (1593), se constitue la
"Rose-Croix Royale", formée de 32 Chevaliers de St André, dont naîtra, en 1645,
l' "Invisible College". en 1662, sous Charles II, cette société secrète est à l'origine de la "Royal
Society", dont nombre de membres seront eux-mêmes à l'origine des Loges qui
formeront en 1717, la Grande Loge de Londres.
de même, la Loge créée en 1688 à St Germain-en-Laye par Jacques II, dernier
Stuart régnant exilé, se voit soucher un Chapitre de Maîtres Ecossais de St
André du Chardon. Ajoutons à cela les nombreux contacts prouvés entre les Stuart et les mystiques Allemands, la disparition de toute archive lors de la création de la G.L. de
Londres (dont, d'après Von Hund, les preuves de la filiation templière), le
discours du Chevalier Ramsay en 1737 ("nos ancêtres, les Templiers..."), la
création en 1743 (date de la "révélation" parisienne de Von Hund ), mais à Lyon,
d'un grade de vengeance du Temple...sans parler des nombreuses traces de
l'agrégation des Templiers aux maîtrises de constructeurs .
En bref, dans l'esprit des nombreux convertis, la cause est entendue: la seule
et vraie F.M. est celle du Temple, donc celle de la S.O.
Cette certitude est celle du Convent d'Altenberg (1763), qui avalise les statuts
rédigés par Von Hund.
...Mais déja un peu moins celle du Convent de Kohlo, qui, 9 ans après (1772):
1) change l'appellation de S.O. en Régime Ecossais Rectifié (et le rite du même
nom), le "Rectifié" étant défini par son sens alchimique d' authenticité
première (élimination de toute impureté dans le processus de transmutation).
2) surtout, proclame Ferdinand de Brunswick "magnus superior" de l'Ordre,
relativisant ainsi toute référence aux "Supérieurs Inconnus".
Entre temps, Von Hund a en effet perdu de sa crédibilité quant à son fameux
voyage à Paris, début de l'aventure S.O., dont il ne peut prouver aucun fait. Il
admet même un certain désintérêt (récent) des Stuart pour la F.M....
Cela n'empêche pas le système de perdurer: à l'Allemagne, puis à la Suisse qui
s'y est ralliée dès Altenberg, s'ajoutent Strasbourg, puis Lyon, avec Willermoz,
G.M. du Tribunal Souverain qu'il vient de créer avec St Martin (future Grande
Loge Ecossaise). Après la visite du Baron de Weiller dépéché par Von Hund, il
prend la tête de la IVèmè Province, et va essaimer le R.E.R. à Bordeaux et
Montpellier.
Plus dure sera la chute...
Von Hund meurt en 1776. Immédiatement, Brunswick lance une enquête, qui confirme
ses soupçons: non seulement le "Prétendant Stuart" n' a pas pu rencontrer Von
Hund à Paris (il n'y était pas), mais il n'est même pas maçon (refusé par son
père!), et la patente de G.M.P. de Von Hund est à la fois cryptée et
apocryphe...La S.O., désormais R.E.R., a donc Von Hund comme seul auteur et père...et
Brunswick ordonne une "rectification". Willermoz réagit à hauteur de sa déception: dès 1778, il réunit les loges de Lyon et de Strasbourg en un Convent des Gaules, où -avec Turkheim (G.M.  Strasbourg)- il prouve son talent de synthèse: au lieu de tout rejeter de la
S.O. en bloc, il en garde la partie utile à ses desseins, soit son rituel
(R.E.R.), qu'il a lui-même recopié en 1772, et son organisation, qu'il transpose
dans l'Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte (C.B.C.S.), auquel
adhère la Suisse en créant (1779) le Grand Prieuré Indépendant d'Helvétie.
La réforme de Willermoz devient la règle de toutes les loges initiatiques au
convent de Wilhemsbad (1782), qui, sous la Présidence d'un triumvirat
Brunswick-Hesse-Willermoz, dénonce la S.O. et toute ascendance templière.
Quelques réticences se manifesteront en Allemagne, avec des partisans
"économiques" (l'organisation et l'élitisme de la S.O. avaient suscité un
fructueux système de tontine) ou "mystiques", qui prêtaient aux templiers des
talents alchimiques. Ces résistants vireront d'ailleurs pour beaucoup au
mesmérisme (apparu en 1783). Epilogue: en 1794, Brunswick invite les Loges à se dissoudre, une "venimeuse secte" les ayant corrompues. En conclusion de ce bref historique, se pose la question du pourquoi?
Von Hund, mystificateur? Plutôt auto-mystifié: pour asseoir son système, il
fallait que le fondateur de la S.O. en ait lui-même vécu la réalité, "pieux
mensonge" auquel il a fini par croire lui-même...Mais les historiens, s'ils ne
nient pas sa sincérité, s'accordent à y voir aussi une sorte de fanatisme, pour
la restauration des Stuart, pour le triomphe de l'Eglise Catholique sur la
Réforme, pour une résurrection "spirituelle" du Saint-Empire Romain Germanique.
d'où, en corollaire, son succès auprès d'une élite nostalgique des Ordres
chevaleresques, tant en Allemagne (avec les Teutoniques) qu'en Bourgogne, éprise
de rites, d'ordre, mais aussi de spiritualisme (notamment théosophique).
dernier point d'interrogation: Willermoz, insatisfait notoire, qui cherche et
se cherche: après Martinez de Pasqually et Claude de Saint-Martin, il trouve Von
Hund et sa S.O..La synthèse de toutes ses expériences, c'est le R.E.R.: pour caricaturer, il y
trouve le contenant qui manquait à son contenu. Mais ceci est une autre histoire...

Source : http://fr.dir.groups.yahoo.com/group/qabalah/message/257

Partager cet article

Commenter cet article