Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

La Théurgie Coen, voie externe ?

22 Octobre 2012 , Rédigé par X Publié dans #spiritualité

Le sacerdoce Coen n'est théurgie que parce que l’opérant reçoit de l'Eternel toute force et puissance d'opération et de commandement après avoir recouvré les vertus et puissances de l'homme Premier. Nul ne peut « convoquer » les anges sans ce préalable indispensable car le risque serait alors de convoquer des entités indésirables et malignes qui ne manqueraient pas de porter préjudice à l’intégrité de l’opérant. Il faut alors de toute nécessité apprendre à distinguer ces entités spirituelles afin d’arriver à bien discerner l'or pur du cuivre, raison pour laquelle ces entités sont aussi représentées dans les cercles opératoires en vis à vis des entités bénignes qui permettront aussi de les contrôler et d’en contenir l’action dans la région du midi. D’où l’impérieuse nécessité aussi pour l’opérant de se protéger par le moyen de son pentacle mais aussi – et surtout - par les prières, cérémonial de pénitence et les invocations à l’Eternel et à son Esprit qui doit illuminer et guider les travaux.  

L’opérant devra donc, préalablement à l’exercice de son sacerdoce, restaurer l’image défigurée et s’acheminer sur le sentier de la ressemblance. Il devra ensevelir le vieil homme, s’en dépouiller, pour revêtir les habits du nouvel homme. Et il ne pourra redevenir ce nouvel homme, ami et ressemblance du Principe, Adam régénéré, qu'en revêtant le Christ, c'est-à-dire en passant par le sang et l'eau de la croix - eau qui est source de vie et sang qui est feu purificateur de l’être déchu - par la pénitence et l‘expiation mais aussi – et surtout devrions-nous dire - par la grâce et le sacrement du baptême et de l'eucharistie. Alors ce n'est que revêtu de la tunique blanche et sans couture du Christ, qu’il aura acquise par la prière, la participation aux sacrements, les travaux préparatoires de pénitence et d'invocation qui sont l'oeuvre au noir et au rouge du Coen, que l'oeuvre au blanc se manifestera. Cette voie spirituelle - que l’on qualifie communément d’externe car l’on s’en tient trop facilement à l’apparence des choses et à la manifestation - n’est pas moins exigeante que la voie dite interne ou cardiaque. Elle suppose une foi inébranlable, une dévotion constante, une ascèse de vie exemplaire et une prière continuelle. L’opérant rythmera ses journées par les prières des quatre temps et l’invocation de l’Esprit Saint, du Christ, des Anges et de la divine Trinité ; ses semaines par l’expiation dans les psaumes de pénitence ; ses mois par l’imploration et l’action de grâce dans les invocations particulières ; il se préparera enfin à la grande opération par le jeûne et l’abstinence. Ici, dans ce sacerdoce continu, plus question de voie interne ou externe car l'opérant, en quête de sa restauration et réintégration, âme confondue, humiliée et repentante, appelle de tout son être la réconciliation qui est le rétablissement de la communication avec l’Eternel, les arrhes du Royaume des Cieux. Là est la mystique du Coen, celle qui relie l’opérant à l’Etre des Etres et le rend participant des mystères divins.  

Alors, ayant accepté sa croix, ayant revêtu le Christ, redevenu à la ressemblance du Principe dont le Fils est la parfaite image, le Coen opèrera en union avec les choeurs angéliques à la réconciliation universelle et, par la force de commandement spirituelle recouvrée, obtiendra des esprits divins invoqués tout secours nécessaire à l’oeuvre qui est la sienne dans la manifestation attendue de la Gloire qui est le grand oeuvre de La Chose .

Source : http://reconciliationuniverselle.over-blog.com

Partager cet article

Commenter cet article