Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Le Grade de Rose-Croix

4 Juin 2012 Publié dans #hauts grades

Les plus anciens rituels du grade Rose-Croix datent de 1760 (Strasbourg) et 1761
(Lyon), sous le titre de Chevalier de l'Aigle et du Pélican ou le Souverain
Prince de Rose-Croix et d'Hérédom. Le discours d'introduction à ce grade évoque
l'origine de la sagesse des Rose-Croix : « individus qui, pendant bien des
siècles, s'en assurèrent la possession exclusive en se servant d'un voile
impénétrable ; c'est ce qui donna lieu à ces institutions célèbres dont les
Sabéens et les Brames (sic) sont des restes sublimes. Les Mages, les
Hiérophantes, les Druides furent autant de branches de ces mêmes Initiés »
(version de 1765 à la Bibliothèque historique de Paris). On retrouve ici l'idée
de Tradition Primordiale chère à l'Hermétisme de la Renaissance et au
Rosicrucianisme du XVIIe siècle. En outre, les Rose-Croix y sont présentés comme
les héritiers d'une chaîne d'Initiés dont les maillons sont les Égyptiens,
Zoroastre, Hermès Trismégiste, Moïse, Salomon, Pythagore, Platon et les
Esséniens. Cette lignée rappelle celle évoquée par Michael Maier dans le
Silentium Post Clamores (1617). On retrouvera cette idée dans un autre discours
de 1801, le Régulateur des Chevaliers Maçons ou les quatre Ordres supérieurs
suivant le régime du G... O..., où la Franc-Maçonnerie est présentée comme une
Science des Sages héritée des Sabéens, des Brames (sic), des Mages, des
Hiérophantes, des Druides et des Chevaliers Rose-Croix, descendants d'une lignée
d'Initiés remontant aux Égyptiens, à Zoroastre, Trismégiste, Moïse, Salomon,
Pythagore, Platon et aux Esséens (sic, pour Esséniens).

Partager cet article

Commenter cet article