Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Le Prologue de Jean et la symbolique maçonnique

13 Octobre 2012 , Rédigé par André M. Publié dans #Planches

Introduction

Saint Jean-Baptiste et Saint Jean l'Evangéliste sont évoqués dans le rituel du premier grade du R.E.A.A. à la clôture des travaux lorsque le V.'. M.'. demande au premier surveillant : «Comment s'appelle la Loge », il est alors répondu que «c'est une loge de Saint Jean » et à la question suivante : «Pourquoi» le deuxième surveillant répond : «Parce que Saint Jean- Baptiste et Saint Jean l'Evangéliste ont été les patrons des anciens Maçons ». Mais la réponse n'est pas complète puisque le V.'. M.'. demande au deuxième surveillant: «Allez-vous plus loin » et il répond : « Saint Jean-Baptiste est le précurseur de la Lumière ; Saint Jean l'Evangéliste disciple du Maître est celui qui a rendu témoignage de la Vérité et qui a été choisi de transmettre aux hommes l'Evangile de l'Amour, et il est enfin considéré comme une initié parfait».

Les symboles utilisés dans ce dialogue sont d'origine biblico-cosmiques et attestent d'une relation étroite entre les deux saints. En effet, Saint Jean-Baptiste est associé au solstice d'été (temps) et au tropique du Cancer (espace) et Saint Jean l'Evangéliste au solstice d'hiver et au tropique du Capricorne. Ils sont fêtés par la communauté chrétienne les 24 juin et 27 décembre et par les francs-maçons lors des tenues et agapes des saints jean d'été et d'hiver.

Ils interrogent principalement sur une vision prophétique et visionnaire de la destinée humaine. La dimension transcendantale qui en découle, symboliquement représentée par la Lumière contrastée que provoque les deux solstices interpelle sur le mouvement perpétuel et l'éternité ainsi que sur l'espace et l'infini.

Symbolique astrologique

A ce stade de l'analyse, il faut parler de l'importance de la symbolique astrologique associée aux deux solstices. Saint Jean-Baptiste, précurseur de la Lumière est celui qui fait prendre conscience de la Lumière mais ne la crée point. Associé au Cancer, signe cardinal et à dominante d'eau, il informe sur la sensibilité germinative de la lumière qui doit naître du sentiment vécu et non point sur la force d'un raisonnement. Ainsi, l'Homme qui ressent les vertus transformatrices du Cancer est à même de percevoir ce qu'il cherche s'il veut bien utiliser les composantes symboliques du signe, c'est à dire ressentir et vivre ses sentiments dans la réalité énergétique du solstice d'été qui montre que la Lumière est la plus forte parce que le soleil est au plus haut sur l'horizon. Tout dans cet instant particulier de la Saint Jean d'été est évolutif, car sous l'influence conjointe d'un ressenti à dominante lunaire et d'une force solaire à son apogée peut naître la conscience d'un foyer cosmique ( symbolisme de la maison quatre).

A l'opposé du signe du Cancer se trouve celui du Capricorne sous la maîtrise de saturne. C'est un signe cardinal et de terre, relié symboliquement au milieu du Ciel et proche de l'étoile polaire qui a été importante dans la mythologie égyptienne et biblique car elle ne bouge pas tout au long de l'année dans la voûte étoilée. Sa symbolique atteste de l'immuabilité de l'essentiel quelles que puissent en être les vicissitudes propres à l'évolution des sociétés. Saint Jean l'Evangéliste est le disciple du maître car il traduit dans la réalité (signe de terre) les vertus de la Lumière ressentie dans l'eau du cancer. C'est donc sur l'axe Cancer-Capricorne que sont nés l'Evangile qui porte son nom, trois épîtres et une Apocalypse.

En maçonnerie, la Bible contenant l'Evangile de Jean est appelé Volume de la Loi Sacrée . Elle est déposée sur l'autel de la Vérité et ouverte à l'Evangile de Jean.

Rappelons qu'en astrologie le signe du capricorne est placé au plus haut dans le ciel et qu'il symbolise de par sa position tout ce qui est important au devenir de l'homme en particulier et de sa communauté en générale. Saturne, maîtresse du signe du Capricorne, planète froide, persévérante et affranchie de toute subjectivité communiquera donc l'essence du contenu de l'évangile de Jean c'est à dire la Vérité par l'Evangile de l'Amour comme le précise si justement le rituel, mais aussi tout ce qui touche à la substance maçonnique, émanation naturelle de l'essence symbolisée par le G.'. A.'. D.'. L.'. U.'.

Ce premier dialogue entre le V.'. M.'. et le deuxième surveillant trace les grands axes de la méthode et de la symbolique qui lui est appropriée mais l'essentiel se trouve finalement dans le discours du V.'. M.'. avec le premier surveillant qui interroge à nouveau sur la loge de saint Jean et qui demande : «Quelle est la signification mystique de ma demande et de votre réponse ». Le premier surveillant répond alors : «La première nous incite à méditer l'origine et le mystère des Choses, la seconde nous fait souvenir que la Maçonnerie bien entendue nous propose des symboles qui conduisent notre esprit vers le Juste et le Vrai». Cette dernière phrase confirme que le rituel est une exégèse mythologique et non théologique et littérale comme aurait pu le laisser croire le premier dialogue avec le deuxième surveillant.

Mythes et symboles

Avant d'aborder le prologue de l'évangile de Jean proprement dit, examinons ce que signifie l'exégèse mythologique pour un maçon en rappelant tout d'abord que le mythe est à la fois une réponse sensitive et imagée de la pensée humaine aux nombreuses questions primordiales touchant à l'origine du monde et sa cause, la mort et son mystère ainsi que la vie et son sens mais qu'il est aussi une véritable histoire sacrée.

Afin d'illustrer celle-ci le rituel du REAA utilise des symboles provenant de nombreuses cultures: cosmiques avec la lune et le soleil, pythagoriciens avec les quatre éléments et le G.'. A.'. D.'. L.'. U.'. , bibliques avec le Volume de la Loi sacrée, compagnoniques avec le fil à plomb, le niveau et l'équerre, alchimiques avec V.I.T.R.I.O.L., universels avec les couleurs et enfin proprement maçonniques avec le cabinet de réflexion et les trois points.

Cette grande diversité de l'origine des symboles est la confirmation éclatante que les concepteurs du rituel veulent donner au mythe d'Hiram une dimension spatio-temporelle hors de la synchronicité du temps et de la géographie terrrestre.

La communauté maçonnique, comme toutes les communautés culturelles, est fondée sur une vision mythologique car les réponses apportées par l'adepte lors de son initiation sont à la fois indispensables pour son évolution spirituelle, mais surtout utiles pour la communauté des Frères, qui se retrouve ainsi plus unie et plus forte face au mystère profond de l'existence. Cette force retrouvée par le nouveau maillon calme en quelque sorte l'effroi devant la mort en le sublimant en amour fraternel et de la vie en général. L'éthique morale qui en résulte est une vision nouvelle du Juste et du Vrai, tel que le narre le rituel du premier grade du REAA.

Il est intéressant de noter que toutes les précautions sont prises dans la dimension mythique maçonnique afin d'éviter une exégèse littérale. En effet, seul compte le combat intérieur et le respect qui lui est du ; car le mythe est une épopée, une sorte de grande aventure de la lutte du genre humain pour retrouver de la clarté intérieure et le sens de la vie. Cette lutte entre le bien et le mal, entre les intentions perverses et sublimes qui s'affrontent dans la psyché humaine est la réalité de la condition humaine. La clarté initiatique découlant d'un rituel maçonnique n'est qu'une lucidité nouvelle développée par le mythe qui éclaire sur le mal qui nous aveugle en développant l'égoïsme, la vanité et l'orgueil mais aussi sur le bien, qui permet d'harmoniser les fonctions matérielles et sexuelles et finalement, de vivre une spiritualité libre de tout dogme. L'éthique morale dans un tel contexte sera de considérer la Vie, seule réalité tangible perçue par la raison, comme le bien le plus précieux préexistant à toute société humaine, et d'en comprendre son sens tout au long du parcours ici bas.

La Vérité pour le franc-maçon est la loi de l'harmonie car rien n'est plus équilibré que la création humaine puisqu'elle est la source principale de l'entendement. La difficulté bien sûr consiste en fait à vivre une loi d'amour dans une dynamique comportementale toujours changeante. L'art de vivre, en fait l'Art Royal des francs-maçons est cette culture de l'adaptation dans une conscience altruiste de la communauté que nous symbolisons par l'édification du Temple universel.

Le Prologue de Jean

L'Evangile (littéralement heureuse nouvelle) de Jean figure dans le Nouveau Testament. C'est un écrit majeur du Volume de la loi sacrée puisque dans la loge nous le plaçons sur l'autel de la Vérité et l'ouvrons au premier chapitre. Associé à deux épées croisées et un chandelier à trois branches, il est au cœur du processus initiatique. Sa signification doit être recherchée en relation avec la substance propre du rituel maçonnique, mais aussi avec celle contenue dans l'Ancien et le Nouveau Testament, car elle est l'aboutissement éclairé d'un processus dynamique des idées.

En effet, si la Genèse parle de la souffrance pathologique liée à la chute (perte du paradis) et de l'avènement de la conscience, l'Ancien Testament insiste surtout sur les efforts que doit entreprendre l'homme pour s'affranchir de cette souffrance. Le Nouveau Testament s'attache aux possibilités pour l'homme de trouver une issue vers la félicité. Enfin le Prologue de l'Evangile de Jean indique que cette démarche vers la joie est conforme au sens évolutif de la vie terrestre dans l'intégralité d'un processus cyclique. La signification ésotérique du Prologue est donc clair, il donne les clés pour affronter le mystère de la mort et du sens de la vie.

Rappelons avant d'aller plus loin les neufs premiers verset de ce Prologue :

«1Au commencement était le Verbe et le Verbe était auprès de Dieu et le Verbe était Dieu. 2 Il était au commencement auprès de Dieu.3 Par lui tout a paru et sans lui rien n'a paru de ce qui est paru. 4 En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes ;5 et la lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont pas saisie. 6 Il y eut un homme envoyé de Dieu, son nom était Jean. 7 Il vint en témoignage pour témoigner au sujet de la lumière , afin que tous par lui fussent amenés à la foi. 8Celui-là n'était pas la lumière.9 C'était la lumière, la véritable, qui illumine tout homme en venant dans ce monde»

Premier Verset

Le premier verset «Au commencement était le Verbe et le Verbe était auprès de Dieu et le Verbe était Dieu» est fondamental quant à un éclaircissement sur le fondement épistémologique de la pensée humaine. En effet, le mot Verbe qui se dit en latin verbum est la traduction du mot grec Logos signifiant la parole. Le Verbe est donc la Parole du G.'. A.'. D.'. L.'. U.'..

Il symbolise le fait évident pour l'esprit de l'homme que le monde, ne peut pas être conçue comme un effet sans cause, ni comme l'effet d'une cause connaissable. Il est donc créé comme l'effet d'une cause inconnaissable qui ne peut être imaginée que dans une dimension humaine. Ce qui est important c'est donc le mystère de la création et non la création en elle-même comme le souligne le premier surveillant dans la clôture des travaux «nous incite à méditer l'origine et le mystères des Choses » Ainsi, le Logos, ou la Parole ou la Connaissance est un chemin de vie qui donne accès aux mystères du G.'. A.'. D.'. L.'. U.'.

Le Logos est pour le franc-maçon intimement inclus dans l'ordre maçonnique qui symbolise la légalité et la cohérence du monde dans une dimension initiatique. Le Logos est comme le dit le premier verset: «auprès de Dieu et il était Dieu. » Cela signifie que pour l'homme l'existence du monde est organisée (théorie du Big bang) mais qu'il est mystérieusement organisé car il est l'effet d'une cause inconnaissable. En résumé cela signifie qu'il y a deux mystères: l'aspect mystérieux de l'organisation et la cause inconnaissable de la création.

Finalement le mystère de l'organisation rejoint le mystère des origines.

La prise de conscience par le maçon de ce double mystère ne peut que l'engager à respecter davantage la Vie sous toutes ses formes car elle est la réalité à l'échelle humaine du secret maçonnique. Vivre cette réalité dans la loi de l'harmonie par l'étude systématique du rapport des symboles les uns avec les autres conduira comme l'indique le deuxième surveillant à la clôture des travaux: «toutes nos actions vers le Juste et le Vrai»

Verset 2

A la fin du premier verset du Prologue, il est dit: «...et le Verbe était Dieu». Cette dernière affirmation est pour le chrétien la confirmation du dogme de l'incarnation puisque le Verbe est compris comme une divinité préexistante entièrement identifiée par Jésus ; tandis que pour les francs-maçons, le Verbe est un symbole et Jésus un homme réel. Ainsi ce premier verset montre à l'évidence que le Prologue de Jean est la source du mythe et non du dogme de l'incarnation.

Rappelons encore une fois que l'exégèse mythologique du prologue n'est qu'une explication symbolique de la vie en évolution qui interpelle la conscience du commencement, c'est à dire aussi loin que l'esprit humain puisse remonter dans le temps jusqu'à l'instant imaginé d'une rupture évolutive traduite en maçonnerie par la recherche du Juste et du Vrai. Le processus initiatique qui agit sur l'élévation du niveau de conscience est inclus dans le mythe de l'incarnation puisqu'il a comme ambition de calmer les angoisses existentielles (de la mort, du mystère des origines, etc.) en proposant un chemin qui donne du sens à la Vie et qui rend cette évolution positive.

Aimer ses Frères est la première manifestation tangible de cette reconnaissance comme l'exprime le premier surveillant à la clôture des travaux : «Saint Jean l'Evangéliste disciple du Maître est celui qui a rendu témoignage de la Vérité et qui a été choisi de transmettre aux hommes l'Evangile de l'Amour, et il est enfin considéré comme un initié parfait».

Transmettre aux hommes l'Evangile de l'Amour nécessite au préalable d'avoir confiance dans un processus initiatique franc-maçonnique qui est évolutif et qui exclu, rappelons-le encore une fois, tout dogmatisme littéral et religieux. Cette confiance est magistralement confirmée par Jean, considéré dans le rituel du REAA comme un initié parfait, car en baptisant Jésus et tous ceux qui frappent à la porte du Temple il a tout simplement montré l'importance que l'on doit accorder à une symbolique de la renaissance intérieure par l'élimination du vieil homme, en fait, à renoncer à l'attachement des désirs matériels. Le baptême par l'eau est symbolisé dans le rituel du premier grade du REAA avec le deuxième voyage. Il engage le récipiendaire à réfléchir et méditer la symbolique de l'eau, élément dominant du signe du Cancer associé analogiquement à Jean-Baptiste, en rapport avec l'émotivité générée par l'initiation, dans le but de mieux comprendre les vertus d'une renaissance spirituelle qui débouche, non pas dans un endroit fermé et austère mais, dans une dimension infinie symbolisée par L'Evangile de l'Amour. La confiance qui a été donnée à un ami (parrain du candidat) sera alors récompensée puisqu'elle ouvrira les portes d'un état où règne plus de Lumière et plus de Justice.

Verset 3

Le verset trois «Par lui tout a paru et sans lui rien n'a paru de ce qui est paru » signifie que tout ce qui existe et créé ici et ailleurs appartient au mystère de l'origine et au mystère de l'organisation (logos) et que rien n'est existant seul, car tout est relié à l'ensemble des faits et phénomènes connus et inconnus inclus dans le dynamisme de l'évolution.

A la lecture de ce verset, nous mesurons combien la vanité de l'homme est grande et son orgueil démesuré lorsqu'il désire s'affranchir d'un mystère par la raison. Définir l'inconnaissable n'est que pure spéculation métaphysique qui n'entraîne que malheur et désespoir car la certitude dans ce contexte est dogmatique et non évolutive. L'entendement alors ne sert que la cause du dogme qui n'est en réalité qu'une spéculation coupée de sa dimension mythique. Une telle attitude aboutit nécessairement au matérialisme dogmatique qui niant l'évidence du mystère exalte une philosophie du hasard associée à une pseudo-explication d'un dieu prométhéen réellement existant. Les dogmes sont la plaie de l'humanité car ils assombrissent la clairvoyance intérieure, dissocie la réalité de son contenu mythique, neutralisent l'entendement de l'évolution spirituel et enferment toutes les potentialités psychiques par nature évolutives dans un carcan linéaire sans horizon.

La compréhension du mythe d'Ouranos permet en fait de mieux comprendre où se situe la naissance du dogme dans la psyché humaine, car comme il a été dit plus haut, tout est relié à tout, inclus l'intentionnalité positive et négative.

En l'homme existe conjointement une puissance chaotique, créative et éruptive de type uranien puis une puissance organisatrice et tyrannique de coloration saturnienne et finalement une puissance participative et légale d'essence jupitérienne qui seule assure la cohésion d'une communauté. La Puissance cohabite dans l'homme et se révèlent à travers ses actes . Pour que la puissance d'essence uranienne (créative) évolue jusqu'à la puissance jupiterienne (associative et participative), il ne faut pas rompre l'engagement et la confiance qui lient l'Homme aux mystères de la condition humaine. Il ne faut point créer de dieu ou d'idoles et se substituer à eux. Chronos (Saturne) est la représentation de la puissance tyrannique parce qu'il a émasculer son père Ouranos sur l'ordre de Gaïa sa mère et qu'il a ensuite eu peur de perdre cette puissance par la répétition, par ses propres enfants, de ce qu'il avait fait à son père. Il a donc ordonner de les tuer. Mais Rhéa, épouse de Chronos a soustrait son fils Zeus (Jupiter) à la tuerie et lui a demander de combattre et d'abattre son père. L'acte accompli, Zeus a partagé la puissance avec Hades et Poséidon ce qui a permis la venue d'Athéna, déesse de la Sagesse. Ce mythe montre que la Sagesse naît à la fin du processus évolutif de la puissance. Le dogme de quelque nature soit-il reste au niveau de Chronos qui «l'entretient » par la peur et la tyrannie.

Force, Sagesse et Beauté sont les trois valeurs constitutives d'un rituel maçonnique qui peuvent être associée analogiquement aux vocables Verbe, Vie et Lumière. Pourquoi ?

Verset 4

Le quatrième verset du prologue dit. « En lui était la Vie et la vie était la Lumière des hommes. » Cela signifie que le Verbe (Connaissance), associé analogiquement à la Force, contient toute la puissance du mystère des origines et de son organisation et que cette Force, qui engendre l'organisation de la matière, est la Lumière des Hommes, car la vie est le seul critère que possède l'homme de la vérité ou de l'erreur objective sur le sens de la vie. Cette complicité psychologique et intime ne peut venir que de son sentiment d'être vivant, d'être en harmonie avec son environnement et de vivre cette relation par la Beauté.

Les francs-maçons sont les fils de la Lumière. Ils ont choisi d'être seuls face à cette complicité et de la vivre dans l'amour d'une communauté de FF.'. pour finalement trouver un chemin personnel qui mène vers l'harmonisation des désirs et la félicité. Cette solitude nourrie de l'esprit organisateur et harmonisateur de la matière est en quelque sorte l'état premier de la condition humaine, puisque dans la réalité des formes, l'homme naît et meurt seul, mais elle est surtout la clé pour développer l'intuition qui permet de retrouver la substance propre aux mystères enfouis au plus profond de la conscience. Le nouvel état qui résulte d'une telle démarche (solitude) se traduit dans la réalité par un charisme qui transmute les doutes sur le sens de l'évolution. Vivre ce charisme c'est accorder encore plus de force au silence qui règne dans l'infinitude de la pensée, car il est vraiment le puit sans fond de la créativité. Boire à ce puit, c'est savoir parler vrai, c'est traduire par l'intelligence du coeur tous les actes volitifs.

Il est dit dans le rituel du premier grade après les trois voyages «Que la discipline de l'Apprenti commence par le silence et finit par la méditation». Une telle phrase place le maçon face à sa capacité d'écoute et d'entendement de sa psyché. Cette attitude est nécessaire afin d'affermir la volonté car rien ne peut se créer sans une profonde analyse de sa Vérité en relation avec la vie en évolution symboliquement représentée par les rituels maçonniques du REAA.

Verset 5, 6 et 7

Le cinquième verset «Et la lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont point saisie » affirme que la lumière ne ternit pas au contact des ténèbres mais qu'elle reste toujours pure puisqu'elle est aussi ténèbre dans son essence. C'est à travers la compréhension d'une triade en l'occurrence les trois grandes lumières (Soleil, Lune et l'Orient ) que l'explication de ce verset devient lumineuse. En effet, pour l'homme la perception du monde organisé se réalise à travers une dualité cosmique symbolisée par la Lune et le Soleil qui rythme les saisons mais aussi le tempérament. Ombre et lumière agissent dans la Nature et par analogie dans le psychisme humain. Vaincre les ténèbres, c'est à dire comprendre l'exaltation des désirs matériels, ce n'est que retrouver la même lumière qui éclaire une nouvelle voie que les maçons appellent l'Orient. Le rituel dit que «C'est à l'Orient que tout s'accomplit» car en effet, c'est ici que la triade donne du sens à l'histoire de sa vie et à celles des sociétés humaines.

La prise de conscience de cette dynamique évolutive vers le Beau et le Vrai que symbolise la Lumière est irréversible car «les ténèbres ne l'ont point saisie». Regarder vers l'Orient c'est savoir vivre et partager dans la vie de tous les jours les valeurs cosmiques symbolisées par le Soleil et la Lune mais c'est aussi reconnaître qu'il existe toujours une vérité en quelque sorte surconsciente, c'est à dire au-delà de l'entendement intellectuel qui permet de lutter contre une tendance subconsciente qui tend à nier l'évolution.

Le pavé mosaïque symbolisant la dualité est donc présent tout au long de la vie. Son action agit sur les plans matériels, psychiques et spirituels. Le doute qui en résulte est permanent dans la conscience, c'est pourquoi le maçon au fond de lui-même sait que la quête de la recherche de la Lumière et plus importante que la Lumière en soi car il lui est demander de tailler sa pierre. Il cultivera donc toutes les vertus propres au travail, c'est à dire la ténacité, la persévérance, la confiance en ses FF.'. et ses convictions et combattra avec force, dans son for intérieur, les tendances contraires. Ainsi, il pourra cheminer heureux et traverser les vicissitudes de l'existence sans jamais perdre sa foi, symbolisée par la recherche de la Lumière.

Jean-Baptiste est le témoin de la Lumière comme le rappelle les versets six et sept du prologue «Il y eut un homme envoyé de Dieu, son nom était Jean. Il vint en témoignage pour témoigner au sujet de la lumière, afin que tous par lui fussent amenés à la foi. » Il est considéré en maçonnerie comme un initié parfait. Pourquoi ? Jean-Baptiste, précurseur de la Lumière, symbolise l'élan intérieur qui caractérise tout homme qui veut témoigner de la lumière. Cet élan, cette ferveur est la quintessence de tous les actes volitifs accomplis dans l'esprit de l'Orient. C'est une sorte de point d'équilibre extatique béatifiant la qualité de l'instant ressenti lors d'une initiation par exemple, c'est à dire en élargissant le niveau de conscience jusqu'à la perception symbiotique d'une plénitude amoureuse de la condition humaine associée à l'immortalité de l'âme. La fraternité maçonnique vécue en loge est le rappel constant de ce point d'équilibre. Sans elle rien ne se passe, tout reste figé dans un endroit clos et austère qui rigidifie les plus beaux concepts.

La force de l'initié est à chercher tout d'abord dans la confiance qu'il porte à sa conviction (libre choix) d'adhérer à l'ordre et à celle de son parrain garant du témoignage de Jean-Baptiste considéré comme un initié parfait. La dernière phrase du verset : << ...afin que tous par lui fussent amenés à la foi» signifie que l'évolution spirituelle, telle que la conçoit la voie maçonnique ne peut se faire ni dans un système dogmatique, ni dans une immanence de la Raison mais dans l'affirmation d'une conviction éclairée et personnelle que la vie a un sens pour soi dans celle des autres et que la clarté qui en résulte débouche sur le respect des droits et devoirs qui découle de la sincérité de sa ferveur (foi).

Verset 8

Le verset huit dit que: « Celui-là n'était pas la lumière, mais il devait témoigner au sujet de la Lumière ». Il confirme que Jean-Baptiste en tant qu'homme n'est pas la Vérité, mais qu'il connaît la Vérité puisqu'il doit témoigner sur elle, tout comme le maçon, qui est capable, grâce à son initiation, de distinguer l'erreur de la Vérité. La vocation de la franc-maçonnerie est de perpétuer la Lumière qui habite tous les hommes libres et de bonne moeurs qui désirent entreprendre le voyage initiatique. Le devoir est donc clair il s'agit de ne pas laisser perdre le message de l'Evangile de l'Amour. Témoigner n'est pas chose facile lorsque la situation politique est contraire à l'idéal éthique découlant de la foi. Il s'agit alors d'être courageux, de ne point faiblir devant les forces dévastatrices matérialistes qui créent de la culpabilité et de la déraision.

Comme Jean-Baptiste, le maçon continuera à baptiser c'est à dire à être l'ami de tous ceux qui frappent à la porte du temple. Disponible, prévenant, les jambes dans l'eau du fleuve de la vie et la tête dans les étoiles, il donne avec humilité ce qu'il connait le mieux c'est à dire son amour de l'humanité. Ce message ne contient aucunes plus-values matérielles, ni reconnaissances sociales, mais pour celui qui témoigne, il est de la plus haute importance, car il donne du sens à sa vie.

Verset 9

Le verset neuf dit que : «C'était la lumière, la véritable qui illumine tout homme en venant dans le monde ». Voilà à nouveau les vertus de l'initiation confirmées dans cette phrase qui, par ailleurs, est reprise telle quel dans le rituel du premier grade du REAA.

C'est en effet la responsabilité de l'initié devant la loi éthique qui veut que nous soyons tous concernés par la lumière puisqu'elle «illumine tout homme en venant dans le monde». Cette affirmation est au-delà de l'entendement humain car elle est parcequ'elle est éternel. Nous retrouvons ici, le mystère de l'origine et le mystère de son organisation dans une traduction éthique et mythique. Si le verset affirme que c'est la véritable lumière, c'est parce qu'il sous-entend qu'il peut exister une fausse lumière. Le mythe de la recherche de la Vérité passe inévitablement par une lutte impitoyable qui engage l'initié à se libérer des désirs inutiles (fausses lumières) afin de déboucher sur une plus grande lucidité de lui-même. La Vérité est d'abord sa propre vérité comprise dans une dimension mythique. Cette nouvelle lucidité permet à l'initié de comprendre l'histoire des civilisations et la sienne en particulier à travers le sens de la Lumière, qui est avant tout la Vérité sur l'homme.

Conclusion

Aime ton prochain comme toi-même est l'aboutissement naturel de cet effort de vérité. C'est du reste la condition nécessaire qui assure une cohésion créatrice d'une communauté d'homme que nous symbolisons en maçonnerie par la Loge. Cette aventure de soi-même dans la conscience des autres, mais surtout dans l'esprit de l'éternel Sagesse, place la franc-maçonnerie comme la société qui témoigne de la Lumière hors de tout dogmatisme et d'autoritarisme culturel.

Le prologue de l'Evangile de Jean est ouvert sur l'Autel de la Vérité. Il relie le mythe d'Hyram symbolisant les efforts que doit entreprendre tout initié qui désire s'affranchir de la souffrance primordiale au mythe du Christ symbolisant la foi en l'essence de la vie apportée par l'Evangile de l'Amour. Ces deux mythes inclus dans le cycle évolutif de la condition humaine ne sont actifs qu'à partir du moment où l'initié les fait vivre en lui. Ils forment alors une triade représentant les trois piliers qui soutiennent la base d'un temple universel que les francs-maçons construisent depuis la nuit des temps. Etre opératif dans ce chantier c'est donner à la fois du sens à sa vie et aux mystères de l'origine mais c'est aussi ne pas douter de la qualité du travail accompli, car il est effectué dans un lieu où les outils sont connus de tous et où les actes maladroits sont toujours repris par celui qui observe et oeuvre dans l'esprit de l'Eternel Sagesse.

La conscience du Tout n'a pas de frontières, elle est en permanence dans toute Vie, elle est La Vie au-delà de tout entendement raisonnable.

L'espérance mystique de l'Evangile de Jean est finalement une foi inébranlable en la capacité illimitée de l'esprit humain de s'affranchir des ténèbres pour retrouver les bienfaits de la Vie (Lumière), mais aussi d'être ému devant les mystères de l'existence et de son harmonie sous-jacente.

Source : http://www.fideliteprudence.ch/stjean.htm

Partager cet article

Commenter cet article