Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Le « Rite français moderne » apparaît en 1783 avec la constitution au sein du Grand Orient de France d'un Grand chapitre général de France.

24 Septembre 2012 , Rédigé par X Publié dans #Rites et rituels

Rites français

« Rites » au pluriel, car il existe un Rite français traditionnel et un Rite français simplifié.

Le Rite Français, également appelé parfois Rite Moderne, n'est pas un Rite d'Oralité, au contraire des Rites Emulation, Standard d'Ecosse ou York par exemple. C'est peut-être le plus parfait des exemples des modifications qui peuvent être introduites au cours des âges dans un Rite maçonnique. C'est là en effet que l'on peut observer l'influence des diverses tendances relatives à la stricte pratique du symbolisme ou non, et celles relatives à la croyance à un Principe ou non.

En 1717 se forme la Grande loge de Londres. La franc-maçonnerie qui s'implante en France vers 1725 en est issue. Le Rite français est pratiqué par le Grand Orient de France et s'est constitué le 24 décembre 1772.

Le « Rite français moderne » apparaît en 1783 avec la constitution au sein du Grand Orient de France d'un Grand chapitre général de France.

La particularité de ce Rite est son articulation autour de la symbolique de la Rose-Croix. I

l était qualifié de moderne car il faisait appel au symbolisme en usage à la Grande loge d'Angleterre, dit des modernes.

Il s'agit d'un essai rationnel de simplification, d'une réduction raisonnée des grades

supérieurs.

En effet le système du Rite français est un système à 7 degrés :

* 3 grades dits « bleus » (apprenti, compagnon, maître)

* 4 ordres :

Tous les grades dits de vengeance sont résumés dans celui d'Elu Secret. L'Ordre écossais est placé à la suite. Le troisième Ordre Supérieur est le Chevalier d'Orient de l'Epée. Cependant, toute allusion aux Templiers est supprimée. Au sommet, le quatrième Ordre qui est le Souverain Prince de Rose-Croix. Une bonne méthode en matière de transmission initiatique…

Cette fois, il n'y a plus d'équivoque et il s'agit d'une profession de foi chrétienne et le serment est prêté sur l'Evangile. Il faut penser que ce dernier rituel a été pratiqué par la quasi totalité des chapitres français dans les années qui précédaient la révolution. Il trouvera un dangereux rival venu d'Amérique, le Suprême Conseil du REAA, lors du réveil de la Maçonnerie en France. Ce système a été modifié par la suite et une grande partie de sa symbolique relative au compagnonnage a disparu. De sorte que le rite pratiqué actuellement par la plupart des loges du Grand Orient de France (le rite dit de Groussier) n'a plus grand-chose à voir avec le rite de 1783. Cependant depuis quelques années, certains frères de cette obédience ont rallumé les feux de ce Rite ; sa pratique dans sa forme originelle a donc été conservée par quelques loges au sein de cette obédience.

Ainsi l'apparition d'autres systèmes maçonniques, dit presque toujours écossais , la volonté du Grand Orient de France d'organiser et de contrôler la franc-maçonnerie française provoque la fixation d'un Rite qualifié de « français » entre 1785 et 1786. En 1786 le Grand Orient propose un texte de référence pour les trois grades bleus qui est désigné sous le nom de « Rite français ». La révolution française passée, le Rite français et le Rite écossais ancien et accepté divergent plus sur la forme que sur l'esprit. Cependant la référence au Grand architecte de l'univers et un certain nombre d'autres concepts de nature spiritualiste disparaissent en 1879 comme « trop ouvertement religieux ». En 1886 les nouveaux rituels se réfèrent grandement au positivisme. En 1938 enfin, sur l'initiative d'Arthur Groussier, un nouveau modèle du Rite français est adopté : cette version est une tentative de retour aux sources symboliques du système français.

Actuellement ce Rite est pratiqué par différentes obédiences maçonniques, et depuis 1978 par de toujours plus nombreuses loges de la Grande Loge nationale française (ce Rite a été introduit dans cette obédience par des Frères - Roger Girard en tête - venant de la LNF - Loge Nationale Française, où ils travaillaient avec René Guilly - en 1978).

La volonté de pratiquer ces rituels sans aucun « ajout » ultérieur, sans modification ni influences externes a fait la spécificité de ce Rite.

Comme disait Roger Girard, "la spécificité du Rite français, c'est justement de ne pas en avoir". On peut ainsi penser que ce Rite est sans doute le plus conforme à celui qui était pratiqué en France dans la 2ème moitié du XVIIIe siècle.

Par ailleurs, c'est le Rite majoritaire, et historique, du Grand Orient de France sous diverses dénominations complémentaires : "1784", "1801", "moderne", "Amiable", "Groussier"... Il faut cependant faire un différenciation entre ces diverses appellations.

Cependant au sein du Grand Orient de France, des maçons vont regretter que les frères attirés par le symbolisme et le respect des pratiques rituelles quittent le Rite français pour l'Ecossisme. Certains pensent en effet que l'on peut concilier option symbolique et rigueur le rituel au sein du Rite français. Ses membres auraient pu utiliser le modèle imprimé du régulateur (1801) ; ils préfèrent essayer de reconstituer à partir de ce dernier un rituel proche de celui qui était pratiqué dans la franc-maçonnerie française à son origine. Ainsi va naître le Rite français rétabli puisqu'il s'inscrit dans la tradition de la Grande Loge anglaise.

Le Rite Français Moderne dit Rétabli a été remis au goût du jour dans les années 1950-1955 et fait référence en sa forme initiale au Grand Architecte de l'Univers. Il semble être le Rite Français d'origine ; il est dit Moderne dans la mesure il fait appel au symbolisme en usage à la Grande Loge d'Angleterre dite "des Moderns". Le Rite Français aujourd'hui le plus pratiqué en France est le Rite Français dit de Groussier (voir plus haut) qui a abandonné une grande partie de la symbolique relative au compagnonnage et n'a donc plus grand-chose à voir avec le Rite Français initial, c'est donc lui que l'on nomme le Rite français moderne simplifié.

Le Rite français actuel est concis, simple, utilise un minimum de symboles. Il est un «outil» au service des Frères et ne présente pas un caractère aussi marqué et aussi nettement défini que les Rites évoqués par ailleurs.

Certains continuent de voir dans ce Rite un Rite chrétien, mais dans la mesure où il fait bien la différence entre l'exotérisme et l'ésotérisme du message chrétien, il permet à des Frères non croyants d'être Chevaliers Rose Croix.

http://groupe.passeurs.over-blog.com/

Partager cet article

Commenter cet article