Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Le Travail : expression de la Dignité de l'Homme

17 Janvier 2014 , Rédigé par S\ R\ Publié dans #Planches

Notre époque est caractérisée par un problème fondamental, celui du travail, à travers l’inexorable montée du chômage. Ce phénomène est maintenant relativement ancien, puisque dès 1974 la France comptait 500.000 chômeurs et aujourd’hui nous avons une augmentation constante dépassant les 3.000.000 officiellement déclarés. N’oublions pas que pendant les années 1946 à 1972 environs, notre pays n’a jamais dépassé les 100.000 sans-emploi, qui étaient en fait des inadaptés sociaux.Or qui dit absence de travail dit obligatoirement déchéance sociale, morale et à terme physique. En effet, un être sans travail est un homme qui perd rapidement sa place dans la société, qui à la fois en est rejeté et s’en éloigne de lui même. Une expression de la dignité humaine est bien dans le travail. Pour s’en assurer, il n’est qu’à se reporter au préambule de la Constitution du 4 octobre 1958, au rituel d’un de nos degrés des loges symboliques et à la tradition des bâtisseurs à laquelle nous nous rattachons. Enfin n’oublions pas que comme francs-maçons, un de nos objectif est de bâtir l’homme universel à travers l’homme social. Nous sommes, en tant que francs-maçons dans une tradition qui repose sur le travail. Dans le même temps, nous vivons dans un monde profane où l’évolution que connaît celui-ci, fait qui le travail n’y est plus glorifié. Le préambule de la constitution du 4 octobre 1958 Un des paragraphes de celui-ci est ainsi rédigé : « le peuple français proclame solennellement son attachement aux droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils sont définis par la déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la constitution de 1946 ». si aucune référence n’est faite au travail considéré comme un droit, dans la déclaration de 1789, il n’en est pas de même en ce qui concerne le préambule de la constitution de 1946. En effet, les paragraphes 2 et 5 de celui-ci sont ainsi rédigés : « il ( le peuple français ) proclame en outre, comme particulièrement nécessaire à notre temps, les principes politiques, économiques et sociaux ci après : Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances ». Ainsi, le texte fondamental régissant nos institutions, le premier dans l’ordre d‘importance des normes juridique, reconnaît non seulement le travail comme un devoir, mais également comme un droit. Cette reconnaissance est primordiale, car elle fait du travail un droit et un devoir, protégés non seulement par les lois de la République mais également soumis au contrôle du juge suprême qui est le juge constitutionnel. En effet depuis 1974 le Conseil Constitutionnel n’a eu de cesse de veiller à ce que les principes généraux du droit, dont font partie les droits et devoirs du citoyen tels qu’ils sont définis par le préambule de notre constitution, ne soient pas remis en cause. Fm’est ainsi que devant l’évolution de la situation de l’emploi, il y a reconnu comme un devoir de la Nation vis à vis de chaque homme vivant sur son sol, la mise en place de dispositifs juridiques et sociaux qui puissent pallier la perte d’un emploi et aider à la réinsertion dans le monde du travail. Le Conseil Constitutionnel a toujours été très vigilant quant à l’égalité de tous les citoyens devant les dispositions de cette nature votées par le Parlement. Il l’a été,car pour lui, le travail est une des expressions de la dignité de l’Homme. Tout ce dispositif constitutionnel et législatif doit, pour nous francs-maçons, être rapproché de la glorification du travail telle qu’elle est présentée au récipiendaire dans notre rituel d’initiation en Loge bleue. Rappelez vous mes frères, lors de cette initiation que nous avons subis qu’après avoir lu sur un cartouche « Gloire au Travail » , les paroles prononcées par le V\M\ en chaire : « le dernier voyage que vous avez effectué, vous aviez les mains libres, car le premier outil de l’homme est sa main ». La main est le premier outil de travail qui a servi à nos devanciers, les compagnons opèratifs, dans la construction des temples et autres édifices. Comme nos ancêtres, nous aussi nous sommes avant tout des travailleurs. Le travail est la grande vocation de l’homme. Il lui est enseigné comme un devoir impératif. L’homme a d'abord le devoir de servir et ensuite seulement, il peut réclamer des droits qui seront la contre partie du travail fourni. Mieux encore , nous les initiés nous devons travailler, non pas à contre cœur, sous la pression de la nécessité, mais bien avec entrain, en artistes pour qui seule l’œuvre compte et n’est pas nécessairement subordonnée à une récompense. Je citerai le Taciturne « il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer ». Pour nous francs-maçons, le travail constitue une véritable mission. Quelle que soit la place que nous occupions sur le chantier, même la plus humble, nous savons que notre effort concourt à la réalisation de l’ordre cosmique, nous savons qu’en travaillant nous coopérons à l’exécution du Grand Œuvre selon le plan du Grand Architecte de l’Univers. « La franc-maçonnerie est une véritable religion du travail ». Que signifie ceci, si ce n’est que dans le travail que l’homme trouve sa dignité, sa raison d’exister. D’exister pour lui-même, mais aussi pour les autres et d’être ainsi indispensable, quel que soit son travail, à l’humanité toute entière. Le travail est bien un devoir sacré de l’homme libre. C’est lui qui donne à l’homme l’estime de lui- même et qui le rend utile aux autres . C’est par le travail que l’homme peut assurer sa liberté . Trois notions que nous francs-maçons, ne pouvons et ne saurions oublier. L’homme s’épanouit et il en a toujours été ainsi, grâce à son travail qui était symbolisé il n’y a pas encore si longtemps par ce que l’on nomme le bel ouvrage. Là nous retrouvons l’enseignement de nos frères opératifs, constructeurs des cathédrales et abbayes. Mais ce bel ouvrage n’est réalisable que dans une société organisée, dans une société qui garantisse à chacun sa place dans l’organisation du travail. C’est dans un tel cadre que peut se réaliser l’homme dans sa totale dignité. Nous trouvons là, la raison même de tous les statuts successifs de la maçonnerie opérative qui nous ont été transmis et qui sont un des fondements de notre ordre, de notre tradition. A travers ces textes fondamentaux nous retrouvons ce que doit être la place réservée au travail dans la vie de chaque homme. Les textes fondamentaux que la maçonnerie opèrative, élément essentiel de la glorification du travail pour permettre à l’homme d’atteindre sa dignité en tant qu’être humain. L’ensemble de ces manuscrits de la maçonnerie opérative parvenus jusqu’à nous,nous intéresse ici en ce qu’ils confirment s’il en était besoin, que le travail est une des expressions de la dignité de l’homme. Tout d’abord en affirmant que ce n’est que par un apprentissage parfois long que l’apprenti puis le compagnon parviendra à une parfaite maîtrise de son art. Pour ce faire, il devra se soumettre à une discipline collective et individuelle parfois sévère. Sans ces efforts , il ne progressera pas dans la hiérarchie des métiers, ni dans la hiérarchie sociale, mais c’est aussi grâce au respect de ces règles qu’il s’épanouira, qu’il sera une référence pour les autres ouvriers, qu’il deviendra quelqu’un non seulement dans sa corporation mais aussi dans la cité.Le travail est alors instrument de perfection de l’individu non seulement au niveau de lui-même mais également de la communauté toute entière , qu’il s’agisse de celle des métiers ou de la Cité. C’est parce qu’il y a eu successivement, pour s’en tenir à la maçonnerie opérative :
• La Compagnie des maçons de Londres et son règlement vers 1220
• Les ordonnances de la cathédrale d’York de 1370, précédées de peu par les règlements pour le métier des maçons de Londres de 1356
• Les Old charges du Regius vers 1390
• Le manuscrit Cooke vers 1400, 1410
• Les statuts Schaw ( du nom du surveillant général des travaux du roi d’Ecosse ) de 1598
• Le manuscrit William Watson, propre au Yorkshire de 1687
• Le manuscrit Dumfries vers 1710, propre aux maçons de Dumfries Kilwinning en Ecosse
• Le manuscrit Sloane vers 1700
• Enfin, le manuscrit de Trinity Collége de février 1711.
Que le métier de maçon a non seulement pu répondre à des règles précises, mais aussi s’inscrire dans une tradition des métiers, un art de savoir réaliser le bel ouvrage et par là faire de ceux qui exerçaient l’Art Royal des hommes dignes d’être des hommes. A cela, certains répondront que tout ceci s’inscrit et ce qui est vrai des maîtres de maçons l’est aussi des autres métiers dans une structure rigide, très fermée, contraire aux idées libérales qui se manifesteront dans notre pays en 1970 par l’abolition de ces corporations de métiers par la loi LA CHAPELLIER. Il n’en reste pas moins que c’est grâce à ces structures que l’homme peut atteindre sa plénitude en réalisant « un bel ouvrage » , faire du travail de toute une vie, parfois un témoignage à travers le temps. Car ces maçons opératifs sont entre autres les bâtisseurs des cathédrales et des abbayes. La cathédrale, conservatoire sacré et avant tout de l’aspect sacré du travail, du caractère sacré du bel ouvrage. Les cathédrales sont d’extraordinaires machines à remonter le temps. Elles permettent de réaliser non seulement ce que fut le travail de leurs bâtisseurs, mais encore que celui-ci ne put se réaliser que grâce à l’organisation qui était règle sur le chantier . 0lles portent témoignage de la perfectibilité constant du travail, que ce soit à travers du tailleur de pierre, mais aussi à travers celui du statuaire des porches ou des charpentiers. Elles sont pour nous ici, ce soir ces grands chantiers qui pendant des décennies ont réunis des centaines de maçons, de sculpteurs, de tailleurs de pierre, sous l’impulsion de quelques architectes comme Villard de Honecourt, Pierre de Montreuil ou Jean d’Orbais. Dans ces corps de métier une fois admis comme apprenti on pouvait ensuite progresser , devenir un ouvrier qualifié, soit un compagnon puis éventuellement celui qui ayant suffisamment de savoir faire pouvait créer,il était alors maître. Or l’art de bâtir qui exige ce concours de nombreux corps de métiers, montre le degré de civilisation d’un pays la variété de ses connaissances et à travers de cela, le travail est bien un élément qui permet l’expression de la dignité de l’homme. La cathédrale est non seulement un lieu de culte mais aussi un lieu de réunions civiles pour l’ensemble de la communauté. Michelet présente la cathédrale comme la « maison du peuple », c’est à dire des « travailleurs ».Dans le même temps, Ludovic Vitet, auteur de la monographie de Notre Dame de Noyon en 1845 écrit : « l’art gothique est contemporain des premiers combats de la raison contre l’autorité, de la bourgeoisie à sa naissance - maîtres des métiers, des guildes- contre la féodalité, des langues populaires et vivantes ( scènes représentées sur la façade des cathédrales, livres ouverts pour un peuple qui ne sait lire ) contre la langue antique et sacerdotale près de devenir une langue morte. La cathédrale est l’expression de la Beauté du travail. Du travail qui est lui même le moyen de la liberté créatrice. La cathédrale, ce sont les libres constructeurs, les maîtres d’œuvre s’appropriant l’ogive, s’en façonnant un système, s’en servant comme d’une arme pour se rendre maîtres à leur tour de l’art de bâtir. C’est Viollet le Duc insistant sur l’importance des secrets des métiers à travers lesquels l’homme au travail se valorise. Le fait de détruire un secret de fabrication donne à celui qui le détient une aura particulière, lui donne une place à part dans une société, quelle qu’elle soit. C’est , avant la lettre un concours pour le titre de « Meilleur Ouvrier de France ». Emile Male, le grand historien du Moyen-Age, traduira tout ceci quand il écrira « la cathédrale de Chartres est la pensée même du Moyen Age devenue visible ». Ainsi la cathédrale symbolise le travail de l’homme dans ce qu’il a de plus noble, car elle est harmonie, culture, savoir faire, en un mot le « le bel ouvrage ». C'est l’homme, capable de s’exprimer dans sa plénitude, dans sa dignité. C’est ce qu’écrit en d’autres termes Verlaine, évoquant la cathédrale dans "Sagesse" : « Haute théologie et solide morale  Guidée par la folie unique de la croix Sur tes ailes de pierre, o fille cathédrale » Solide morale, car le travail qu’elle représente a permis à l’homme d’avoir, par son travail, un but dans la vie, une discipline, une règle de vie sociale. C’est ce qu’exprime également l’anglais Ruskin dans son ouvrage « la Bible d’Amiens » de 903, quand il écrit : « la cathédrale d’Amiens est un lieu privilégié où l’homme, grâce à l’homme put approcher le divin car en elle se rejoignaient le Vrai, le Beau et le Bon La cathédrale d’Amiens, œuvre du travail de l’homme, c’est la Bible, or quelques soient nos croyances, la Bible est quelque chose de réel ». Enfin n’oublions pas les innombrables représentations de la cathédrale de Rouen par Monet, qui toutes portent témoignage du travail de l’homme. Ainsi quelles que soient ses croyances, l’homme est mis en relation avec le monde de la transcendance grâce au travail de ses semblables. Cette idée nous la retrouvons tant chez Péguy évoquant Chartes que chez Paul Claudel écrivant Notre Dame de Paris. Car comme l’écrivait Marcel Proust en 1907 : « les cathédrales ne sont pas seulement les plus beaux ornement de notre art, mais les seuls qui soient restés en rapport avec le but pour lequel ils furent construits ». N’est ce pas là l’hommage même au travail, l’expression de la glorification du travail en ce qu’il permet à l’homme d’atteindre sa pleine dignité. Ce que nous venons de dire au sujet du travail des bâtisseurs de cathédrales, nous pourrions également le faire pour les bâtisseurs d’abbayes. Il n’est pour le réaliser, qu’à lire le livre de Georges Duby sur Saint Bernard et l’Art cisterien. Il n’y a pas si longtemps encore, nos sociétés occidentales glorifiaient le travail, le reconnaissaient comme un devoir, mais aussi comme un droit.Aujourd’hui, qu’en est-il ? Si nous nous en tenons à la France, plusieurs millions de chômeurs. Des jeunes sans espoir, sans cathédrale à construire. Une société sans cohésion sociale, au contraire, un monde sociale qui se délite, des individus chaque jour plus indifférents les uns des autres. Il n’existe plus de cohésion sociale autour d’in idéal, fut-il celui des cathédrales, des abbayes, des croisades ou simplement du bel ouvrage, expression de la dignité de l’homme. Revenons à Péguy, écrivant à propos des bâtisseurs de cathédrales : « ces hommes, incarnation du peuple de l’ancienne France, chez qui le sens de l’homme se manifestait d’abord par le goût du travail bien fait » et il ajoute dans l’Argent « j’ai vu rempailler des chaises du même esprit et du même cœur et de la même main que ce même peuple avait travaillé les cathédrales » La technologie trop poussée, le machinisme à outrance n’ont pas libéré l’homme comme certains ont pu le penser, ils l’ont totalement asservi. Ils l’ont même, pour ceux qui sont sans emploi exclu moralement mais aussi physiquement et psychiquement de la société. Il est désormais interdit à celui qui travaille de penser, d’imaginer un bel ouvrage, il lui est demandé au mieux d’appuyer sur un bouton et encore doit il s’estimer heureux de pouvoir le faire, car cela signifie qu’il n’est pas chômeur. Or sans travail, il a non seulement perdu sa dignité, mais il n’a même plus sa place dans la société. Il devient isolé, asocial, tandis que parallèlement la société le rejette car il ne peut participer au culte de l’argent, au culte du Veau d’or. Fini le temps des cathédrales, celui que Rodin dans son ouvrage « les cathédrales de France » estime constituer la quintessence du génie français, l’expression de la nature même de notre sol et dde notre climat. Le législateur lui-même a quelque peu oublié le préambule de notre constitution, pour lui le travail peut être remplacé par le revenu minimum d’insertion, les contrats emploi-solidarité et les divers autres aides au chômage. Il en arrive non pas à nier, mais à occulter le travail comme expression de la dignité de l’homme. Les loisirs ne peuvent à eux seuls, quand ils sont possibles, remplacer la satisfaction, la joie qu’apporte le bel ouvrage. Or c’est de l’homme qu’il s’agit d’homme pensant, agissant, membre de la cité, citoyen mais aussi ayant droit au bonheur, qui n’est sûrement ni totalement dans les loisirs, ni totalement dans l’argent. Le retour aux petits boulots, n’est ce pas l’aveu ou au moins une forme de l’aveu de cette occultation du travail, expression de la dignité de l’homme qui se révèle en fait un désastre pour notre société mais aussi pour l’individu privé d’emploi ? Le travail est en effet pour tout homme une façon d’exprimer sa personnalité, d’adhérer à la collectivité, même si cela se traduit à certains moments par des tensions sociales, des luttes syndicales voir idéologiques. Une lueur d’espoir peut être un témoignage que notre société doit se ressourcer et ne plus se contenter de construire des temples de la consommation et du divertissements, la construction de la nouvelle cathédrale d’Evry, celle de la grande mosquée de Casablamca, qui a totalement réveillé l’artisanat marocain ou celle d’édifices qui, pour employer un terme d’aujourd’hui, interpelle l’homme au plus profond de son être, c’est à dire au niveau de sa spiritualité, qu’il soit athée, agnostique ou croyant, que ce soit l’Arche de la Défense, la Pyramide du Louvre ou le Grand Louvre, pour ne prendre que ces quelques exemples. L’homme a besoin de spiritualité, son travail peut être et doit être un moyen d’y parvenir, ne serait-ce que partiellement car il doit lui permettre de réfléchir sur lui-même, sur la société, sur le devenir de celle-ci. Pour ce faire l’homme quel qu’il soit doit réapprendre la valeur du travail, lui redonner sa place qui se doit d’être la première et réapprendre le travail bien fait. Celui où intervient non seulement l’esprit, l’intelligence, mais aussi la main de l’homme et pas uniquement la machine dans sa forme extrême. L’homme renaîtra dans sa plénitude.

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article