Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Les Lois Noa'hides

2 Décembre 2012 , Rédigé par X Publié dans #spiritualité

Après le déluge, qui marqua la fin d'une humanité sans valeurs, Dieu demande à l'espèce humaine de respecter sept lois, quintessence de la morale et de l'ethique...

AU COMMENCEMENT...

Dès l'aube de la création du monde, Dieu a décrété que l'homme devra observer six lois éthiques fondamentales. Ces six lois ont été créées afin de permettre la fondation d'une société unifiée fonctionnant harmonieusement, et elles ont été données en premier lieu à Adam et Eve et à leur progéniture dans le Jardin d'Eden. Ce sont les interdictions générales de l'idolâtrie, du blasphème, de l'homicide, des relations sexuelles illicites, du vol, et le commandement actif d'établir des institutions chargées de rendre la justice. Malheureusement, dix générations de l'humanité, depuis celle d'Adam jusqu'à celle de Noé, se sont révoltées délibérément contre ces six lois de Dieu. A la suite de leur transgression, Dieu a puni l'humanité avec le Déluge, qui a commencé le 17ème jour du deuxième mois ('hechvan) de l'année 1656 (2105 avant l'ère commune). Ce n'est que par la grâce de Dieu que Noé le juste et sa famille ont survécu au Déluge . Noé et ses fils ont bâti une arche selon des spécifications de Dieu, une arche dans laquelle ils ont trouvé refuge contre les eaux mortelles du Déluge.

NOé ET LE DELUGE

Après le Déluge, l'abattage d'animaux pour leur viande a été permis pour la consommation humaine. Noé et sa famille, ainsi que tous les animaux et les autres créatures vivantes qu'ils avaient embarqués à bord de l'arche avant le Déluge, sont restés dans l'arche pendant une année solaire. Le 27 'hechvan de l'année 1657 (2104 avant l'ère commune), Noé, sa famille, et tous les habitants de l'arche sont sortis de l'arche et ont mis pied sur le sol ferme. Noé s'est rendu au mont Moria, situé dans ce qui deviendra plus tard la Terre d'Israël, il y construisit un autel et offrit un sacrifice de reconnaissance à Dieu. Dieu ordonna à l'humanité, cette fois encore, non seulement de garder et d'observer les six lois, mais il ajouta un septième commandement, l'interdiction de consommer le membre d'une créature vivante. Avant le Déluge, les hommes n'avaient pas le droit de manger de la viande. Après le Déluge, l'abattage d'animaux pour leur viande a été permis pour la consommation humaine. A la suite de l'ajout de cette septième loi, l'ensemble est devenu ce que l'on a appelé les chéva' mitsvoth benei noa'h (" Sept lois des enfants de Noé "), également connues sous l'appellation des sept lois noa'hides. Dieu a ordonné à Noé et à tous ses descendants d'obéir à ces sept injonctions. C'est à ce moment-là que Dieu a révélé l'arc-en-ciel et en a expliqué la signification à Noé.

LE SYMBOLE DE L'ARC-EN-CIEL

Dieu a fait de l'arc-en-ciel une partie de Son Alliance avec Noé, ses descendants, et la terre, et Il a promis à l'ensemble de la création qu'Il ne la détruira plus jamais à cause des péchés de l'humanité. Dieu, par le mérite de la vertu de Noé, a conclu l'alliance de l'arc-en-ciel. Cette alliance est une alliance de vie éternelle. C'est ainsi que la vue de l'arc-en-ciel et de ses sept couleurs sert à nous rappeler notre obligation d'observer les " Sept lois des enfants de Noé ". Les sept lois noa'hides contiennent des privilèges à la fois spirituels et matériels qui leur sont appropriés, et elles constituent la voie toute tracée vers le sentier du non-Juif vertueux. Pour hériter de la vie éternelle dans le monde à venir, le non-Juif doit observer les sept lois universelles d'éthique et de moralité, basées sur une croyance en Dieu et en Sa Torah.
Concrètement, les " Sept lois des enfants de Noé " sont un plan garanti de paix mondiale. Si elles étaient observées, l'humanité pourrait vivre dans l'harmonie et dans la paix. En fait, leur observance procure à toute humanité le mérite de son ultime rédemption…

LA VOIE NOA'HIDE

L'accomplissement des sept lois noa'hides exige une connaissance et une compréhension fondamentales de certains préceptes et principes. Les non-Juifs dans le monde ont un devoir religieux, une obligation qui, si elle est remplie, amènera la paix et l'harmonie dans le monde et donnera au non-Juif vertueux une part dans le monde à venir. Dieu a donné à l'humanité deux sentiers par lesquels l'humanité peut réaliser son unité. L'un de ces sentiers est le judaïsme, l'autre le noa'hisme. Cela nous le savons, et en avons pleine conscience, parce que le judaïsme a préservé la connaissance et la pédagogie du sentier du non-Juif vertueux : les " Sept Lois des Enfants de Noé ". Il incombe par conséquent au non-Juif d'acquérir la conscience de ce que représente son devoir religieux et de la manière de l'accomplir. Pour cela il lui faut prendre conscience du fait que Dieu a institué les saintes autorités rabbiniques comme des instruments pour la protection et l'enseignement de cette antique doctrine . Pourquoi devons-nous accepter les rabbins et la sainteté de leur autorité ? Parce qu'il n'existe aucune source en dehors du Talmud et des enseignements ultérieurs des rabbins qui délimitent les sept lois noa'hides. Nous ne pouvons les apprendre et savoir comment les accomplir qu'auprès des Juifs de stricte observance. L'accomplissement des sept lois noa'hides exige une connaissance et une compréhension fondamentales de certains préceptes et principes. Le non-Juif doit avoir conscience, en particulier, de l'existence d'un seul vrai Dieu, de ce que la Torah a été donnée à toute l'humanité, de ce que l'éthique et la morale doivent devenir une partie intégrante de la vie ; et enfin que l'humanité doit se lier dans l'unité, dans la croyance dans l'unité de Dieu et dans l'unité de l'humanité. Nous espérons que cette unité permettra à tous les peuples, aux Juifs comme aux non-Juifs, de s'approcher de Dieu dans la paix et l'harmonie, et elle apportera la paix à Jérusalem .
Le non-Juif a un rôle spirituel spécifique dans ce monde, et un but spécifique pour sa création et son existence mêmes. Par l'observance fidèle des sept commandements noa'hides on peut accomplir ce but, et lutter avec les enfants d'Israël pour rendre ce monde meilleur.

OBLIGATION ET LIBRE-ARBITRE

C'est l'homme qui, en définitive, a la responsabilité d'observer les commandements de Dieu, et il jouira du mérite de leur avoir obéi. La foi en un seul vrai Dieu est nécessaire pour le non-Juif. Dès lors qu'il croit dans le Dieu d'Israël, il saura qu'il lui a été ordonné d'observer sept lois universelles d'ordre éthique basées sur une croyance en D.ieu. Le mot hébreu pour un commandement est mitsvah (au pluriel : des mitsvoth). Les sept sois noa'hides sont des mitsvoth pour toute l'humanité. Les Juifs aussi doivent les observer, car elles font partie des 613 mitsvoth que D.ieu a ordonnées à Israël. Les sept lois noa'hides sont une partie de l'alliance de vie éternelle (l'alliance de l'arc-en-ciel), elles représentent les exigences fondamentales que Dieu a prescrites à tous les descendants de Noé, dont l'observance doit assurer un monde paisible et civilisé. Que le non-Juif fasse choix d'observer les sept lois noa'hides est un autre problème, celui du libre-arbitre. Dieu a créé l'homme avec l'attribut intrinsèque du libre-arbitre. Rien d'autre dans la création de D.ieu n'a été imprégné de cette caractéristique. L'homme est libre de choisir d'observer les commandements de D.ieu. Certains choisissent de le faire, d'autres de ne pas le faire. Le choix de certains de ne pas observer les sept lois noa'hides ne contredit pas l'existence de ces lois. C'est l'homme qui, en définitive, a la responsabilité d'observer les commandements de Dieu, et il jouira du mérite de leur avoir obéi, ou au contraire sera puni pour s'en être abstenu délibérément. La clé est d'observer les commandements parce que D.ieu les a ordonnés, et c'est là que réside notre récompense. Par exemple, on peut choisir de ne pas commettre d'homicide parce qu'on sent que c'est, du point de vue éthique, la bonne chose à faire. Cela ne procurera aucun mérite, car on se sera institué comme le juge suprême, appréciant selon sa propre fantaisie si un acte donné est éthiquement correct ou mauvais. Cela revient à nier Dieu, et à Le remplacer, à Dieu ne plaise ! par sa propre idole : soi-même. Cela, bien sûr, est interdit. Nous devons choisir de faire ce que D.ieu veut. Cela comporte un enseignement : plus grand est celui qui fait quelque chose parce qu'on le lui a ordonné que celui qui le fait sans qu'on le lui ait ordonné .  Faire ce que Dieu ordonne est la seule chose qui importe.

LES SEPT LOIS NOA'HIDES

Après que le non-Juif a reconnu l'unité de Dieu, et a admis que l'observance du mitsvoth est ce qui unit l'humanité, il comprendra comment il peut s'unir à Dieu et obtenir une part dans le monde à venir. " Quand une personne devient séparée de péché et accepte sur elle le joug du Ciel, alors cette personne devient Mienne. "

L'idolâtrie

L'essence des " Sept lois des enfants de Noé " est l'interdiction de l'idolâtrie. En adorant une autre divinité que le Créateur on nie l'essence de la religion. Il nous est interdit de servir ou d'adorer toute créature, être humain, ange, plante, étoile, ni les quatre éléments fondamentaux (terre, eau, feu, et air), ni rien de ce qui en émane. Pour observer l'interdiction de l'idolâtrie, on doit devenir conscient de l'unité de Dieu.

Le blasphème

Le blasphème consiste à maudire le Créateur ou à utiliser Son Nom pour maudire quelque chose de Sa Création. Nous ne devons pas faire mauvais usage de la faculté de nous exprimer et de communiquer que Dieu a créée en nous. Le blasphème est l'expression d'une foi incomplète en Dieu, ou une croyance incomplète en Son unité absolue. Il y a blasphème, par exemple, lorsque l'on enseigne qu'il y a deux pouvoirs et deux royaumes : ceux de Dieu et ceux de Satan, ou dans toute théologie analogue qui nie que Dieu seul est le Seigneur et le Maître de tout.

L'homicide : Si cependant on est poursuivi, ou si l'on voit quelqu'un en danger de mort, il est permis de se mesurer au poursuivant.

Il nous est interdit de commettre un homicide. Il nous est interdit de tuer un être humain, même un fœtus dans la matrice de sa mère (sauf dans le cas extrême où il s'agit de sauver la vie de la mère). Même si l'on est réduit à l'extrémité de devoir " tuer ou être tué ", quelles qu'en soient les conséquences, il ne nous est pas permis de commettre un meurtre. Cela signifie que si on nous dit de tuer quelqu'un, ou sinon c'est nous-même qui serons tué (ou aurons un proche blessé ou tué), il ne nous est pas permis de tuer. Si cependant on est poursuivi, ou si l'on voit quelqu'un en danger de mort, il est permis de se mesurer au poursuivant. Cependant, on doit rester très attentif, même dans ce cas, à ne pas commettre d'homicide. L'abrègement par pitié d'une maladie douloureuse (euthanasie) et le suicide sont considérés comme des meurtres, et sont donc interdits. La peine capitale - quand elle est appliquée selon la loi de la Torah - est commandée par D.ieu, et n'est pas considérée comme un meurtre.

Les relations sexuelles illicites

L'inconduite sexuelle est interdite ; Dieu a enjoint à l'humanité d'avoir des rapports et un comportement sexuels corrects. A l'intérieur de la Création, il n'existe aucune règle qui permette à un individu de rompre les lois sexuelles à cause de sa " véritable propre nature ". Le Rabbin Yirmeyahu Bindman, auteur des " Sept couleurs de l'arc-en-ciel ", observe : " Il n'y a ni plus ni moins dans un adultère ou dans l'homosexualité que dans un vol. " Si l'on veut vraiment agir selon la volonté de Dieu, on doit être capable de résister à la tentation d'un comportement aberrant. Les lois spécifiques sur l'inceste, l'adultère, l'homosexualité et la bestialité sont très claires, et elles peuvent être étudiées ailleurs.

Le vol

Il nous est interdit de voler de l'argent, ou tout objet - qu'il soit animé, comme dans le cas du viol ou de la séduction d'une femme, ou inanimé, comme les objets physiques, ou même le temps de son employeur - ou de causer un préjudice physique ou psychologique, ou de ravir une personne. L'interdiction du vol est peut-être, en fait, celle des sept lois noa'hides à laquelle il est le plus difficile d'obéir, car les occasions de commettre un vol se présentent presque en permanence.

Le membre d'une créature vivante : toutes les interdictions alimentaires dans la Torah ont une signification mystique profonde.

Cette interdiction est la dernière à avoir été donnée à l'humanité. Elle n'a rien à voir avec l'hygiène ou la santé corporelle. Elle concerne la constitution spirituelle, parce que la consommation de viande vivante est à l'origine de la cruauté et de l'égoïsme. Manger la moindre parcelle de viande vivante, c'est-à-dire de la viande arrachée à un animal vivant, qu'elle soit cuite ou crue, contrevient à l'interdiction. Cette interdiction n'a pas pour but de promouvoir des pratiques végétariennes. Avant le Déluge, toutes les viandes étaient interdites comme nourritures. Après le Déluge, Dieu a dit à Noé que la viande lui était désormais permise sous la seule réserve de l'obéissance à cette prescription. Toutes les interdictions alimentaires dans la Torah ont une signification mystique profonde, et l'interdiction de manger de la chair arrachée à un animal vivant est explicite, comme il est écrit dans Genèse 9, 3-4 : " Tout ce qui se meut et qui est vivant, vous sera pour nourriture. Comme l'herbe qui verdoie, je vous donne tout. Toutefois aucune chair avec sa vie, son sang vous ne mangerez. "

Etablissement d'institutions chargées de rendre la justice

Les hommes ont l'obligation d'établir des tribunaux, chargés de faire observer les " Sept lois des enfants de Noé ". Il est inutile de les appeler des " lois " s'il n'y a pas de juges pour les faire appliquer si nécessaire. Cependant, il est très difficile, voire impossible, d'observer ce commandement dans les Etats qui, en garantissant la " liberté de religion ", donnent droit de cité aux pratiques idolâtres. Il n'est pas possible, en effet, dans ces pays, d'instituer des juridictions chargées de punir l'ensemble des sept lois noa'hides.

 source : http://www.lamed.fr/index.php?id=1&art=554

Partager cet article

Commenter cet article