Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Les métaux et la fraternité

18 Septembre 2013 , Rédigé par X Publié dans #Planches

Mon frère d'où venez-vous ?
De la loge de saint Jean V\ M\ On y élève des temples à la vertu et l'on y creuse des cachots pour les vices. Qu'en apportez vous ?
Salut, prospérité, et bon accueil à tous les frères Que venez vous faire ici ?
Vaincre mes passions, soumettre ma volonté à mes devoirs et faire de nouveaux progrès en maçonnerie.
Prenez place mon frère et soyez le bienvenu au sein de cet atelier qui reçoit avec reconnaissance le concours de vos lumières. Ainsi étaient posées les questions au frère visiteur d'après les anciens rituels, et les réponses qu'il devaient faire.
Lorsque le G.A.D.L'U. créa Adam, il le conçut nu en entrant dans le sacré du monde terrestre. Lorsque Gepetto fabriqua Pinocchio, il lui donna l'initiation de la vie, et pénétra dans le monde sans à priori.
Lorsque dans la réflexion de savoir si nous devions ou pas entrer dans le monde de la F\ M\ ou bien, c'est tout simplement de savoir si l'on doit " Etre ou ne pas être " en F\M\ voilà la question aurait dit SHAKESPEARE, ou bien comme jean Yanne dans le titre de son film " tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. ", Semble nous faire un clin d'œil à une vision du monde profane dans la forme égocentrique la plus totale.
C'est aussi une bonne raison pour exprimer au dehors ce qui est au-dedans comme il est de tradition de le rappeler à chaque tenue.
Rappelez vous mes f\ Le ciseau et le maillet, l'intelligence vive et le passif Cela donne l'impression d'une fable de LA FONTAINE, comme le corbeau et le renard où communiquent, l'air et la terre, le zénith et le nadir, le terrestre et le céleste, l'oxygène et l'espace, la liberté et la démocratie.
Excusez moi mes F\
Temporiser ses passions c'est parfois difficile. Revenons maintenant à nos moutons ou plutôt au rituel du travail tel que le voyait notre F\ Jean GUITTON.
Le maillet emblème de la logique sans lequel on ne peut raisonner juste et dont logiquement aucune science ne peut se passer, à besoin du ciseau qui représentent le mordant des arguments de la parole avec lesquels on parvient toujours à détruire les sophismes de l'erreur.
C'est ce qui va permettre de déboucher sur le discernement. Le maillet c'est la volonté active des apprentis, le ciseau sera la phase intellectuelle de notre transition à condition de veiller à ce qu'il soit toujours bien affûté. Ne doit-on pas rappeler ici qu'un outil émoussé comme le ciseau mettra les capacités de l'esprit en sommeil par le simple fait de l'inactivité intellectuelle.
Nous aurions du être comme Adam, en transposant la nudité du corps à la nudité des idées en laissant parfois deux cent pour cent de nos métaux à la porte du temple et prendre conscience du sacré de la petite philocalie du cœur.
Tiens j'entends soudain à mes oreilles un bruit de métal. L'origine de ce mot vient du mot latin metallum corps simple caractérisé par un éclat particulier dit éclat métallique. Dérivé du grec métallon, le mot métal est rapproché par rené Alleau de la racine mé ou més, qui est le nom le plus ancien donné à la lune.
En maçonnerie, nous rejetons trois métaux, l'argent, le cuivre et le fer respectivement emblème de la division, de l'orgueil et de la dégradation (représentée par la rouille qui apparaît lorsque ce métal est abandonné à lui-même).
Dans la construction des autels des temples hébraïques, on ne devait pas utiliser de métaux.
Autre anecdote métallique, rappelons ici Vulcain fils de Zeus et d'Héra qui dit-on aurait mis ce fils au monde en représailles de la naissance d'Athéna fille de Zeus. Vulcain reconnu des dieux de l'Olympe, Il est hautement apprécié en tant qu'ouvrier des immortels. Il est leur armurier, leur forgeron, il fait les meubles de leurs demeures aussi bien que leurs armures. Il emploie dans son atelier des servantes qu'il a forge dans de l'or et qui sont capables de se mouvoir et de l'aider dans son travail. Ah ! Quel homme ce Vulcain, l'or et la femme, cela me rappelle le film de Roger Vadim : " Et Dieu créa la femme ".
Puis, allons plus loin, si chez les Chinois, l'or est yang, le métal élément est yin.
Il existe d'ailleurs une table de correspondance des métaux et des planètes.
Il y a d'ailleurs un rituel de société secrète chinoise qui dit " fondez l'Univers et reformez le. Sur les voies du métal on peut atteindre de nombreuses sphères, le cosmos le planétaire ou bien en tant que symboles d'énergie les métaux ont aussi été assimilés à la libido dans la symbolique de Jung en tant que sublimation ou spiritualisation.
Les métaux représentent aussi dans d'autres sphères, les éléments planétaires du monde souterrain, et les planètes, les métaux du ciel. Le symbolisme des uns et des autres est parallèle.

Plomb = Saturne = avarice
Etain = Jupiter = gourmandise
fer = Mars = colère
cuivre = Vénus = luxure
mercure = Mercure = envie
Argent = Lune = paresse
or = Soleil = orgueil


Ici, ce qui peut nous rappeler symboliquement un grand moment de notre passage, de la vie profane à la vie maçonnique c'est le cabinet de réflexion.
Là dans la pénombre simplement éclairée d'une bougie et souvent dans l'obscurité totale, un frère servant vient nous dépouiller de nos métaux. C'est pour nous libérer dit-on, que l'on doit être démuni de tous nos biens. Ce fameux dépouillement des métaux est fait pour enseigner au profane que tout se paye en ce monde et qu'on ne doit pas espérer recevoir sans donner.
Nous parlons souvent ou pas assez, des métaux lorsque nous rentrons en Loge et qu'il arrive que nous ayons ce jour là oublié de laisser nos métaux à la porte du temple.
Tout comme l'initiation dans le monde indien dans la pratique du védanta ou le bramacharin ( l'apprenti) doit se détacher de tous les biens matériels de ce monde afin de garder en permanence son regard tourné vers la Lumière.
Mais c'est ici un exemple extrême particulier à celui qui veut embrasser la voie du bramacharia. Après réflexion mes frères ne penser vous pas que nous devrions à chaque tenue être dépouillé et laisser à la porte notre vie de profane tout comme le récipiendaire pénétrant dans cet endroit sacré que représente notre temple.
Il y a une petite anecdote en la matière. Le dépouillement des métaux est un rite initiatique et symbolique très ancien. Il se rattache sans doute à ce caractère impur attribue aux métaux. On l'a rapproche du mythe de la déesse babylonienne Ishtar, contrainte au cours de sa descente dans le monde infernal, de déposer successivement ses parures pour franchir les sept enceintes avant de paraître nue devant sa sœur, la redoutable souveraine du royaume des morts. On retrouve quelque chose d'analogue dans les rites maçonniques d'initiation : le récipiendaire est invité à se débarrasser des ses métaux (le contenu des poches), pour marquer son détachement de tout bien matériel, de toute convention et de recouvrer sa volonté " l'innocence originelle. "
Mais en matière d'argent, d'or, ou de je ne sais quel métal sublime, il me vient à l'esprit cette phrase d'un écrivain qui disait : " Il n'y a rien d'aussi dégradant que le constant souci des moyens d'existence. l'argent est semblable à un sixième sens sans lequel vous ne pouvez pas faire un usage complet des cinq autres. "

LA FRATERNITE
Origine du mot fraternité: 1/lien de parenté entre frères et sœurs 2/ lien de solidarité et d'amitié entre des êtres humains entre les membres d'une société.
Doivent être considérés comme frères tous les membres de la confrérie. Tous ceux qui ont prêté le même serment et qui observent la règle de l'Ordre sont frères.
Petit extrait de quelques mots entendus lors d'une tenue dans une autre loge.
Liberté, Egalité, Fraternité proclame la république… Comment y croire ? Les valeurs actuelles sont en crise ; la liberté de penser n'existe plus ; ceux qui ne sont pas politiquement correct n'ont pas le droit de penser ni de s'exprimer dans notre pays ; c'est un fait. " Je ne suis pas d'accord avec vous mais je me battrais jusqu'au bout, pour que vous puissiez vous exprimer " disaient les philosophes des Lumières.
Aujourd'hui, nous dirions " Je ne suis pas d'accord avec vous et je me battrai jusqu'au bout pour que vous la fermiez ". Sacrifiée à la haine et l'intolérance de toutes parts, la liberté de penser est en voie d'extinction. L'égalité, encore un leurre ; où ceux qui ont eu leurs familles décimées il y a 60 ans, envoyées dans des camps d'où elles ne revinrent jamais, n'ont pas eu la justice que la république devait leur rendre.
La Fraternité, qu'en penser quand un être humain perd un proche. Il reçoit toutes les factures des diverses institutions administratives républicaines seulement deux semaines après la mort de l'être cher…
Qu'en penser quand chaque année des dizaines de clochards et de personnes âgées meurent dans la solitude ? Qu'en penser également quant une personne désespérée se jette sous une rame de RER ? se faisant accuser à titre posthume d'avoir mis en retard de nombreux actifs et le trafic RATP… " fin de l'épisode.
Pour tout vous dire, je n'embrasse pas la totalité de ces propos, mais cela peut devenir le préambule d'une réflexion.
Montaigne a dit dans les Essais : " Si l'on me presse de dire pourquoi je l'aimais, je sens que cela ne se peut exprimer qu'en répondant : " parce que c'était lui, parce que c'était moi. "
L'emploi du mot fraternité, si courant donne lieu à de nombreux commentaires. Des trésors de bonne volonté, relèvent bien souvent d'une approche trop littérale, plus voisine de la bonne camaraderie que du concept " fils d'un même d'un père " tout comme ceux qui désignent la Charité comme seulement une pratique de l'aumône alors que la vertu théologale de ce nom vise beaucoup plus haut, jusqu'à l'élan du cœur, élan mystique, bien entendu, condition sine qua non de l'initiation sans laquelle " la quête" ne débouche que sur de petites connaissances déstabilisantes.
Maître Eckhart dans l'instruction spirituelle dit : " les gens ne devraient pas tant réfléchir à ce qu'ils doivent faire, ils devraient plutôt penser à ce qu'ils doivent être. S'ils étaient seulement bons et conformes à leur nature, leurs œuvres pourraient briller d'une vive clarté. "
Parvenir à être des nôtres dans l'univers de la F\M\, semble à la fois difficile et facile. Chaque homme possède un tempérament, un caractère et des humeurs.
On retrouve encore ici les outils de taille ciseau et maillet.
Temporiser ses passions est parfois quelque chose de compliqué car l'homme à parfois le spectre de la marmite en ébullition, voire un volcan en éruption ou bien un lac de béatitude.
C'est vrai, allez vous me dire, chacun à droit à l'expression de ses pulsions. Mais un F\ M \ , comme n'importe quel être, a-t-il le droit de perdre son sang froid et parfois se livrer à des attitudes, voir des comportements qui dépassent la fiction.
Mais il est essentiel pour notre bien être d'homme de maîtriser ses passions en général, mais en particulier celles de la possession, du pouvoir, de la vanité et de l'hypocrisie.
Il me semble entre parenthèses que pour aider les autres, on doit commencer par s'aider soi-même, qu'en pensez vous mes F\ ?
D'autre part, il est important que la parole circule et que nous puissions en notre âme et conscience nous exprimer avec humilité et fraternité envers le frère, la sœur ou bien celui ou celle à qui l'on s'adresse;
Que l'on ait pour lui affection, aversion, tolérance, fraternité tout cela n'est pas important. Je ne vous dirais pas comme dans la chanson l'important ç'est la rose, mais simplement l'humilité.
Si notre plus cher désir est de progresser vers la lumière acceptons de recevoir ce qui doit nous être donné.
La F\M \ n'a jamais voulu être une entreprise de cadres à la recherche de pouvoir ou de places à convoiter dans l'échelle de notre organisation.
Nos égrégores, nos ateliers, nos obédiences ne devraient être faites que d'hommes emprunt d'humilité, de sincérité, et de volonté à faire progresser notre grande famille.
Le concret doit être entrepris dans l'esprit d'une action positive, mais surtout active avec preuve de résultats ; et faire aussi en sorte que comme dans la chaîne d'union nous soyons les maillons soudés d'hommes simples ne cherchant pas les clés d'un labyrinthe qui n'existe pas.
Nous franchissons parfois les marches du temple avec nos métaux. Il arrive que nous ayons ce jour là oublié de faire la séparation du monde profane et du monde sacré.
Il va nous falloir parfois plus d'une vie pour comprendre la " vibration " des épreuves que nous devrons traverser.
Il va falloir parfois plus d'une vie pour voir la Lumière telle que nous devons l'atteindre.
Notre cher frère Voltaire a su nous tracer un visuel assez clair de l'échange entre les hommes, et il nous dit : " Tu ne nous as point donné un cœur pour nous haïr, et des mains pour nous égorger ; fais que nous nous aidions mutuellement à supporter le fardeau d'une vie pénible et passagère ; que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants entre tous nos usages ridicules entre toutes nos lois imparfaites, entre toutes nos opinions insensées entre toutes nos contradictions si disproportionnes a nos yeux et si égales devant toi ; que toutes ces petites nuances qui distinguent les atomes appelés hommes ne soient pas des signaux de haine et de persécution ! que ceux qui allument des cierges en plein midi pour te célébrer supportent ceux qui se contentent de la lumière de ton soleil ! que ceux qui couvrent leur robe d'une toile blanche pour dire qu'il faut t'aimer ne détestent pas ceux qui disent la même chose sous un manteau de laine noire, qu'il soit égal de t'adorer dans un jargon forme d'une langue ancienne ou dans un jargon plus nouveau que ceux dont l'habit est peint en rouge ou en violet, qui dominent sur une petite parcelle d'un petit tas de la boue de ce monde et qui possèdent quelques fragments arrondis d'un certain métal, jouissent sans orgueil de ce qu'ils appellent grandeur et richesse et que les autres les voient sans envie : car tu sais qu'il y a dans ces vanités ni de quoi envier, ni de quoi s'enorgueillir.
Puissent tous les hommes se souvenir qu'ils sont frères ! Qu'ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes, comme ils ont en exécration le brigandage qui ravit par la force le fruit du travail et de l'industrie paisible. Si les guerres sont inévitables, ne nous haïssons pas, ne nous déchirons pas les uns les autres dans le sein de la paix, et employons l'instant de notre existence A bénir également en mille langages divers, depuis le siam jusqu'à la Californie, ta bonté qui nous a donné cet instant. "
En conclusion
Il me vient à l'esprit une citation dont j'ai oublié le nom de l'auteur et qui dit :
" L'Amour-propre est une curieuse bête, qui peut dormir sous les coups les plus cruels et puis s'éveille, blessé à mort par une simple égratignure. ".

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article