Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Les Outils du Compagnon

11 Juillet 2013 , Rédigé par R\ G\ Publié dans #Planches

Voici 3 ans que je siège à la colonne du midi depuis mon passage au grade de comp\ et donc le moment est venu pour moi de présenter mon travail au combien imparfait et épineux, beaucoup plus difficile que je ne l’aurai pensé.
Voila donc des mois que je m’attelle à parfaire mon morceau d’architecture. Je vais Aujourd’hui tenter de vous parler des outils du comp\ comme ma la demandé mon M\ .
L’étude de l’outil suggère celle du travail, c'est-à-dire l’observation des tensions entre les choses à faire et la résistance de la matière sur laquelle opère l’ouvrier, car les outils sont si vivants que l’innocence leur prête une âme…comme pour nous inviter à bien les nourrir car les ranger dans un musée c’est les tuer.
Des outils donc, tous propres à frapper, à ouvrir, à percer, à faire éclater, à moudre, à graver et à sillonner la matière, la plus dure comme la plus molle. La civilisation de l’outil était celle de la maîtrise de la matière par l’individu, l’outil permet, en effet, une relation quasi immédiate avec l’objet fabriqué. Mais avant de développer les outils du comp\ je souhaiterai vous parler d’un outil primordial de l’espèce humaine. N’est-il pas la « main » ? La main outil de la pensée et de l’action l’instrument des instruments. Les mains de l’homme sont les outils permettant de réaliser concrètement ce que son intelligence conçoit, sorte d’outils naturels qui permettent de prendre, tenir, donner, écrire, transmettre. La main transforme en geste et en œuvre ce qu’a ordonné le verbe. Elle est une partie agissante du corps qui sert non seulement à prendre, mais aussi à comprendre ; par un positionnement de la main. Mes F\ quand nous nous mettons à L’ ORDRE AU GRADE DE comp\ je cite le rituel :
Il se fait par deux mouvements simultanés, le premier consiste à porter la main droite sur le cœur, les doigts arrondis, comme pour le saisir, le second consiste à élever l’avant bras gauche, le bras joint au corps, la main étendue, la paume à hauteur de la tête.
Etant au signe d’ordre, retirer horizontalement la main droite vers le coté droit et la laisser retomber le long du corps ; pendant ce temps, abaisser la main gauche ;
Ce n’est-il pas pour se faire reconnaître d’un autre F\ ? Ces gestes des bras et des mains accomplis par équerre, niveau et perpendiculaire nous aident à rectifier ce qui doit l’être en nous pour avancer et découvrir la lumière.
Si le cerveau ordonne et que la main agit en maîtrisant le geste imposé il faut bien effectivement un outil à qui donner le juste effort, la bonne trajectoire, un geste qui tend vers la perfection… nous en venons ainsi à l’un des principes ternaires qui régit l’équilibre mental de l’homme :
VOLONTE FORCE BEAUTE, ce qui veut dire : la volonté dicte la force pour aboutir à la beauté afin que l’œuvre unique, par sa finalité, donne à chacun la maîtrise de sa destinée.
L’outil est le prolongement de la main, trait d’union entre l’esprit et la matière dont la main est l’agent d’exécution. L’outil permet à la main d’améliorer et d’ajuster le geste, pour réaliser ce qu’elle ne saurait faire sans dommage pour elle-même : agencer et maîtriser la matière.
J’en viens donc à vous parler au fur et à mesure des outils du comp\ en essayant de reconstruire le chemin maçonnique lors de mon passage au 2ème degré. Lors de ma réception au GRADE DE COMPAGNON après avoir lu mon morceau d’architecture on me communiqua le M\P\ en tenue d'App\ et le V\M\ dit :
F\ Expert, faites maintenant exécuter au Récipiendaire son dernier travail d'App\.
L'Expert amène le Récip\ auprès de la P\B\
Il lui remet le Maillet et le Ciseau, lui fait poser un genou en terre, et ensuite frapper trois coups sur la P\B\; après quoi, il le fait mettre à l'ordre d'App\.
EXPERT (Se mettant à l'ordre)
V\M\, le Récip\ a exécuté son dernier travail d'App\.
V\M\
Mon F\ N….., il reste maintenant à procéder à votre réception au 2ème degré.
la cérémonie se poursuit,
Puis le V\M\ dit un peu plus loin dans le rituel de passage :
Dans les épreuves de votre réception au Grade d'App\, vous avez été purifié par les éléments.
Dans celles du grade de Comp\, vous allez être mis en possession des moyens et des objets de la Connaissance pour vous réaliser vous-même en employant les outils symboliques et exprimer votre personnalité.
Dans ce but, vous allez accomplir cinq voyages d'instruction.
Et donc voici le 1er voyage :
V\M\
F\Expert, restituez au Récipiendaire son Maillet et son Ciseau d'App\ afin qu'il accomplisse le premier voyage d'instruction.
Mon F\ Récipiendaire, les outils qui viennent de vous être restitués vous permettront de polir la Pierre Cubique destinée à l'érection du Temple dont les initiés sont à la fois les constructeurs et les matériaux.
Voici ce qui m’amène à vous parler des 1ers outils le maillet et le ciseau :
Le maillet, du vieux français mail dérivé du latin malleus, est un marteau à deux têtes et du point de vue purement matériel, qui à la forme du tau grec, est généralement en bois, manche tendre et tête dure de préférence en buis, en cèdre ou voire ébène, matières choisies pour représenter l’autorité et la fermeté. Dans des circonstances profanes, il symbolise la puissance et l’autorité de la fonction, tel le juge qui calme l’assistance par la batterie sur le plateau « silence ou je fais évacuer la salle » ou bien sa frappe donne un sens irrévocable à une adjudication du commissaire-priseur « une fois, deux fois, trois fois, adjugé ! ».
Lors de nos tenues régulières, nous entendons ces trois coups forts dont le timbre court et sec est propre à ranimer nos assoupis, mais surtout destinés à marquer en nos esprits la fermeté de la décision de notre V\M\, confirmée par nos F\ 1er et 2e Surv\. Ces coups qui rythmes les phases successives de notre rite n’est-elle pas pour nous « le chant de l’autorité en loge » ?
Le maillet est donc le symbole du pouvoir du V\et de nos F\ 1er et 2e Surv. Il peut être en bois celui du faible, en fer est trop autoritaire ou en ivoire idéal à diriger en loge car ce matériau ô combien symboliques pour nous, puisque, selon la légende, ils furent utilisés pour la construction du trône de salomon.
Le maillet est le symbole du travail et de la force matérielle qu’il faut maîtriser. Comment s’exprime t-elle, cette puissance symbolique, au travers des mythologies et des traditions, je ne rappellerai que quelques exemples :
- THOR dieu nordique de l’orage, est armé d’un maillet, lequel inspire la crainte
- Notons aussi cette tradition vaticane, toujours pratiquée et dans le cœur de notre actualité : le doyen du sacré collège, d’un coup de marteau d’or et d’ivoire , frappe le front du pape venant d’expirer, avant de proclamer sa mort.
Le maillet sert au dégrossissement de la pierre brute mais seul il est inefficace il ne peut se passer du ciseau et la complémentarité l’actif et du passif est évidente dans le symbolisme.
Le ciseau outil passif puisque tenu dans le prolongement de la main gauche permet de briser, sur la pierre brute, les aspérités excessives et c’est pour cela qu’il doit toujours être affûtés. C’est l’emblème de la sculpture, de l’architecture et de l’intelligence. Nous devons être des hommes de tête et quand un évènement ou un obstacle imprévu se présente et bien on prend le maillet, puis le ciseau, on place le tranchant sur l’aspérité gênante et on frappe avec l’orientation et la puissance adéquate, et il suffit parfois d’un tout petit coup pour ôter à cette pierre brute une arête vive.
En effet en maîtrisant l’usage du maillet et du ciseau l’apprenti parvient à façonner sa pierre brute qui un jour comme aujourd’hui pour moi devient presque cubique avec six faces à l’identique pour trouver une place dans l’édifice et assurer la parfaite stabilité.
Nous arrivons ensuite au 2ème voyage :
V\M\
F\ Expert, remettez au Récip. la Règle et le Levier avec lesquels il accomplira son deuxième voyage d'instruction.
L'Expert place la règle dans la main gauche et le Levier dans la main droite du Récip.
V\M\
Mon F\ Récip., les outils qui viennent de vous être remis sont symboliques.
Les outils suivants sont donc la règle et le levier :
Ils sont formés tous deux par une ligne droite.
La règle Selon Boucher, le sens général que l'on donne à la règle est "Précision dans l'exécution". Cette définition souligne un aspect important du travail d'un franc-maçon. La précision dans l'exécution ou l'exécution précise. Le souci de précision réduit la probabilité d'échec et permet d'atteindre exactement le résultat escompté de l'action. Cela permet de ne pas perdre du temps et de l'énergie en s'égarant dans des errements inutiles. Enfin, la précision dans l'exécution permet d'éviter des externalités, des coûts collatéraux que son action peut faire subir à des tiers.
Boucher divise les outils symboliques en outils actifs (le compas, le maillet, le perpendiculaire et la règle) et outils passifs (l'équerre, le ciseau, le niveau, le levier). "Passif" renvoie à la matière tandis que "actif" renvoie à l'esprit. On observe que la règle est outil symbolique actif qui se combine aisément avec un certain nombre d'autres outils actifs ou passifs.
On conçoit facilement l'utilisation possible de la règle si l'on garde à l'esprit que, sur le plan opérationnel, elle sert à mesurer, tracer et limiter.
Mesurer, c'est définir en fonction d'une échelle choisie la valeur que l'on accorde à ce qui est mesuré. Dans le travail, cela revient à estimer l'énergie que l'on envisage mettre dans un effort et à déterminer à l'avance le résultat auquel on aboutira. outils donc de mesure et de contrôle, divisé en 24 degrés comme la division du jour en 24 heures « le travail d’un maçon ne s’arrête jamais », permet de vérifier si la construction est conforme au projet. La règle ainsi graduée nous rappelle la fuite du temps et l’impérieuse nécessité d’un judicieux emploi de toutes les heures, de crainte de ne pas pouvoir mener à terme l’œuvre de l’entreprise. Si nous divisons 24 par 3, nous obtenons 8. 8 h de travail, 8 h pour divertir l'esprit et 8h de repos. Qui dit règle dit obéissance. Elle est le symbole de la rectitude elle représente la loi morale inscrite dans la conscience.
Outil nécessaire pour tracer une ligne, la règle de 24 pouces permet de définir l'emplacement des matériaux de construction. Sur le plan purement spéculatif, cela revient à baliser son action en vue de construire l'édifice conformément au plan du Grand Architecte de l'Univers. Ce qui demande beaucoup de persévérance car il faut continuellement se frayer le chemin dans le tumulte et l'agitation. Il faut continuellement revenir au plan tracé et ne pas se distraire de son objectif. La règle sert à tracer la voie. Dans ce sens, elle fait référence à la méthode, la marche à suivre. L'objectif de celle-ci est de structurer la pensée dans le but ultime d'échafauder des plans, d'édifier une construction. Le résultat de cette construction peut être matériel ou non-matériel. Il faut de la méthode pour classifier, combiner, discipliner, organiser, chercher. La méthode sous-entend la définition du chemin à suivre, d'une ligne de conduite ou d'une procédure afin de ne pas s'égarer. Il y a autant de règles que d'objectifs à atteindre. En mathématique et en statistique, on parle de formule. On parle de recette de cuisine, de stratégie politique, de théorie philosophique, de technique médicale … Afin d'être précis dans l'action, il faut de la méthode pour arriver au fonds des choses. Elle trace la direction de notre conduite dont nous n'avons jamais à dévier.
La règle sert à limiter. Mesurer ses paroles et ses actes revient à deviner les conséquences de ceux-ci en avance. Cela permet de les limiter pour ne pas dépenser plus d'énergie qu'il n'en faut. Ni peu, ni trop, juste ce qu'il faut. En renvoyant à la loi, la règle définit les limites de l'action. Dans ce sens, elle impose la rectitude dans l'action. Le respect de la règle rend prévisibles les actions menées par les individus. Il définit une ligne autour de laquelle viennent s'harmoniser les actions individuelles. Dans ce sens, la règle permet de restreindre l'action individuelle afin de la rendre conforme à l'action collective. En rappelant à l'ordre, la règle permet de rester droit, comme le suggère l'équerre. Le travail à la gloire du Grand Architecte de L'Univers est une action collective. Pour y arriver, notre action individuelle doit suivre certaines règles.
On la retrouve sur le sautoir du F\ exp \. Durant 3 de ces voyages le compagnon ne se sépare pas de la règle ce qui signifie qu’elle est absolument indispensable pour contrôler le maniement de tous les outils. Cette droite, cette rigueur doivent s’appliquer à l’esprit, pour la maîtrise du comportement quotidien, le comp\ est incité par cet outil en suivant une voie droite.
Le levier est un outil de pose, il tire son nom du verbe lever. Il symbolise la force en mouvement, il faut l’utiliser avec grandes précautions car c’est probablement le plus dangereux, car il permet de manipuler de lourdes charges et que l’action qu’il met en mouvement est liée directement aux réactions qui s’en suivront.
C’est une longue barre de fer ou d’acier, inflexible, qui multiplie la force de l’ouvrier. On connaît la formule du défi : "Donnez moi un levier et un point d'appui et je soulèverai le monde". Il sert à vaincre la force de gravitation. Séparé en deux parties par un point d'appui, le levier augmente la force de l'homme proportionnellement à l'allongement de la partie sur laquelle il appuie. Celle ci est nommée "la puissance". L'autre, celle qui est courte et supporte l'objet à soulever, est nommée "la résistance".
S’élever soi-même pour élever les autres. Le LEVIER, en multipliant nos forces, nous permet de placer aux endroits utiles les pierres destinées à l'érection du Temple symbolique.
C'est l'instrument actif par excellence, auquel rien ne peut résister. Aussi pouvons-nous affirmer qu'une volonté inébranlable, intelligente et désintéressée triomphe de tous les obstacles.
Nous voici au 3ème voyage :
V\M\
F\Exp\, remettez au Récip. la REGLE, le FIL A PLOMB et le NIVEAU avec lesquels il accomplira son 3ème voyage d'instruction.
L'Expert place le F. à Pb et le N. dans la main droite du Récip., la R. dans la main gauche.
V\M\
Mon F\ Récip\, les outils qui vous ont été remis vous permettront de procéder à la construction rationnelle et stable de l'édifice par perpendiculaires et horizontales.
En devenant comp\ l’apprenti passe de la perpendiculaire au niveau,
Symboliquement, le FIL A PLOMB vous suggère de rechercher la Vérité dans les profondeurs des fondations aussi bien que dans les hauteurs du faîtage, en explorant votre personnalité pour acquérir la connaissance de vous-même, condition première de votre perfectionnement.
Le NIVEAU fait allusion à l'égalité foncière de tous les hommes dans leur nature profonde et leur vocation. Il vous incite à vous mettre à la portée de tous et vous inspire la modestie du sage, quels que soient les progrès dans la voie initiatique que vous pourrez réaliser par la suite.
LE FIL A PLOMB La perpendiculaire est le fil à plomb fixé au centre d'un arceau,il est l’outil du deuxième surveillant et le niveau un fil à plomb fixé au sommet d'un triangle. Le premier montre la verticale et le second donne l'horizontale.
Si les deux outils indiquent la verticale par le moyen du fil a plomb, le niveau donne l'horizontale indirectement : il faut, pour l'obtenir, que le fil a plomb croise la base du triangle comme une perpendiculaire, qu'il divise ainsi le triangle en deux triangles rectangles semblables. La verticale s'obtient immédiatement : il suffit d'observer le fil à plomb immobile. Puis l'horizontale en est déduite : il faut créer un angle droit en ajustant la base du triangle au fil à plomb. Nous manipulons le triangle pour croiser sa base (le côté opposé à l'angle auquel est suspendu le fil à plomb) avec la verticale. La gravité permet de fixer la verticale à partir de laquelle nous déterminons l'horizontale.
L'observation de ces outils suggère des métaphores éclairantes sur le mécanisme par lequel nous nous orientons sur un plan vertical en déterminant ses deux dimensions, hauteur et largeur.  
4ème VOYAGE
V\M\
F\Expert, remettez au Récip. la REGLE et l'EQUERRE avec lesquelles il accomplira son 4ème voyage d'instruction.
L'Expert exécute en plaçant l'E\ dans la main droite du Récip, et la R\ en main gauche.
V\M\
Mon F\Récip., l'Equerre qui vient de vous être confiée peut être considérée comme le symbole de la rectitude. Elle sert à éprouver la Pierre Cubique afin qu'elle puisse s'ajuster aux autres pierres avec exactitude. Ainsi l'édifice se construit comme de lui-même à l'aide du NIVEAU et du FIL À PLOMB que vous avez déjà employés, mais à la condition absolue que tout soit rigoureusement d'équerre.
C'est pourquoi vous avez demandé d'être éprouvé par l'EQUERRE lorsque vous vous êtes présenté pour être reçu dans cette R\L\ de Comp\
L’équerre. Le mot équerre vient du latin EX Quadare : tracé des angles droits, des carrés. Elle exprime la terre. Jules Boucher explicite cette évolution : « l’équerre symbolise la matière »
En loge elle est posé sur le volume de la loi sacrée de manière à ce que ses extrémités recouvrent les 2 pointes du compas qui on le sait symbolise l’esprit, c’est ainsi au premier degré.Nous pouvons donc dire à ce degré que la matière domine l’esprit.Au deuxième degré l’équerre est entrecroisée avec le compas ces deux forces donc s’équilibre.
L’équerre à bien deux branches, elle n’est pas pure verticalité, elle est aussi horizontalité. Oswald Wirth soulignait : « L’union de deux équerres réunient peuvent former un carré symbole de la terre et de ce travail individuel mais aussi une croix, réunion de l’individuel et du collectif». Elle est le symbole de la rectitude, de la perfection.
D’ailleurs nous connaissons tous l’importance de la notion d’angle et d’équerre, notamment pour les signes d’ordre et de reconnaissance.
J’ai compris que l’équerre était l’outil indispensable, et dans sa simple assonance vise à un comportement exemplaire, rectitude de la pensée et de l’action, respectant le principe de la loi morale « le Franc-maçon dans ses actes doit s’inspirer du sentiment d’équité »
Sur le sautoir du Vénérable Maître se trouve une équerre de rapport 3 et 4. On peut donc associer le Vénérable .Maître en chaire » principe qui illumine la conscience », figure de la sagesse, qui depuis la 3ème marche de l’orient dirigent les frères dans les voies de la franc maçonnerie à l’équerre.
Enfin le :
- 5ème VOYAGE -
V\M\
F\Expert, accompagnez le Récip. dans son cinquième voyage d'instruction, qu'il fera les mains libres.
Ce sont les mains libres que j’ai accompli ce dernier voyage, après m’ être servi des divers outils du Comp\ au cours des voyages précédents.
Ces outils, et d'abord la main qui fut le premier outil de travail, ont servi à nos devanciers, les Comp\ opératifs, dans la construction des Temples et autres édifices.
Comme nos ancêtres, nous aussi, nous sommes avant tout des travailleurs.
Le travail est la grande vocation de l'homme, il lui est enseigné comme un devoir impératif.
L'homme a d'abord le devoir de servir et ensuite seulement, il peut réclamer des droits qui seront la contre-partie des services rendus. Mieux encore, nous les initiés, nous devons travailler non pas à contre cœur, sous la pression de la nécessité, mais bien avec entrain, en artistes pour qui l'œuvre seule compte et n'est pas nécessairement subordonnée à une récompense.
Pour nous, F\M\, le travail constitue une véritable mission.
Quelle que soit la place que nous occupions sur le chantier, même la plus humble, nous savons qu'en travaillant, nous coopérons à l'exécution du Grand Oeuvre selon le plan du G\A\D\L\U\.
C’est ainsi que Muni d’une feuille blanche et un crayon, une règle, un compas, une équerre, un levier, un niveau, le maillet et un ciseau, un morceau de pain, et un bâton de voyageur et après avoir vue l’étoile flamboyante j’ai accompli mon devoir de compagnon et aujourd’hui je demande d’être accueillis par vous mes F\ dans l’allégresse en vue d’une augmentation de salaire.

J’ai dit Vénérable Maître.
source :
www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article