Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Lettre de JB Willermoz à Joseph de Maistre

29 Mai 2011 , Rédigé par Thomas Dalet Publié dans #histoire de la FM

Lyon, 9 juillet 1779

 

Cette lettre fait partie d'un dossier intitulé Illuminés des archives personnelles de Joseph de Maistre.

Willermoz (ab Eremo) accuse réception d'une lettre de Maistre (a Floribus) du a/.t juin 1779 apportée de Chambéry à Lyon par l'eques a Leone (Marc Rivière, du collège particulier de Chambéry). Il ne peut, faute de temps, répondre à toutes les questions de de Maistre, mais a Solibus (Savaron, maçon lyonnais), ira à Chambéry et remettra à de Maistre des instructions et des statuts à copier, ainsi que le cahier de rituel de l'instruction du noviciat, une partie du rituel des chevaliers, une copie des actes du Convent de Lyon (1778) et de l'instruction générale des chevaliers « qui sert d'introduction aux instructions secrètes pour ceux qui ont de bons yeux ». Ces pièces devront rester à la loge de Chambéry. Willermoz expose ensuite à son correspondant ses idées sur Les sociétés secrètes et la Science de l'Homme :

Votre Lettre, mon bien-aimé frère, annonce une franchise et des dispositions dont vous devez certainement, avec un peu de travail, recueillir le fruit. Dès que vous admettez du fond du coeur les dogmes de l'existence de Dieu, de la spiritualité, de l'immortalité de l'âme, vos doutes sur les autres points s'effaceront peu à peu d'eux-mêmes, par le secours des instructions qui vous seront remises lorsque vous en aurez pu faire une étude plus approfondie. C'est donc à une lecture réfléchie et réitérée de cet ouvrage, c'est-à-dire des deux instructions secrètes et surtout de la dernière, que je vous renvoie, car elle ne contient pas un seul mot qui n'ait besoin d'être médité avec la plus grande attention. Mais, pour faire cette lecture avec fruit, mettez-vous au-dessus de tous préjugés acquis ou naturels ; ne vous servez des notions qui vous avez acquises ailleurs que comme des points de comparaison qui ne retiennent point la balance de pencher du côté qui vous paraîtra le plus raisonnable ; ne donnez point votre confiance à la doctrine que contiennent ces instructions sans que votre âme n'ait senti qu'elle le mérite de toute préférence, mais aussi ne vous tenez point trop en garde contre celle qui pourrait naître en vous, car elle est le principe de la conviction intérieure dans une affaire où l'homme raisonnable ne doit point en espérer d'extérieure. Fermez les yeux sur la voie, la main ou le moyen par lequel cette doctrine est parvenue jusqu'à vous. Supposez .que quelqu'un l'a perdue et que vous l'avez trouvée sous vos pieds en vous promenant, et ne jugez absolument que la chose comme si vous voulez la bien juger. Supposez encore qu'elle n'est qu'un système inconnu, mais comparez ce système sans aucune prévention avec tous ceux que vous avez pu connaître auparavant. Si tous ensemble laissent des vides qui affligent et tourmentent l'homme, ils ne tiennent donc pas à la vérité ; car si elle existe, comme on ne peut pas en douter, puisque nous existons nous-mêmes d'une manière positive et constante, elle doit être connue et sentie par la classe d'êtres qui lui doit un hommage libre et réfléchi. Si, au contraire, celui qui vous est présenté, de quelque part qu'il vienne, vous offre une chaîne dont tous les chaînons sont liés à leur place et vous présentent un ensemble qui explique et démontre à votre intelligence tout l'univers intellectuel et physique, s'il vous démontre votre propre existence comme homme avec tous les rapports qui vous lient en cette qualité au reste de l'univers et à son auteur, convenez qu'il remplira tout ce que la vérité promet et qu'un être doué de raison ne peut pas se refuser longtemps de l'adopter, s'il a du goût pour la vérité. N'attendez rien, mon très cher frère, des hommes pour votre conviction. Il leur est impossible de vous rien donner ; celui qui promet est un fourbe. Le feu qui doit vous éclairer, vous échauffer est en vous ; un désir pur, vif et constant est le seul soufflet qui puisse l'embraser et l'étendre ; et quand il l'est à un certain point, l'homme sent qu'il est le seul être auquel il peut et doit s'adresser avec confiance pour obtenir son entière conviction ; et cette confiance persévérante lui procure toute la certitude dont il a besoin ; mais s'il y met un grain de curiosité, il retombe dans de plus épaisses ténèbres qu'auparavant. Le premier soin est donc d'examiner sans illusion la nature de son désir et de le bien épurer. Ce que l'homme ainsi préparé acquiert par son propre travail reste sa propriété. Ce qu'on lui donne après l'exposition générale des principes s'efface en lui comme un caractère tracé sur le sable au bord de la mer, que la première vague détruit sans en laisser le moindre vestige.

Vous trouvez que l'on est trop avare de preuves. Je pense, au contraire, que s'il y en avait d'autres à donner, on devrait les refuser à celui qui les désire ou qui croit en avoir besoin, parce qu'il prouve par là qu'elles lui seraient inutiles.

Je serais fort trompé s'il venait d'autre supplément ,aux instructions .que nous avons reçues et qui vous ont été toutes communiquées, parce que les principes fondamentaux y étant pleinement développés, qui est ce qu'on peut faire, c'est à tout homme raisonnable et réfléchi à qui on les a présentés, à travailler pour en tirer les conséquences nécessaires à sa croyance et à sa conduite. Le seul supplément qu'il doive attendre, c'est d'espérer le découvrir à la dixième lecture, ce qui lui aura échappé dans les précédentes. Espérez donc tout, mon très cher Frère, mieux de voir persévérance dans des désirs purs et vifs qui certainement aura sa récompense.

J'attendrai que vous soyez plus nourri des lectures qui vous sont confiées pour vous répondre sur le Peuple Elu et sur ses principaux rois, David et Salomon.

Je passe à un autre article essentiel de votre lettre.

La Science de l'Homme est de tous les temps. Elle a été connue et professée sous le nom d'initiation maçonnique ou autre avant la fondation des T\empliers et quelques-uns y participèrent et la propagèrent chez eux, ce qui n'empêche pas qu'elle ne se propageât ailleurs et dans d'autres branches étrangères à celle-là, aujourd'hui plus ou moins rares, connues ou altérées. Ce qui nous en a été communiqué nous vient par la classe des Templiers qui en affectent la perpétuité à leur ordre, sans nier ni mépriser les autres branches qui sont toutes isolées et presque inconnues et ne font point corps ensemble. Il est donc très naturel et essentiel de conserver et de perpétuer aussi l'enveloppe d'un si beau fruit et de ne pas détruire le fleuve qui apporte aux citoyens de si précieuses denrées. Celui qui a vu le noyau sait bien ce qu'il doit préférer, mais l'écorce, pouvant devenir aussi très utile dans le physique et dans le moral pour la multitude peu disposée à goûter le fruit, mérite d'être soignée pour elle. Puisque aussi elle est un moyen de connaître et d'éprouver ceux que l'on juge là dignes de mieux supprimer dans la Maçonnerie la classe de l'Ordre des Templiers, il faudra créer un autre but apparent pour contenter ceux à qui on ne veut pas en faire connaître le terme ; celui-là étant général et ... mérite bien la préférence, Si le rapport du Temple de Salomon est double avec l'histoire de l'Homme et celle des Templiers, cela prouve une connexité et non une contradiction

Je finis, mon bien cher Frère, en vous assurant de l'attachement le plus sincère.

Partager cet article

Commenter cet article