Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Loge Ecossaise sublime

3 Juin 2012 , Rédigé par Thomas Dalet

La loge doit être éclairée par trois tas de bougies, un de trois, un de cinq et un de sept, ce dernier pla­cé à la droite de la loge, représentant le chandelier à sept branches.

La loge représente le Temple de Salomon et est divisée en deux parties : la première, qui est la nef, est ornée de l'Etoile flamboyante et du Chandelier à sept branches; dans l'autre, à l'occident, où est re­présentée la porte, est dessiné un vase d'or soutenu par douze boeufs, nomme la mer d'airain, qui servait à la purification des Lévites; au milieu de l'autre par­tie de la loge, à l'orient, est représentée l'Arche d'Alliance; à droite, au midi, est le tombeau de Salo­mon et, à gauche, le mausolée d'Hiram, entouré des attributs de l'art; sur celui de Salomon est un soleil doré. Autour du sanctuaire doivent être sept stalles dans l'une desquelles le Très Puissant tient place; au milieu, à l'orient, dans lesdites stalles doivent être des Grands Elus qui sont assis et couverts de leurs triangles; les Ecossais qui ne sont points Grands Elus se tiennent debout autour de la nef.

 

Ouverture de la Loge pour la Réception

 

Le Très Puissant frappe trois, cinq et sept coups pour annoncer de se mettre à l'ordre, qui est de croiser les deux bras sur la poitrine; les deux Surveil­lants frappent de même.

Le Très Puissant demande au Très Respectable Premier Surveillant :

 

D. Où se tenait Salomon dans le Temple ?

R. A l'orient pour commencer les sacrifices et rece­voir les Lévites.

D. Où se tiennent les Surveillants ?

R. A l'occident.

D. Pourquoi ?

R. Pour commencer les sacrifices et recevoir les Lé­vites

 

Le Très Puissant dit ensuite : « Mes Frères, la loge de Sublime est ouverte ! »

Le Frère Introducteur avertit d'un coup pour annoncer le Maître Anglais que l'on doit recevoir.

 

Réception

 

Le récipiendaire doit frapper à la porte du Tem­ple en Illustre, neuf coups de suite; on lui répond de même.

Le Très Puissant ordonne de voir qui frappe en Illustre Maçon; on lui répond que c'est un Maître Elu qui désire être reçu Ecossais. Le Très Puissant ordonne qu'il entre en donnant le mot de passe et en se présentant par les trois pas de Mitre Elu Illustre; on le conduit ensuite à la mer

d'airain et on lui dit : « purifiez-vous, mon Frère »;

ensuite, on le place à la porte du sanctuaire, à l'occi­dent et le Premier Surveillant l'annonce au Très Puissant en frappant en Ecossais par trois, cinq et sept coups.

Alors le Très Puissant lui fait ce discours : « Mon Frère, le grade d'Ecossais que vous désirez recevoir demande, outre les qualités d'un bon Maçon, une conduite des plus régulière, une discrétion à toute épreuve, une parfaite vénéra­tion pour votre Religion et une fidélité inviolable à votre souverain. Ce n'est, mon Frère, qu'a ces conditions que vous pouvez parvenir au grade où vous aspirez. Le promettez-vous ? »

Après la promesse, le Très Puissant lui jette une bougie par dessus la tête, en lui disant : « Que ce rayon de lumière éclaire van tête et votre azur ! ».

Les Surveillant doivent de suite le faire asseoir sur une chaise qui doit être mise derrière lui, ensuite, on lui jette un suaire sur le visage.

 

Le Très Puissant fait ensuite les demande de ca­téchisme suivantes :

 

D. Etes-vous Ecossais ?

R. Oui, je le suis et connais les lettres J. S. S.

D. Que demandez-vous, mon Frère ?

R. A devenir parfait dans mon devoir.

D. Avez-vous toutes les qualités requises ?

R. Très Puissant, je m'efforcerai de les acquérir.

D. Si vous possédez ces qualités, répondez à l'exa­men

R. Je m'y soumets.

D. Pourquoi vous faites-vous recevoir Ecossais ?

R. Pour adorer Dieu et suivre les préceptes de Sa Loi.

D. La Maçonnerie Ecossaise a-t-elle des engagements pour les vertus ?

R. Oui, Très Puissant, elle en a neuf.

D. Mon Frère, expliquez-moi quelles sont les neuf vertus d'obligation !

R. La première, que nous devons servir et adorer Dieu;

la seconde, secourir nos Frères dans leurs adver­sités;

la troisième, les consoler dans Leurs afflictions; la quatrième, les aimer inviolablement;

la cinquième, éviter tout entretien sur nos mystè­res avec les profanes;

 la sixième, garder fidèlement le secret de nos do­cuments;

 la septième, éviter tout propos scandaleux;

 la huitième, ne s'appliquer qu'à faire le bien;

la neuvième, à rendre hommage à la mémoire de Salomon en la personne du Très Puissant.

D. Par quels moyens avez-vous pénétré dans le sanctuaire ?

R. Par l'aide de Dieu et la lettre G.

D. Que signifie-t-elle ?

R. Goth, qui en Ecossais est le Saint Nom de Dieu.

D. Qu'est-ce qui vous a le plus frappé en entrant en Loge ?

R. Le respect, la décence et la soumission qu'obser­vent les Frères.

D. A quoi s'occupent les Frères dans le temple ?

R. A suivre ce que Salomon nous a enseigné quand l'Arche d'Alliance fut portée dans le Sanctuaire.

D. Par qui fut-elle portée ?

R. Par sept lévites consacrés au service de l'Arche.

D. Par qui fut-elle construite ?

R. Par Bezechiel, à qui Moïse en donna l'ordre.

D. De qui Moïse l'avait-il reçu ?

R. De Dieu même.

D. De quoi est-elle construite ?

R. De bois de felisne, garnie d'or, ainsi que les leviers avec lesquels on la portait et la table où on la posait.

D. De qui était-elle accompagnée ?

R. De deux chérubins dont les ailes couvraient l'Ar­che.

D. De quelle longueur était-elle ?

R. De deux coudées et demie, sur une demie de largeur et sur une de hauteur.

D. Que renfermait-elle ?

R. Les Tables de la Loi.

D. Pourquoi vous tenez-vous les bras croisés ?

R. Pour imiter Salomon dans le Temple, lorsqu'il priait l'Eternel.

D. Donnez-moi le signe d'Ecossais

R. Le voila !

D. Donnez l'attouchement au Frère Second Surveil­lant et donnez-lui les mots !

R. Jachiny, Solé, Salomon : J. S. S.

Ici, on fait lever le récipiendaire et le Très Puis­sant lui pose son épée sur l'épaule, sur laquelle il frappe quinze coups en lui disant : « Par l'autorité que me donne laloge de saint Jean, je vous reçois Ecossais »;

 

ensuite, il lui montre la marche, l'attouchement et l'accolade, ce que le récipiendaire doit aller répéter aux Surveillants; il revient ensuite se placer en de­hors de la nef du Temple. Le Très Puissant lui dit :

« Soyez mon Frère, des Ecossais et qu'une union pure et sainte vous unisse à nous . ». Ensuite, il adresse la pa­role au Premier Surveillant et continue le catéchisme suivant :

 

D. Pourquoi portez-vous la main au-dessus des yeux

lorsque vous faites le signe des Ecossais ?

R. C'est crainte d'être ébloui par une plus grande

lumière.

D. Pourquoi touchez-vous le dedans de la main ?

R. C'est un signe d'union et d'alliance.

D. Que signifie l'accolade ?

IL Pied contre pied, pour nous faire souvenir que nous devons toujours être prêts à marcher pour secourir nos Frères; genou l'un contre l'autre pour marquer notre humilité, poitrine contre poi­trine pour marque l'union de nos coeurs; et la main derrière le dos, l'égalité des Frères.

D. Que fit Salomon après la mort d'Adonhirarn ?

R. Ne pouvant récompenser ses bienfaits après sa

mort, il lui fit élever un monument précieux et

ordonna que cet autre tombeau pour lui serait le

parallèle du sien.

D. Quelle distinction faites-vous entre ces deux tom­beaux ?

R. Celui d'Adonhirarn, placé à gauche du sanctuaire, fut orné de tous les attributs de l'art de la Ma­çonnerie.

D. N'y avait-il rien de plus distinctif ?

R. Trois choses, Très Puissant.

D. Que sont-elles ?

R. Le triangle, l'urne d'or, y joint un poignard et un , oiseau de nuit.

D. Que signifient ces trois choses ?

R. Le triangle représente le mystère de la Très Sain­te Trinité, un seul Dieu en trois Personnes; l'urne contient les cendres précieuses du corps de notre Très Respectable Maître Adonhiram. Le poignard nous rappelle la vengeance et le crime puni, exemple mémorable pour tout Maçon qui cesserait de mériter d'être de nos Frères, s'il devenait réfrac­taire et infidèle à observer nos Serments. Cet oiseau de nuit, qui couvre de ses ailes le respec­table monument nous rappelle à jamais le témoi­gnage de la discrétion, comme aussi le symbole du silence mystérieux que nous devons garder sur tous nos augustes et respectables mystères.

D. Qu'y avait-il de distinctif sur le tombeau de Salo­mon ?

R. Un soleil d'or.

D. Que signifie ce soleil ?

R. La puissance et les éclatantes vertus qui le firent admirer dans tout l'univers.

D. A quoi un Ecossais se fait-il connaître ?

R. Nous ne devons connaître pour nos Frères que les fidèles observateurs de nos lois, et tout Ma­çon Ecossais ne doit se faire connaître que par ses bonnes actions et ses vertus.

D. Combien y a-t-il de principaux signes d'Ecossais ?

R. Ils sont sans nombre; mais les vrais Ecossais en ont deux de caractère.

D. Pourriez-vous nous les confier ?

R. Non, Très Puissant, cela n'est permis qu'à vous, et nous vous imiterons, en renouvelant nos Obli­gations de mourir plutôt que de les confier en tout autre endroit.

D. Quels sont vos attributs ?

R. Un cordon rouge orné d'un triple Triangle.

D. Pourquoi les Ecossais adoptent-ils le cordon rouge ?

R. C'est en commémoration du sang de notre Res­pectable Maître Adonhiram, comme aussi de ce­lui qui coula par la mort du traître Abyram, son meurtrier, lorsque Stokin vengea la mort de notre susdit Respectable Maître.

D. Que signifie le triple Triangle ?

R. Il signifie l'emblème de la Maçonnerie par les trois Personnes de Dieu réunies en une seule, qui forment le mystère de la Très Sainte Trinité.

D. Qui éclairait votre temple ?

R. La Divinité y présidait dans toute son éclatante majesté, les lumières étaient si nombreuses qu'il m'est impossible d'en dire le nombre positif; t'ai pu seulement distinguer dans la nef du Temple trois chandeliers mystérieux, un de trois lumières, un de cinq et l'autre de sept.

D. Faites l'explication du Chandelier à sept bran­ches !

R. C'est en commémoration des sept années que l'on employa à bâtir ou à dédier le Temple; il signifie, en outre, que l'Erre Suprême employa six jours à créer le monde et que, le septième, Il se reposa.

D. Quel âge avez-vous ?

R. Des siècles et quinze surfaits.

D. Quelle heure est-il ?

R. L'aurore paraît et le jour luit

D. Où se tiennent les Surveillants dans le Temple ? R. A l'occident, pour fermer le Temple après les prières.

« Mes Frêle, rendons grâce à l'Eternel en lui offrant nos sacrifices et que nos bras soient justement armés et toujours prêts à secourir nos Frères. Périsse ainsi tout réfractaire par­jure qui pourrait profaner nos augustes mystères ».

Le Très Puissant frappe quinze coups et ferme la loge.

Partager cet article

Commenter cet article