Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Maçonnerie adonhiramite Chevalier de l‘Orient 1787

7 Septembre 2012 , Rédigé par Maçonnerie adonhiramite Publié dans #Rites et rituels

R É C E P T ION

Quand le Récipiendaire est en état convenable, le Maître des Cérémonie le conduit à la porte de la tour, auprès des Gardes , comme on a dit ci-dessus. Les gardes l'interrogent. Il doit répéter ce que le Maître des Cérémonie lui dit.

Le Garde. D. "Que demandez vous"?

R. "Je demande s'il est possible de parler à vôtre Souverain".

Le Garde: D. "Qui êtes vous"?

R. "Le premier d'entre mes égaux, Maçon par rang , Captif par disgrâce".

D. "Quel est votre nom "?

R. "Zorobabel".

D. "Quel est votre âge"?

R. "70 ans".

D. "Quel est le sujet qui vous amène "?

R. "Les larmes & la misère de mes Frères".

Le Garde. " Attendez. Nous tâcherons de faire parvenir vos plaintes au souverain".

L'un des Gardes frappe sept coups à la porte de la tour en Chevalier de 1 Épée. Le

second Général frappe sept coups sur 1e maillet du premier ; ensuite le Souverain.

Le second Général." U n Garde frappe à la porte de la tour en chevalier de l'Epée".

Le premier Général . "Souverain Maître, un Garde frappe à la porte de la tour en

chevalier de l'Epée".

Le Souverain. "Premier Général , qu'on l'introduise. Gardez-moi avec des précautions extraordinaires. Dans le trouble où je suis , il n'est point de petits avis à négliger ".

Le second Général va à la porte de la tour, frappe, ouvre , ramène le Garde

à l'Occident , qui quitte la pique, croise les bras, s'incline, & dit: "Le premier d'entre

les Maçons ses égaux, âgé de 70 ans, demande a paraître devant vous ".

Le Souverain. "Qu'il soit introduit dans la tour du Palais , nous l'interrogerons ".

Le Garde fait une autre inclination, se retire, & fait entrer le Récipiendaire dans la tour & la referme. Alors le Souverain demande au Récipiendaire, au travers de la porte qui doit être fermée:

D. "Quel sujet vous amène ici"?

R. "Je viens implorer la justice & la bonté du Souverain".

D. "Sur quoi "?

R. "Demander grâce pour mes Frères qui sont en servitude depuis 7o ans".

D. "Quel est votre nom "?

R."Zorobabel , le premier entre mes égaux , Maçon par rang, Captif par disgrâce".

D. "Quelle grâce avez-vous à me demander"?

R. "Que sous la faveur du Grand Architecte de l'Univers, la justice du Roi nous accorde la liberté, & qu'il nous permette d'aller rebâtir le temple de notre Dieu".

Le Souverain. " Puisque d'aussi justes motifs le conduisent ici, que la liberté de paraître devant nous à face découverte lui soit accordée ". Aussitôt les Gardes vont ouvrir la porte de la tour , l'amènent à l'Occident , & le font prosterner.

Le Souverain. " Zorobabel, j'ai ressenti comme vous le poids de votre captivité. Je suis prêt à vous en délivrer, en vous accordant la liberté à l'instant si vous voulez me communiquer les secrets de la Maçonnerie , pour lesquels j'ai toujours eu la plus profonde vénération".

Le Récipiendaire. "Souverain Maître, lorsque Salomon nous en donna les premiers principes, il nous apprit que l'égalité devait être le premier mobile. Elle ne règne point ici. Votre rang vos titres, votre supériorité & votre cour, ne sont point compatibles avec le séjour ou l'on s'instruit des mystères de notre Ordre. D'ailleurs, nos marques extérieures vous sont inconnues. Mes engagements sont inviolables, & je ne puis vous révéler nos secrets. Si ma liberté est à ce prix , je préfère la captivité".

Le Souverain. "J'admire la discrétion & la vertu de Zorobabel ; il mérite la liberté pour sa fermeté dans ses engagements ".

Les Frères acquiescent tous, en baissant pointe de leur épée & la relevant.

Le Souverain. " Second Général, faites faire à Zorobabel les 7o épreuves, que je

réduis à trois; savoir, l'épreuve du corps celle de l'esprit & de l'âme, afin que par

là il puisse mériter la grâce qu'il demande, & que sa discrétion m'engage à la lui accorder".

Le second Général lui fait faire trois fois le tour de la Loge. Au premier on tire un pétard ; au second on lui demande s'il persiste à demander la liberté ; au troisième on lui fait mettre les deux mains au-dessus du front.

De retour , le second Général frappe sept coups , & le premier lui dit : " Que demandez-vous"?

Le second Général. " Le Candidat a subi les épreuves avec fermeté & constance".

Le Souverain. "Je vous accorde, Zorobabel, la grâce que vous me demandez; je consens que vous soyez mis en liberté ".

Le Souverain frappe sept coups, qui servent de signal aux Généraux pour ôter à Zorobabel ses fers ; ce qu'ils font à l'instant.

Puis le Souverain dit : "Allez en votre pays; je vous permets de rétablir le Temple détruit par mes ancêtres; que vos trésors vous soient remis avant le soleil couché. Soyez reconnu chef sur vos égaux. J'ordonnerai qu'on vous obéisse en tout lieu de votre passage; qu'il vous soit donné tout aide & secours comme à moi-même. Je n'exige de vous qu'un simple tribut de trois agneaux, cinq moutons & sept béliers, que j'enverrai recevoir sous le portique du. nouveau Temple. Si je le demande, c'est plutôt pour me souvenir de l'amitié que je vous promets, que par reconnaissance. Approchez, mon ami".

Les Généraux l'amène au pied du Trône.

"Je vous arme de cette épée, pour marque distinctive de supériorité sur vos égaux. Je suis persuadé que vous ne l'emploierez qu'à leur défense. En conséquence je vous crée Chevalier de l'Épée".

En disant ces derniers mots , il lui frappe de son épée sur les épaules, & l'embrasse. Ensuite il lui donne le tablier & le cordon vert qui passe de la gauche à la droite , & lui dit :

"Pour vous marquer mon estime, je vous décore d'un tablier & d'un cordon , que j'ai adopté , à l'imitation des Ouvriers de votre Temple. Quoique ces marques ne soient accompagnées d'aucuns mystères, cependant je ne les accorde qu'aux Princes de ma Cour, par honneur. Désormais vous jouirez parmi eux des mêmes honneurs. Présentement je vous remets entre les mains de Nabuzardin , qui vous donnera des guides pour vous conduire en sûreté auprès de vos Frères , au lieu où vous devez rebâtir le nouveau Temple. Ainsi je l'ordonne".

Le premier Général prend le Récipiendaire, le fait entrer dans la tour ; & l'y laisse, pendant que les Frères passent en silence dans le second Appartement. Sitôt qu'ils sont tous rangés, un Servant vient avertir le Maître des Cérémonies que tout est prêt. Il prend le Récipiendaire, 1e mène par derrière la tenture à l'endroit où est le pont, à l'entrée duquel il trouve des Gardes qui l'arrêtent, lui ôtent son tablier & son cordon vert, & le veulent empêcher de passer ; mais il les force, les met en fuite, & arrive à la porte du second Appartement.

Le Maître des Cérémonies frappe sept coups en Chevalier de l'Epée; & quand les Frères entendent frapper, ils prennent, de la ceinture du tablier, une truelle qui doit y être pendue , tiennent l'épée de la main droite & la truelle de la gauche.

Le second Général frappe sept coups, ensuite le premier; puis le second Général dit : "J'ai entendu frapper à la porte de la Loge en Chevalier de I'Epée".

Le premier Général. "Très Excellent Maître, on frappe à la porte de la Loge

en Chevalier de l'Épée".

Le Maître. "Très-Puissant Frère second Surveillant, voyez qui frappe".

Le second Surveillant va à la porte, frappe, ouvre & demande ce qu'on veut.

Le Récipiendaire. "Je redemande à voir mes Frères , afin de leur donner la nouvelle de ma délivrance de Babylone & des restes infortunés de la fraternité qui sont échappés de la captivité".

Le second SurVeillant revient faire sa déposition au premier, qui le dit au Maître. Le Maître dit : "La nouvelle que ce Captif rapporte pourrait être fondée. Les 70 années sont

expirées , le jour de la réédification du Temple et arrivé. Faites-lui demander son nom, son âge, & de quel pays il est pour éviter toute surprise".

Le second Surveillant frappe; on lui répond.

Il ouvre & dit : D. "Quel est votre nom"?

R. "Zorobabel".

D. "Où est votre pays" ?

R. "En-delà du fleuve Staburzanaï , à l'Occident de l'Assyrie".

D. "Quel est votre âge" ?

R. "70 ans".

Le second Surveillant ferme la porte & répète ce discours au premier Surveillant. Le premier Surveillant le redit au Maître.

Le Maître dit : "Zorobabel de nom , du pays en deçà le fleuve Staburzanaï, âgé de 70 ans ! Oui , mes Frères , la captivité cesse, & notre sommeil finit. Ce Captif est justement le prince de la Tribu souveraine qui doit relever notre Temple. Qu'il soit admis parmi nous, & soit reconnu pour guider & soutenir nos travaux ".

Le second Surveillant va frapper, ouvre reçoit le Captif, & le conduit à l'Occident. Le premier Surveillant dit : " Très-Excellent Maître, voici Zorobabel qui demande à d'être admis au sein de la fraternité ".

Le Maître répond : " Zorobabel faites-nous un récit exact de votre délivrance ".

Zorobabel dit : " Cyrus m'ayant permis de paraître au pied de son Trône, il fut touché des misères de la fraternité; il m'arma de ce glaive pour la défense & le secours de mes

Frères, , & m'honora du titre de Frère à sa compagnie. Ensuite il m'accorda la liberté, & confia mes jours à des sujets zélés, qui m'ont conduit & aidé à triompher de nos ennemis au passage du fleuve Staburzanaï, où cependant, malgré notre victoire, nous avons perdu les marques distinctives que nous avoir données le Roi notre Libérateur ".

Le Maître. " Mes Frères, la perte que vous avez faite nous annonce que la justice de notre fraternité ne peut supporter le triomphe de la pompe & de la grandeur. Cyrus, en vous décorant de ces honneurs, n'était pas guidé par l'esprit d'égalité qui nous accompagne invariablement. Vous voyez par cette perte, qu'il n'y a que les marques de ce Prince qui ont disparu , & que vous avez conservé celles de la véritable Maçonnerie ; mais avant que je vous en communique les secrets, qui ont été réservés depuis notre captivité dans les restes de notre fraternité, nous exigeons de vous des assurances comme la durée de votre disgrâce n'a pas affaibli en vous les sentiments & la parfaite connaissance des mystères de la Maçonnerie ".

R. "Interrogez-moi je suis prêt à répondre".

D. "Quel Grade avez-vous dans la Maçonnerie "?

R. "Celui d'Ecossais".

D. "Donnez-moi les signes "?

( Pour réponse on les donne. )

D: "Donnez l'attouchement".

(Pour réponde on le donne.

Le Maître. " Mes Frères chevaliers, je crois que Zorobabel est digne d'entrer dans

nos nouveaux mystères".

Les Frères acquiescent , en levant & haussant la pointe de leurs épées.

Le Maître. " Très-Puissant premier Surveillant , faites avancer le Récipiendaire

par trois pas de Maître en avant & que le dernier le mette au pied du Tribunal du Grand & Souverain Architecte, & qu'il vienne y prendre les engagement que nous

requérons".

On le fait mettre à la même manière que quand il prête les autres obligations.

0BLIGATI0N.

"Oui, je promets sous les mêmes obligations que j'ai contractées dans les différents Grades de la Maçonnerie , de ne jamais révéler le secret des Chevaliers de I`Epée ou Maçon libres à aucun Membre d'un Grade inférieur , ou Profane , sous la peine de rester dans la captivité la plus dure ; que mes fers ne puissent jamais être brisés , que mon corps soit exposé à la merci des bêtes féroces , & que la foudre me réduise en poudre, pour servir d'exemple à tous les indiscrets. Ainsi soit-il ".

Le Maître se lève , & dit, en remettant, ainsi que tous les Frères l'épée dans le fourreau. " Mes Frères , la destruction du Temple ayant assujetti les Maçons à des disgrâces si rigoureuses, nous avons craint , que leur captivité ou leur dissipation n'ait aidé à les corrompre dans la fidélité due à leurs engagements; c'est ce qui nous a contraints, attendant l'instant de la réédification, de nous tenir éloignés dans un lieu secret & particulier, où nous conservions fidèlement quelques débris de l'ancien monument; nous n'introduisons que ceux que nous connaissons pour vrais & légitimes Maçons , non-seulement par signes, parole & attouchement, mais encore par leurs actions & leurs mœurs ; nous leur communiquons alors nos nouveaux secrets avec plaisir ; mais nous exigeons qu'ils apportent avec eux, pour gage, quelque monument de l'ancien Temple. Ceux que Cyrus vous a donnés nous suffisent ".

"Très-Puissant Frère premier Surveillant, faites faire au Récipiendaire trois pas de Maître en arrière, pour lui apprendre que nous devons tenir pour certain que la parfaite résignation est la vertu des Maçons" .

Le Récipiendaire reste à l'Occident, & le Maître dit : "Mon Frère, le motif de nos travaux est la réédification du Temple du Grand architecte de l'Univers. Ce sublime ouvrage était réservé à Zorobabel. Les engagements que vous venez de prendre avec nous sous ce titre, exigent que vous nous aidiez à le rétablir dans tout son éclat et sa splendeur. L'épée que Cyrus vous a donnée doit vous servir à défendre vos Frères & à punir ceux qui pourraient profaner ce Temple auguste que nous élevons aux vertus & à la gloire de l'Etre Suprême. C'est à ces conditions que vous partageons nos secrets. Le signe de Chevalier, mon Frère, est de porter la main droite sur l'épaule gauche et de la descendre diagonalement jusqu'au côté droit en se coupant le corps. Le signe de réponse est de porter la main droite sur la hanche gauche, en se traversant le corps jusqu'à la hanche droite".

"L'attouchement est de porter la main droite à l'Epée pour la tirer comme pour combattre ensuite faire un mouvement en voltant le corps le pied droit derrière, & levant la main gauche, en faisant semblant de repousser son ennemi , de sorte que les deux Frères dans cette position, rencontrent les mains gauches l'une entrelacée dans l'autre, & s'embrassent. Les paroles sont Juda & Benjamin. Le mot de passage est Libertas".

"Allez donner à tous les Frères de cette Loge les signes, les attouchements & les mots ; ensuite vous viendrez me les rendre".

Il le fait par le Nord & revient par le Midi.

"Mon Frère , après cette délivrance , le Roi Cyrus vous a créé Chevalier Maçon, & moi je vous donne cette Truelle qui servira de symbole perpétuel de votre nouvelle dignité ; c'est-à-dire, que désormais vous ne travaillerez, plus que la truelle à la main & l'épée de l'autre, si jamais le Temple vient à se détruire; car c'est ainsi que nous avons établit celui-ci".

( En lui mettant l'Écharpe. )

"Cette Echarpe doit vous accompagner dans toutes les Loges , &. vous fera une marque de la vraie Chevalerie que vous avez acquise au fleuve Staburzanaï , par la victoire remportée sur ceux qui s'opposaient à votre passage".

( En lui donnant la Rosette verte.)

"Quoique nous n'admettions dans nos cérémonies aucune des marques dont Cyrus vous a décoré, nous voulons cependant bien en conserver quelque monument par une Rosette de la couleur qu'il avait choisie & nous la mettons sous la Rosette des autres Grades au bas du Cordon de Grand Architecte, auquel le Bijou est attaché".

( En lui donnant le Bijou.)

"Ce Bijou, par l'addition des épées en sautoir, nous annonce le trophée de notre Maçonnerie. Vous ne devez vous servir de la vôtre que pour elle, c'est-à-dire, pour l'équité".

( En lui donnant les Gants.)

"Nous allons procéder à votre proclamation. Mes Frères , Chevaliers Maçons, consentez-vous due Zorobabel règne désormais sur les travaux de la Maçonnerie . Ils font tous l'acquiescement en baissant & relevant la pointe de leurs épées. On le place à la chaise qui lui est destinée, en Lui disant : Passez , mon Frère , au Tribunal des Souverains de nos Loges. Vous servirez de pierre triangulaire à l'édifice; vous régnerez sur les Ouvriers, comme Salomon, Adonhiram & Moabon y ont régné en commandant sur eux". Si tôt qu'il est placé, les Frères remettent leurs épées, frappent dans leurs mains trois fois, & crient trois fois Zorobabel; ensuite on commence l'instruction.

INSTRUCTION.

D. Frère premier Surveillant, comment vous a- t-on fait parvenir à l' éminent Grade de Chevalier de l'Épée ?

R. J'y suis parvenu par l'humilité, la patience & les fréquentes sollicitations.

D. A qui vous adressâtes-vous ?

R. Au grand Roi.

D. Quel est votre nom ?

R. Zorobabel

D. Votre pays ?

R. La Judée. Je suis né de parents nobles de la Tribu de juda.

D, Quel art professez-vous ?

R. La Maçonnerie

D, Quels édifices bâtissez-vous ?

R. Des Temples & des Tabernacles.

D. Où les construisez-vous?

R . Faute de terrain nous les bâtissons dans nos cœurs.

D. Quel est le nom d'un Chevalier Maçon?

R. Celui d'un Macon très-libre.

D. Pourquoi très libre ?

R. Parce que les Maçons qui furent choisis par Salomon pour travailler au Temple, furent déclarés libres & exempts de tout impôt, pour eux & leurs descendants. Ils eurent aussi le privilège de porter des armes. Lors de la destruction du Temple pur Nabuchodonosor,ils furent mis en captivité avec le peuple juif, mais la bonté du Roi Cyrus leur donna la permission de bâtir un second Temple sous Zorobabel , & les remit en liberté. C'est depuis cette époque que nous portons le nom de Maçons libres.

D. L 'ancien Temple était-il beau ?

R. C'était la première merveille du monde en richesse & en grandeur ; car son parvis pouvait contenir deux cents mille personnes.

D. Quel fut le principal Architecte qui construisit ce grand édifice ?

R. Dieu fût le premier, Salomon le second, & Adonhiram le troisième.

D. Qui a posé la première pierre ?

R. Salomon

D. A quelle heure fut-elle posée ?

R. Avant le lever du Soleil.

D. Pourquoi ?

R. Pour faire connaître la vigilance que nous devons avoir pour le service de l'Architecte de l'Univers.

D. Quel ciment y employa--t on?

R. Un ciment mystique, composé de farine, de lait , d'huile & de vin.

D. Expliquez-moi le sens mystique?

R. Pour former le premier homme , l'Etre Suprême employa la douceur, la sagesse, la force & la bonté.

D. Où fut posée la première pierre ?

R. Au milieu de la chambre destinée au Sanctuaire.

D. Combien l'ancien Temple avoir-il de portes ?

R. Trois : une à l'Occident , une au Midi, et une au Nord.

D. Combien de temps subsista le Temple ?

R. 470 ans 6 mois 10 jours.

D, Sous quel Roi d'Israël fut-il détruit

R. Sous le règne de Sédécias , dernier de la race de David.

D. Que signifie la colonne Booz brisée?

R. La confusion & le mal qu'on commet lorsqu'on reçoit quelqu'un qui n'en est pas digne.

D. Pourquoi le nombre 8 est-il tant en vénération parmi les Maçons ?

R. Parce que ce nombre explique la triple essence de la Divinité , figurée par le triple triangle, par le carré de 9 & le nombre de 3.

D. Pourquoi les chaînes des Captifs sont-elles triangulaires ?

R. Les Assyriens ayant appris que le triangle était chez eux l'emblème du nom de l'Eternel, ils firent figurer les chaînes de cette façon, pour faire plus de peine aux Captifs.

D. Pourquoi était-il défendu aux Maçons de travailler sur des édifices profanes ?

R. Pour nous apprendre à ne point fréquenter les Loges Irrégulières.

D. Quel était te plan que Cyrus donna pour le nouveau Temple ?

R. 100 coudées de profondeur, 60 de largeur, & autant de hauteur.

D. Pourquoi Cyrus ordonna-t-il qu'on coupât les bois des forêts du Liban, & qu'on tirât les pierres des carrières de Tyr pour la construction du nouveau Temple ?

R. Parce qu'il fallait que le second Temple fût en tout semblable an premier.

D. Donnez-moi le nom du principal Architecte qui eut la direction du second Temple?

R. Bibot est son nom.

D. Pourquoi l'épée que les Ouvriers portent en travaillant?

R. C'est que pendant qu'ils travaillaient d'une main à porter les matériaux & reconstruire le Temple, comme ils étaient sujets aux incursions de leurs ennemis, ils tenaient leurs épées toutes prêtes à défendre leur ouvrage & leurs Frères.

D. Pourquoi les 70 lumières dans la Loge ?

R. En mémoire des 70 années de la captivité de Babylone.

D. Etes-vous Chevalier de l'Epée?

R. Regardez-moi.

(Il met l'épée à la main)

D. Donnez moi le signe ?

(Pour Réponse il le fait.)

D. Donnez-moi la parole & le mot de passage ?

R. Juda, Benjamin & Libertas.

D. Donnez l'attouchement au premier Surveillant ?

( Pour réponse il le donne.)

D. Ou avez-vous travaillé ?

R. A la réédification du second Temple.

D. Quelle heure est-il?

R. L'instant de la réédification.

Le Maître dit: " Mes Frères, puisque nous sommes assez heureux pour avoir rebâti le Temple du Seigneur dans sa splendeur, conservons-en la mémoire & les marques par notre silence: il est temps de nous reposer".

"Frères premier & second Surveillant, annoncez, tant du côté du Midi que de celui du Nord que je vais fermer la Loge des Chevaliers de l'Épée".

Les deux Surveillant annoncent, chacun de son côté, que le Maître va fermer la Loge; puis le Trés-Excellent frappe sept coups, les deux Surveillants en font de même; puis le Maître dit : "La Loge est fermée, il est permis à chacun de se retirer".

Les Surveillants répètent. On fait les applaudissements & les acclamations ordinaires.

Partager cet article

Commenter cet article