Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Nous ne sommes plus dans le monde Profane, Nous avons laissé nos métaux à la porte du Temple

19 Septembre 2013 , Rédigé par P\ R\ Publié dans #Planches


Le parcours initiatique d’un franc-maçon est jalonné de rites aux portées différemment appréciées suivant la perception que l’on en a, la sensibilité émotive de chacun et l’interprétation que l’on veut en donner.
L’apprenti que nous avons tous été a longtemps travaillé la pierre brute, dans le silence, pour arriver à la transformer en pierre cubique presque parfaite. Je dis bien presque parfaite car nous savons tous que nous sommes des êtres qui tendons à la perfection mais comme la pierre, nous avons nos faiblesses. Cette pierre cubique représente pour nous francs-maçons les notions de stabilité, de solidité, de force et d’achèvement. Elle n’a pu être façonnée par l’apprenti que grâce au maillet et au ciseau qui ont été mis à sa disposition. Une fois compagnon, avec ces mêmes outils il s’efforcera de faire disparaître, comme autant d’aspérités fâcheuses, ses défauts, ses préjugés et ses erreurs. Mais il lui faut encore travailler sans relâche à la réalisation du but que poursuit la franc-maçonnerie. Il doit être bon, juste, digne, dévoué, courageux, exempt d’orgueil et d’ambition, affranchi de tout préjugé et de toute servitude, prêt à tous les sacrifices pour l’accomplissement de son Devoir, le triomphe du Droit et de la Vérité. Le compagnon est avant tout un voyageur mais aussi un ouvrier qui maîtrise les outils utiles à la construction du Temple, ce qui peut être comparé à la construction de son Temple intérieur.
Avec l’équerre, il contrôlera la taille des pierres. Cet outil donne au maçon la rectitude et la rigueur. Le maçon apprend à se construire pour devenir un édifice solide et harmonieux.
Avec la perpendiculaire ou fil à plomb, le compagnon peut superposer les pierres verticalement. La perpendiculaire représente l’assurance et la confiance en soi. Elle aide le compagnon à chercher la vérité, à contrôler la droiture de ses sentiments. Elle symbolise l’équilibre.
Avec la règle, il trouve l’emblème du jugement droit et de la rectitude. Elle représente le droit inflexible de la loi morale.
Avec le levier, c’est l’emblème de la puissance qui vient en aide à la faiblesse. Le levier symbolise l’étude de la nature, la volonté qui devient irrésistible quand elle découle de l’intelligence et de la justice. La volonté n’est invincible que si elle est mise au service du Droit.
Avec la truelle, c’est l’achèvement du travail. Elle permet de cimenter la construction. C’est l’outil, qui, grâce au mortier scelle l’amitié et la fraternité. Ce mortier n’est autre chose que l’estime réciproque sur laquelle est fondé l’amour fraternel des Francs Maçons. La truelle est le symbole de l’harmonie, de la paix, l’union et l’amitié qui fait triompher l’esprit de solidarité.
Avec le niveau il assure la pose horizontale. Cet outil est le symbole de l’égalité sociale. Il est indispensable pour contribuer à l’idéal de perfection du maçon. Il est une aide précieuse dans la libération intérieure de l’être. Le niveau invite à aplanir les obstacles que génère sans cesse notre Ego. Il est synonyme de rigueur. Le niveau fait allusion à l’égalité des hommes qui ne reconnaît aucun privilège de naissance, d’état ou de fortune mais le respect de leurs qualités et de leur diversité. C’est le bijou du premier surveillant.
C’est muni de ces outils que le Franc-maçon doit consacrer sa vie toute entière au labeur, car le travail est considéré comme un des devoirs essentiels de l’homme. La Franc-maçonnerie honore le travail manuel et le travail intellectuel.
A la porte du Temple maçonnique, chaque Frère ne se décore que des insignes de son grade. Ainsi l’équitable niveau rend chacun à soi-même et fait de tous des frères.
Au sein de la fraternité maçonnique, il importe que nous considérions nos Frères en tant qu’hommes et non par rapport à la situation ou au rang qu’ils occupent dans la vie profane. Le règne de ce principe d’égalité dans les droits et dans la valeur humaine est la condition sine qua non de l’épanouissement de cet esprit de fraternité, qui distingue la Franc-maçonnerie. C’est pour cela qu’à la porte du Temple, chaque Frère dépose les titres dont l’a revêtu la vie profane et ainsi dès sa sortie du cabinet de réflexion, le futur initié se verra retirer ses métaux. Mais nous allons nous focaliser sur la partie finale de l’ouverture des travaux.
Dans le rite d’ouverture des travaux il est dit : « Nous ne sommes plus dans le monde profane, nous avons laissé nos métaux à la porte du Temple. » Cette phrase signifie que nous avons quitté notre quotidien et que nous sommes maintenant dans l’espace sacré. Elle est d’une extraordinaire richesse symbolique. Elle a une double origine historique :
1) Dans le premier Livre des Rois de la Bible il est relaté la construction du Temple de Salomon qui a duré 7 ans. Les travaux d’édification ont été possibles grâce au bois de cèdre et de genévrier venus du Liban et fournis par Hiram le roi de Tyr, et à la taille et de pierres de carrière. Pendant la construction il est dit : «On n’entendit ni marteaux, ni pics, ni aucun outil de fer. » Le caractère impur des métaux, leur interdisait l’accès à un édifice consacré à Yahvé.
En effet, l’origine des minerais, le rapport de la forge avec l’enfer sont significatifs. Une correspondance est établie suivant une hiérarchie ascendante des 7 métaux, que sont le plomb , l’étain, le fer, le cuivre, le mercure, l’argent et l’or avec les 7 planètes Saturne, Jupiter, Mars, Vénus, Mercure, la lune et le soleil. A chacun des métaux est associé un des 7 péchés capitaux.
2) L’autre origine de l’expression « laisser les métaux à la porte du Temple » nous vient de l’ancien Régime, lorsque chacun des gentilshommes admis à l’initiation, était invité à confier son épée au Maître des Cérémonies sur le parvis du Temple. On comprend le geste et son symbole : se désarmer équivalait à montrer à l’assemblée, tout à la fois, une intention pacifique, la pureté de ses sentiments et une totale confiance.
L’encyclopédie de la Franc-maçonnerie, indique que le terme « métaux », traduit la force des vices et la nocivité des passions humaines. Pour les francs-maçons, les métaux désignent tout ce qui, dans le monde profane, au plan spirituel comme au plan matériel, fait obstacle à la quête de l’individu et doit être laissé à la porte du Temple.
Bien sûr, cela veut dire que le Temple n’est pas le lieu pour accueillir les marchands du Temple et qu’il n’est pas celui des affaires. Cela signifie que nous sommes tous égaux dans le Temple. Ces métaux nous nous en dépouillons, puis nous les transformons. Symboliquement, ces métaux représentent les appartenances communautaires, religieuses, politiques, professionnelles, nationales, ethniques. C’est en se défaisant de ces appartenances, que nous pouvons atteindre l’universel. Ceindre un tablier, n’efface pas pour autant les individualités. Chaque maçon demeure le comptable, le médecin, le pâtissier, le professeur, le chef d’entreprise, le restaurateur, le chef de cabinet, l’élu local, l’ingénieur, le commercial de Numéricâble, le commerçant, le banquier ou le militaire. Le franc-maçon garde sa personnalité mais son comportement dans et hors du Temple doit être exemplaire. Il doit garder en mémoire l’article 1er de la constitution du Grand-Orient qui dit :
« La Franc-maçonnerie, institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive, a pour objet la recherche de la vérité, l’étude de la morale et de la solidarité ; elle travaille à l’amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l’Humanité. Elle a pour principes, la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, la liberté absolue de conscience… »
Mais les métaux font obstacle à ces préceptes. Je ne traiterai pas ce midi d’alchimie, de purification des métaux ou de dépouillement vestimentaire mais plutôt des pensées ou des préjugés profanes dont nous devons nous séparer. Il nous faut penser humainement en Frères libres et égaux. L’égalité doit être notre objectif. Pour cela, avec nos outils, nous devons gommer les aspérités qui peuvent nous rendre inégaux, voir étrangers et par là-même, nous faire faillir à notre promesse initiatique.
Les métaux que nous devons laisser à la porte du Temple sont nombreux. Ce sont la richesse qui nous rend inégaux face à la capitation, l’ambition, l’opportunisme, les dogmes, la politique, l’intolérance, la position sociale, l’ignorance, la vanité et les préjugés.
Le meilleur moyen de prendre le contre-pied de ces défauts, est l’humilité qui rappelle au franc-maçon, qu’il est et restera un éternel apprenti. Il doit avoir à l’esprit, que tolérance et fraternité sont les poumons de la Franc-maçonnerie.
Le manquement à ces deux qualités peut briser irrémédiablement la « chaîne d’union » constituée par tous les maillons de l’Atelier. Tolérance et fraternité sont des sentiments vrais et sincères qui nous rassemblent et nous permettent de progresser vers l’idéal humaniste, qui est notre but.

J’ai dit.
source :
www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article