Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Ordre Royal d'Ecosse : degré de Chevalier Rose-Croix

12 Juin 2012 , Rédigé par Rituel ORE Publié dans #hauts grades

 

Ouverture de la Loge

 

Le Grand Maître Provincial ou l’Officier à la Présidence appelle les Chevaliers à l’ordre en sonnant un coup. Tous se lèvent et le Grand Garde sort son épée et la tient au repos.

Grand Maître Provincial : « Puisque s’assurer que nous sommes bien gardés est la première des responsabilités d’un Maçon, je te prie, Frère Chevalier, de vérifier tout de suite si notre Grand Garde est à l’entrée. »

Grand Surveillant Second : « Il s’y tient (en pointant vers lui) et j’ose dire qu’il gardera au loin tous les profanes. »

GMP : « Je déclare cette Grande Loge Provinciale ouverte. »

Le Grand Maître Provincial sonne les coups du Rang et ceux-ci sont répétés par les Surveillants, le Grand Garde et le Garde Suppléant.

Le Grand Maître Provincial fait ensuite le Signe du Rang, il est suivi de tous ceux présents.

Les Chevaliers se rassoient.

Le Grand Chapelain va à l’Autel, ouvre la Bible et arrange le Carré et les Compas de la même manière que dans le Rang de Maître Maçon, avec les points maintenant face à l’Ouest.

Durant l’intervalle entre la fermeture du Chapitre et l’ouverture de la Loge, le Grand Maréchal aura placé sur l’Autel une petite truelle et une petite épée ou dague.

 

Réception du Candidat

 

GMP : « Frère Grand Présentateur et Examinateur (le Grand Présentateur et Examinateur se lève, vient vers le centre de la Chambre et salue), va et teste les connaissances du Candidat sur le Rang de Hérédom. Si tu es satisfait, tu ordonneras au Grand Garde Suppléant de le conduire à la porte. »

Le Grand Présentateur et Examinateur salue, va vers la porte qui lui est ouverte par le Grand Garde et entre dans la Salle de Préparation où il examine le Candidat.

Satisfait, il amène le Candidat, habillé en Frère de Hérédom, au Grand Garde Suppléant à la porte de la Chambre de Réception. Le Grand Garde Suppléant sonne les coups du Rang.

GG : (se lève, présente les armes et se met au repos) « Digne et Honorable Grand Maître Provincial, il y a un rapport. »

GMP : « Frère Grand Garde, tu va voir qui cherche à être admis. »

Le Grand Garde répond à l’ordre avec son épée et, la portant, sort, fermant la porte et dit :

« Qui est là ? »

GGS : « Frère … (donnant le nom Chrétien et la Caractéristique), un digne Frère de Hérédom qui demande au Grand Maître Provincial de lui accorder l’honneur de la Chevalerie de la Rose-croix comme récompense pour ses loyaux services. »

GG : « Attends pendant que je l’annonce au Digne et Honorable Grand Maître Provincial. »

Le Grand Garde entre à nouveau dans la Chambre, présente les armes et se met au repos et dit :

« Digne et Honorable Grand Maître Provincial, à la porte de la Loge se tient un Frère, un digne Frère de Hérédom qui demande que tu lui accorde l’honneur de la Chevalerie de la Rose-Croix comme récompense pour ses loyaux services. »

Le Grand Garde reconnaît l’ordre, se met au repos et ouvre la porte.

Le Grand Présentateur et Examinateur et le Candidat sont admis par le Grand Garde qui ferme la porte. Le Grand Présentateur et Examinateur va à sa place et se rassoit. Le Grand Garde rengaine son épée.

Les deux Grands Surveillants quittent leur poste, vont à la porte et reçoivent le Candidat, le Grand Surveillant Supérieur à sa gauche, le Grand Surveillant Second à sa droite. Ils le mènent dans la Chambre en entrelaçant les petits doigts de leurs mains droites et gauches avec ses petits doigts. Il est mené à l’Ouest de l’Autel.

Le Grand Maître Provincial quitte son siège et va à l’Autel, accompagné du Grand Porteur d’Epée et du Grand Porteur de Bannière.

Le Grand Porteur d’Epée se poste légèrement derrière sur la droite du Grand Maître Provincial et le Grand Porteur de Bannière se poste de façon similaire sur sa gauche.

GMP : « Quels sont ton nom et ta caractéristique ? »

Candidat : « … »

GMP : « Tu t’agenouilles sur tes deux genoux. »

 le Candidat s’agenouille. Les Surveillants placent dans ses mains la petite truelle et la petite épée qui sont sur l’Autel. Le Candidat place ses mains sur la Bible en tenant les pointes de la truelle et de l’épée vers le haut.

GMP : « A l’ordre, Frères, et formez un cercle. »

Les Frères se lèvent et, tant que l’espace le permet, forme autour de l’Autel un cercle dans lequel le Grand Maître Provincial, le Grand Porteur d’Epée, le Grand Porteur de Bannière, les Grands Surveillants et le Candidat prennent place.

GMP : « Je répèterai l’Engagement et, à la fin, te demanderai si tu l’acceptes comme tien.

En présence de ce Dieu que nous vénérons tous, et de ces dignes Chevaliers assemblés ici, je promets et proclame de garder en moi tous les Secrets de chevalier que je recevrai maintenant, et que jamais je n’en parlerai ou ne le donnerai à un mortel, de jour ou de nuit, sauf à un Chevalier Rosicrucien ou en bonne et due forme dans la Grande Loge parfaite et complète, tels qu’ils se rencontrent, à moins qu’il ne semble approprié de confier à cette Grande Loge de tels pouvoirs et privilèges exceptionnels, et que je n’errerai pas de cette Grande Loge pour former mes propres Loges illégales. Promets-tu d’observer tout ceci ? »

 Le Candidat acquiesce.

 « Répète après moi.

Et maintenant je dis, Dieu accorde-moi ton aide pour garder ce serment solennel que j’ai fait. »

Tous : « Et maintenant nous disons, Dieu accorde-nous ton aide pour garder ce serment solennel que nous avons fait. »

 Le Porteur de Bannière tend la Bannière au Grand Maître Provincial qui, agitant la Bannière trois fois au-dessus de la tête du Candidat, dit :

« Quand Sanballat Jérusalem peina avec les assauts âpres au temps de Néhémie, les Juifs eux-mêmes se mirent à la guerre ou au travail, et réparèrent leurs murs avec la pierre et la chaux. D’une main ils brandirent l’Epée contre l’ennemi, de l’autre ils prirent la Truelle. Ah esprits vaillants, regardez ! Ce qui est remarquable, les Juifs ne reculèrent pas devant les ruines de leurs murs mais, en champions, améliorèrent l’Art de la Franc-Maçonnerie ; ce qui nous infère à tous cette leçon que pour défendre notre cher pays du danger, nous devrions armer chaque main pour la guerre ou le travail. »

 Le Grand Maître Provincial rend la Bannière au Porteur de Bannière.

Le Grand Porteur d’Epée tend l’épée au Grand Maître Provincial avec laquelle il donne au Candidat trois touches sur l’épaule gauche.

GMP : « En vertu des pouvoirs exceptionnels dont je suis investi, je te fais et te désigne comme Chevalier de la Rose-Croix, de jouir des privilèges de cet Ordre honorable, sous tous les Engagements que tu as pris. Levez-vous, Monsieur… (nom Chrétien et Caractéristique) »

Le Grand Maître Provincial remet l’épée dans sa gaine tenue en position par le Grand Porteur d’Epée.

Le Grand Maréchal aide le Candidat à se lever et le place quelques pas derrière l’Autel. Le Grand Maître Provincial retourne à son siège et les Frères restants, à l’exception de ceux participant à l’Investiture, vont à leur place et se tiennent debout.

Grand Maréchal : « Frères, asseyez-vous. »

GMP : « Très Digne Grand Surveillant Supérieur, tu investiras le Candidat de l’Insigne du Rang et par la suite tu lui apprendras les Signes, la Marque et le Mot. »

 Le Grand Surveillant Supérieur se met face au Candidat, se tenant entre lui et l’Autel.

Le Grand Maréchal, et un ou plus des Grands Intendants Provinciaux, avancent l’Insigne duquel le Grand Surveillant Supérieur investira le Candidat. Le tablier de Hérédom est enlevé par ceux qui avancent le tablier de la Rose-Croix.

 GSS : « Je te décore de ce Cordon vert ou Baudrier qui se porte sur l’épaule droite et sous le bras gauche. Tu t’assureras qu’il est porté au-dessus du baudrier rouge de Hérédom. Je t’investis de ce tablier qui est la Plaque de Chevalerie de la Rose-Croix de l’Ordre Royal d’Ecosse. J’épingle à ton sein gauche cette Etoile de l’Ordre et j’attache à ton bras gauche cette Jarretière comme Insigne de Chevalerie. Je vais maintenant t’apprendre les Signes, les Marques et le Mot de ce rang. Le Signe est

donné en étirant les deux bras, en les croisant pour faire une croix. La marque est donnée en avançant avec le Signe qui est répété par le Frère et en saisissant ensuite le bras du Frère de sorte à former une double croix. Le Mot est I.N.R.I. »

Après l’Investiture, ceux y ayant participé se retournent et se tiennent face au Grand Maître Provincial. Ils le saluent avec le signe du Rang et retournent à leur place.

 GM : « Frères, formez un cercle. »

Les Frères présents, ou autant que l’espace n’en autorise, forment un cercle autour de l’Autel. Le Grand Maître Provincial se tient à l’Est du cercle et les Surveillants à l’Ouest. Le Candidat est placé entre les Surveillants.

 

 Conférence

 

GMP : « Très Digne Grand Surveillant Supérieur. Je te prie de me dire, parce que je suis perdu, es-tu un Chevalier de la Rose-Croix? »

GSS : « Je suis régulièrement fait Chevalier Rosicrucien pour accomplir ce qui est juste,  éviter de faire le mal dont je n’aurai jamais peur. »

GMP : « Où, sur cet honneur, as-tu été fait Chevalier Rosicrucien ? »

GSS : « Dans une Loge complète, tous des Chevaliers de renom et par un Grand Maître de renom également. »

GMP : « Comment t’es-tu procuré cet honneur ? Dis-moi, avec ton Caractère et nom. »

GSS : « De mon propre désir avancé, je fus incarcéré dans la Tour ; relâché par un juste essai et en payant les frais de passage, puis élevé au Pouvoir ; fais Conseiller, Rang d’un grand honneur et je suis depuis fais Chevalier pour mes loyaux services. Mon propre nom et Caractère auquel est adjoint ‘Monsieur’ est…tel que vous pourrez le trouver dans les registres. »

GMP : « Quel nombre atteindre pour former une Loge de Chevalerie complète ? »

GSS : « Le nombre trois est suffisant, bien que souvent ce soit beaucoup plus. »

GMP : « Pourquoi est-il Dit que trois soit suffisant ? Dis-le-moi et dis-moi la vérité. »

GSS : « Parce qu’il y a un Dieu juste au Ciel que nous appelons Père ; Son seul Fils, notre Sauveur, le Christ qui souffrit pour nous tous ; le Saint-Esprit le Consolateur ; Grands et puissants Trois, pourtant Trois en Un avec qui nous espérons être Eternellement. »

GMP : « Qui était ton Présentateur, ami, quand tu t’es présenté pour la Chevalerie ? »

GSS : « Le Grand Garde me mena à l’Entrée, il frappa : j’ai de suite été admis, reçu entre les Grands Surveillants qui me menèrent par la main jusqu’à mon arrivée devant le Grand Maître qui me demanda mon Caractère et nom, et me fit agenouiller à ses pieds. »

GMP : « Qu’as-tu répété ici et là ? »

GSS : « J’ai pris un Engagement solennel et j’ai fait très volontairement un serment. »

GMP : « Quelles autres cérémonies furent utilisées quand tu fus présenté pour la Chevalerie ? »

GSS : « Avec mes genoux pliés, j’étais placé là, avec l’Epée dans ma main droite et la Truelle dans ma main gauche, pendant que les Chevaliers m’encerclaient. Ensuite, on passa la Bannière de façon solennelle trois fois au-dessus de ma tête ; j’ai également reçu trois touches d’Epée sur mon dos ; relevé enfin, il m’a été donné un Signe et une Marque chacun formant une Croix complète ; j’ai également reçu un Mot une fois sur mes pieds. »

GMP : « Tu me montreras le Signe et la Marque dans chacun desquels il t’apparut une croix, et tu nommeras le Mot qui te fut donné une fois relevé sur tes pieds. »

GSS : « Le Signe est ainsi (il donne le Signe) ; je donne ainsi la Marque (aidé par Le Grand Surveillant Second) ; ‘I.N.R.I. est le Mot que j’ai ensuite reçu. »

GMP : « Tu dois expliquer la signification de ce Mot, qu’il soit sacré ou profane. »

GSS : « Il est sacré, incontestablement, s’il est justement compris : bien qu’il fut largement profané par ceux qui versèrent le sang de doux Jésus. Les quatre initiales placées sur un signe au-dessus de la tête de notre cher Sauveur, les Lettres doivent être lues comme le Mot des Ecritures. Le ‘I’ signifie le nom de doux Jésus, le ‘N’ est utilisé pour Nazareth, le ‘R’ représente Rex, le Roi en Ecossais, et ‘I’ signifiant les Juifs. »

GMP : « Dans quel but la Chevalerie de la Rose-Croix fut-elle établie ? »

GSS : « Pour nous rappeler l’arbre qui porta la charmante rose de Charon qu’était Jésus et la fleur de lis qui soufflait dans la vallée. »

GMP : « Que t’apprend cet Ordre ? »

GSS : « De mettre ma croyance entière et ma confiance en Jésus, Fils de Dieu, qui, couronné d’épines par les soldats de Ponce Pilate et fouetté d’un bâton pour les péchés des hommes, mourut sur une Croix entre deux voleurs ; de là il descendit en enfer, maintenant il trône hautement jusqu’au Jour du Jugement ; quand il ressuscitera avec le pouvoir absolu et la vertu de juger tous les fils des hommes. Les vivants et les morts se lèveront au son des dernières trompettes pour entendre leurs condamnations prononcées par Lui, leur Juge profond. Cela m’apprend également à espérer la mort de mon cher Sauveur, pour obtenir la rémission de mes péchés et cela seulement par la foi ; et que je me tiendrai en ce Jour devant le Seigneur tout puissant que je pourrai voir de ces mêmes yeux auxquels Il donne maintenant la vue ; ensuite, notre Sauveur Jésus Christ séparera les chèvres des moutons, il pourra donner la Vie Eternelle à ceux pour qui Il avait essayé pour qu’ils se reposent pour toujours dans Sa Loge céleste en compagnie des Saints et des Anges bénis qui servent la glorieuse Trinité que le Trois en Un adore. »

GMP : « A qui toute Domination, Pouvoir et Louanges pour toujours. »

Tous : « Amen. »

Les Frères restent debout pendant que le Grand Maître Provincial retourne à sa place.

GM : « Frères, asseyez-vous. »

 le Grand Maréchal amène le Candidat au Grand Maître Provincial qui lui présente une copie des Statuts de l’Ordre et une copie des Arrêtés de la Grande Loge Provinciale. Il l’accueille en tant que membre de l’Ordre. Le Grand Maréchal conduit alors le nouveau Chevalier à son siège.

 

Fermeture de la Loge

 

GMP : « Un Frère a-t-il quelque chose à proposer pour le bien de l’Ordre ou de cette Grand Loge Provinciale en particulier ? »

Toute affaire compétente sera maintenant traitée.

GMP (sonne un coup, tous se lèvent) : « Toutes les affaires ayant été traitées, je déclare la Grande Loge Provinciale fermée. »

 Il sonne les coups du Rang qui sont répétés par les Surveillants et les Gardes. Le Grand Chapelain va à l’Autel et ferme la Bible, plaçant le Carré et les Compas sur la couverture.

Le Grand Maître Provincial donne le Signe du Rang qui est répété par tous ceux présents.

GM : « Frères, à l’ordre pendant que le Grand Maître Provincial et les Membres du Bureau se retirent. »

 Les Frères restent debout ; les deux Surveillants quittent leur siège et se tiennent face à face à l’Ouest ; le Porteur d’Epée se poste permettre au Grand Maître Provincial de se placer derrière lui ; le Porteur de Bannière se place derrière le Grand Maître Provincial. Alors que le Grand Maître Provincial traverse la Chambre les autres Membres du Bureau se placent derrière le Porteur de Bannière, laissant assez de place pour que les Surveillants se placent immédiatement derrière le G.

 

Partager cet article

Commenter cet article