Dimanche 15 avril 2012 7 15 /04 /Avr /2012 18:41

Ce nom donné aux Apprentis du Rite Rectifié actuellement, et qui leur sert de mot de reconnaissance, a tout un symbolisme, et toute une histoire, que nous résumons ici.
Selon le Dictionnaire de la Bible, le mot Phaleg implique une idée de division et de séparation. Par ailleurs, Phaleg est le nom d'un ancêtre d'Abram, qui deviendra plus tard Abraham.
Jean de Tourniac, dans « Vie et Perspectives de la F.-M. Traditionnelle »
rappelle que le nom donné aux Apprentis, au 1er grade partout, et en France
jusqu'au 5 Mai 1785, était Tubalcaïn. Après cette date, le Directoire
d'Auvergne, responsable de cette décision, eut à subir des critiques et
questions sur ce choix, et les Loges allemandes en particulier n'acceptèrent pas ce changement. Si, en France, le mot fut accepté, après récriminations de certains, le Grand Orient ne s'émut cependant pas. Mais, si on accepte ce mot il
faut savoir qu'il n'a été sanctionné, admis, par aucune autorité maçonnique
légiférante depuis 1785 : il fut « admis pour le Rite Rectifié, par les autres
Rites, sans décision » (cf Le Forestier, la F.M. templière et occultiste. pp.
797, 798, 799, 802, et la Revue Le Symbolisme n°337, de 1966, article signé
Ostabat. Lire aussi la conférence du Dr Schnetzler : « L'Agent inconnu et le Rite Rectifié », dans la revue Villard de Honnecourt de 1976, Tome XII).
Ce sont ces travaux que nous résumerons d'abord ici, avant d'y ajouter nos recherches personnelles.
L'idée de « séparation » est rapportée à la sortie du monde profane, mais J. Tourniac signale que la racine hébraïque Phe-lamed, qui a donné le nom de Phaleg, a donné aussi le mot « phaleg » signifiant « noble », car distingué du reste des hommes, d'où « élu », car « mis en dessous ». On retrouve ici l'idée «
d'élection du milieu du monde » de l'Évangile de Jean (17.6), nous rappelle J. Tourniac (p167 de Vie et Perspectives …).
En Genèse X-25, il est écrit que Phaleg reçut ce nom car « c'est de son temps que la terre fut partagée ». Ici on revient au sens de « séparation » et non d'élection, et on applique l'idée de scission à la glèbe. Ce partage évoque, dans l'esprit traditionnel juif, une idée malsaine, celle d'un recensement, procédé condamné dans Samuel. Pourtant le partage en question n'impliquait aucun recensement, qui aurait été impensable à l'époque. Il ne s'agissait que de la séparation des trois fils de Noé, et de leurs destins, prophétisés au chapitre IX de la Genèse (v.25 à 29). Il n'est donc pas question d'un partage spatial et socio-politique, plus ou moins égalitaire, comme on l'entendrait maintenant, à propos d'un héritage, par exemple. Ce n'est pas de cela qu'il s'agit.
Phaleg appartient à la race de Sem, race bénie par IAHVE, à l'exclusion de la race de Cham, d'où est issu Nemrod, qui a donné Tubalcaïn. Le nom de ce dernier, qui, par les aventures de la race de Cham, se rattache à l'empire de Babel, est en rapport, selon la Jewish Encyclopedy, avec l'art des métaux, et avec armes magiques.
Pour le manuscrit Dumfries n° 4, le nom de Tubalcaïn découle de la racine « BLL » signifiant « violation de l'ordre, union abominable, confusion des langues, , Phaleg descend d'une race bénie, et il demeurait, avec son frère, sur « la Montagne d'Orient » (Genèse X-30).
C'est pour ces raisons positives, et d'autres négatives, envers Tubalcaïn, et quelques autres plus secrètes, que Willermoz rejeta, poussé par la chanoinesse de Remiremont, Mademoiselle de Vallière, le nom de Tubalcaïn, et donna aux Apprentis celui de Phaleg, pour le Rite Rectifié. Mademoiselle de Vallière était une « mystique » au sens psychiatrique du terme. Willermoz s'en aperçut à temps, et rompit tout rapport avec celle qu'il avait cru une mystique inspirée au bon sens du terme. Mais le nom de Phaleg, qui se défend bien, comme on l'a vu, resta. Il avait permis de refuser l'entrée des temples à des Frères d'autres Rites trop suspects d'accueillir des « maçons » de l'organisation de Cagliostro, ceux qui, justement, se livraient à une magie alchimique que le nom de Tubalcaïn
ne rappelait que trop bien. De plus, dans une logique un peu simple, mais qui avait pour elle l'apparence, il ne convenait pas de donner à des Apprentis le nom d'un travailleur des métaux, puisqu'on les leur faisait quitter. Cet argument de Willermoz ne valait que sur l'apparence, car, comme le lui écrivit le Prince de Hesse, Tubalcaïn ne travaillait que sur d'autres métaux (symboliques) différents de ceux qu'il fallait, en effet, rejeter d'abord.Charles de Hesse donna donc un accord de principe, mais nuancé, et très intéressant (Charles de Hesse, après la mort de Ferdinand de Brunswick en 1792, devint le chef suprême des rites Willermoziens agréés à Willemsbad).
Mais le rejet du mot Tubalcaïn peut se constater, en Maçonnerie, dans des
cérémonies qui n'appartiennent pas au Rite Rectifié. Ce qui prouve que
Mademoiselle de Vallière n'avait pas été si mal inspirée en faisant rejeter ce nom. Nous lisons en effet dans le rite du Grade Noachite, dit aussi de Chevalier Prussien (21° degré du R.E.A.A.), l'histoire de Zorobabel, dont le nom signifie « aversion de Babel ». Ce rite implique le rejet d'une filiation à partir de  Tubalcaïn (cf. J. Tourniac, « Vie et perspectives… » p. 170). Et Phaleg apparaît, avec un beau et noble rôle au 32° grade du R.E.A.A. nous dit J. Tourniac (id. p. 174).
Revenons à Phaleg pour noter les curieuses étapes d'une irrégulière décroissance de la durée de la vie des ancêtres d'Abram.
Sem a vécu 100 ans avant d'engendrer Arpacead et mourut 500 ans après, soit 600 ans au total Arpacead 35 ans avant d'engendrer Scehah et mourut 403 ans après, soit 438 ans  au total Scehah 30 ans avant d'engendrer Heber et mourut 403 ans après, soit 433 ans au total  Heber 34 ans avant d'engendrer Phaleg et mourut 430 ans après, soit 464 ans au total
Phaleg 30 ans avant d'engendrer Rehu et mourut 209 ans après, soit 239 ans au total
Rehu 32 ans avant d'engendrer Serug et mourut 207 ans après, soit 239 ans au total Serug 30 ans avant d'engendrer Nacor et mourut 200 ans après, soit 230 ans au   total Nacor 29 ans avant d'engendrer Taré et mourut 119 ans après, soit 148 ans au total Taré 70 ans avant d'engendrer Abram et mourut 250 ans après, soit 320 ans au total

René Guenon ayant signalé que des noms propres peuvent cacher des organisations initiatiques, on peut se demander si tel n'est pas le cas et si ces nombres ne signifient pas les durées d'organismes initiatiques successifs. Cette «explication », à considérer, n'exclut aucune autre, qu'on pourrait trouver dans la Kabbale numérique par exemple.
Puisque Phaleg « vécut » 239 ans, il eut le temps de s'atteler à des travaux de longue durée. Aussi, une tradition maçonnique en fait-elle le constructeur de la Tour de Babel (ce qui est peu honorable) et le précurseur, ainsi, du constructeur du Temple de Salomon (ce qui est bien). Ce rituel, de 1774, déclare que cet ouvrage de Phaleg, la Tour de Babel, fut, de sa part, celui de l'orgueil. On retrouverait des allusions à cela dans le Grade de Noachite, 21° du R.E.A.A., déjà cité. Le rituel de 1774 signale que Phaleg, ce constructeur d'une tour « de la prétention à l'universalisme » et de « l'orgueil personnel »,s'est enfin un jour abaissé devant Dieu, et en a reçu son pardon à cause de son repentir. Rappelons enfin que du point de vue sémantique, le mot Phaleg évoque les arts agricoles, et non la vie nomade, dont le type est le chasseur Nemrod, ancêtre de Tubalcaïn, nous l'avons dit plus haut. Ayant ainsi condensé aussi brièvement que possible les travaux des commentateurs maçons de nous connus, nous avons fait quelques investigations dans la tradition religieuse chrétienne, plus spécifiquement catholique. Les résultats sont chrétien, car il présente
la tradition primordiale et générale de toute l'humanité (cf. René Guénon, « Le Roi du Monde »; et, du point de vue orthodoxe, Serge Boulgakof, le grand théologien de l'orthodoxie, dans « Paraclet », pp.229-230, éd. Aubier : pour catholicisme romain, lire Jean Danielou « Théologie du Judéo-christianisme », pp.25 à 27; et enfin citons, du « Mystère de l'Avent », du même auteur, ces mots
: « la religion de Melchisédech s'étend à l'humanité tout entière », « le
sacerdoce de Melchisédech est le sacrifice de tout homme, qui est prêtre de la création », … « le sacrifice de Melchisédech peut être offert en tous lieux, par toute la terre » … « En Israël le culte divin deviendra le propre d'une tribu particulière, celle de Lévy, ce qui amènera à détruire dans toutes les nations l'ancien culte cananéen de Melchisédech, qui est proscrit (Deut. XII-2); au contraire, en mettant Melchisédech au-dessus d'Abraham », on peut dire « qu'il est certain qu'à bien des égards le culte chrétien ressemble plus au culte (cananéen) de Melchisédech, qu'au culte kévitique » pp.60 à 66). Citons également le travail de G. Bardy, connu seulement des spécialistes. On le trouve dans deux articles de la Revue Biblique (1926, p496et ses. et 1927 p.24 et ss., éd. Gavalda, 10 rue Bonaparte, Paris).
G Bardy rapporte ceci :vselon Eutychus : la filiation de Noé à Melchisédech est celle-ci : Noé - Sem - Arphaxad - Caïnan - Salek - Heber - Phaleg, dont le fils est Melchisédech. Ce Melchisédech portait des vêtements de peau et une ceinture de cuir. Revenons à Phaleg : alors que, pour la tradition juive, Melchisédech semble n'être qu'un fils de Sem, dont le culte devait être détruit, pour les « annales d'Eutychus » la filiation, qui explique tout notre exposé précédent, passe aussi par SEM, mais après lui, par Phaleg qui est le père de Melchisédech.
Or on sait que Melchisédech est dit sans père. Donc Phaleg n'est pas un père charnel.
Ceci bien compris voici ce que les « annales d'Eutychus » ajoutent : Sem reçut de l'Ange l'ordre de retirer de l'Arche d'Alliance le corps d'Adam mort. Sem, le « grand-père », part donc, avec Melchisédech, son « petit-fils », avec l'accord de Phaleg « père » de Melchisédech. Sem et Melchisédech doivent enterrer Adam au milieu de la terre. Sem entre, de nuit, dans l'Arche. Il en retire le corps d'Adam. L'Ange le dirige « le milieu de la terre ». Celle-ci s'ouvre 'elle-même, et se referme aussitôt sur le corps d'Adam, en un lieu qui a un nom, le Crâne (Golgotha). Sem ordonne à Melchisédech de rester au Golgotha, où il sera prêtre éternellement, et où il sera assisté à jamais par l'Ange du Seigneur. Melchisédech y reste donc, et prend douze pierres qui lui serviront chacune d'autel, et sur lesquelles il offre le double sacrifice du pain et du vin. Sem revient seul dans sa famille, et dit à Phaleg que son fils Melchisédech est mort. Ce qui est faux, car il est éternellement vivant, mais bien comme mort pour Phaleg qui ne le verra plus. Phaleg en est profondément attristé, car il ne sait pas que Melchisédech, « son fils » est toujours vivant, mais caché. Il suffirait qu'il le sache, en le découvrant, pour qu'il soit heureux. Cette légende se trouve rapportée d'une façon analogue dans le « Synaxaire Lithurgique d'Éthiopie », où l'on trouve des églises enterrées. Dans ce pays on fête Melchisédech le 9 Septembre. Il est à noter que c'est dans le pays du « Prêtre Jean » que survit cette légende de l'existence non manifestée Melchisédech, doublant la légende de la présence, non manifestée également, du Prêtre Jean.

Le nom Phaleg donné dans le R.E.R., évoque donc l'origine d'un état de sacerdoce universel, invisible même par la voie de Phaleg, et que chacun de nous peut sûrement espérer comprendre par la voie du sacrifice de sa personne, sacrifice qui répond à l'offrande du pain et du vin faite éternellement par qui répond à l'offrande du pain et du vin faite éternellement par Melchisédech, « fils » de Phaleg.

source : http://fr.groups.yahoo.com

Par Thomas Dalet - Publié dans : histoire de la FM
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • Hauts Grades Maçonniques
  • : Hauts Grades Maçonniques
  • : Blog de recherche sur la Franc-Maçonnerie, la Spiritualité et l'Esotérisme dédié à mon ancêtre James O'Kelly, Franc-Maçon catholique. Erin Go Bragh !
  • Contact

liens

Compteurs

   un compteur pour votre site
    1537 ABONNES A LA NEWSLETTER    
2700 ARTICLES PUBLIES 

Le blog de la RL L.Dermott

            Loge Dermott

http://logedermott.over-blog.com

 

Jonathan Livingston le Goéland

Mission

Carmina Burana

           

Recherche

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés