Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Portrait de chanoinesses avec de nouveaux documents sur l'Agent Inconnu

14 Avril 2012 , Rédigé par Françoise HAUDIDIER

 

Où ai-je appris à écrire ? Dans le Silence d’une retraite, accablée d’une longue maladie et ne considérant qu’un dépérissement prochain. J’ai cru à la batterie qui me surprit et effraya ma raison. Seule, et en présence du Tout-Puissant, j’ai invoqué mon ange gardien, et la batterie m’a répondu. Voilà le commencement. Alors je le confesse, et je me le suis souvent reproché".Marie Louise de Vallière à Jean-Baptiste Willermoz, 26 Juillet 1806

Nous sommes, tard dans la nuit, le Mardi 5 Avril 1785, Jean-Baptiste Willermoz et deux de ses proches : l’imprimeur éditeur Perisse Duluc et, car on ne le saura jamais, soit Paganucci comptable de son état, soit le lieutenant-colonel Gaspard de Savaron[i], ces trois personnes, reçoivent ce soir là, une bien étrange visite assortie d’une bien étrange révélation, qui encore aujourd’hui marque le Régime Ecossais Rectifié…

En effet, un messager, qui n’est autre que Pierre-Paul-Alexandre de Monspey se présente à eux. C’est un gentilhomme beaujolais, Commandeur de l’Ordre de Malte, membre de la Loge La Bienfaisance, Loge créée par Jean-Baptiste Willermoz, il est Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte (Paulus eques a Monte Alto) et Grand Profès. Il apporte à Willermoz 11 cahiers rédigés par sa sœur Marie-Louise de Monspey dite Madame de Vallière, qui sous l’emprise d’une force extranaturelle et sous l’emprise de ce qu’elle appelle des "batteries", sortes de coups qu’elle reçoit dans son corps, écrit ce qu’un être supérieur lui fait écrire. Ces cahiers sont destinés à Willermoz lui-même, qui dans un premier temps est surpris, mais qui très vite eu égard à la foi qui est la sienne, eu égard à ses croyances et aux pratiques qui lui ont été enseignées par Martines de Pasqually ne peut douter de la véracité de ce miracle, qui de plus tombe bien, dans un contexte où en 1785 son système maçonnique est encore loin d’être stable…

Tout d’abord, parlons de Remiremont, c’est une petite ville de 8000 habitants aujourd’hui, et qui se trouve près d’Épinal. Cette petite ville présente la caractéristique de pouvoir suivre sans interruption, son histoire pendant quatorze siècles, depuis le monastère fondé au début du VIIème siècle dans cette montagne vosgienne, en passant par le plus prestigieux chapitre féminin noble d’Europe du XVIIIème siècle jusqu’à la ville actuelle. Abbesses et chanoinesses, " les Nobles Dames de Remiremont " ont laissé partout dans la ville leur empreinte prestigieuse…

En ce qui concerne l’histoire de Remiremont et de son Chapitre, je vous renvoie bien sur, pour ceux que cela intéressera, à l’article de Renaissance Traditionnelle : "Portrait de Chanoinesses"[ii] qui reprend le travail de Françoise Haudidier[iii] et vous pourrez trouver en notes, une histoire abrégée[iv] de ce même chapitre. Alors, que nous dit cet article, en fait le Chapitre était "une maison d’éducation pour filles qui n’avaient pas forcément la vocation religieuse, qui constituait un refuge pour des veuves, des amoureuses déçues, des princesses sans fortune, mais à qui l’abbaye dispensait à toutes, les honneurs dus à leur rang." Mais revenons à cette étude lorsqu’elle traite des chanoinesses de Monspey, car Mme de Vallière est l’une des ces Chanoinesses.

Elles sont filles du comte Joseph-Henry de Monspey originaire de Vallière en Beaujolais. Vous allez voir dans la présentation des cinq sœurs les difficultés de recherche, car les prénoms des sœurs sont très proches les uns des autres… On apprend de plus, que la seconde, va fonder une sorte, nous dit Françoise Haudidier, une sorte de république pastorale inspirée de l’Astrée[v] ce roman fleuve du XVIIème, donnant pour rajouter un peu plus à la confusion, des surnoms de bergers ou de héros à chacune de ses sœurs ! Confusion renforcée par le fait qu’outre les prénoms ressemblant, le père leur donnera aussi un nom correspondant à l’une de ses terres. On retrouve donc :

Marie-Louise de Monspey dite "Eglé de Vallière" ou encore Madame de Vallière. C’est, je dirai, celle qui nous intéressera par ailleurs, elle est l’ainée des cinq sœurs qui toutes entreront au Chapitre et feront preuve à l’image des fameux cahiers d’une foi catholique puissante. Elle nait en 1731, mais n’entrera que la dernière au Chapitre en 1776.

Marie-Louise-Catherine de Monspey dite "Bergère Annette" ou "Annette de Charentey", née en 1734 et qui entre au chapitre en 1765

Marie-Reine-Aimée de Monspey ou "Laure de Vury", née en 1736 et entre au chapitre en 1766.

Pauline de Monspey ou "Pauline d’Arma" devenue chanoinesse en 1772, et

Catherine-Elise de Monspey ou "Sylvie d’Arigny" entrée elle en 1775 où elle succombera 7 ans plus tard de brûlures…

Les cinq sœurs passent pour avoir été des poétesses, la Maison de Monspey étant dite "chérie des muses" par Alice Joly, on sait leur intérêt pour la culture et la lecture de l’époque. Ce sont à la fois des bienfaitrices, qualifiées de "Bonnes fées" des pauvres, mais aussi de, on peut le dire avec une connotation qui nous est chère, de véritables "cherchantes", curieuses de tout en ce temps des Lumières. Elles lisent Buffon, "grattent" du côté des expériences de Lavoisier ou de celui des expériences de physique de l’abbé Nollet. Elles portent aussi et surtout, pour nous, un grand intérêt aux sociétés Mystiques Lyonnaises, au sein desquelles : les courants s’intéressant au magnétisme et aux guérisseurs, courants dans lesquels Mesmer[vi], le Marquis de Puysegur[vii] et autres Cagliostro occupent une part prépondérante.

Nous l’avons dit Marie-Louise de Monspey entre au chapitre en 1776, elle est âgée de 45 ans, on sait qu’elle ne fait que de courts séjours à Remiremont.

Nous venons de voir, certains des centres d’intérêt des Chanoinesses de Monspey, alors nous allons nous y arrêter un peu. En 1780 va naître en France un engouement pour ce que l’on va appeler le Magnétisme Animal, ici à Marseille par exemple, le célèbre Vénérable Maître de La Triple Union, pas Henry Lopez, l’autre Claude-François Achard, médecin de profession travaillera le Mesmérisme, le magnétisme, le somnambulisme et leurs applications médicales, et c’est dans le même esprit à Lyon, que le Dr Dutrech chirurgien du dépôt de mendicité et le Chevallier de Barberin officier d’artillerie vont fonder la Société de la Concorde, mettant au point ensemble des techniques de soins destinées aux indigents. Alors, il est intéressant de noter ici au passage, que le Commandeur de Monspey appartient à cette société et qu’il influera sur celle-ci, au point d’en modifier les techniques en supprimant par exemple les baquets, les attouchements et autres impositions des mains, ainsi que les musiques, qui étaient des vecteurs de guérison, et ce, au profit des sommeils somnambuliques. Notons enfin que comme le Commandeur de Monspey, Jean-Baptiste Willermoz participa également à la Concorde, mais ce dernier ne fut jamais un leader comme il le fut généralement partout ailleurs.[ix]

Alors, parlons des manifestations, qui sont ressenties par Madame de Vallière. Elle les appelle nous l’avons dit : les "Batteries", elles surviennent spontanément, sans mise en condition, ces manifestations s’emparent de la main de la Chanoinesse induisant une écriture automatique tout en laissant libre son esprit, pour tout ce qui n’est pas de la manifestation, et lui laissant de plus, la possibilité d’arrêter la séance à tout moment. Nous le savons en Franc-Maçonnerie il existe différentes batteries : celles des maillets ou des coups frappés à la porte, mais qui au Régime Ecossais Rectifié sont souvent différentes des autres rites, notamment en raison des sources liées aux Elus Coëns de Martines de Pasqually et à son arithmosophie. En fait ces batteries décrites par L’Agent Inconnu, ne sont pas toujours les mêmes et lui permettent entre autre de déterminer à quelle classe d’esprit appartient celui qui s’adresse à elle, mais aussi confortent Jean-Baptiste Willermoz et les siens dans leurs croyances… Enfin on remarquera que, par chance, seuls les esprits supérieurs et bénéfiques ont contacté l’Agent.

Les cahiers originaux, ceux manuscrits par Mme de Vallière, ne nous sont pas connus, seules les transcriptions qui en ont été faites sont en la possession des différentes archives. Notamment celle du "Cahier des initiés" retrouvé parmi les papiers personnels du Profès Grenoblois Prunelle de Lierre, dont voici une page :

Mais imaginons-nous de nouveau ce mardi 5 avril 1785, Willermoz et ses "témoins" vont examiner ces cahiers pendant 4 jours[x], confortant leurs croyances en l’enseignement de Martines de Pasqually que l’Agent Inconnu corrobore, et notamment en ce qui concerne la chute Adamique et les possibilités de Réintégration. Ces textes, il convient aussi de le noter, font l’Apologie de l’Eglise catholique et en particulier du Pape. Au terme de ces 4 jours, Willermoz convaincu que l’Agent détenait la "Doctrine de la Vérité", Willermoz donc obéit à l’injonction qui lui est donnée, à savoir de réunir la société secrète dite L’Initiation, celle des "ouvriers de l’onzième heure". En tant qu’Elu, Willermoz aura le choix de soumettre aux 11 membres de la société, les textes de Madame de Vallière, tout du moins ceux qu’il désire leur soumettre pour la méditation et la recherche, en revanche, il ne doit en aucun cas en modifier la teneur. Même la cérémonie d’inauguration fut décrite par l’esprit, et l’on peut aisément l’imaginer, que Willermoz, cet amoureux des rituels comme on le sait, la respecta sans doute à la lettre. Et voici entre autre ce qu’on peut y lire :

"10 Avril 1785, en loge Assemblée des onze frères élus, lorsque la loge générale aura fini sa séance, le frère Willermoz ayant appelé en particulier chacun des frères, dès le jour précédent, sous la condition expresse de ne communiquer cet avis à aucun frère ; il aura soin de porter, avec ce cahier les 3 qui contiennent la doctrine dont il fera l’exposition et ceux qui contiennent les trois grades qui termineront la séance." On le voit, il y a d’abord une Tenue que je qualifierai de bleue, et derrière une Tenue regroupant les quelques privilégiés… A la fin du même mois, ils seront déjà à peu près 24 à se réunir en deux fois, c'est-à-dire qu’à peu près tous les frères lyonnais en font partie dès le début et fin juillet ils sont un peu moins de 50… On ne connaît pas la liste exacte de ceux qui firent partie des Initiés, ce qui est sur c’est que certains Francs-Maçons ne furent jamais appelés pour y participer et que d’autres refusèrent l’appel comme par exemple d’Hauterive, Savalettes de Lange ou l’Abbé Fournier (le dernier secrétaire de Martines de Pasqually) qui n’en firent jamais partie. En revanche il est fort intéressant de noter que Louis Claude de Saint Martin fut enclin à se soumettre aux "Lois de la Chose", et que, fait souvent méconnu, Saint Martin va même aider Willermoz à mettre en forme les écrits de L’Agent Inconnu, afin que chaque Initié y ait un accès facilité.

L’Initiation elle-même, celle dispensée au sein de cette société, durait 4 à 6 semaines, sous la forme de révélations et d’instructions sur la doctrine, surtout si les impétrants n’étaient pas maçons ce qui impliquait qu’ils reçurent tous les grades rectifiés jusqu’à l’Ordre Intérieur. Notons aussi quelques points : le premier c’est qu’à l’inverse de la cérémonie d’inauguration qui avait été soigneusement dictée par l’Agent, la cérémonie d’initiation elle, ne répondait à aucun rituel, elle n’était constituée comme nous l’avons vu, que de formation et d’instruction ; second point : que l’adhésion à la société était gratuite, et enfin, que la société n’essaima pas, même si des frères étrangers ou éloignés reçurent l’enseignement…

Au sein de cette société, Willermoz est dénommé le "Sacerdos", et on l’a vu on ne connaît que le nom de quelques membres présent à l’Inauguration, citons : Paganucci, Grainville, Millanois, Monspey bien sur, Savaron et Braun, tous sont Grand Profès et Elus Coëns[xi]. Cette première réunion se tint chez Savaron, les 3 cahiers concernant les rites, le règlement et les trois grades ne sont pas connus, en revanche on connaît les 4 cahiers concernant la doctrine. A partir de cette première réunion, Jean-Baptiste Willermoz va être très occupé, il en délaissera même son travail magnétique sur les sommeils de Melle Rochette. De 1785 à 1788, Mme de Vallière envoie 162 messages à Willermoz, seulement 45 furent sélectionnés pour instruire les Frères, et seuls 14 sont en possessions de la Bibliothèque Municipale de Lyon[xii]. Ces 14 messages décrivent la "Doctrine de Vérité", mixant un catholicisme fervent classique pour l’époque, du magnétisme, de l’enseignement de Martines de Pasqually et de la Franc-Maçonnerie. Dans ces cahiers on doit noter et c’est important, que le message délivré, tente d’une part de "dévaloriser" si l’on peut dire, ou de minimiser l’importance du personnage clé de la légende du troisième grade, d’autre part à l’inverse, tente de revaloriser le Grade d’Elu de même que les grades de vengeance que Willermoz avait tant décrié, et enfin et surtout de substituer le mot de passe du 1er grade à savoir Tubalcaïn !

Nous reviendrons plus avant sur la substitution de ce mot par Phaleg, mais d’ores et déjà, que nous dit l’Agent Inconnu sur Tubalcaïn ? Tubalcaïn est placé sur le même niveau qu’Adam en ce qui concerne la chute et la perversion de l’homme. Il est qualifié d’ "agent diabolique" et portant les "vices charnels". Ainsi ce nom utilisé entre autre, dans les initiations Egyptiennes promues par Cagliostro, quelque part le rival de Willermoz, devait être supprimé au profit de Phaleg, fondateur des Loges et donc de la Maçonnerie, sorte de chaînon manquant d’une filiation allant de Salomon à Jésus et aboutissant à l’Agent lui-même, rien que ça… ! Le 5 Mai 1785, invoquant la lignée Kaïnite et le patronage des forgerons et donc son lien aux métaux, Jean-Baptiste Willermoz remplace Tubalcaïn par Phaleg, sur décision de la Régence Ecossaise de Lyon et par Arrêté du Directoire d’Auvergne.

Revenons maintenant à l’enseignement dispensé par la société. On sait que L’Agent avait appuyé l’authenticité de ses propos, sur la base même, que l’initiation qu’il développait, correspondait à celle de l’Eglise primitive et était de plus, conforme à un manuscrit grec de la bibliothèque du roi, manuscrit de Saint Jean Chrysostome qui aurait été ramené par le moine Sosthène. Hélas malgré les instructions précises de l’Agent et les recherches de quelques frères, le manuscrit s’avéra introuvable… En fait, avec le temps, Jean-Baptiste Willermoz se rendit vite compte que les promesses de l’Agent Inconnu seraient difficiles à tenir et notamment en ce qui concerne les enseignements sensationnels promis, au sujet de textes Bibliques ou de ceux des pères de l’Eglise… Dès 1786, les rapports entre Willermoz et Mme de Vallière se gâtent, car Willermoz ne pouvait s’empêcher de corriger les erreurs et les imperfections de l’Agent qui concernaient la Maçonnerie et les Elus Coëns. A la fin de cette même année 1786 la publication des cahiers va stopper, et les membres de la "Loge Elue et Chérie" vont devoir attendre jusqu’en janvier 1789 pour obtenir un cahier. Mais le travail de l’Agent ne stoppe pas lui, au point que Jean-Baptiste Willermoz y adjoint la présence de sa somnambule préférée : Mademoiselle Gilberte Rochette, ce qui induira une sorte de guerre d’influence ou peut-être même de séduction entre ces deux femmes, car on sait par ailleurs que certaines séances de sommeils, peut-être particulières, aboutiront au mariage de Melle Rochette avec l’un des neveux de Willermoz…

De la même manière c’est avec Louis Claude de Saint Martin, que cet épisode de la Société des Initiés laissera des traces au niveau de la relation entre le Philosophe Inconnu et le soyeux Lyonnais, avec de nombreuses disputes qui vont aboutir à un quasi sentiment de pitié de la part de Saint Martin envers son ami, au fur et à mesure que les miracles se faisaient attendre, et surtout lorsque Willermoz allait essuyer un nouvel affront que nous allons voir… En effet à l’occasion du 3ème anniversaire de la Loge, l’Agent édicta la "Règle pour le 3ème anniversaire" dans lequel il prévoyait d’envoyer dorénavant les messages au rythme de deux fois par mois à cette fois, sept récipiendaires[xiii] et non plus au seul Willermoz qui se voyait ainsi humilié et relégué au même niveau que d’autres Frères lambda. Willermoz ne publia pas cet envoi, maintenant l’Agent dans un silence relatif…

Le 10 octobre 1788, Willermoz convoque une assemblée extraordinaire de la Société des Initiés, et dans son discours il avoue à ses condisciples les avoir abusés, car lui-même avait été abusé et crédule. Il revient sur ce qu’il a cru être un miracle, le travail qu’il avait accompli et fait son mea culpa, tout en expliquant avoir mené l’expérience le plus loin possible et essayé de faire le tour complet de la question… Et puis dans cette assemblée, vint le moment de parler de Madame de Vallière : avec tout d’abord 13 lignes de précautions d’usage, louant ses qualités individuelles et humaines, mais suivi d’une diatribe démontant complètement son système et ses qualités ésotériques et mystiques ainsi que ses prétendus pouvoirs, dénonçant la manière avec laquelle l’Agent Inconnu avait imposé ses décisions sans laisser quelque libre arbitre que ce fut. Dans ce discours, Jean-Baptiste Willermoz en profite comme on dirait aujourd’hui pour "charger" celui qu’il nomme l’"ami de l’Agent", à savoir vous l’aurez compris, le Commandeur de Monspey, supposé avoir commandité les pensées et les écrits de l’Agent et s’étant attribué un rôle prépondérant… Toujours aussi habile, Willermoz obtint l’aval de ses frères afin d’instaurer un nouveau mode de fonctionnement à venir, en ce qui concernait Madame de Vallière, son rôle et son action désormais limités. Malgré ce constat d’échec, la société continua à se réunir le lundi et l’Agent maintint ses envois notamment sur le thème de Jésus Christ… mais 1789 approchait et tous les frères allaient vivre des évènements encore plus préoccupants !

Alors en 1789 justement, où en est-on de la situation politique des frères lyonnais impliqués dans notre affaire ? Et bien comme tous les maçons on en retrouve dans chaque camp : élus du Tiers Etat, du Clergé ou représentants de la Noblesse et tous majoritairement heureux du changement censé faire naitre une société nouvelle ! Mais à Lyon comme ailleurs la crise allait succéder à l’euphorie, crise économique, notamment pour les soieries, mais aussi crise sociale et politique. Et là la discorde vint à la Loge chère à Willermoz, la "Loge élue et Chérie de la Bienfaisance". Car l’idée qu’avait eut Willermoz était d’essayer de débattre en Loge des projets de l’Assemblée Nationale et ce fut un échec cuisant. L’ambiance allait se dégrader petit à petit, et en décembre 1789 Saint Martin démissionne de la Bienfaisance, tout en demandant paradoxalement, à garder un lien et à suivre l’évolution de l’Initiation. Sur ce dernier point Willermoz ne devait pas répondre car en fait depuis septembre, l’Agent n’avait plus donné de nouvelles… Début 1790, l’ambiance continue de dégringoler à La Bienfaisance avec des heurts entre les frères pour des raisons politiques et les rôles joués par chacun dans la vie profane…. En février Jean-Baptiste Willermoz se retire. Alors, pourquoi avoir développé cet épisode historico-maçonnique, qui certes est très important dans l’étude et la vie de Willermoz mais qui semble sans lien avec notre Agent Inconnu ? Et bien, parce que c’est précisément à ce moment que l’Agent décida d’atteindre une nouvelle fois nôtre Mystique Lyonnais.

Nous sommes à ce moment là, près de cinq ans après la première révélation, le 10 Mars 1790 précisément, Marie-Louise de Monspey intime l’ordre à Jean-Baptiste Willermoz de quitter sous 24 heures, toutes ses fonctions et d’abandonner tout pouvoir au sein de la Loge l’Initiation au profit de Jean Paganucci. Comme le lui confiera Perisse Duluc, les aristocrates que sont les de Monspey n’avaient semble-t-il pas pardonné à Willermoz son patriotisme… Drôle d’ordre surnaturel me direz-vous! La réaction de Willermoz n’arrange pas les choses : il veut bien quitter ses fonctions, mais en aucun cas rendre les cahiers d’instructions qui avaient été écrits à son attention, et ce bien sûr au grand dam de L’Agent Inconnu et de Paganucci… Toutefois, il concède de leur rendre ce qui n’avait jamais été rendu public et les cahiers de l’an 1789, mais il garde tout le reste, et notamment une confession et des documents intimes de Mme de Vallière…

En 1790 toujours et en 1791, l’Agent Inconnu qui s’était quelque peu relâché, redevint prolixe, écrivant à Paganucci une quarantaine de cahiers, qui vont de l’exégèse à la Maçonnerie, en passant par des analyses sociétales. En 1792, c’est cette fois l’analyse littéraire et le commentaire de l’œuvre de Louis Claude de Saint Martin, le Philosophe Inconnu qui est faite. Mais on le sait au regard de l’histoire, la Révolution Française toujours en marche eu raison pour un temps, de la Franc-Maçonnerie Française en général et de la Franc-Maçonnerie Lyonnaise en particulier… Présent dans tous les camps, de nombreux Frères y laissèrent la vie, et Willermoz lui-même ne dût qu’à la Divine providence de ne pas y laisser la sienne… En 1793, c’est au tour de Mme de Vallière et de son frère le commandeur de Monspey d’être arrêtés et d’être emprisonnés à Macon. Là rodés aux avis médicaux qu’ils avaient l’habitude de dispenser et aux traitements permis par leurs supposés dons surnaturels, ils purent exercer leurs talents en captivité, ce qui leur valu la vie sauve et la libération. De retour au Château c’est avec l’un des rares survivants, Perisse qu’ils reprirent leurs activités, Perisse devenant après Willermoz et Paganucci mort pendant la Révolution, le troisième dépositaire du message, mais cette fois seul dépositaire et surtout seul membre de la Loge Elue et Chérie…. Entre 1794 et 1799 c’est toutefois 73 cahiers qu’il va recevoir. Il meurt en 1800 et sans dépositaire, les missives célestes cessèrent, et devinez qui hérita des textes… Jean-Baptiste Willermoz bien sur !

Pendant 6 ans, jusqu’en 1806 donc, les deux parties encore vivantes en présence, à savoir les de Monspey d’une part et Willermoz de l’autre, les deux parties vont purement et simplement s’ignorer. En 1806, nous sommes donc 16 ans après la première rupture entre eux, et 21 ans après la première révélation, Willermoz tente un nouveau rapprochement, sans doute afin de définir et de préserver l’avenir des archives. Il propose à Mme de Vallière de tout lui rendre et de ne garder que les instructions de 1785 et celles de Perisse. La lettre qu’il lui adresse est habile, en fin stratège qu’il est, il fait pendant 8 pages, montre d’obséquiosité, de flatterie, il s’excuse… Mais hélas, Marie-Louise de Monspey a la rancœur tenace, et dans sa réponse elle l’accable et réclame rien moins que la totalité des cahiers ! Willermoz insiste et tente de retourner l’Agent, qui de nouveau répond et cette fois en invectivant le Lyonnais ! La querelle recommençait ! Mais à force de persévérance et de persuasion, on constate que la correspondance de Mme de Vallière change de ton, pour finalement abonder dans le sens de Willermoz auquel elle confie les documents, ce qui fera dire à Willermoz que finalement il y a peut-être un vrai miracle dans cette affaire…

21 ans après le début de leur collaboration, la dernière lettre du 4 novembre 1806 mettait fin à la relation entre Jean-Baptiste Willermoz et Madame de Vallière qui mourut en 1814.

Si l’on essaie d’analyser l’Agent Inconnu, c’est une fois de plus Alice Joly qui nous aiguille fortement. La forme d’écriture est fort différente des autres personnages de l’époque, mais aussi différente de celle des somnambules, des médiums ou de celle des spécialistes de l’écriture automatique. Sa "mise en condition" d’écriture était très différente aussi, en aucun cas provoquée par des mécanismes extérieurs. Alors intéressons nous à l’analyse que fit faire Alice Joly à la Société Lyonnaise d’histoire de la Médecine. Nous sommes en 1958[1], la psychiatrie comme la psychanalyse ont encore de grands progrès à faire, mais le diagnostic tombe : "délires d’influence à thème mystique", "écrits classiques d’aliéné, avec dessins, déformation de la graphie et des mots, portant l’évidence d’une fuite dans les idées, quand ce n’est pas incohérence". Concrètement il ressort de l’analyse que la Chanoinesse, célibataire et cinquantenaire, semble perturbée par sa sexualité comme cela est classique dans les cas de délires en phase ménopausique. Il est également habituel de voir décrit d’une part cette sensation de force extérieure qui pousse à écrire, et cette notion de ressenti de coups frappés de l’intérieur mais venus d’ailleurs. Bien sur les médecins ne sont pas dupes de la présence et de l’influence du Frère de Mme de Vallière, son "autre moi-même" comme elle dit. Si l’on analyse l’évolution psychologique chronologique de l’Agent, on voit aussi qu’elle suit des schémas classiques : une phase anxieuse douloureuse au début et une amélioration vers la joie et la paix avec le vieillissement. On sait aussi que des périodes de graves troubles politiques comme les guerres ou en l’occurrence la Révolution, ou bien des cataclysmes sont propices aux accalmies dans de tels troubles du comportement au long court.

Alors Marie-Louise de Monspey, Madame de Vallière, L’Agent Inconnu, n’était elle qu’une folle ? Y-a-t il eu volonté d’escroquerie ? Ou simplement crédulité ? Peut-être, et sans doute ne le saurons-nous jamais… Mais ce qui est sur, c’est que l’on ne peut douter de l’élan mystique des hommes de désir Lyonnais, Willermoz à leur tête. On ne peut douter de leur Foi, de leur croyance en l’amélioration de l’homme au travers des vertus. Et en tout cas, il nous faut maintenant nous tourner vers la partie cohérente du message de l’Agent Inconnu, cohérente au regard de l’enseignement sous-tendu au Régime Ecossais Rectifié, celui de Martines de Pasqually, cette cohérence pour nous qui partout ailleurs en maçonnerie est aberration, c’est cohérence c’est Phaleg, mais encore va-t-il falloir nous en expliquer...

Source : Les Amis Provençaux de Renaissance Traditionnelle

Partager cet article

Commenter cet article