Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Prière (EMIA)

16 Janvier 2011 , Rédigé par Thomas Dalet Publié dans #Chants

Mon Dieu, mon Dieu, donne-moi la tourmente,
Donne-moi la souffrance
Donne-moi l'ardeur au combat
Mon Dieu, mon Dieu, donne-moi la tourmente,
Donne-moi la souffrance
Et puis la gloire au combat (bis)

Ce dont les autres ne veulent pas
Ce que l'on te refuse
Donne-moi tout cela, oui tout cela
Je ne veux ni repos, ni même la santé
Tout ça, mon Dieu, t'est assez demandé

Deux fois :
Mais donne-moi (bis)
Mais donne-moi la foi
Donne-moi force et courage

Mais donne-moi la foi
Pour que je sois sûr de moi.

Partager cet article

Commenter cet article

Gérard CROYET 16/01/2011 22:55







Mon TCF, voici l'origine de ce texte que notre confrérie des anciens parachutistes affectionne
tout particulièrement.


 


BBB


Gérard


 


 


Cette prière fut trouvée sur le corps de l’Aspirant Zirnheld,
tué en juillet 42, en Libye, au cours d’un raid sur les arrières de l’ennemi. Elle avait été écrite en avril 1938, alors qu’André Zirnheld était professeur de philosophie au lycée de Tunis. Plus
tard, l’Aspirant Zirnheld s’était engagé au 1° Bataillon d’infanterie de marine en Palestine, puis, envoyé à l’École d’aspirants de Brazzaville, il y fut recruté par le Capitaine Bergé qui
mettait sur pied les premières compagnies SAS. A l’origine, ce texte s’intitulait “ Prière ”, mais il fut immédiatement adopté par les
parachutistes qui, d’emblée, y retrouvèrent l’écho de leur âme : ce mélange d’abnégation orgueilleuse, de doute et de fureur, de
désenchantement et de foi. Le texte de l’Aspirant Zirnheld exprime en effet aussi parfaitement que possible l’esprit parachutiste. Et, près
d’un demi-siècle plus tard, dans un monde et un environnement différents il n’y a rien à y changer.


La Prière du Para


 Donnez-moi, mon Dieu, ce qui vous reste
 Donnez-moi ce qu’on ne vous demande jamais.
 Je ne vous demande pas le repos
 Ni la tranquillité
 Ni celle de l’âme, ni celle du corps.
 Je ne vous demande pas la richesse
 Ni le succès, ni même la santé.
 Tout ça, mon Dieu, on vous le demande tellement
 Que vous ne devez plus en avoir.
 Donnez-moi, mon Dieu, ce qui vous reste
 Donnez-moi ce qu’on vous refuse.
 Je veux l’insécurité et l’inquiétude.
 Je veux la tourmente et la bagarre.
 Et que vous me les donniez, mon Dieu, définitivement.