Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Qu’entendre par « réunir ce qui est épars » ?

19 Janvier 2013 , Rédigé par X Publié dans #Planches

L’expression « réunir ce qui est épars » nous pose une question et sous-entend un postulat.
• Que cherche-t-on à réunir ? des hommes, des idées, des hommes qui ont des idées, des bonnes volontés, des membres d’une même famille intellectuelle, professionnelle, politique, philosophique ?
• Le verbe « Réunir » c'est-à-dire : rassembler, rejoindre sous entend qu’il existait avant la séparation une entité cohérente, ce que l’on appelle en mathématique un « ensemble » qui pour une raison quelconque a éclaté !

Le besoin de réunir, de rassembler est une des composantes historiquement fondatrice de ce qu’est la FRANC-MAÇONNERIE !
Dès sa genèse, à Londres, il est dit dans l’article 1 de la constitution des FFMM :. de 1723 concernant Dieu et la religion « la Maç :. devient le centre de l’union et le moyen de nouer une amitié sincère entre les personnes qui n’auraient pu que rester à une perpétuelle distance »

Il faut se rappeler que l’Angleterre sort d’une longue guerre civile, La Grande Loge apparaît comme un lieu où pouvait s’accomplir la réconciliation des élites et du peuple, des diverses confessions qui s’étaient durement affrontées, où la légitimité des institutions pouvait s’ancrer, où la prospérité économique du royaume pouvait être impulsée !

Le Maçon devient, je cite « un paisible sujet vis-à-vis des pouvoirs civils … qui ne doit pas se mêler aux complots et conspirations contre la paix et le bien être de la nation »

La F:.Maç:. spéculative d’alors rassemble ce qui est épars : « des anglais qui s’étaient déchirés pour des raisons religieuses, politiques, philosophiques et qui voulaient reconstruire leur nation! »

Elle réunit des gens de condition plutôt modeste, artisans, commerçants qui cherchent essentiellement à s’entraider, à se secourir en ces temps difficiles, animés par le même esprit de tolérance et d’ouverture vis-à-vis « de cette religion sur laquelle tous les hommes sont d’accord »

Pour la première fois, un pouvoir parlementaire s’installait dans une grande monarchie européenne et les FFMM :. s’unissaient pour lutter contre tous les despotismes !

Ces valeurs humanistes fondatrices allaient devenir ce que Roger DACHEZ dans son « histoire de la franc-Maçonnerie Française » appelle « l’universalisme Andersonnien » qui a traversé le temps jusqu’à nous.

Institution essentiellement philosophique, philanthropique et progressive, la FMaç :. conserve cependant comme base « la croyance en l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme »
Il fallut attendre 1865 pour qu’apparaisse dans la Constitution du G :.O :.D :.F :. un alinéa affirmant « la liberté de conscience comme un droit propre à chaque homme »

L’idée de laïcité germait en FMaç :. et quelques années plus tard, l’obligation de croire en Dieu ne serait plus une condition indispensable à l’initiation. Cette nouvelle valeur fondamentale de réunion à la française provoquait la scission avec la Grande Loge d’Angleterre.

Depuis les obédiences n’ont fait que proliférer sans véritablement enrichir l’univers maçonnique!
Malgré ces divisions, nous continuons tous, à la fin de chaque tenue, main dans la main, à appeler de nos voeux le rapprochement de tous les hommes par la fraternité.

« Réunir ce qui est épars » devrait donc consister tout d’abord à réunir tous les FFMM :. en forgeant cette chaîne qui relie tous les hommes de bonne volonté, à élever leur esprit vers l’idéal de notre ordre pour enfin « étendre à tous les membres de l’humanité les liens fraternels qui nous unissent sur toute la surface du globe »

« Réunir ce qui est épars » c’est rendre enfin la Franc-maçonnerie universelle car elle est, par nature, UNIVERSELLE !

En effet, si dans la pensée moderne tout nombre entier est un multiple de l’unité ; chez les pythagoriciens qui nous ont tant influencés, les nombres résultent de la division de l’unité !
Nous retrouvons chez les gnostiques ce même concept d’une « unité divine » qui se serait divisée en chaque être humain appelé à se réunir dans le monde parfait d’En Haut.

Ce monde parfait, c’est ce « temple de l’humanité » que nous cherchons à édifier jour après jour, pierre après pierre, c’est cette quête qui nous unit, nous réunit, chacun à sa place, selon ses moyens, sur ce chantier universel !

Nous sommes donc appelés, nous FFMM :., de par nos origines, nos influences et notre pensée, un jour à nous réunir !


Espérons ! Espérons ! Espérons ! Et le plus vite sera le mieux !

Source : http://reunionetraison.monsite-orange.fr/page7/index.html

Partager cet article

Commenter cet article