Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Quand la décision d'une seule Loge peut tout changer..

10 Janvier 2010 Publié dans #histoire de la FM


Délibération du Centre des Amis du 5 novembre 1913

  

O. de Paris, le 5 novembre 1913

 

Resp. Loge le Centre des Amis O. de Paris

 

Considérant : 

Que le GO de France a supprimé en 1913 de ses Rituels Rectifiés de 1778, les

Invocations d'ouverture et de fermeture ainsi que l'admirable Symbole du Grand

Architecte de l'Univers qui lui avaient été garantis par le Grand Orient lors du

réveil du Rite au GO (1910)


Considérant :

Que le Grand Orateur du Convent de septembre 1913 a déclaré que le

Symbole du Grand Architecte de l'Univers était contraire à l'art. 1 de la

Constitution et que cette prétention blesse la Foi maçonnique des membres de

la R.L. Le Centre des Amis.


Considérant :

Que le Convent de 1913 à refusé de donner suite aux réclamations de la Resp.

Loge le centre des Amis, qui demandait qu'on lui laisse ses anciens Rituels

justes et parfaits, ainsi que ses ouvertures, fermetures à l'invocation du

G.A.D.l'U.


Considérant :

Que le Convent a voté à la presque unanimité l'ordre du jour, marquant ainsi

son "oubli" des engagements pris vis à vis de la Resp. Loge le centre des Amis.


Cette Loge a décidé à l'unanimité : 


De quitter régulièrement le Grand Orient de France, de déléguer ses pouvoirs à

la nouvelle obédience régulière connue sous le nom de 

Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière

à charge pour elle de rétablir en France des Loges justes et parfaites aux 3

premiers degrés, Apprentis, Compagnons et Maîtres, dans l'axe de la Franc

Maçonnerie Universelle et reconnues comme telles par la Grande Loge

d'Angleterre, notre Mère à tous. 

La Loge Le Centre des Amis prête serment d'obéissance et de fidélité à la

nouvelle Obédience Régulière.

 

Paris 5 nov. 1913

Par Mandement de la R.L. et par Ordre

Le Centre des Amis.

Dr E. de Ribaucourt, V. 

Dr G. Bastard, Secr.   Paul Pottier, Or. 

M. Macaigne 

 

Partager cet article

Commenter cet article