Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Rassembler ce qui est épars

19 Janvier 2013 , Rédigé par X Publié dans #Planches

L’instruction du troisième degré nous apporte, dans ses tous derniers mots, une réponse complète et sibylline pour "rechercher ce qui a été perdu, pour rassembler ce qui est épars ... et répandre partout la Lumière".

Si tout est dit dans cette ultime réponse il reste au nouveau Maître à donner un sens à ce qui semble devoir être la quête de tout FM , cet idéal dont la réalisation ne sera peut être jamais achevée.

C'est dans les Constitutions d'Anderson que l'on trouve cette phrase: "La Franc-Maçonnerie est destinée à rassembler ceux qui, sans elle, ne se seraient jamais rencontrés".

Qu'entendre alors par "Rassembler ce qui est épars", au delà de cette vocation première de la FM ?
On peut y voir trois aspects complémentaires et indissociables symbolisant les trois forces créatrices d'une utopie fondatrice.
"Rassembler ce qui est épars" est à la fois une valeur, un moyen et une finalité.

Commençons par la valeur.

1- Issus d'une souche unique, que les scientifiques s'accordent à situer en Afrique de l'Est, les premiers Hommes ont ensuite migré pour finalement occuper la presque totalité de cet espace restreint qu'est notre planète Terre.
Les conditions climatiques et géographiques ayant entrainé des adaptations morphologiques et culturelles importantes, l'Homme a créé des langues, des us et coutumes et des cultures spécifiques et différentes.
Car ce qui est épars, en premier lieu, c'est l'espèce humaine et c'est cette particularité qui a créé les différences…qui font toute la différence !
C'est, par ailleurs, au nom de ces différences que l'Homme se déchire et se bat depuis la nuit des temps.
Parfois pour l'imposer, d'autres fois pour la sauvegarder.
Mission, projet ou utopie, qu'importe le mot, seule l'action nous permettra d'œuvrer dans ce sens pour finalement atteindre l'Unité dont nous sommes tous issus.

Certains pourraient voir, dans cette volonté de rassembler, une contradiction entre la liberté de penser, qui nous garde de tout dogmatisme et la réunion des diversités.
Mais c'est sans compter sur la Fraternité, cette valeur humaniste qui nous anime et nous permet de nous réunir dans le respect de la différence, la tolérance de la diversité et nous encourage à construire l'œuvre autour d'un axe commun.


Il nous vient alors à l'esprit cette maxime de Saint Exupéry si souvent reprise sur nos colonnes:
"Si tu es différent de moi, loin de me léser, tu m'enrichis".

Il nous faut donc rassembler et non assembler, car la pensée unique serait destructrice d'une démarche qui consiste à respecter chacun dans sa différence et à construire ensemble dans une dynamique où les esprits s'additionnent plus qu'ils ne s'opposent.

Ce qui est épars c'est la diversité de l'Homme, cette diversité qui fait de chacun de nous un Être à part, unique et complexe.
La démarche M\ doit donc permettre à chacun de travailler, de construire et de s'élever marche après marche, vers l'Unité en s'enrichissant de la complexité de l'Autre.
Et c'est la Fraternité qui rend possible une telle démarche. Démarche qui, soulignons-le, tend à l'universalité dans l'unité sans jamais tomber dans l'uniformité.
Alors notre chaîne d'union peut devenir une chaine de Fraternité qui nous invite à progresser tous ensemble vers notre idéal en associant la verticalité et l'horizontalité que sont la pensée et l'action.

2-"Rassembler ce qui est épars" est donc également un moyen, et c'est le symbolisme qui nous en donne la mesure.

Car "faire symbole" c'est étymologiquement rapprocher les deux morceaux d'un même objet par deux individus différents afin de leur permettre de se rejoindre et de se reconnaître.
"Faire symbole" c'est déjà poser un acte pour retrouver l'Unité.
Ce qui présuppose que cette unité a existé, à été perdue, qu'elle est reconstructible et qu'il existe une démarche pour la retrouver.
Le symbolisme maçonnique est un moyen, une démarche unificatrice qui permet l'échange au delà des différences de cultures, d'origines de religions ou d'opinions.

Il nous conduit à ce que Jung appelait l'inconscient collectif et nous reconnecte au sens le plus secret des représentations archétypales auxquelles nous pouvons nous accéder par l'intermédiaire du symbole.
C'est la voie royale de la connaissance mais également un puissant moyen de réconciliation avec soi-même et par conséquent avec les autres.
N'est-ce pas là une matérialisation du verbe "rassembler" ?
C'est la démarche symbolique, en tant que moyen, qui nous conduit à l'Unité de l'Être en tant que finalité. Car elle nous plonge dans l'univers de la conscience en transcendant celui de notre mental et de notre moi.
Ainsi l'Être et le Moi se trouvent rassemblés au plus intime de nous-mêmes.

Le symbolisme est la voie qui permet l'émergence de l'Être et le silence de l'égo par les représentations intimes qu'il créé et l'espace sacré intemporel dans lequel il nous immerge.
Moyen universel, le symbolisme maçonnique est un outil initiatique au sens premier du terme car il nous permet de progresser sur la voie de l'Unité fondamentale à laquelle nous aspirons et pour laquelle nous avons demandé la Lumière lors de notre première entrée dans le Temple.

3- "Rassembler ce qui est épars" est, en troisième lieu, une finalité.
Comme dans le mythe d'Osiris dans lequel Isis l'épouse et veuve fidèle rassemble les morceaux épars de son mari puis insuffle une étincelle de vie pour être fécondée, nous avons, en tout premier lieu, pour contribuer à la réalisation de l'idéal maçonnique, à rassembler, en nous, ce qui est épars.
Nos antinomies, nos contradictions semblent occuper notre espace mental et sont à l'origine de la plupart de nos décisions et actions. Lorsqu'ils deviennent conflits internes ils sont à l'origine de tous les désordres psychiques que nous connaissons, que nous avons connu ou que nous connaitrons.

Une des principales caractéristiques de notre vision humaine consiste à considérer chaque élément de notre environnement comme étant différent des autres et surtout à donner à chaque élément plusieurs significations différentes et parfois opposées.
Notre mental semble être comme un prisme qui décompose la réalité en plusieurs fragments de couleurs.
Ce qui pourrait sembler être un chaos intérieur est en fait le résultat d'une pensée multiple due à des structures psychiques différentes et parfois opposées.
La réconciliation de ces différentes structures est un premier objectif que le symbolisme peut nous permettre d'atteindre.
Elle exige cependant une connaissance approfondie du "soi" dont on ne peut faire l'économie.
Pour Unifier notre Temple intérieur et contribuer à la création du Temple extérieur nous devons faire nôtre la maxime socratique :
"Connais toi toi-même et tu connaitras l'Univers et les Dieux".

Se connaître c'est tout d'abord apprendre à regarder les multiples aspects de notre personnalité et à reconnaître leurs différentes façons de voir le monde, leur perception subjective, leurs peurs et leurs attentes.
Certaines de nos attentes peuvent alors être contradictoires et même conflictuelles. Nous sommes alors tiraillés et confrontés à des choix qui sont faits de renoncements et de sacrifices.
Vivre en harmonie avec soi-même est une vaste entreprise de développement de soi, de conscientisation et de travail intérieur continuel.

Cette harmonie intérieure nous conduit alors à distinguer l'Esprit de l'égo et de les unifier.
"Rassembler ce qui est épars" revient à passer du multiple à l'Unité, c'est atteindre la Sagesse par la Connaissance, la Tolérance et l'Amour Fraternel.

C'est atteindre le centre de nous-mêmes où brille cette Lumière que nous pourrons alors répandre autour de nous.
Dans un monde où la pensée scientifique semble régler en maitre, le profane en vient à croire qu'il est un grain de sable noyé dans un Univers dont on ne connaît pas les limites.

Le FM sur le chemin de son initiation accède a la connaissance que l'Univers tout entier est contenu au plus profond de lui; car ce qui est épars n'est peut être pas ce qui est perdu mais simplement ce qui est enfoui en lui-même.

source : http://anck131.over-blog.com/

Partager cet article

Commenter cet article