Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

REAA : initiation au 30ème degré (extrait)

31 Octobre 2012 , Rédigé par Rituel REAA Publié dans #hauts grades

Le Commandeur

Vénérable Maître des Cérémonies, rendez-vous dans les parvis et amenez à la porte de l'Aréopage les Chevaliers du Soleil qui sollicitent l'admission au 30°.

Auparavant, vous aurez ouvert le V.L.S., qui doit demeurer ainsi au 29°.Le Maître des Cérémonies, après avoir ouvert le livre, amène les récipiendaires à la porte et frappe en Chevalier du Soleil. Il faut au moins deux récipiendaires.

Vaillant Capitaine des Gardes, voyez si ceux qui frappent ainsi sont bien ceux que nous attendons.

Le Capitaine des Gardes

(Après avoir vérifié)

Très Eminent Commandeur, c'est bien le Vénérable Maître des Cérémonies accompagnant les Chevaliers du Soleil qui sont admis à recevoir la consécration comme Chevaliers Kadosch.

Le Commandeur

Donnez leur l'entrée de l'Aréopage. Ils entrent sous la conduite du Maître des Cérémonies, qui les fait placer entre les deux Grands Juges.

Chevaliers du Soleil, je dois d'abord vous demander de promettre sur votre honneur d'homme et de maçon de ne révéler à aucun profane, ni même à aucun adepte d'un grade inférieur à celui-ci, quoi que ce soit que vous aurez vu ou entendu au cours de cette cérémonie, même si vous n'étiez pas reçu Chevalier Kadosch ou si vous jugiez à propos de vous retirer avant votre investiture.

Prenez-vous cet engagement solennel ? Les néophytes répondent.

Nous enregistrons votre parole, Chevaliers.

En accédant, il y a quelques instants, au 25° degré, vous avez atteint le plus haut stade d'évolution philosophique et initiatique que dispense l'Ordre Ecossais.

L'enseignement de ce grade a fait de vous des hommes susceptibles de coopérer effectivement à l'œuvre que poursuit notre Ordre.

Un degré vous reste encore à franchir, le 29°, intitulé Grand Ecossais de St André.

GRAND ECOSSAIS DE SAINT ANDRE

Ce grade, tout de transition, annonce l'achèvement du Cycle de l'Aréopage. La croix de saint André met en relation la Jérusalem céleste avec la Jérusalem terrestre qui figure sur le tableau de loge.

Le symbolisme se réfère à l'Apocalypse, comme celui du 19°. Mais il s'agit maintenant de revenir dans le monde pour livrer combat. (debout, le glaive dressé dans la main gauche et le maillet dans la main droite, tenu sur le cœur)

Je vous confère le grade de Grand Ecossais de Saint André avec le titre de Patriarche. (il se rassied )

L'excellent orateur

C'est à ce moment, mes FF. que nous avions coutume d'appeler à venger les templiers tourmentés par deux abominables, Philippe le Bel et Bertrand de Goth.

On leur attribuait de grandes connaissances ésotériques, et l'on prétendait qu'une série ininterrompue de grands maîtres reliait le Temple à notre Ordre.

Aucune de ces allégations n'a reçu le moindre commencement de preuve et il ne nous appartient pas de respecter comme une vérité ce qui n'est sans doute qu'une légende.

Le 2ème Grand Juge

Je comprends cette réserve. Mais ne risquons-nous pas de laisser échapper une leçon spirituelle par un excès de scrupules ?

Le 1er Grand Juge

Nous n'avons pas à résoudre les énigmes de l'histoire. Mais l'iniquité de la procédure est attestée.

Le Commandeur

Oui, mes FF. Le C.K.H. est l'ennemi acharné de toutes les injustices et doit poursuivre sans relâche la vengeance du droit. C'est pourquoi, de même qu'en Loge de Perfection vous avez déjà été appelés à une vengeance qui n'exige pas de sévices matériels ou corporels, mais demande le rétablissement des valeurs bafouées. Nous vous appelons à vous associer à nous pour professer encore une fois la haine du mal et l'amour. du bien.

Y consentez-vous ?

Impétrants

Nous y consentons.

Le Commandeur

Dans ce cas, mes FF., en vous guidant sur le Vénérable Maître des Cérémonies, tendez le poing droit et proclamez avec nous : Nekam Adonaï (les anciens C.K.H. se lèvent et s'unissent aux initiants. Puis tous se rasseyent à l'exception des impétrants et des deux poursuivants qui prennent place en silence ) Ces mots signifient : "Vengeance, Mon Dieu". Ils forment le mot de passe du Chevalier Kadosch.

Pause

Le Commandeur

Nous devons maintenant vous soumettre à une épreuve terrible,

Vous entraîner dans les ténèbres extérieures, Vous livrer au chaos qui régnait avant la Création, alors que tout était encore informe et vide. Là vous aurez à subir la tentation majeure. Nous vous assurons cependant, que rien de ce que vous verrez ou entendrez, correctement interprété, n'est contraire à une religion quelconque. Vous pouvez encore nous quitter; tout le monde alors ignorera votre démarche interrompue. Ensuite vous ne le pourrez plus. Persistez-vous ? Les impétrants répondent.

Le Commandeur

Nous allons vous retirer le guide qui vous a accompagnés depuis votre entrée en Maçonnerie. Il serait absurde que la Parole de Lumière figurât dans les ténèbres, que l'ordre créé pénétrât au cœur du tohu-bohu.

Excellent Orateur, fermez le Volume de la Loi Sacrée. (L'orateur s'exécute) (Le Maître des Cérémonies divise les récipiendaires en 2 groupes et conduit l'un de ces groupes d'un côté de l'échelle, l'autre de l'autre côté.)

LE POURSUIVANT NOIR

Pourquoi restez-vous hésitants devant cette nouvelle conquête à accomplir ? Quel respect préconçu vous retient ? La violence vous conférerait ce nouveau pouvoir. Si vous voulez savoir : osez. (Coup violent sur le gong)

LE POURSUIVANT BLANC

Prenez-garde, Chevaliers. La violence est l'arme des faibles. Devant une connaissance à acquérir, seule l'humilité est de mise. Ne piétinez rien car toute chose est sacrée. Ne foulez pas un sol inconnu. Placez-y doucement vos pieds. (Coup léger)

LE POURSUIVANT NOIR

Vous êtes une force qui méprise les fétiches. (Coup violent)

LE POURSUIVANT BLANC

Vous êtes une arme qui vénère les symboles. (Coup léger)

LE POURSUIVANT NOIR

Toute chose est matière et votre volonté vous en rend maître. (Coup violent)

LE POURSUIVANT BLANC

Toute chose est esprit et votre esprit l'incorpore avec piété. (Coup léger)

LE POURSUIVANT NOIR

N'ayez crainte de détruire. Ne savez-vous pas que vous ne pouvez édifier que sur place nette ? (Coup violent)

LE POURSUIVANT BLANC

Ne détruisez pas inconsidérément. La plupart des matériaux dont vous aurez besoin pour édifier, vous les trouverez dans les constructions anciennes. Il vous suffira de les disposer selon vos conceptions. Ne brisez rien. Déposez soigneusement. (Coup léger)

LE POURSUIVANT NOIR

Avancez et vous vaincrez le monde. (Coup violent)

LE POURSUIVANT BLANC Patience, le monde a été vaincu. (Coup léger)

L'ORATEUR

Vos premiers pas dans l'angle d'un carré long, vous les avez faits avec précaution, l'un après l'autre, de façon mesurée. La maîtrise, vous ne l'avez atteinte, qu'en fuyant les mauvais compagnons, et en pénétrant avec amour l'esprit du Maître. Vous n'avez évité l'ouragan destructif de la neuvième voûte qu'en raison de la patience avec laquelle vous avez attendu de connaître le mot sacré qui ouvre normalement la porte.

Pasteur rosicrucien, vous n'avez amené définitivement à vous que ceux sur qui votre charité s'est exercée. Vous voilà parvenus devant le dernier seuil à franchir. Une fois encore, vous éprouvez une limite. L'ultime initiation vous a placé sûr le plan de la dualité symbolisée partout en cet Aréopage, Votre esprit anxieux pressent néanmoins que tout ne s'arrête pas là. Hélas, Chevaliers, tout s'arrête là en ce monde. C'est sur ce plan, de toute nécessité, que vous devrez agir. Vous ne pouvez acquérir que la notion d'un plan supérieur qui est celui de l'absolu, où la dualité se résout en unité. Mais vous ne pouvez pas vivre sur ce plan supérieur. Il vous faut redescendre sur celui de l'humanité, et vous y affermir pour agir efficacement. Votre action ne pourra que s'inspirer de la notion d'unité et elle constituera alors, pour vous comme pour ceux sur qui elle s'exercera, une préparation à une ascension qui excède les limites de votre vie. Nous ne pouvons que vous indiquer les voies et les méthodes. Soyez attentifs à l'enseignement qui va vous être donné.

LE COMMANDEUR

L'expérience humaine se réalise sous les deux modes différents et, sous bien des aspects, incompatibles entre eux. Les voici représentés par les deux montants de cette échelle mystique. D'un côté, les disciplines de l'intelligence, sciences et techniques qui supposent et affirment le déterminisme. Vénérable Maître des Cérémonies, faites les parcourir symboliquement par deux de nos récipiendaires.(Le Maître des Cérémonies fait lire aux récipiendaires, échelon par échelon, les noms des sciences qui y sont inscrits : grammaire, rhétorique, logique, arithmétique, géométrie, musique, astronomie)

Nous avons eu recours, pour symboliser la connaissance, à une forme qui peut sembler archaïque mais qui a l'avantage, une fois située historiquement, d'être soustraite aux discussions susceptibles de toucher une expression plus récente. Ce n'est qu'un aspect de l'Univers. De l'autre côté vous voyez représentées la moralité, c'est à dire les vertus et les valeurs. La moralité suppose la liberté. (Le Maître des Cérémonies fait lire aux récipiendaires de l'autre groupe, échelon après échelon : prudence, justice, sagesse, courage, foi, espérance, charité)

Telles sont les vertus qui ont animé votre cœur. Elles vous ont fait pénétrer l'Univers vivant en identifiant votre propre existence à celle des êtres qui le peuplent. Vous faites maintenant partie intégrante de cet univers dont vous êtes devenu l'un des éléments conscients. Prenez la main du Chevalier qui se tient à vos cotés et qui est parvenu à la même intégration que vous par l'autre chemin. A vous deux, désormais, vous représentez deux aspects du cosmos, intimement combinés. Ainsi réunis, indissolublement liés, vous allez réaliser le troisième aspect : l'action, Mais l'action, c'est en ce monde que vous l'accomplirez. Vous savez où elle doit conduire. Vous avez entrevu le but à atteindre. Nous n'avons plus d'autre enseignement à vous donner. Vénérables Maître des Cérémonies, amenez les récipiendaires au pied de l'autel. (Quand ils y sont, et s'adressant à eux) :

A genoux, Chevaliers, (Et, s'adressant à tous les Chevaliers dans les camps)

      Debout et à l'ordre, Chevaliers, glaive en main.(Le Commandeur glaive en main, vient au bord de l'autel et s'adressant aux récipiendaires):

Avant de procéder à votre consécration, je dois requérir de vous les serments qui définissent vos nouvelles obligations.

Excellent Orateur, veuillez formuler, l'un après l'autre, les serments par lesquels les nouveaux Kadosch vont s'engager. (Et s'adressant aux récipiendaires)

Après l'énoncé de chacun des serments, chacun de vous étendra la main droite sur le glaive que je lui présenterai, placera la main gauche sur le cœur et dira : "Je le jure"(Le porte-étendard incline l'étendard ail-dessus des récipiendaires)

L'ORATEUR

Premier serment

Je jure fidélité, jusqu'à la mort, aux lois et règlements de l'Ordre Ecossais.

Je jure obéissance à mes supérieurs dans 1"Ordre en tout ce qu'ils me commanderont de non contraire à l'honneur.

Deuxième serment

Je jure de faire mon devoir uniquement parce qu'il est mon devoir, sans souci de mes intérêts, de ma renommée ou de mon orgueil. Je jure de consacrer mon intelligence, mes discours, mes actions, mes forces et ma vie à l'accomplissement des buts qui sont ceux de l'ordre; de travailler à la réalisation de l'unité de l'espèce humaine par le moyen de son élévation spirituelle ; au succès de ce qui rapproche les hommes et à l'échec de ce qui les divise; au triomphe du bien sur le mal, de l'ordre sur l'anarchie, de la raison sur les préjugés et les croyances aveugles, de la sagesse sur les passions, de la liberté de conscience, de parole et d'écrits sur toutes les oppressions quelles qu'elles soient.

Troisième serment

Je jure de ne jamais causer de tort à aucun Chevalier Kadosch, de ne médire d'aucun ni d'en calomnier aucun; de me porter, au contraire, au secours moral et matériel de celui que je verrais en péril ou en détresse ou qui ferait appel à moi. Je jure de coordonner mon action avec celle des autres Chevaliers Kadosch et de leur prêter assistance dans leurs entreprises en faveur de l'Ordre et de ses buts.

(Quand les trois serments ont été prêtés individuellement par les récipiendaires : )

LE COMMANDEUR

Acte est pris de vos serments. (Il étend son glaive au-dessus des têtes des récipiendaires : )

A la Gloire du Grand Architecte de l'Univers, au nom et sous les auspices du Suprême Conseil de France du Rite Ecossais Ancien et Accepté, en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous sacre Grand Elu Chevalier Kadosch ; je vous investis des devoirs, charges et dignités afférentes à cette qualité et vous confère la faculté de jouir de tous les droits et prérogatives attachés à ce grade. (Il frappe successivement de la lame de son glaive l'épaule droite puis l'épaule gauche de chaque nouveau Chevalier) Chevaliers, relevez-vous et recevez de moi, au nom de tous les Chevaliers Kadosch, l'accolade fraternelle. (Le porte-étendard remet l'étendard à sa place et le Maître des Cérémonies décore les nouveaux Chevaliers des attributs de leur grade. Il remet à chacun d'eux un glaive. (Le Commandeur reprend sa place à son trône puis, s'adressant aux nouveaux Chevaliers :)

Chevaliers, vous êtes armés maintenant pour votre combat. Votre arme n'est point le poignard du sicaire, ni le couperet du bourreau, ni le stylet du calomniateur, car les moyens de votre action se situent sur un plan supérieur. Votre arme est le glaive flamboyant de Saint-Michel, la lance inflexible de Saint-Georges, le Caducée de Mercure. Ce que vous toucherez de sa pointe doit se trouver par la-même ennobli et se ranger à vos côtés au service de la cause pour laquelle vous combattez.

Allez dans le monde, seul, univers complet, responsable devant votre conscience faite de connaissance et d'amour. Nous n'avons pas de mot d'ordre à vous donner. Tant que vous agirez en conformité avec nos principes, vous ne pouvez pas vous tromper. Ce n'est pas tant de notre Ordre que, sur votre vie, vous devenez le défenseur, mais de ce que notre Ordre représente et de ce qu'il sert. A travers lui, et par l'investiture qu'en son nom je viens de vous conférer, vous êtes désormais le soldat de l'universel et de l'éternel. Vous réfléchirez avant d'agir, de parler ou d'écrire afin de vous assurer, en ayant toujours présent à l'esprit l'enseignement de notre sublime doctrine, que vous agissez, parler ou écrivez dans le sens qui vous a été ainsi prescrit.

Vous animerez les énergies autour de vous, aussi bien dans le monde profane que dans les ateliers des degrés inférieurs à celui-ci. Nous vous commandons d'y stimuler les ardeurs, de les rassembler, de les coordonner et de les faire converger vers le but assigné.

Pause

Vénérable Maître des Cérémonies, veuillez reconduire les nouveaux Chevaliers entre les deux camps. (Quand ils y sont) :

Il me reste maintenant, à vous faire connaître et à vous expliquer les mots, signes, attouchements, du grade qui vient de vous être conféré. (Au fur et à mesure des explications dit Commandeur, le Maître des cérémonies fait aux nouveaux Chevaliers les démonstrations nécessaires et s'assure, pratiquement que l'enseignement a été retenu. )

Le grade de Kadosch ne comporte pas de tablier. A quoi pourrait servir un tablier, puisque vous avez maintenant achevé le travail qui doit s'accomplir à l'intérieur du Temple.

Le cordon que vous portez de gauche à droite, indique que votre raison et votre cœur vont désormais commander votre main ; il soutient comme bijou un poignard, symbole d'action et de combat. La couleur noire de ce cordon vous rappellera que l'homme qui se régénère, c'est à dire qui se spiritualise, dépouille, pour ainsi dire, l'homme de chair et franchit les portes de la mort pour entrer dans le cycle de la vie éternelle.

Vous vous mettez à l'ordre en tenant le glaive de la main gauche, la main droite sur le cœur, les doigts écartés.

Vous ferez le signe en laissant retomber la main droite sur la cuisse droite et en fléchissant le genou droit.

Dans l'ordre du tuilage, le signe est la demande muette du mot de passe.

Le premier mot de passe est NEKAM ADONAI

Puis le tuileur vous dira : BEGOHAL - KOL : Je proclame le principe.

Vous répondrez : BARAH ETH . KOL : Tout procède de Lui.

Le mot de passe est la demande de l'attouchement ni qui se fait de la façon suivante :

La pointe du pied droit contre la pointe du pied droit du Tuileur, genou contre genou, vous lui présenterez le poing droit fermé, le pouce seul levé. Le tuileur vous saisira rapidement le pouce de la main droite et vous reculerez tous les deux d'un pas. 

Vous direz : HABORACH (je loue).

Le tuileur répondra : ETH - ADONAI (l'Eternel ).

Vous donnerez ensuite le mot sacré : MI KAMOHA - BA ELIM ADONAI 

Qui d'entre les Forts, est semblable à toi, Adonaï ? 

Puis vous direz votre âge symbolique : "un siècle ou plus" ou " je ne compte plus", car le 30° degré ne comportant plus aucun enseignement didactique, aucun nombre ne peut symboliser le point d'évolution où est parvenu l'Initié à ce grade, puisque cette évolution est désormais complète.

Après avoir satisfait de cette façon au Tuilage, vous frapperez à la porte du Temple par sept coups ainsi cadencés :

l l     l l     l l     l 

Puis vous entrerez par trois pas ordinaires précipités, en plaçant, croisées sur votre tête, les mains entrelacées, les paumes en dedans. Après les trois pas, vous vous arrêterez, vous vous mettrez à l'ordre, vous saluerez le Très Eminent Commandeur par le signe et vous porterez horizontalement le bras droit en avant, le -poing vertical, le pouce levé, comme si vous présentiez une épée en la tenant par la lame, la garde en haut. Vous prendrez place ensuite dans l'un ou l'autre camp.

Cette instruction pratique est maintenant terminée.

Vénérable Maître des Cérémonies, conduisez les nouveaux élus aux deux Eminents Grands Juges pour qu'ils leur donnent les mots, signes et attouchements qui viennent d'être indiqués. (Quand cette formalité est accomplie )

Le 1er Grand Juge

Très Eminent Commandeur, les mots, signes et attouchements sont justes et parfaits.

Le Commandeur

 Debout et à l'ordre. Chevaliers, glaive en main.

Eminents 1er et 2ème Grands Juges, je proclame les Chevaliers que vous voyez présents entre vos deux camps, Grands Elus Chevaliers Kadosch. Veuillez inviter les Chevaliers présents dans vos camps à les reconnaître en cette qualité.

Le 1er Grand Juge

Chevaliers du Camp du Midi, je vous invite à reconnaître désormais pour Grands Elus Chevaliers Kadosch, les Chevaliers présents entre les deux camps.

Le 2ème Grand Juge

Chevaliers du Camp Nord, je vous invite à reconnaître désormais Grands Elus Chevaliers Kadosch, les Chevaliers présents entre les deux camps.

Le Commandeur

Chevaliers de l'un ou l'autre camp, je vous invite à vous joindre à moi pour célébrer par une chaleureuse batterie nos heureuses acquisitions.

A moi par le signe et la batterie. Prenez place, Chevaliers.

Je donne la parole à l'excellent Orateur.

(Après le discours de l'Orateur les travaux sont clos en la forme rituelle)

Partager cet article

Commenter cet article