Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

REAA : Réception au 24ème degré (2)

26 Juin 2012 , Rédigé par Thomas Dalet

Instruction

D. Puissant frère 1^er Surveillant, êtes-vous Prince du Tabernacle ?

R. Très Puissant Maître, regardez moi.

(Il fait le signe du cordon.)

D. Qui êtes-vous ?

R. Un de vos frères et le dernier des hommes éclairés.

D. Comment le prouverez-vous ?

R. Le mot de passe, le globe et le triangle que je porte sont des

preuves des connaissances que j'ai acquises.

D. Donnez-moi le mot de passe ?

R. Uriel, Tabernacle des vérités révélées.

D. Où avez-vous puisé ces connaissances ?

R. Dans le grand livre de la loi souveraine et immuable.

D. Où est ce livre ?

R. Il est perpétuellement ouvert aux yeux de l'Univers.

D. Comment est-il écrit ?

R. En caractères lumineux et ineffables.

D. Qui vous en a donné l'intelligence ?

R. Celui qui invite l'esprit à s'élever aux choses sublimes.

D. Qui vous ont fait apercevoir ces connaissances ?

R. La beauté, la stabilité et la puissance réunies du souverain degré de

toute perfection.

D. Quels furent les objets de votre admiration ?

R. La Lune, cet astre céleste, faisant sa ronde dans les cieux, et sa

figure tri forme qui se remplit d'une lumière au-dessus d'elle, qu'elle

dispersait sur le sommet de Japhet où je reposais. /Dans l'intervalle de cette question, la Lune parait nouvelle, en son plein, enfin en son décroît. /

D. Qu'arriva-t-il ensuite ?

R. Les barrières du jour précédées de l'étoile du matin s'ouvrirent, le

soleil plein de majesté parut dirigeant sa course de l'orient à

l'occident et dispensant à l'univers des rayons de lumière si parfaite,

qu'il est impossible aux yeux d'en supporter l'éclat.

D. Que produisit le soleil ?

R. La beauté des cieux dans toute leur splendeur que réfléchit le jour,

et les rayons de cet astre à cette immense sphère animant les vallons,

les montagnes, les vastes réservoirs des eaux, et toute la nature prête

à s'éteindre, reprenant sa première beauté à l'influence de sa chaleur

vivifiante.

D. Qu'entendez-vous par chaleur vivifiante du soleil ?

R. A son aspect la terre obéit et répand les effets de son abondante

fécondité, le sperme des créatures vivantes ; les semences végétales et

les productions minérales acquièrent leur perfection par sa présence,

les faisant éclore, germer et se reproduire, ce qui perpétue et

renouvelle à chaque instant les admirables effets de l'ouvrage des six

jours. Pendant cette question, le soleil décrit sa course dans le firmament.

D. Quelle évidence en avez-vous ?

R. Mon existence invisible et immortelle, caractérisée par le pouvoir

que j'ai de voir, d'entendre et de comprendre.

D. Quelle est votre puissance matérielle, visible et mortelle ?

R. Elle se borne à me démontrer les rapports qui lient la multiplicité

et la variété des objets que j'admire dans la nature, et à me démontrer

encore que les créatures formées d'un assemblage proportionné aux quatre

éléments dans chaque règne, vivent, meurent, se dissolvent, et sont la

preuve de l'anéantissement du corps dans la matière.

D. Qu'est-ce que votre existence spirituelle, invisible et immortelle ?

R. Elle émane des principes de vie qui donne le mouvement à tout ce

qu'il y a de mortel dans mon corps, et m'élève à l'immortalité où réside

la puissance première et originelle de toute existence.

D. Qu'en entendez-vous par puissance première et originelle de toute

existence ?

R. Que tes ouvrages sont grands, divin Architecte de l'Univers ! Jéhovah

! Tu ne te communiques point, à la vérité, aux yeux qui te cherchent ;

invisible au milieu de la splendeur, tu résides sur un trône

inaccessible, sans que je puisse te voir, ni te connaître ; également

attentif à t'élever au-dessus de nos regards, et à te manifester aux

sens de mon intelligence ; tu maintiens les premiers dans l'immuabilité

de tes ordonnances secrètes, et tu protéges les secours dans les voies

éternelles qui te caractérisent et le démontrent. La vaste circonférence

du ciel, les constellations innombrables qu'il contient, l'étendue que

mesure chaque constellation, mille et mille fois plus grande que la

terre, sont les témoignages que tu m'a donnés de ton immensité, de la

grandeur et de la puissance. Les astres qui ornent le firmament, les

éléments qui depuis le premier jour que tu les créas, conservent sans

dissipation ni augmentation, la beauté et la stabilité de ta puissance,

sont les signes par lesquels tu manifestes que tu es l'essence unique et

prééminente de la beauté, de la plénitude, de la puissance et de la

stabilité réunies au souverain degré de toute perfection. Pendant la question suivante les nuages se replient sur eux mêmes, et le triangle lumineux parait dans tout son éclat.

D. Définissez plus amplement tout les signes de

R. Jéhovah ! Jéhovah ! L'univers que tu exposes à mes yeux pour être le

perpétuel témoignage de ton existence suprême, ne l'explique pas d'un

langage que je puisse rendre sensible à la voix. De même que l'aurore

annonce tacitement le retour du soleil, lequel dispense silencieusement

la lumière que tu as préparée aux nations ; mais dont la puissance

éclairée devient à leur égard, une preuve relative et secrète des

vérités que tu m'ordonnes de leur notifier.

D. Donnez-moi le signe des Princes du Tabernacle ?

R. A l'aspect de cette sublime lumière, vous êtes forcé de le faire avec

moi.

Le Très Puissant fait conjointement avec tous les frères le signe.

Ce signe est de lever les yeux au ciel, et les couvrir ensuite avec la

main gauche, la main droite sur la poitrine et la tête inclinée.

D. Second Puissant Surveillant, quelle heure est-il ?

R. La dernière des six où tout fut accompli.

Le Très Puissant dit :

Puissants frères de cette hiérarchie, voici la dernière heure du dernier

jour des sept heures de vie et de survité.

Le Très Puissant frappe 6 coups de suite et un détaché. Alors lui et

tous les frères font sept fois le tour de l'autel, et au 7' chaque frère

met de l'encens dans le feu, et retournent à leurs places.

Ensuite le frère Introducteur amène le Récipiendaire devant le Très

Puissant qui lui dit :

Instruit comme vous l'êtes des lois de la Maçonnerie que vous avez si

dignement professées, vous connaissez ce que vous devez à l'Etre

Suprême, aux hommes et à vous même pour le bonheur de la société morale

et civile, peut être un sentiment qu'imprime la raison, qui forme le

désir, qui rend l'âme inquiète, a pu troubler, jusqu'à cette heure, la

paix intérieure que vous comptiez goûter dans les fastidieuses maximes

du monde dont vous sortez. Qu'avez vous maintenant à désirer, Très

Respectable frère ? Vous avez connu les mystères qui nous constituent

dans notre sapientifique hiérarchie, vous connaissez nos volontés, nos

autels, notre culte, nos statiques contemplations fixées à la béatitude

suprême de Jéhovah ! Qui reçoit en sa gloire le pur encens que son amour

a lui même enflammé dans nos coeurs. Voulez vous être uni au cercle qui

renferme le nombre de ses fidèles adorateurs ?

C'est en son nom ineffable que je vous demande si vous consentez d'y

être parfaitement uni ?

Le Récipiendaire ayant répondu Oui,

et le frère Introducteur l'ayant amené par la marche ordinaire au Très

Puissant et tous les frères disent trois fois Mohabon.

Le Très Puissant le revêt de l'habit en lui disant :

Que cet habit te voile à jamais aux ténèbres de l'erreur et des vains

préjugés.

Ensuite prenant le cordon, il lui en pose le triangle sur la tête ; le

lui passe au cou et lui dit :

Le cordon dont je t'environne est le symbole du cercle invisible de

notre union et de l'éternité du Souverain Grand Maître, qui n'a ni

commencement ni fin. Le triangle qui te couronne est la preuve que tu as

mérité d'être couronné du céleste Urim et Thumin, signe de ta puissance

et de ta vertu.

Ensuite il lui donne le tablier et les gants, et lui donne le baiser au

front en lui disant : Approchez-vous de l'autel afin d'offrir à l'Erre

Suprême l'encens qui va vous unir avec les Princes du Tabernacle, et

promettez nous d'être fidèle observateur du secret inviolable ouvert

tout ce qui est indigne de participer à nos solennités et à ses sublimes

grades.

Le Récipiendaire, posant la main droite sur le coeur, dit :

Je promets tout, parole d'honneur.

Ensuite le Très Puissant lui donne les signes etc.

Le Grand Signe est de porter les deux mains ouvertes sur la tête, et

joindre les deux index et les deux pouces par le bout ce qui forme le

triangle. Ce signe ne se fait qu'en Loge.

Le Signe de Reconnaissance se fait en portant la main droite ouverte sur

les yeux, comme pour se garantir des rayons du soleil ; ensuite la porter sur l'épaule

gauche, et de la laisser aller sur la hanche droite, et rester en cette

attitude.

Le Signe s'appelle aussi signe du cordon.

Le Mot Sacré est Jehovah, il s'épelle.

Le Mot de Passe est Uriel, en demande ; on y répond : le Tabernacle des

vérités révélées.

L'Attouchement est de se prendre le coude gauche, pliant le bras pour

former ensemble une espèce de globe.

La Batterie est de sept coups, six de suite et un détaché.

Le frère Introducteur lui fait faire sept fois le tour de l'autel. Les

Surveillants lui posent ensuite une couronne sur la tête, et tous les

frères disent trois fois Mohabon.

Le Récipiendaire prend ensuite de l'encens avec la cuiller et dit :

Reçoit, Souverain Grand Maître, cette offrande de mon coeur, et la

parole d'honneur du lien indissoluble que je contracte volontairement

avec mes frères de n'avoir qu'un coeur et qu'une volonté avec eux pour

la gloire de notre union.

Nota. Le Récipiendaire doit toujours porter cette promesse sur lui en

caractères hiéroglyphiques.

Caractères hiéroglyphiques de ce grade

En ajoutant au dessous de ces caractères des barres ainsi fait, ces

caractères pour lors feront

En ajoutant au dessous de ces mêmes caractères (on ne parle que des dix

premiers), un point au lieu de barres, ces caractères pour lors feront

 les dix premiers chiffres.

Partager cet article

Commenter cet article