Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

REAA17 : initiation (2)

11 Septembre 2012 , Rédigé par REAA17 Publié dans #Rites et rituels

T.P. Debout, Respectables Frères.

Secr.  Qui sont ceux-ci vêtus d’habits blancs, qui sont-ils et d’ou sont-ils venus?

T.P. Monseigneur, tu Ie sais. Il m’a dit : Ce sont ceux qui viennent de la grande affliction. Ils ont lavé leurs habits et les ont blanchis dans le sang de  l’agneau, Ils le servent jour et nuit dans son sanctuaire et celui qui est sur le trône s'abritera près d'eux. Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif et jamais plus le soleil ne les frappera ni aucune brûlure, car l'agneau qui est au milieu du trône les fera paître et les conduira près des eaux des sources de vie, et Dieu effacera toute larme de leurs yeux.

Un coup de gong .

T.P. Mes Frères, reprenez vos places. Brisez le septième Sceau, mon Frère.

Le récipiendaire laisse le 7e symbole sur la table.

Le Très Puissant remet au récipiendaire un encensoir d'or dans lequel l’encens ne brûle pas. Le récip. en verse le contenu sur le brasier, enflammant ainsi l’encens.

T.P.  Que cet encens qui brûle s'élève en l'Unité lumineuse !

Orat.  Quand il ouvrit le septième Sceau il y eut un silence dans le ciel.

Et je vis Ies sept anges qui se tiennent devant Dieu et il leur fut donné sept trompettes. Et un autre ange vint et il se tint sur l'autel avec un encensoir d’or, on lui donna beaucoup de parfums pour les offrir avec les prières de tous les saints sur l'autel d'or qui est devant Ie trône.

Et l’ange prit l'encensoir, le remplit du feu de l'autel et le jeta sur la terre. Et il y eut des tonnerres, des voix, des éclairs et une secousse.

La 1ère trompette sonne

Le premier ange sonna de la trompette, et il y eut de la grêle et du feu mêlés de sang qui furent jetés sur la terre, et Ie tiers de la terre fut brûlé, et le tiers des arbres fut brûlé, et toute herbe verte fut brûlée.

La 2ème trompette sonne

Le deuxième ange sonna de la trompette, et une sorte de grande montagne de feu ardent fut jetée dans la mer, et Ie tiers de la mer devint du sang, le tiers des créatures qui vivaient dans la mer moururent, le tiers des navires fut détruit.

La  3e trompette sonne

Le troisième ange sonna de la trompette, et  une grande étoile ardente comme une torche tomba du ciel. Elle tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources des eaux. Le nom de cette étoile est Absinthe, et Ie tiers des eaux fut changé en absinthe et beaucoup d’hommes moururent par les eaux parce qu’elles étaient devenues amères.

La 4e trompette sonne

Le quatrième ange sonna de la trompette, et le tiers du soleil fut frappé, et le tiers de la lune et le tiers des étoiles, afin que le tiers en fut obscurci et que le jour perdit un tiers de sa clarté et la nuit de même.

Et je vis et j’entendis un aigle volant au zénith disant d’une voix forte : malheur aux habitants de la terre ! A cause des autres sons de la trompette des trois anges qui vont en sonner.

La 5e trompette sonne

Le cinquième ange sonna de la trompette, et je vis une étoile qui était tombée du ciel sur la terre. La clé du puits de l’abîme lui fut donnée et elle ouvrit le puits de l’abîme et une fumée monta du puits comme la fumée d’une grande fournaise, et le soleil et l’air furent obscurcis par la fumée du puits. De cette fumée sortirent des sauterelles qui se répandirent sur la terre et il leur fut donné un pouvoir pareil au pouvoir qu’ont Ies scorpions de la terre.

Il leur fut dit de ne pas nuire à l’herbe de la terre ni à aucune verdure ni à aucun arbre mais seulement aux hommes qui n'ont pas Ie Sceau de Dieu sur leur front. L’aspect de ces sauterelles était pareil à des chevaux prêts pour la guerre, avec sur leurs têtes des sortes de couronnes pareilles à de l'or, et leurs faces comme des faces d'hommes.

Elles avaient des cheveux comme des cheveux de femmes et des dents comme des lions.

Elles avaient des thorax comme des cuirasses de fer et Ie bruit de leurs ailes était comme un bruit de chars à plusieurs chevaux qui courent à la guerre.

Elles avaient des queues pareilles aux scorpions avec des dards, et dans leurs queues était leur pouvoir de nuire aux hommes pendant cinq mois. EIIes avaient sur elles comme roi, l’ange de I'abîme. Son nom hébreu est Avadon, et en grec Apollyon.

Orat. Le premier malheur s’en est allé.

La 6e trompette sonne

2d. Anc. Le sixième ange sonna de la trompette et j’entendis une voix sortir des quatre cornes de l'autel d’or qui est devant Dieu. Elle disait au sixième ange qui avait la trompette : « Délie les quatre anges enchaînés sur le grand fleuve Euphrate. »

Et les quatre anges qui étaient prêts pour l’année, le mois, le jour et l'heure ont été déliés pour tuer le tiers des hommes.

Le tiers des hommes ont été tués par trois plaies, par le feu, la fumée et le soufre sorti de leurs bouches. Les autres hommes, qui n’ont pas été tués par ces plaies, ne se sont pas convertis des œuvres de leurs mains pour ne plus se prosterner devant les démons, les idoles d'or, d'argent, de bronze, de pierre et de bois qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher.

1r. Anc.  Et je vis un autre ange vigoureux descendre du ciel, vêtu d’une nuée, l’arc-en-ciel sur sa tête, sa face comme le soleil et ses pieds comme des colonnes de feu.

Il avait à la main un livret ouvert. Il posa Ie pied droit sur la mer et le gauche sur la terre et il a cria à grande voix comme rugit un lion.

Quand il eut crié, Ies sept tonnerres firent parler leurs voix.

Et quand Ies sept tonnerres eurent parlé, j’allais écrire et j’entendis une voix du ciel me dire :  « Scelle ce dont parlent les sept tonnerres, ne l’écris pas.

Va, prends le livret et dévore-le, il sera amer à ton ventre, mais dans ta bouche il sera doux comme du miel. » Je pris Ie livret de la main de l’ange et je le dévorai. Il était dans ma bouche comme un doux miel et quand je l’eus avalé il était mes entrailles furent remplies d’amertume.

T.P. Et on me dit : Tu dois prophétiser encore sur beaucoup de peuples, de nations, de langues et de rois. On me donna un roseau, une sorte de bâton, en disant : Lève-toi,  mesure le sanctuaire et l’autel. Alors tomba sur la terre de la grêle et du feu mêlé de sang : le tiers de la terre, des arbres et toute l'herbe verte furent consumés.

Le Maître des Cérémonies entraîne le récipiendaire comme pour sortir du Temple.

Arrivé entre les colonnes, le Très Puissant dit :

T.P.        

Arrêtez, mon Frère ! Retournez-vous !

Le parvis hors du sanctuaire, laisse-le en dehors, ne le mesure pas, car il a été livré aux nations et elles fouleront la ville sainte quarante- deux mois.

Et je donnerai à mes deux témoins de prophétiser, vêtus de sacs, mille deux cent soixante jours. Ce sont eux Ies deux oliviers et Ies deux lampes qui se tiennent devant Ie Seigneur de la terre. Quand ils auront fini leur témoignage, la bête qui monte de l’abîme leur fera la guerre, les vaincra et les tuera.

Après trois jours et demi un esprit de vie de Dieu est entré en eux et ils se sont tenus sur leurs pieds et une grande crainte est tombée sur ceux qui les contemplaient. A l'heure même ç’a été une grande secousse. Le dixième de la ville est tombé et sept mille personnes ont été tuées dans cette secousse. Les autres ont été effrayés et ont donné gloire au Dieu du ciel.

Orat. Mon Frère, le deuxième malheur s’en est allé.

Vous trouvant entre les colonnes, votre destin est à moitié accompli et vous faites nombre avec les neuf Chevaliers qui firent leurs vœux entre les mains du Patriarche de Jérusalem.

T.P. Réjouissez-vous, mon Frère, car vous détenez le Roseau Mystique.

La 7e trompette sonne

Notre destin s'accomplit. Les nations se sont mises en colère, et ta colère est venue et l'instant de juger les morts et de donner salaire à tes esclaves les prophètes, aux saints, à ceux qui craignent ton nom, petits et grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre.

Orat. Le troisième malheur vous est bien annoncé, mon Frère, mais vous qui avez donné votre sang, vous qui êtes marqué du TAU, vous qui détenez le Roseau Mystique, votre place est réservée dans le Temple spirituel où seront recueillis pour l'éternité ceux qui comme vous se sont fait les défenseurs de la Vérité.

T.P. Frère Maître des Cérémonies, conduisez tous les Princes de Jérusalem devant l'autel pour l'investiture.

Exécution.

Le M.des Cér. reprend le roseau.

Mes Respectables Frères, debout !

Le Très Puissant descend de sa stalle et se place derrière l'Autel, tenant l'épée.

Mes Frères, genou droit en terre.

A la Gloire du Grand Architecte de l'Univers,

au nom du Suprême Conseil pour ……

et en vertu des pouvoirs qui m'ont été conférés par le

Souverain Grand Commandeur,

Vous Frère x. .. . .

Je vous crée, vous consacre et vous reçois,

Chevalier d'Orient et d'Occident, 17e degré du

Rite Ecossais Ancien et Accepté.

Chevaliers, relevez-vous.

Même processus pour chaque récipiendaire, à partir de   Vous Frère X 

Le Très Puissant retourne à sa stalle.

Respectables Frères, reprenez place.

Mes Frères, je vous fais remettre ce tablier.

Il est jaune, doublé et bordé de rouge.

Sa forme triangulaire symbolise la divinité dans ses trois premières émanations. Je vous fais remettre les cordons du grade.

L'un est un ruban blanc, l'autre un sautoir noir. Ces deux couleurs symbolisent les deux principes indissolubles du Bien et du Mal.

J'attire votre attention sur le bijou du grade qui est attaché au bas du sautoir. Il est d'or et d'argent, et sa forme heptagonale est votre univers de réflexion :

B-D-S-P-H-G-F

Ce sont les initiales de: Beauté, Divinité, Sagesse, Puissance, Honneur, Gloire, Force. L'or et l'argent symbolisent le soleil et la lune, Osiris et Isis.

L'or est le métal que les anciens attribuaient au soleil avec pouvoir générateur, tandis que l'argent, attribué à la lune, symbolise le pouvoir de capacité.

Cette dualité symbolique se retrouve dans les deux colonnes B  et J, Boaz et Jakin, soit, Energie et Stabilité, forces actives et passives de la nature qui participent à son équilibre.

L'Agneau immolé, couché sur le livre aux Sept Sceaux, c'est vous, mes Frères, qui en donnant votre vie pour la Franc-Maçonnerie, devenez maître de votre destinée que vous parviendrez à sublimer.

Vénérables Frères, comme marque de votre rang actuel en Maçonnerie, je vous donne cette couronne. Souvenez-vous que, de même que les autres insignes du Rite, elle n'est honorable que pour autant que vous la portiez avec honneur. Portez-la dignement en Francs-Maçons.

T.P. Mes Frères, voici les arcanes du grade.

La mise à l’ordre : debout, les bras le long du corps.

Le signe : le signe de demande, qui est aussi le signe du grade : tourner la tête vers son épaule droite comme pour regarder derrière soi en disant "Avadon".

Réponse : tourner la tête vers son épaule gauche, comme pour regarder derrière soi en disant "Yahboulon".

Signe d'entrée : se mettre la main droite au front.

Attouchements :
- 1er attouchement: mettre la main gauche, doigts allongés, dans la main droite de l'autre Frère. Celui-ci la couvre avec sa main gauche, chacun regardant son épaule droite.
- 2d attouchement : toucher de la main gauche l'épaule gauche de l'autre Frère, tandis que celui-ci répond en touchant votre épaule droite de sa main droite.

Marche : sept pas en équerre sur le côté de l'heptagone, tel que pratiqué au cours de l'initiation.

Batterie : six plus un coups ======= (6 + 1)

Mot de passe : Yahboulon.

Mot Sacré : Avadon.

Frère Maître des Cérémonies, veuillez reconduire les nouveaux élus dans les Vallées.

Frère Orateur, veuillez transmettre la légende du grade.

Orat. On suppose que ce grade a été institué en l'an mille cent dix-huit, qui est la date de fondation de l'Ordre des Templiers. On dit aussi qu'à cette époque, les croisés d'Occident s'unirent aux initiés d'Orient, vrais disciples de Jean de Patmos, sous la conduite de Garimont, Patriarche de Jérusalem.

Le but de cette association fut de veiller à la défense et à la protection des pèlerins qui visitaient la Terre Sainte. Pèlerins, croisés d'Occident, initiés d'Orient, tous sont à la recherche de la Vérité insaisissable.

Le rituel de ce grade est basé sur la vision que Jean eut dans l'île de Patmos. Cette apocalypse est un texte hermétique que la tradition nous a transmis. Elle nous conduit vers les événements qui seront commémorés au 18e degré.

Sa forme fantasmagorique est un langage codé autant que poétique, et le voile qui le recouvre ne leurre que le profane.

T.P. Je vous remercie, Frère Orateur.

Partager cet article

Commenter cet article