Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Réflexion autour du symbole de l'infini.

20 Septembre 2012 , Rédigé par Alba Publié dans #Planches

Il m’aura fallu du temps pour trouver un sujet qui éveil en moi l’envie de construire un travail.

Au troisième degré il est de bonne augure je crois, d’aller chercher un début de réponse, s’agissant des signes qui nous fascinent, nous intriguent ou qui ont pour tout effet de capter notre attention.

C’est pourquoi avec beaucoup d’humilité, j’ai décidé de soumettre à votre bienveillante attention, cette ‘’Réflexion autour du symbole de l’Infini’’. 

Avant d’aller plus loin, je me vois dans l’obligation de vous exposer les raisons de mon choix. 

Depuis longtemps, je trouve cette forme hypnotique.

J’ai souvent imaginé une substance qui circulerait sans fin à l’intérieur. 

Cette représentation mentale fit naître en moi certaines interrogations : 

·  Pourquoi est ce signe qui fut choisit afin de représenter un cycle infini ?

·  De quelle manière en tant que Maçon puis-je ou dois-je l’interpréter ?

·  Si elle existe, quelle est cette manière si étrange qui donne vie à ce symbole ? 

Voilà bien des questions auxquelles je tenterai de répondre, à la condition que le G.A.D.L.U me donne la juste inspiration.

Qui sait ? 

1.     La forme qui mène au symbole. 

Ce symbole a été désigné par John Wallis en 1655 afin de représenter mathématiquement l’infini.

Certains d’entre nous pourraient y voire les prémices de l’alpha grec. Il n’est pas invraisemblable de penser que ce 8 couché serait le début du dessin. Mais philosophiquement et mathématiquement cela poserait un vrai problème. Si l’alpha en faisait partie, cela supposerait que l’oméga aussi hors, ce signe ne définit pas ce qui commence puis finit mais bien ce qui n’a pas de fin connue.

Il peut d’ailleurs être tracé à partir de n’importe quel point sans que l’on puisse s’apercevoir, à la fin, de où la démarra l’artiste.

Si l’on se réfère à la théorie des ‘’ fractales’’, nous pouvons nous apercevoir que des subdivisions d’un nombre à l’infini, ont dors et déjà étés confirmées par plusieurs mathématiciens. J. Wallis avait posé de son temps, les prémices des sciences modernes.

Nous parlions de cycle.

En tant que Maçon, c’est le temps de la vie que j’entraperçois. Le recommencement des saisons, des cycles lunaires et solaires. Les hommes qui passent et traversent les époques et tombent comme les blés afin que d’autres les remplacent.

Il en est de même pour la Franc-maçonnerie.

Certains frères partent et puis sont remplacés.

D’autres vous diraient que l’univers lui-même est infini, dans le sens étymologique puis ce que bon nombre de scientifiques, affirment que ce dernier continu de s’étendre.

Le temps de la conquête de cet univers par l’Homme n’est pas venu. Il fut crée pour le contempler et apprendre des astres. 

2.     Le symbole du temps.

 En tant qu’initié, cette forme m’évoque bon nombre d’images mais je ne vous ferai part que d’une seule piste de réflexion.

Celle d’un sablier que l’on renverse inlassablement.

Cet objet est composé de deux plateaux fixes, deux colonnettes (cherchez la similitude) et d’un récipient souvent en verre, afin de permettre une parfaite utilisation.

Puis ce que vous m’autoriserez certainement la simple comparaison suivante, je dirai que ce sablier est celui de la vie humaine et plus largement du temps qui passe et n’a pas de fin. A chaque fois qu’un cycle se termine du fait de la nature de l’objet concerné, celui-ci est renversé afin de permettre le début d’un nouveau segment temporel.

Il existe donc une vérité fondamentale qu’il nous faut observer.

C’est en cela que réside la principale différence entre la créature et le créateur. Nous, êtres faits de chais et d’os, sommes de passage et attribuons une grande importance au temps qui s’écoule inlassablement. Chaque seconde nous rapprochant inexorablement de notre mort terrestre.

Le G.A.D.L.U est éternel. L’homme a inventé la notion de temps car la nature l’y a forcé. Les moissons, le travail, la maladie et tant d’autres évènements de la vie mortelle, qui donnent l’obligation à l’Homme de mesurer le sable de la vie. Il lui fallait donc un objet afin de matérialiser ce phénomène.

Toutes les vies ne se ressemblent pas pour autant.

Le maçon, a pour devoir de donner un sens vertueux à sa vie. Il ne peu se contenter d’être une ombre qui attend le crépuscule. Il se doit de rayonner autour de lui, irradiant ses proches, ses frères et ce monde de sa lumière intérieure.

Ayons en mémoire la phrase d’Alphonse De Lamartine : << Je ne me contente pas d’exister, je veux vivre>>.

L’homme est donc en quelque sorte, l’enveloppe charnelle d’un astre intérieur, voué à rejoindre les cieux. 

3.     Il est puissance. 

Ce qui le rend hypnotique à mes yeux de mortel, est la puissance qui en émane de part sa forme, mais surtout ce qu’il implique à savoir la ‘’non fin’’.

Voyez comme il peut emprisonner la lune et le soleil.

Si là tout de suite, vous construisez cette image dans vos esprits, vous pouvez y voire l’équilibre du monde. Il assure l’aurore et le crépuscule, donnant ainsi à l’Homme un temps pour le travail et un autre pour le repos.

Pour que l’équilibre naturel soit maintenu, il permet à certaines créatures de régner le jour et d’autres la nuit.

La lune, doit attendre son tour pour influer sur les marées et assurer le meilleur des niveaux aux maçons.

Le soleil également, s’il veut réchauffer les êtres de ce monde et donner suffisamment de lumière pour permettre le travail et l’épanouissement de tout ce qui vit.

Qu’est ce que l’Homme face aux astres, à Dieu, au temps ?

Pascal disait : << l’Homme est grand en ce qu’il se sait misérable>>.

Et pourtant, il est peu probable que nous dominions ce monde par hasard.

Des penseurs se sont dit que le purgatoire était sur Terre.

Pour ma part, j’estime qu’il ne s’agit pas de cela, mais bien d’un passage obligatoire afin de préparer notre âme à se transformer et préparer son voyage vers un autre plan d’existence.

Telle la chandelle qui se consume, la flamme représente l’âme et sa fumée l’esprit.

De sorte qu’au moment où il sera temps pour chacun d’entre nous de rejoindre l’Orient Eternel, notre lumière intérieure brille suffisamment afin de ne plus être confinée dans le temple qu’est notre corps. Puisse Dieu nous accorder une place au près de lui, si cette dernière est suffisamment éclatante, pour qu’il nous remarque du firmament d’où il contemple l’Univers tout entier.

 

Je conclurai cet exposé en vous disant que je sais ne pas avoir exploré toutes les pistes. J’ai dus oublier bien des choses et en ignore sûrement beaucoup d’autres. Il m’est impossible lors de travaux d’agape, d’aller plus loin sans causer l’insomnie de mes frères.

J’espère simplement, avoir réussi à exposer clairement mon point de vue quand à cette question. Si je suis arrivé à susciter l’intérêt ou à ouvrir d’autres pistes, vous m’en voyez comblé. 

J’ai dit.

Partager cet article

Commenter cet article

Patou 01/08/2016 22:51

Est-il possible de publier une telle somme d'erreurs.... et de fautes, tant d'orthographe que de grammaire....

T.D 02/08/2016 06:54

Sur 2940 textes publiés, ça arrive. Est-il possible d'arrêter de critiquer un travail de plus de 10 ans ? Merci