Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Régularité et reconnaissance

23 Mars 2010 , Rédigé par Gibelain Publié dans #histoire de la FM

Ces 20 dernières années, pendant lesquelles beaucoup de nouvelles Grandes Loges ont été fondées (pays de l'Est en particulier), les relations entre les Grandes Loges se sont considérablement modifiées. Des liens plus étroits entre Grandes Loges se sont avérés nécessaires pour éviter les dangers de l'ignorance et de l'erreur. Il est cependant important que nous nous rappelions de temps à autre les principes de base de la régularité d'une Grande Loge et ceci, afin de la reconnaître ou pas. Il est aussi apparu essentiel aux Grandes Loges européennes de se tenir informées les unes les autres de tout événement important.

Pour mémoire rappelons les 8 principes de base de la régularité (Basic Principles for Grand Lodge Recognition adoptés par la GLUd’A le 4 septembre 1929) :

  1.  
    1. La régularité d'origine : chaque GL doit avoir été dûment et régulièrement constituée par une GL reconnue ou par au moins trois Loges régulières.
    2. La croyance dans un Etre Suprême doit être une caractéristique essentielle pour ses membres.
    3. Tous les Initiés doivent prendre leurs obligations sur le Volume de la Loi Sacrée ouvert et bien en vue.
    4. Tous les membres de la Grande Loge et de ses Loges doivent être composés exclusivement d'hommes et aucune Grande Loge ne doit entretenir des relations maçonniques avec des Loges mixtes ou des organisations acceptant des femmes.
    5. La Grande Loge doit être souveraine sur toutes les Loges de sa juridiction. Elle doit être une organisation responsable, indépendante et autonome et la seule à exercer une autorité incontestée sur les Degrés Symboliques (Apprenti, Compagnon et Maître) dans sa juridiction. Elle ne peut être subordonnée ou partager son autorité avec un Suprême Conseil ou tout autre Puissance revendiquant quelque autorité ou contrôle sur ces degrés.
    6. Les trois Grandes Lumières de la Franc-Maçonnerie (à savoir le Volume de la Loi Sacrée, l'Equerre et le Compas) doivent toujours être exposées lors des Travaux de la Grande Loge ou de ses Loges, la principale étant le Volume de la Loi Sacrée.
    7. Toute discussion touchant à la religion ou à la politique est strictement interdite en Loge.
    8. Les principes des Anciens Landmarks, coutumes et usages de la Maçonnerie doivent être strictement respectés.

Cette énumération n'était pas une nouveauté, mais la synthèse de tous les principes qui ont été développés et expérimentés depuis la première Grande Loge au 18ème siècle. Toutes les Grandes Loges européennes, dites régulières, partagent aujourd'hui ces principes, chaque Grande Loge restant souveraine et indépendante. Une GL est une organisation autonome qui a le droit de régler ses propres affaires et ses propres pratiques. L'Angleterre ne cherche pas à imposer sa conception de la régularité à quelque Grande Loge que ce soit. Cependant, si une Grande Loge choisit d'adopter d'autres principes, ce qu'elle a le droit de faire en tant qu'organisation souveraine, l'Angleterre ou tout autre Grande Loge la considèrera comme irrégulière. Ce qui est aussi leur droit.

Avant d'entrer dans les détails de la reconnaissance et de la régularité, il faut peut-être parler de la souveraineté. La souveraineté et la juridiction en exclusivité d'un territoire sont deux concepts différents. La souveraineté signifie qu'une Grande Loge est seule détentrice de l'autorité sur ses membres et sur ses Loges. Il peut arriver que cette autorité s'étende géographiquement à une région déterminée. Mais ce n'est pas une raison de la considérer comme souveraine. Par exemple en Australie, en Inde et en Afrique du Sud, la Grande Loge nationale partage son territoire avec des Loges établies il y a longtemps par d'autres Grandes Loges (Angleterre, Irlande et Ecosse) qui ont introduit la FM dans ces pays.

Si une Grande Loge décide de partager son territoire avec une ou plusieurs autres Grandes Loges, ceci ne touche pas à la souveraineté de cette ou de ces Grandes Loges. Par exemple en Colombie, suite à des problèmes de topographie et de communications, quatre Grandes Loges régulières se partagent aujourd'hui le territoire. Au Brésil, le Grand Orient du Brésil, que nous reconnaissons, se partage le territoire avec des Grandes Loges d'Etat que nous reconnaissons également.

II faut noter que l'Angleterre, de manière surprenante, s'est refusée de consacrer de nouvelles Grandes Loges sur des territoires où la FM existait déjà, que les GL en place aient été régulières, reconnues ou irrégulières. La GLUd’A considère que même si la FM de ce pays est irrégulière, elle pourrait devenir un jour régulière. Ces dernières années la Grande Loge Unie d'Angleterre, malgré les demandes, a refusé d'ouvrir des Loges anglaises en Espagne, Serbie, Montenegro, Ukraine et Roumanie en raison du fait qu’une autorité maçonnique existait déjà dans ces pays.

La régularité est absolue et ne peut pas être conditionnelle. Une obédience ne peut pas être " à peu près " régulière, elle est régulière ou ne l'est pas. C'est pourquoi la Chancellerie de la GLSA adresse aux Grandes Loges qui demandent la reconnaissance un questionnaire qui fournira des détails prouvant que les principes de base sont respectés. S’ils ne le sont pas, la demande de reconnaissance est suspendue ou purement et simplement annulée. Ce qui ne veut pas dire que le dialogue entre les deux GL soit interrompu, car on peut espérer que cette GL adapte ses principes en conséquence (voir le questionnaire annexé).

Qu'est-ce que la reconnaissance ?

Il s'agit d'un acte bilatéral entre deux entités souveraines. Si la GLSA octroie la reconnaissance à une GL, elle considère que celle-ci remplit les principes de base, qu'elle pratique une Franc-Maçonnerie régulière, que nos membres pourront sans difficulté visiter ses Loges et que de notre côté, nous pourrons accueillir ses membres dans nos Loges. La reconnaissance n'est pas un droit mais un privilège. La régularité ne confère pas automatiquement la reconnaissance, d'autres facteurs entrent en ligne de compte:

  • si la GLSA reconnaît déjà une Grande Loge, normalement nous n'allons pas reconnaître une autre Grande Loge sur le même territoire à moins que ces Loges y consentent et se reconnaissent entre elles (p. ex. Allemagne, Brésil, Australie, Colombie, etc.)
  • si deux GL, travaillant régulièrement (mais ne sont pas encore reconnues), occupent un territoire mais ne se reconnaissent pas entre elles, nous espérons qu'elles aplaniront leurs différends afin de nous permettre de les reconnaître toutes deux.

Certaines Grandes Loges ont proposé de former un organisme international chargé de s'occuper des cas de reconnaissance. Ceci n'est certainement pas une solution valable et a été énergiquement rejeté. La reconnaissance est un acte bilatéral entre deux puissances souveraines qui doivent faire leurs propres enquêtes et prendre leurs propres décisions.

La communication entre Grandes Loges revêt une importance exceptionnelle. Ceci nous permet d'échanger nos informations et nos expériences, en particulier lors de la conférence annuelle des Grands Secrétaires et des Grands Chanceliers, tout en gardant notre indépendance et notre souveraineté. Aucune pression n'est exercée sur telle ou telle GL pour qu'elle suspende, coupe ou entreprenne des relations avec une autre GL.

Par expérience et pour avoir participé pendant de nombreuses années à ces conférences, je peux attester que l'indépendance des GL est absolument respectée et qu'il faut tordre le cou à ces rumeurs ou croyances selon lesquelles une certaine GL imposerait son diktat aux autres. Ceci est faux ! Pour preuve: nous ne reconnaissons parfois pas les mêmes Grandes Loges sur le même territoire, sans pour autant que nos relations s'en trouvent affectées. Ceci a quand même des limites.

Enfin, terminons par une réflexion inspirée par les commentaires de certains Frères qui ne s’expliquent pas pourquoi la GLSA ne reconnaît pas telle ou telle Grande Loge, alors que ses Loges travaillent régulièrement selon la tradition et que leurs membres ont été initiés comme les nôtres. On peut comprendre leur déception et leur tristesse, mais le comportement ou les prises de position de leurs autorités, que vous ou leurs membres mêmes ignorent, réduisent malheureusement à néant toute procédure de reconnaissance.

La GLSA a toujours été très prudente dans sa politique de reconnaissance. Elle est, malgré son importance, internationalement respectée pour sa sagesse et sa tempérance.

Puissent nos autorités maintenir cette réputation qui est, lors de nos visites à l'étranger, notre fierté.

Jean Pierre Dousset

Grand Chancelier de la Grande Loge Suisse Alpina

Partager cet article

Commenter cet article

G rare 06/06/2010 00:22



Pour un Maçon, qu'importe la reconnaissance ou non par la GL angalise. S'il voyage il se rend compte qu'on l'accueille (presque) partout en Frère. Sinon, ce qui
prévaut c'est de tailler sa pierre, de suivre la Voie et d'accomplir son devoir. Avec le temps, ceux qui se reconnaissent dans la pureté de ces méthodes et de ses intentions le rejoindront.
Elevons nos regards ensemble et qu'ils se tournent vers la Lumière. J'ai dit. G



Frattino 03/06/2010 07:04



Il n’y a strictement rien a ajouter, tout y est !


Mais permettez moi néanmoiçns de vous faire part de ma peine car, confusion, tensions, rivalité, opposition, opprobe  est ce qui me vient à l’esprit en
regardant ces FF s’entre déchirer au nom d’une soit-disant déviation pour les uns, continuation voire modernisation pour les autres !....


Et un autre fait me trouble !


Avez-vous vous aussi constaté combien de nos FF d’autres obédience étaient omnibulés par une obligation d’explication de nos rites aux profanes au point de tenir
conférences et colloques publiques à cet effet!


N’ont-ils tous, plus confiance en cette maçonnerie qu’ils disent vouloir défendre dont je rappelle qu’au fils des siècles elle a su parfaitement se conserver
elle-même puisque sa survie et elle-même inscrite dans ses gènes !


Alors tous ces FF sont-ils de la même graine que tous ces biologistes modernes qui se targuent de savoir maintenant créer la vie ?
 J’appellerais cela plutôt un ersatz de vie. Comme le sera certainement cette maçonnerie « moderne » que d’aucuns appellent de leurs vœux !


Il est temps de rappeler cette évidence connue de tous ; la maçonnerie est belle, les FF parfois beaucoup moins !.Non je ne suis pas censeur !
J’essaye d’être homme et M :., et parfois difficilement !




D EaS 24/03/2010 18:04



Horus,


Que dire !


Tu as tout compris comme bien d’autres.


Ce n’est pas la reconnaissance qui fait le maçon !


Et encore moins son tablier.


Souviens-toi de l’INITIATION


Si tu veux savoir qui est un Franc-maçon, il faut savoir le regarder !


Beaucoup son aveugle ou aveuglé par l’Intérêt ( Médailles ou € ).


Mais la VRAI Maçonnerie a résistée, survécue et vivra toujours et ce grâce à des FF. Qui ont compris et qui ne baisseront pas les
bras.


Denis,


D.E. a S.


 



HORUS 24/03/2010 13:22



Un peu de courage et de lucidité …


Sur la régularité :


Un beau jour de septembre 1929, la Grande Loge Unie d’Angleterre établit unilatéralement 8 principes auxquels toute obédience doit adhérer en
totalité pour être reconnue comme régulière par celle-ci.


Premier commentaire : en vertu de son antériorité de première Grande Loge au monde, ce que personne ne conteste, elle se croit autorisée
2 siècles après sa création en 1717 à s’ériger en seule gardienne de la « vertu maçonnique », alors qu’il existe déjà de très nombreuses obédiences. Il faut se souvenir que l’état
d’esprit du monde à cette époque était celui des empires coloniaux et de l’impérialisme (Rule Britannia), France, Allemagne et d’autres, les Etats-Unis étant encore un géant endormi. Les empires
coloniaux tentaient évidemment d’accroître leurs influences respectives dans le monde (y compris maçonnique). C’est cette même Grande Loge qui avait déjà modifié 2 fois (1738 et 1813) les
premières Constitutions d’Anderson (1723) de coloration déiste pour produire une version carrément théiste et surtout restrictive de l’universalisme maçonnique (dans sa deuxième version).


Le premier de ces principes est d’avoir la régularité d’origine, nécessaire selon elle, pour avoir la « régularité » tout court, si
les 7 autres points sont observés.


Qu’est-ce que la régularité d’origine ?


Une Grande Loge la possède si elle a été consacrée par une Grande Loge Régulière ou fondée par la réunion d’au moins 3 loges régulièrement
constituées.


Curieusement, la GLNF, fondée en 1913, donc avant l’édiction des 8 principes, a été constituée par 2 Loges seulement, issues du GODF (Le
Centre des Amis et l’Anglaise de Bordeaux (clin d’œil). Mais la Grande Loge Unie d’Angleterre les a reconnus tout de suite … Officiellement, c’est spontané … .


Mais ce débat sur la régularité d’origine ne date même pas de 1929, il a commencé dès 1751 avec la fondation de la Grande Loge des Anciens, en
Angleterre aussi, qui édicta qu’il fallait 5 loges au minimum pour constituer une Grande Loge. Quand on sait que la Grande Loge de Londres (dite des modernes, de 1717) n’a été constituée que par
4 Loges … !


Deuxième commentaire : Ce n’est donc pas la GLNF qui a initié le débat sur la régularité ou pondu des oukases à ce sujet.
Cette obédience et les FF qui la composent en ont simplement (ou malheureusement) hérité de par leur naissance sous forme d’adoubement par une Grande Loge étrangère ! Et j’ajouterais :
en sont victimes.


Troisième commentaire : il paraît évident que c’est pour étendre sa sphère d’influence et sans doute aussi pour faire triompher les idées
anglo-saxonnes que la UGLE (United Grand Lodge of England) a voulu rapidement, et en ne respectant même pas ce qu’elle demande aux autres, occuper le terrain français. La régularité, telle
qu’édictée par l’UGLE, est donc un enjeu de pouvoir, qui n’a rien d’initiatique ni même de maçonnique, à mes yeux. C’est tout simplement une tentative de s’approprier et de contrôler la
Franc-Maçonnerie, sous couvert de règles à géométrie très variable.


Un exemple sidérant de cette volonté de contrôler est l’ubuesque « ré-initation » en 1964 de Riandey, Grand commandeur du Suprême Conseil
de France au sein du Suprême Conseil des
Pays-Bas, lui-même issu du
Suprême Conseil de France ! Tous les 33 degrés transmis de France aux Pays-Bas ne valent rien alors que ce sont les mêmes qui ont été de nouveau conférés à Riandey ! Oui, mais ils ne
sont pas bons, uniquement parce cela ne vient pas du Suprême Conseil anglais ! Alors que le même Suprême Conseil anglais avait pourtant reconnu Riandey en tant que Grand Commandeur du
SCDF !


Comment peut-on en tant qu’homme et maçon, se laisser humilier ainsi par une mascarade qui relève d’un délire psychotique et d’un jeu de
domination sado-maso ?


Il est malheureusement assez clair (mais peut-être pas suffisamment) que certains FF, si soucieux de « régularité », ne se rendent
même pas compte qu’ils jouent le rôle d’« idiots utiles » de tous ces sapins de Noël du bord de la Tamise. Pour mémoire, le terme d’ « idiot utile » a été inventé par
Lénine qui aurait ainsi qualifié les intellectuels des démocraties libérales qui, par leur soutien indéfectible à une idéologie totalitaire, préparaient la corde qui allait les
pendre.  Ici, ce serait promouvoir la vision anglo-saxonne du monde, qui instrumentalise la Maçonnerie pour arriver à ses fins. Il ne faut pas oublier
que le grand-Maître est toujours un Membre de la famille Royale. Les FF « irréguliers » qui ont vécu ou voyagé en Orient, extrême ou proche, pour des raisons professionnelles, savent
très bien que même si des maçons sont concernés pour un enjeu économique, les anglais feront tout pour éliminer les français. Et l’éthique maçonnique ou l’éthique tout court, ils s’en
tapent !