Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Régularité et reconnaissance

23 Mars 2010 , Rédigé par Gibelain Publié dans #histoire de la FM

Le principe de reconnaissance est la conséquence, non systématique, de la Régularité d'une Grande Loge.
   
Ainsi la Grande Loge Nationale Française est "reconnue", car les autres Grandes Loges régulières étrangères la considèrent et la reconnaissent comme la seule Grande Loge Régulière représentative en France, une seule Grande Loge régulière par pays pouvant être reconnue. Cette notion de territorialité est importante. Par exemple une dissidence de la Grande Loge Nationale Française, la Grande Loge Opéra, est parfaitement régulière dans ses travaux mais ne peut prétendre à la reconnaissance universelle car elle est déjà détenue en France par la Grande Loge Nationale Française. La Grande Loge Unie d'Angleterre joue un rôle prépondérant dans l'application de la reconnaissance car elle est considérée comme la "Grande Loge Mère" du fait de l'origine historique de notre institution que nous lui devons.


PRINCIPES DE BASE POUR LA RECONNAISSANCE DE TOUTE GRANDE LOGE REGULIERE (1927)


1.
Croyance en DIEU, Grand Architecte de l'Univers
Une Grande Loge Régulière ne doit admettre comme membres que ceux qui professent clairement de telles croyances.

2. Serment sur le Volume de la Loi Sacrée
Une Grande Loge Régulière doit exiger que tout nouveau membre prenne son obligation sur le Volume de la Loi Sacrée, correspondant à sa croyance, de façon que la conscience de tout nouvel initié se trouve liée par la révélation d'En-Haut.

3. Travail en présence des Trois Grandes Lumières
Une Grande Loge Régulière et les Loges placées sous sa Juridiction ne doivent travailler maçonniquement qu'en présence du ou des Volumes de la Loi Sacrée, de l'Equerre et du Compas.

4. Discussions politiques et religieuses
Une Grande Loge Régulière doit interdire formellement de telles discussions au cours des Travaux Maçonniques des Loges placées sous sa Juridiction.

5. Masculinité
Une Grande Loge Régulière et les Loges placées sous sa Juridiction ne doivent admettre et recevoir que des hommes. Ces Loges ne doivent entretenir aucune relation maçonnique avec des Loges mixtes ou des organismes admettant l'adhésion de femmes.

6. Souveraineté
Une Grande Loge Régulière doit avoir une Juridiction Souveraine sur les Loges placées sous son contrôle. Elle doit être un organisme responsable, indépendant, autonome, seul qualifié pour diriger l'Ordre et les degrés symboliques de son Obédience (Apprenti, Compagnon et Maître). Elle ne doit ni être subordonnée à un Suprême Conseil ou autre Puissance revendiquant un contrôle ou une autorité sur ces degrés, ni partager son autorité avec de tels organismes.

7. Traditionalisme
Une Grande Loge Régulière doit faire strictement respecter, dans son Obédience, les Landmarks, les Anciens Règlements, Us et Coutumes de la Franc-Maçonnerie de Tradition.

8. Régularité d'Origine
Une Grande Loge Régulière doit avoir été fondée soit par une Grande Loge Régulière déjà constituée, soit par au moins trois Loges, régulièrement consacrées par une Grande Loge Régulière.

Ce dernier point appelle un commentaire, car contestée la Régularité de la Grande Loge Nationale Française au prétexte qu'elle fut fondée par seulement 2 Loges : Le Centre des Amis et l'Anglaise de Bordeaux. Ces contestations venant d'ailleurs le plus souvent d'irréguliers qui, dans cette occurence, se souviennent des notions de régularité. (Alec MELLOR La Grande Loge Nationale Française - I.D. première, p. 92/93).

"Concernant la “fausse régularité” de la Grande Loge Nationale Indépendante & Régulière pour la France & les Colonies Françaises, le Grand Maître Louis Auguste Derosière, dans une allocution en Grande Loge, le 2 décembre 1978, a définitivement mis les choses au point en ces termes :

"On entend parfois dire, à l'extérieur de la G.L.N.F., que celle-ci serait, à l'origine, irrégulière dans la mesure où elle a été fondée seulement par deux Loges, alors que les principes pour la reconnaissance d'une Grande Loge auxquels elle souscrit requièrent un minimum de trois Loges fondatrices.On ajoute que la Grande Loge Unie d'Angleterre, désireuse de voir restaurer la Maçonnerie Régulière en France, aurait infléchi ses propres règles et fermé les yeux fort à propos.

Ces affirmations sont si fréquentes et si péremptoires que nombre de nos Frères en sont venus à les tenir pour vraies. La seule riposte qu'ils opposent est que la Grande Loge Unie d'Angleterre savait pertinemment qu'une troisième Loge - Saint George's - était en voie de formation et qu'ainsi le minimum de trois Loges serait en définitive atteint. Rien n'est plus éloigné de la vérité et j'estime qu'il est temps de mettre un terme à cette excuse superflue, de déclarer nettement que la G.L.N.F. a été fondée par deux Loges et deux Loges seulement et que cela ne rend pas pour autant son origine irrégulière. En effet, les règles établissant qu'une Grande Loge doit être créée par un minimum de trois Loges n'a été définitivement adoptée par la Grande Loge Unie d'Angleterre que le 4 septembre 1929, il lui était donc possible de reconnaître une Grande Loge fondée par deux Loges en 1913. L'eût-elle souhaité, elle aurait pu reconnaître une Grande Loge fondée par une Loge unique ou même une Grande Loge qui se serait créée sans avoir encore aucune Loge sous sa juridiction. Il existe au moins trois Grandes Loges qui furent fondées par seulement deux Loges et personne n'a entendu dire que leur régularité d'origine était contestée. Il s'agit des Grandes Loges de Géorgie créée en 1786, du New Hampshire créée en 1789 et de Rhode Island créée en 1791". 

Le principe de reconnaissance est la conséquence, non systématique, de la Régularité d'une Grande Loge.
   
Ainsi la Grande Loge Nationale Française est "reconnue", car les autres Grandes Loges régulières étrangères la considèrent et la reconnaissent comme la seule Grande Loge Régulière représentative en France, une seule Grande Loge régulière par pays pouvant être reconnue. Cette notion de territorialité est importante. Par exemple une dissidence de la Grande Loge Nationale Française, la Grande Loge Opéra, est parfaitement régulière dans ses travaux mais ne peut prétendre à la reconnaissance universelle car elle est déjà détenue en France par la Grande Loge Nationale Française. La Grande Loge Unie d'Angleterre joue un rôle prépondérant dans l'application de la reconnaissance car elle est considérée comme la "Grande Loge Mère" du fait de l'origine historique de notre institution que nous lui devons.


PRINCIPES DE BASE POUR LA RECONNAISSANCE DE TOUTE GRANDE LOGE REGULIERE (1927)


1.
Croyance en DIEU, Grand Architecte de l'Univers
Une Grande Loge Régulière ne doit admettre comme membres que ceux qui professent clairement de telles croyances.


2.
Serment sur le Volume de la Loi Sacrée
Une Grande Loge Régulière doit exiger que tout nouveau membre prenne son obligation sur le Volume de la Loi Sacrée, correspondant à sa croyance, de façon que la conscience de tout nouvel initié se trouve liée par la révélation d'En-Haut.


3.
Travail en présence des Trois Grandes Lumières
Une Grande Loge Régulière et les Loges placées sous sa Juridiction ne doivent travailler maçonniquement qu'en présence du ou des Volumes de la Loi Sacrée, de l'Equerre et du Compas.


4.
Discussions politiques et religieuses
Une Grande Loge Régulière doit interdire formellement de telles discussions au cours des Travaux Maçonniques des Loges placées sous sa Juridiction.

5. Masculinité
Une Grande Loge Régulière et les Loges placées sous sa Juridiction ne doivent admettre et recevoir que des hommes. Ces Loges ne doivent entretenir aucune relation maçonnique avec des Loges mixtes ou des organismes admettant l'adhésion de femmes.


6.
Souveraineté
Une Grande Loge Régulière doit avoir une Juridiction Souveraine sur les Loges placées sous son contrôle. Elle doit être un organisme responsable, indépendant, autonome, seul qualifié pour diriger l'Ordre et les degrés symboliques de son Obédience (Apprenti, Compagnon et Maître). Elle ne doit ni être subordonnée à un Suprême Conseil ou autre Puissance revendiquant un contrôle ou une autorité sur ces degrés, ni partager son autorité avec de tels organismes.


7.
Traditionalisme
Une Grande Loge Régulière doit faire strictement respecter, dans son Obédience, les Landmarks, les Anciens Règlements, Us et Coutumes de la Franc-Maçonnerie de Tradition.


8.
Régularité d'Origine
Une Grande Loge Régulière doit avoir été fondée soit par une Grande Loge Régulière déjà constituée, soit par au moins trois Loges, régulièrement consacrées par une Grande Loge Régulière.


Ce dernier point appelle un commentaire, car contestée la Régularité de la Grande Loge Nationale Française au prétexte qu'elle fut fondée par seulement 2 Loges : Le Centre des Amis et l'Anglaise de Bordeaux. Ces contestations venant d'ailleurs le plus souvent d'irréguliers qui, dans cette occurence, se souviennent des notions de régularité. (Alec MELLOR La Grande Loge Nationale Française - I.D. première, p. 92/93).

"Concernant la “fausse régularité” de la Grande Loge Nationale Indépendante & Régulière pour la France & les Colonies Françaises, le Grand Maître Louis Auguste Derosière, dans une allocution en Grande Loge, le 2 décembre 1978, a définitivement mis les choses au point en ces termes :

"On entend parfois dire, à l'extérieur de la G.L.N.F., que celle-ci serait, à l'origine, irrégulière dans la mesure où elle a été fondée seulement par deux Loges, alors que les principes pour la reconnaissance d'une Grande Loge auxquels elle souscrit requièrent un minimum de trois Loges fondatrices.On ajoute que la Grande Loge Unie d'Angleterre, désireuse de voir restaurer la Maçonnerie Régulière en France, aurait infléchi ses propres règles et fermé les yeux fort à propos.

Ces affirmations sont si fréquentes et si péremptoires que nombre de nos Frères en sont venus à les tenir pour vraies. La seule riposte qu'ils opposent est que la Grande Loge Unie d'Angleterre savait pertinemment qu'une troisième Loge - Saint George's - était en voie de formation et qu'ainsi le minimum de trois Loges serait en définitive atteint. Rien n'est plus éloigné de la vérité et j'estime qu'il est temps de mettre un terme à cette excuse superflue, de déclarer nettement que la G.L.N.F. a été fondée par deux Loges et deux Loges seulement et que cela ne rend pas pour autant son origine irrégulière. En effet, les règles établissant qu'une Grande Loge doit être créée par un minimum de trois Loges n'a été définitivement adoptée par la Grande Loge Unie d'Angleterre que le 4 septembre 1929, il lui était donc possible de reconnaître une Grande Loge fondée par deux Loges en 1913. L'eût-elle souhaité, elle aurait pu reconnaître une Grande Loge fondée par une Loge unique ou même une Grande Loge qui se serait créée sans avoir encore aucune Loge sous sa juridiction. Il existe au moins trois Grandes Loges qui furent fondées par seulement deux Loges et personne n'a entendu dire que leur régularité d'origine était contestée. Il s'agit des Grandes Loges de Géorgie créée en 1786, du New Hampshire créée en 1789 et de Rhode Island créée en 1791". 

Source www.glnf.asso.fr

Partager cet article

Commenter cet article

Patrick Gandin 20/07/2010 22:57



1 erreur ce texte de reconnaissance date de 1929 et non 1927 et depuis 1982 un noveau texte est en vigueur ... je peut le publier si vous êtes intéressés 



Dimitri Nohe 02/04/2010 14:39



 A travers cette notion de régularité j'ai le sentiment surtout de retrouver l'impérialisme anglais plus qu'une maçonnerie universelle, qui affirme réunir ce qui est épars... Plus avant les
principes énoncés relatifz à la régularité me font penser à une maçonnerie dogmatique.


J'ai dit.



missonnier robert 28/03/2010 18:47


il y a des loges feminines des obediences egalement feminines , alors mesdames voici de quoi vous satisfaire


yvette Berteloot 25/03/2010 11:01


je pensais que la franc-maçonnerie était universelle; elle ignore la moitié de l'humanité en ne voulant pas des femmes!!!!!! fais comme je dis mais pas comme je fais.