Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Rite de la Vieille-Bru, ou des écossais fidèles (1748)

8 Mai 2012 , Rédigé par JM Ragon Publié dans #Rites et rituels

En 1748, une année après la création du chapitre jacobite d'Arras, par Charles-Edouard Stuart, le rite de la Vieille-Bru ou des Écossais fidèles fut établi à Toulouse, en témoignage de reconnaissance envers les maçons de cet Orient, qui, dit la Chronique, avaient favorablement accueilli sir Samuel Lockard, aide-de-camp du Prétendant (39), pendant son passage en cette ville.

Ce rite, composé de neuf degrés, était divisé en trois chapitres, qui prenaient le nom de consistoire.

Le premier chapitre comprend :

Apprenti,

Compagnon,

Maître,

Maître secret.

Le deuxième comprend quatre degrés, désignés sous le titre d'Elus. Son système est templier.

 Le troisième chapitre était formé des initiés aux secrets de la Maçonnerie scientifique. Ce régime était administré par un conseil, dont les membres avaient nom Ménatzchims, ou chefs suprêmes du rite.

Le G.-O. ne lui reconnaissant pas un but moral ou scientifique assez précis, refusa, en 1804, d'admettre ce rite, que le titre ne favorisait pas. On a aussi prétendu que la charte du roi d'Angleterre était loin d'offrir les caractères de l'authenticité. Il continua, dit-оn, a être pratiqué dans le midi de la France jusqu'en 1812, qui fut, sans doute, son année fatale, car le 8 février le directoire des rites rejeta de nouveau la demande en reconnaissance de ce régime formée par la loge Napoléomagne, à Toulouse, et ce refus est basé sur les mêmes motifs.

source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article