Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Rite de Misraïm : initiation au 12ème degré (2)

29 Août 2012 , Rédigé par Rite de Misraim Publié dans #Rites et rituels

Le Deuxième Excellent Gardien :

Sublime Grand Maître, si l’on a choisi le Temple de SALOMON pour symbole, c’est parce que le Symbolisme qui nous occupe fut construit à cette époque où le Judéo-Christianisme était dominant ; c’est aussi parce que la Bible insiste plus que tout autre Livre Sacré sur le rôle du Temple.

Le Sublime Grand Maître :

Seriez-vous donc d’avis que n’importe quel autre Temple célèbre consacré à un Dieu quelconque aurait fourni matière à un aussi bon symbolisme ?

Le Deuxième Excellent Gardien : C’est en effet mon opinion. Le Temple, chez les Anciens, était une réduction, une image symbolique de l’Univers.

Notre Temple maçonnique l’est également puisqu’il s’étend de l’Orient à l’Occident, du Nord au Midi, du fond des Cieux au centre de la Terre.

Chacune des parties du Temple, chez les Anciens, correspondait à une partie de l’Univers ; on y plaçait sa représentation symbolique. Aussi les Architectes devaient-ils être des prêtres, et les simples ouvriers eux-mêmes des Initiés.

Le Sublime Grand Maître :

Mais ces Temples divers étaient consacrés à des Dieux différents : dans le Parthénon d’Athènes, on adorait Pallas-Athénée ; à Delphes, c’était Apollon ; à Olympie, c’était Zeus ; à Rome, Jupiter ; à Jérusalem, Iaveh, ; en Egypte, Osiris, Horus, Isis, Ptah, Rah, Amon, sans parler des petits Dieux dont chacun avait un Temple..

Comment, de toute cette variété, tirer une idée unique ?

Le Deuxième Excellent Gardien :

Ce n’était là qu’une apparence, une mythologie construite pour les esprits qui ne pouvaient se hausser aux conceptions philosophiques.

D’autre part, les peuples, le plus souvent en guerre les uns avec les autres, avaient besoin de désigner leurs dieux protecteurs par des noms différents. Mais, en réalité, tous ces dieux avaient une unique caractéristique, même sur le plan exotérique ; c’était, par conséquent, le même sous des noms différents.

Si, parmi ces dieux, il s’en trouvait ayant des attributions spéciales, ils étaient des démembrements d’un Dieu unique. La  preuve en est dans la facilité avec laquelle le Dieu d’un peuple était introduit dans le Panthéon d’un autre peuple ou identifié avec un de ses Dieux.

La communauté de mythologie des Romains et des Grecs provient d’une semblable identification.

Le Sublime Grand Maître :

Alors, si je vous entends bien, tous les Temples de pierre élevés à des Dieux différents étaient, en réalité, consacrés au même Dieu ?

Le Deuxième Excellent Gardien : Oui, Sublime Grand Maître.

Le Sublime Grand Maître :

Premier Excellent Gardien, le Dieu des Chrétiens est-il le même que celui caché dans les mythologies anciennes ?

Le Premier Excellent Gardien :

Dieu étant la pure conception de la Puissance Suprême, est nécessairement toujours le même sous des noms différents.

C’est pourquoi Saint Paul a pu dire qu’il y a plusieurs Dieux dans le ciel et sur la terre.

Le Sublime Grand Maître :

L’idéal spirituel désigné sous le nom de Grand Architecte de l’Univers par les Maçons symbolistes que nous sommes est-il le même que celui des Maçons opératifs du Moyen Age ?

Le Premier Excellent Gardien :

Certainement, car, comme eux, nous avons les yeux fixés vers le ciel, c’est-à-dire vers l’infini de l’Esprit.

Le Sublime Grand Maître : Vous avez entendu, Sublimes Chevaliers Elus, le dialogue qui vient d’avoir lieu entre Nous et les deux Excellents Gardiens.

Il contient un enseignement que nous vous invitons à méditer.

Nous allons, maintenant, vous conférer le Grade de Grand Maître Architecte.

L e S\G\M\frappe un coup : - O-

 Debout et à l’Ordre, Grands Maîtres Architectes !

Sublimes Chevaliers Elus…………… , veuillez monter à l’Orient.

 Nous, Sublime Grand Maître de cette Archi-Loge, représentant régulier des Excellents et Eminents Architectes qui la composent, à la Gloire du Grand Architecte de l’Univers, au nom du Suprême Conseil pour la France, en vertu des pouvoirs qui nous ont été conférés, nous vous recevons,

Vous Sublime Chevalier Elu………………..,

Vous Sublime Chevalier Elu………………..,

Vous Sublime Chevalier Elu………………..,

Grands Maîtres Architectes, et vous serez désormais habitants de ce « Lieu où l’on veut ».

L e S\G\M\frappe un coup : - O-

Acceptez-vous de prêter serment ?

Grand Maître Architecte :

Moi………….. , Elu Grand Maître Architecte, je Jure de me conformer aux prescriptions attenant à ce Grade.

Le Sublime Grand Maître :

Grand Maître Architecte ………, consentez-vous à sceller par le sang le Serment que vous venez de prononcer ?

Grand Maître Architecte :  J'accepte….

Grand Maître Rétheur :

Maître Liturgiste, avec toutes les précautions d’usage, veuillez prélever le sang de notre nouveau Grand Maître Architecte. Il en est ainsi fait…

Le Sublime Grand Maître :  Reprenez vos places, nouveaux Grands Maîtres. Asseyez-vous, Grands Maîtres anciens.

Grand Maître Rétheur, veuillez, par la lecture  du définitif Morceau d’Architecture, compléter l’instruction des nouveaux Grands Maîtres Architectes.

Grand Maître Rétheur :

Eminents Grands Maîtres Architectes, le grade que nous venons de vous conférer comporte la construction, mais la construction de quoi ?

Evidemment, une construction allégorique, car il ne saurait être question d’édifices réels.

Quand, dans les premiers grades, on cherche à pénétrer le symbolisme maçonnique, on ne pousse pas assez loin l’analogie pour se dire que toute construction comporte un plan.

Or, quel est le plan de la Maçonnerie ?

C’est la compréhension, par le jeu de l’Intelligence, de l’œuvre du Grand Architecte de l’Univers, c’est-à-dire la construction en nous d’un Temple à sa mesure et à sa Gloire, en un mot la Connaissance.

Mais qu’est-ce que la connaissance ?

Dans son sens relatif, un rapport entre un objet et un sujet, entre quelque chose d’extérieur à l’homme et l’esprit humain. Mais, de ce rapport, nous ne connaissons qu’un des termes : la sensation qu’il nous cause.

De toutes choses, nous ne percevons que le phénomène, c’est-à-dire l’apparence.

Pouvons-nous être certains que les choses que nous percevons par nos sens sont telles que ceux-ci nous les signalent ? Pouvons-nous même être certains qu’elles existent ?

La réalité, c’est la sensation non des choses, mais de notre pensée.

Les Bouddhistes professent que Maya, l’Illusion, nous cache le monde et que nous vivons en elle.

Même en admettant l’existence réelle du monde, comment arrivons-nous à le connaître ? Par nos sens ? Non ! Nos sens ne sont que des avertisseurs de l’esprit, et quand celui-ci n’entend point, quand il ne prête pas attention, les choses dont ils l’avertissent n’existent pas pour lui.

C’est l’esprit qui vérifie les sensations, les classe, les coordonne, en fait le système harmonieux  que nous nommons le Monde.

L’esprit seul est créateur ; l’esprit, seul, existe. Lui seul peut nous faire approcher de la Connaissance dans son acception non plus relative, mais absolue.

Pour la construction de l’Edifice intérieur, spirituel, ésotérique, le plan c’est le groupement, en un système, des idées accessoires autour de l’idée principale.

Quand on établit un plan, il faut le traduire dans les faits, c’est-à-dire le réaliser, et pour cela il faut mettre en œuvre une faculté spéciale qui a nom la Volonté.

C’est pour cela que cette Archi-Loge est nommée aussi la Boulomie, nom d’origine grecque signifiant « Le Lieu ou l’on veut ».

Voilà, Eminents Grands Maîtres Architectes, ce que vous êtes appelés à construire : édifier en vous le Temple de l’Universel.

Nous vous avons appris, dans la première partie de cette initiation, quels sont les défauts que peut avoir votre mécanisme intellectuel, et ce qui empêche les esprits de la plupart des hommes de bien fonctionner, c’est-à-dire de bien raisonner.

Vous qui êtes avertis, vous corrigerez ces défauts si vous en constatez l’existence en vous. La première et la plus importante connaissance que vous deviez avoir c’est, selon la prescription de Socrate, la connaissance de vous-même. Et, quand votre esprit fonctionnera bien, ce sera en vous-même que vivra la vérité. Selon la parole de Saint Jean : «  vous serez des Dieux ». ( X,34 )

Gloire à vous, Eminents Grands Maîtres Architectes, temples vivants du Grand Architecte de l’Univers !

Le Sublime Grand Maître donne l’instruction aux nouveaux Grands Maîtres Architectes :

 

Ordre : Placer la main droite dans le milieu de la gauche, le pouce posé dans la paume.

Signe : Etant à l’Ordre, feindre de tracer un plan avec le pouce droit sur la paume de la main gauche, tout en regardant le Sublime Grand Maître.

Attouchement : Entrelacer les doigts de la main droite avec ceux de la main gauche de l’autre Frère, mettre ensuite l’autre main sue la hanche.

BAtterie : O – OO – OO – O – OO – OO –

Marche : Trois pas en équerre, le premier lent, les deux autre précipités.

Mot  Sacré : SEIGNEUR…

Mot  de  Passe : MAAT…

Tablier : Blanc doublé et bordé de bleu, une poche au milieu.

Cordon : Bleu, il se porte de droite à gauche.

Partager cet article

Commenter cet article