Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Rituel du 33ème degré du Grand Ordre Egyptien (1)

24 Mai 2012 , Rédigé par GOE Publié dans #hauts grades

INITIATION RÉCEPTION

 

Le Patriarche Grand Maître des Cérémonies va chercher le récipiendaire et s’assure qu’il est vêtu des décors de son Grade le plus élevé dans ce rite (ou celui de Maître Maçon). Il lui place un compas dans la main gauche pointé sur son cœur et une épée dans la main droite. Puis il l’accompagne à la porte du temple.

Il l’invite à frapper à laide du pommeau de l’épée la batterie de son Grade le plus élevé dans ce rite (ou celui de Maître Maçon).

La porte est entrouverte.

 

PREMIER PATRIARCHE

- Qui frappe ainsi ?

 

PATRIACHE GRAND MAITRE DES CEREMONIES

- Un Frère du Grand Orient de France qui a régulièrement été initié au grade d’Apprenti, passé au grade de Compagnon, élevé au sublime grade de Maître Maçon et qui demande à progresser sur le chemin de la lumière et de la vérité.

 

PREMIER PATRIACHE

- Qui en répond ?

 

TOUS LES PATRIACHES GRANDS CONSERVATEURS

Répondent…

 

- Nous, sur notre honneur.

 

PREMIER PATRIACHE

-          Quels sont ses titres ? Quels gages de sa sincérité et de ses connaissances nous a-t-il fournis ?

 

Les titres des Frères Récipiendaires sont déclamés

 par le Grand Chancelier.

 

PREMIER PATRIACHE

- Mes Frères Patriarches, puisque ce Frère est un Vénérable Maître Maçon du Grand Orient de France, qu’il est désireux d’aller plus loin dans la connaissance de nos mystères, que nous avons eu témoignage de ses titres et que tous se portent garants de lui, nous pouvons poursuivre cette réception.

 

PATRIARCHE GRAND ORATEUR

- Mon Frère de quel droit aspirez-vous au privilège d’être reçu dans notre assemblée ?

 

PATRIACHE GRAND MAITRE DES CEREMONIES

Souffle la réponse au Récipiendaíre.

 

RECIPIENDAIRE

- J’ai pleuré avec mes Frères sur le tombeau de notre Respectable Grand Maître Hiram, là où fleurit l’acacia.

 

GRAND CHANCELIER

- Mon Frère comment avez-vous été reçu Maître Maçon ?

 

RECIPIENDAIRE

- En passant de l’équerre au compas.

 

PREMIER PATRIARCHE

- Mon Frère entrez dans ce temple, remettez les symboles que vous tenez au Patriarche qui vous accompagne et sans vous avancer donnez-nous les signes du grade de Maître Maçon.

 

Le récipiendaire exécute le signe du grade de Maître.

 

- Mon Frère, donnez-moi le mot de passe du Maître Maçon ?

 

Il les donne.

 

- Mon Frère, comme le rappelle la première initiation des Hauts Grades du rite égyptien, notre Ordre a bâti ses temples au milieu du désert afin que nul individu non préparé ne puisse les découvrir. Il faut plus que du zèle pour trouver ce sanctuaire et y entrer.

- Mon Frère, le désir de te parfaire t’a conduit jusqu’ici et nous sommes heureux de voir que notre tradition maçonnique compte encore parmi elle des Frères sincères et cherchant avant tout à cultiver les vertus et la connaissance.

- Si ce que tu viens chercher ici correspond aux deux termes que je viens de prononcer, Vertu et Connaissance alors tu es le bienvenu et nous pouvons poursuivre ton initiation.

- Si au contraire, ce sont des honneurs supplémentaire ou des secrets menant au pouvoir sur les autres que tu cherches, alors ta place n’est pas ici.

- Mon Frère Vénérable Maître, que décides-tu ?

 

Le Frère Récipiendaire répond spontanément.

 

- Alors que ton engagement à cultiver la Vertu et la Connaissance soit inscrit dans ta mémoire et dans celle de tous ceux ici présents !

- Il me reste à te demander de promettre solennellement de garder le silence sur les mystères auxquels tu vas être reçu. A ce Grade cet engagement va bien au-delà de ce que nous avons pu prêter auparavant. Il est le premier engagement de la charge que reçois le Patriarche.

- Promets-tu de respecter cette loi du silence?

 

Le Frère récipiendaire répond spontanément.

 

- Nous allons donc maintenant procéder à ton initiation rituelle. Laisse toi guider en confiance et que les mystères sacrés soient une fois encore accomplis !

 

- COMMUNICATION DES PREMIERS DEGRES -

 

Le Premier Patriarche se lève, se saisit d’une épée flamboyante, l’épée flamboyante des mystères demeurant sur son plateau, se rend au pied de l’autel d’Hermès, se saisit du caducée qu’il pose sur son épaule de la

 façon accoutumée. Puis il se retourne face à l’Occident.

 Le Grand Orateur et le Grand Chancelier descendent à ses côtés, chacun munis d’une épée flamboyante et tous trois se rendent

 devant le récipiendaire.

Le Patriarche Grand Maître des Cérémonies et le

 Patriarche Grand Expert croisent leurs bâtons au-dessus de la tête du récipiendaire.

Le Premier Patriarche, le Grand Orateur et le Grand Chancelier

 tiennent les épées flamboyantes la pointe posée sur le sol à la verticale devant le récipiendaire.

 

PREMIER PATRIARCHE

Mon Frère, nous allons vous transmettre les grades antiques de l’arche auguste de la Maçonnerie Ancienne et Primitive. Ils conservent les connaissances rares et précieuses qui sont nécessaires au vrai bonheur de l’homme. Celles-ci se confondent avec les origines même de l’humanité. Fixées dans la religion de l’Egypte ancienne et les écoles de mystères de 1’Antiquité, ces doctrines mystiques et secrètes s’étaient réfugiées en Orient. C’est là que les Ordres de Chevalerie médiévaux les ont redécouvertes puis rapportées en Europe. De siècles en siècles, elles nous ont été transmises par les cercles d’initiés du passé - cénacles néoplatoniciens de la Renaissance et Rose-Croix du 17èmesiècle - qui sont à l’origine de notre vénérable institution. Les circonstances font que je vais vous les transmettre aujourd’hui par communication. Je vous invite néanmoins fermement à les étudier et à méditer leurs enseignements pour en obtenir une connaissance, non plus seulement virtuelle, mais bien réelle.

 

Le Premier Patriarche, le Grand Orateur et le Grand Chancelier posent leur épée flamboyante sur la tête du récipiendaire.

 

- Au nom du Sublime Architecte des Mondes, au nom du Grand Ordre Égyptien du Grand Orient de France, Rite Ancien et Primitif de Memphis et de Misraïm, en vertu des pouvoirs qui m’ont été régulièrement conférés, je te crée et constitue,

 

[Il débute évidement au plus haut grade possédé par le Récipiendaire]

 

4° Maître Discret.

5° Maître Sublime.

6° Chevalier de l’Arche Sacrée.

7° Chevalier de la Voûte Secrète.

8° Chevalier de l’Epée.

9° Chevalier de Jérusalem.

10° Chevalier d’Orient.

11° Chevalier Rose-Croix.

12° Chevalier de I’Aigle Rouge.

13° Chevalier du Temple.

14° Chevalier du Tabernacle.

15° Chevalier du Serpent.

16° Chevalier Kadosh.

17° Chevalier du Royal Mystère.

18° Grand Inspecteur.

19° Sage de la Vérité.

20° Philosophe Hermétique.

21° Grand Installateur.

22° Grand Consécrateur.

23° Grand Eulogiste.

24° Patriarche de la Vérité.

25° Patriarche des Planisphères.

26° Patriarche des Védas.

27° Patriarche d’Isis.

28° Patriarche de Memphis.

29° Patriarche de la Cité Mystique.

30° Sublime Maître du Grand Œuvre.

31° Grand Défenseur du Rite.

32° Sublime Prince de Memphis.

 

Tous trois relâchent leur position, se retournent face à l’Orient et regagnent leur plateau. Le Premier Patriarche repose le caducée avant de regagner sa place.

 

La lumière qui éclairait le temple commence à baisser. Le Patriarche Grand Maître des Cérémonies déroule à quelques pas devant le Récipiendaíre le voile noir moiré représentant le fleuve en se plaçant entre lui et l’Orient de telle sorte que le récipiendaire ne voit pas dans le détail ce qu’il fait. Puis il place face à lui et sur le voile le crâne, les deux tibias et un rameau de laurier sur ceux-ci. Puis il s’écarte.

 

PREMIER PATRIARCHE

Frappe la batterie 9 coups z z z z z z z z z  légèrement espacés

 entre les coups.

 

- Y a-t-il bien dans l’homme quelque chose que nous appelons l’âme et le corps ?

 

PATRIARCHE GRAND ORATEUR

- Les mots sont dans un même temps source d’erreur et de vérité. Jadis, ceux qui nommèrent ces mystères se servirent des mots comme d’un voile qui, dans un même temps, cache et souligne. Ainsi en est-il de ce que nous entendons par âme. Car pour les anciens la psukhé est présente dans le corps. Elle est pour lui, la cause de la vie, lui procurant la faculté de respirer en la rafraîchissant (anapsukhon). Dès que ce principe l’abandonne, le corps périt et meurt; voilà pourquoi ils l’ont appelé psukhé, âme.

 

PREMIER PATRIARCHE

- L’âme n’est donc rien d’autre que la nature ?

 

PATRIARCHE GRAND ORATEUR

- Dans nos mystères psukhé est parfois remplacé par phusékhé, car c’est la force qui véhicule (okhéï) et maintient (ékhéï) la nature (phusis).

 

PREMIER PATRIARCHE

- Mais que dire alors du corps ?

 

PATRIARCHE GRAND ORATEUR

- Selon certains, le corps (soma) est le tombeau (sèma) de l’âme, parce quelle y est ensevelie pendant cette vie. Mais comme d’autre part c’est grâce au corps quelle signifie ce quelle veut dire, le nom de signe (sèma) lui convient. Ce sont les orphiques qui ont établi ce nom, suivant la pensée que l’âme est enclose dans le corps pour qu’il la maintienne saine et sauve.

GRAND CHANCELIER

- Pindare et d’autres poètes disent que l’âme de l’homme est immortelle, que tantôt elle s’échappe, tantôt reparaît mais ne périt jamais et que c’est pour cette raison qu’il faut mener la vie la plus vertueuse possible. Ainsi, si elle a pour ainsi dire vécu plusieurs vies, et quelle a vu tout ce qui se passe ici et dans le monde des idées, il n’est rien quelle n’ait appris. Aussi n’est-il pas du tout surprenant que, sur la vertu et sur le reste, elle puisse se souvenir de ce qu’elle a su auparavant. Comme tout se tient dans la nature et que l’âme a tout appris, rien n’empêche qu’en se rappelant une seule chose, ce que nous appelons apprendre, elle ne retrouve d’elle-même toutes les autres, pourvu quelle soit courageuse et ne se lasse pas de chercher; car chercher et apprendre n’est autre chose que se ressouvenir.

 

PREMIER PATRIARCHE

- Ainsi l’initiation consisterait à cultiver la vie de l’esprit en se détournant des passions du corps ? Creuser des tombeaux pour les vices et élever des temples pour les vertus serait-ce donc philosopher et laisser notre esprit s’élever vers le monde intelligible ?

 

GRAND CHANCELIER

- Chaque plaisir et chaque peine a pour ainsi dire un clou avec lequel il attache et rive la psukhé au corps, la rend semblable à lui et lui fait croire que ce que dit le corps est vrai. Prenant promptement racine en lui comme une semence jetée en terre, elle est privée du commerce avec les choses sacrées. Voilà pourquoi les véritables amis du savoir sont tempérants et courageux. L’initié ne pense pas que la philosophie doive délier son âme pour quelle s’abandonne aux plaisirs et aux peines se laissant ainsi enchaîner de nouveau. Au contraire, il se ménage le calme du côté des passions, suit la raison et ne s’en écarte jamais, contemple ce qui est vrai et ne relève pas de l’opinion.

- Mais il ne faudrait pas en déduire que la meilleure façon de cultiver la vertu et de libérer l’esprit serait de mettre fin à ses jours. La doctrine que l’on enseigne en secret sur cette matière est que nous autres hommes nous sommes comme dans un poste d’où l’on na pas le droit de s’échapper ni de s’enfuir.

 

PREMIER PATRIARCHE

Sache mon Frère que la vertu véritable est effectivement une purification de nos ardeurs. Sache que la tempérance, la justice, la force et la sagesse elle-même sont aussi des moyens de purification. Ceux qui ont établi pour nous les initiations nous ont depuis longtemps fait entendre, que celui qui arrivera chez Hadès sans avoir été admis aux Mystères et initié sera plongé dans la boue.

Mais celui qui aura été purifié et initié, rejoindra la lumière quand il sera parvenu dans ce même séjour. Or ceux qui président aux initiations disent: «nombreux sont les porteurs de férule, mais peu nombreux les inspirés de Bacchos». Ces inspirés, à mon sens, ne sont point autres que ceux qui se sont appliqués à rechercher droitement la sagesse.

 

LE GRAND ORATEUR ET LE GRAND CHANCELIER

Prononcent Simultanément les mots:

 

- Soma - Sema

 

PATRIACHE GRAND MAITRE DES CEREMONIES

Se saisit de la coupe d’eau des purifications et d’un rameau

 de romarin et d’olivier. Après avoir demandé au récipiendaire de fermer les yeux quelques instants, il le purifie à trois reprises d’eau lustrale en prononçant les paroles suivantes:

 

- Jaillit du cœur de la terre, que cette eau mystérieuse purifie ton être tout entier.

 

Le Patriarche Grand Maître des Cérémonies va chercher une bougie ou une lampe. Il va l’allumer à la lumière du naos, puis le contourne par le Sud, prend une épée et vas se placer à droite du récipiendaire.

 

- Mon Frère, reçois cette lampe des mystères qui éclairera tes pas sur la route obscure de ton propre être dans laquelle tu vas t’engager.

 

Le Patriarche Grand Maître des Cérémonies place la lampe dans la main gauche du récipiendaire.

 

- Mon Frère, reçois cette épée qui te protègeras sur le sentier dans lequel tu t’engages.

 

Le Patriarche Grand Maître des Cérémonies place l’épée dans la main droite du récipiendaire et regagne ensuite sa place.

 

PREMIER PATRIARCHE

 

- C’est maintenant qu’il te faut du courage !…

…C’est maintenant qu’il te faut un cœur ferme !

- Dresse ton épée vers l’avant, vers ces monstres, ces âmes ténues qui parfois obsèdent ton esprit. Avance d’un pas pour être devant le symbole de l’onde du Styx, fleuve inquiétant et mystérieux. Mais ne le traverse point encore.

 

Le récipiendaire fait un pas.

 

PATRIACHE GRAND MAITRE DES CEREMONIES

L’assiste le cas échéant.

 

- Tu peux rabaisser ton épée.

 

PATRIARCHE GRAND ORATEUR

- Mon Frère, humain tu portes la mort, initié tu la dépasseras…

…Enjambe le ruisseau noir charriant l’éternelle souffrance et tu avanceras sur le chemin du retour.

 

PATRIACHE GRAND MAITRE DES CEREMONIES

L’aide à enjamber le rectangle de tissus et lui fait faire une pause à l’Ouest de ce rectangle pendant que le Premier Patriarche poursuit.

 

PREMIER PATRIARCHE:

- Mon Frère deux chemins s’ouvrent toujours à celui qui vient de franchir le fleuve. Les mystères auxquels nous sommes initiés nous invitent à nous détourner de celui de gauche conduisant vers les ténèbres et nous tourner vers celui de droite conduisant à la lumière que nous recherchons.

 

Le Patriarche Grand Maître des Cérémonies le fait se tourner

 vers le Sud.

 

GRAND CHANCELIER

- C’est là que celui qui doit renaître, en présence des trois Moïres choisit son destin.

- Jadis Orphée donna à ses initiés un hymne leur permettant d’invoquer la bienveillance des trois filles de nuit. Qu’en cet instant l’antique chant retentisse pour toi.

 

Partager cet article

Commenter cet article