Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Rouge et Noir

3 Avril 2014 , Rédigé par J\ C\ Publié dans #Planches

Le symbolisme maçonnique est riche de part la complexité de ses représentations outils ; mots, acclamations, nombre et un fort signifiant de couleurs qui forcément n'interpelle pas toujours alors que c'est un vecteur d'approfondissement de la pensée.

La maçonnerie des métiers fait référence à un symbolisme des couleurs; et chaque compagnon doit s'approprier les symboliques et les rendre agissantes.

Pour eux, 5 couleurs ; la blanche la rouge la bleue la jaune la verte et une cachée:la noire ; c'est le noir qui contient toutes les couleurs, puisqu'elle est à la fois couleur matricielle et couleur de la mort qui ramène toute chose à son origine.

Evoquer le caractère initiatique de la F\ M\ et quelques emprunts au Compagnonnage apparaît comme une tautologie puisque sa nature même consiste à vivre et à transmettre l'initiation qui repose aussi sur un fort signifiant des couleurs ; la loge bleue, la rose rouge offerte à l'impétrant, la grenade que l'apprenti découvrira sur le colonnes, ne impression de manque ; il n'est pas satisfaisant que le mythe s'arrête ainsi ; et me voilà frappant à la porte du Rouge.

Au chapitre : Instruction au grade d'élu il est demandé : « Que signifient les couleurs de la chambre du Conseil ? » En réponse : Le noir signifie la noirceur de l'action les flammes expriment notre ardeur à rechercher de la justice et le rouge dénote qu'elle ne peut être éteinte que par la punition des coupables.

Donc en premier le noir signifie la noirceur de l'action ; le substantif noirceur donne une idée d'expansion malsaine, de contours mal définis et peu repérables, d'infiltration, une impression de nébuleuse angoissante, de forces obscures qui se trament dans l'ombre et qui sont récurrentes ; mais aussi de fin inéluctable ; ce dont nous sommes certains et ce sur quoi nous ne savons rigoureusement rien.

Le noir rappelle l'affliction et le deuil du Maître disparu; lié à la perte de la parole ; l’œuvre est interrompue et inachevée et la parole désormais perdue est à retrouver ; « le fanatisme est une fureur aveugle et stupide que la raison ne retient jamais » rousseau.

La mort d'Hiram par 3 assassins est le crime de la bêtise; de la barbarie, de l'acte inadmissible ; l'ignorance le fanatisme l'hypocrisie sont les foyers des systèmes fondés sur la violence, l'illégitimité ; c'est le noir absorbant le noir mat qui absorbe toutes les couleurs, qui absorbe la lumière et ne la rend pas ; c'est le processus d'escalade du fanatisme et de l'obscurantisme.

La contagion en est violente ; ce sont les violences visibles du terrorisme sans limites ni frontières ; c'est le noir de la burka, des lapidations.

Quelle que soit les manifestations du fanatisme dans tous les temps et dans tous les lieux,il présente certains caractères constants; le fanatique est d'une sincérité trouble il subordonne tout à la prévalence de la conviction qui le possède, il n'admet aucun obstacle, surtout pas les droits de la vérité ou de la justice ; se balaie des lois et des droits des peuples ; le fanatisme trouble le jugement et la conscience ; c'est l'emportement de la pensée et une passion de penser qui aveugle ; c'est l’extrémisme religieux et l’obsession de museler les femmes ; depuis des siècles la mauvaise réciprocité s'est manifesté sous la forme de cycles de vengeances interminables; et cette menace n'a pas disparue.

Aujourd’hui la folie fanatique et les régimes totalitaires sont un haut niveau de risques, par et les printemps arabes commencés en Tunisie et en Égypte même s'ils peuvent finir en quasi échec sont une formidable aspiration des peuples à la liberté et à la démocratie ; si on laisse briser ces aspirations ce sera la multiplication des pires dictatures.

Ce crime sur Hiram est une violence interne, avec but de détruire la communauté et sses lois ses droits.

Les mauvais compagnons veulent un désordre social, une désorganisation au profit de l'arbitraire ; c'est le fascisme qu'ils veulent imposer ; l'arbitraire, la mystification ; c'est un pouvoir de manipulation qui repose sur l'ignorance, sur les peurs, sur la haine ; sur la violence.

Le meurtre d'hommes éclairés est récurrent par ex Lincoln, jean Jaurès ; etc. Luther King, en Tunisie chorion belaïd ; c'est le noir de la la folie obscurantiste et du fascisme qui sont des pierres d'achoppement pour toutes les démocraties.

« L’homme est un loup pour l'homme » selon Hobbes. Les tendances à l'auto-destruction selon Freud seraient enfouies au tréfonds de chacun ; c'est l'aliénation à notre esclavage intérieur ; ce serait la désintoxication des pulsions qui feraient apparaître l'ambivalence Amour/Haine ; ce qui nous ramène au « connais toi toi même ».

Le noir c'est ne vouloir ni se voir, ni s'entendre, c'est projeter l'autre comme mal à expulser, à détruire ; c'est rester dans ses peurs, ses préjugés, ses habitudes ; le noir c'est tout ce qui est anti-lumière dans tous les domaines des sociétés (que ce soit le politique, l'économique, le médiatique, le religieux, les croyances ésotériques qui font un retour impressionnant, le noir se rapporte à une dualité aliénée ; un arrête brutal ; je suis le bien et je vais détruire le mal l'autre, le différent, aucun droit à l’espoir ; tout à la soumission ; mais c'est dans le noir que l'on cherche la lumière.

2ème sentence : les flammes expriment notre ardeur à rechercher la justice.

Le terme ardeur porte une certaine ambivalence : c'est la vivacité, la fougue que l'on met à faire quelque chose, c'est l'impétuosité, aussi la chaleur extrême, comme l'ardeur du soleil. Quant aux flammes, elles évoquent aussi un double sens ; en premier une lumière, un idéal qui nous motive ;
en deuxième un feu intérieur qui poussé par l'ardeur peut tomber dans l'excès, le débordement, associés ces mots portent en eux, le feu qui couve sous la cendre. C'est un rappel de notre zone d'ombre, de notre noir enfoui « de cet inconscient qui nous manipule à notre insu ; mais là encore nous sommes plus ou moins persuadés de la justesse de notre raisonnement, nous cultivons l'illusion de la compassion apparente sans en voir le sens caché : c'est être ensemble dans la passion pour le meilleur et pour le pire ».

Pour cet élu le désir de venger Hiram nait de cette union inséparable de la raison et de la passion, c'est pour lui le moyen de réagir contre l'inacceptable de cet acte.

Bien sûr que l'élu exerce son discernement lorsqu'il est désigné chef « d'un si noble projet ». S'engager n'est pas une attitude naturelle ; cet engagement est une véritable implication ; ce crime est un événement qui le touche directement ; ce devoir est accepté en toute honnêteté et avec la conviction du moment. Il ne réalise pas que les mots ne sont pas forcément des interprètes fiables de notre comportement ; il est dans le rouge de l'énergie vitale, énergie venant du grec Orgos qui veut dire « contient l'action en puissance » c'est le rouge primaire ie qu'il ne provient d'aucun mélange. On peut aussi l'identifier à la kundali qui dans la philosophie tantrique est l'énergie vitale à la base de la colonne vertébrale ouvrant les chakras ou roues d'énergie, ce chakras du périnée est une énergie brute.

Ce premier devoir est de livrer Abibal à la justice de Salomon ; il est tout à fait légitimé dans cette action ; il est dans son droit et son devoir, mais le devoir, l'obéissance à la loi est une limitation telle que le droit le défini et sans doute, cet élu trop dans l'émotion rentre dans ses rêves dans sa propre intimité dans ses propres désirs en oublie la régulation par la loi, (peut -être la première faille est elle, de quitter le groupe, celui qui n'a peur de rien et va au devant de n'importe quel danger devient téméraire), et sa responsabilité de chef est aussi une responsabilité collective, mais l'ardeur poussé au rouge par la flamme du feu intérieur stimule l'égo dans toute son individualité et sa démesure. La chaleur lui monte à la tête, il est tout feu et flamme, la passion le dévore. Certains choix qui paraissent pertinents au moment de la décision se révèle en fin de compte plus mauvais qu'on ne le croyait on a dépassé les bornes et c'est la précipitation vers la caverne effroyable dans laquelle le traître se préparaît à prendre du repos pour Platon la caverne est « un lieu d'ignorance, de souffrance et de punition où la conscience humaine se trouve enchaînée » les Peuls en Afrique, disent « qu'au centre de la terre, vie et mort se livrent un combat corps à corps », en se tuant, en faisant couler son sang le meurtrier a échappé au chatiment qui l'attendait, mais peut être aussi est ce la mort heureuse, celle qui conduit tout droit au paradis pour les fanatiques de tout bord.

En se saisissant du poignard l'élu réalise que la justice ne pourra pas faire son travail de fonction d'instruction et en même temps il est submergé par la violence et la noirceur de son intériorité. Il se voit vengeur et coupable d'intention certaine de tuer l'élu se voit vengeur, coupable d'intention de tuer complètement détourné de l'idée de justice, il voit en lui une noirceur criminelle qu'il ne soupçonnait pas en rencontrant son intériorité, il a vaincu l'ignorance et trouvé la connaissance.

Abibal en mourant a rendu ce lieu matriciel comme n'importe quelle mort : « rouge est le sang du noir ,rouge est le sang du blanc » chante Manu DIBANGO. En se désaltérant à la source l’élu se reprend « il n'a pas répandu le sang, ses mains sont propres ». Un rouge sang vicié donne la mort, l'autre sang est le sang de la naissance, le sang d'hiram libéré de la branche d'acacia qui coule désormais dans les veines de l'élu c'est le rouge du perfectionnement, de l'alliance avec Hiram c'est le rouge de la reconquête de la parole perdue.

En sortant de la caverne Joaben est en ordre avec lui-même, il sait que le noir est une non couleur une couleur cachée disaient les compagnons et qu'il devra toujours la démasquer avec constance et humilité, et le rouge dénote qu'elle ne peut être éteinte que par la punition des coupables.

La kundali peut remonter le long de la colonne vertébrale et ouvrir tous les chakras, le rouge passera ainsi par toutes les couleurs jusqu'à ce qu'il retrouve le noir à la fin du spectre.

Le cordon noir que l'élu porte de gauche à droite, les murs ornés de tentures noires, le noir de la bordure du tablier ne sont pas ce noir obscur cette non couleur gouffre des lumières, c'est le noir plus brillant qui est source lumière pour cet élu, source d'éveil, source de combat. C'est le noir qui fait entrer dans la vie, le noir de la germination du rouge, ce rouge qui passera par toutes les couleurs et qui retombera dans le noir à la fin du spectre ce sera alors le noir brillant de sa finitude, mais le rouge qui borde le tablier, le rouge des flammes, le rouge à l'orient s'est dissocié du noir. Il y a une règle inflexible « on ne met jamais de noir dans une couleur sous peine de la salir ». Le rouge est centre vital mouvement, avancée, flamme qui cherche la lumière et dans notre obscurité et au coeur du monde dans le sentier des hommes, c'est trouver sa place entre la terre, l'air, l'eau et le feu ; « c'est vaincre ses passions et ses pulsions ».

Il faut commencer par désapprendre, mettre en doute nos certitudes, plonger dans notre nature profonde pour toucher au vrai « ce qui fonde l'humain », le chemin de tout initié, la conscience vêcue d'être le maillon d'une chaîne et la nécessité impérative de l'autre, c'est le rouge citoyen de notre histoire et de notre démocratie, c'est la conscience de la responsabilité individuelle qui conduit à la conscience de la responsabilité collective de l'intérêt général.

«Soyons le changement que nous voulons voir advenir dans le monde » disait Ghandi. On peut penser à LOUISE MICHEL qu'on appelait la rouge disait ceci en parlant de la Commune : « nous vivions la révolte, nous la voulions, nous étions devenus la révolte, la révolution elle-même, enfin levés contre l'injustice, prêts à mourir au nom de la liberté ».

Ils étaient tous ceinturés de l'écharpe rouge, rouge comme le sang et la mort annoncée, rouge symbole de cette filiation citoyenne qui fait cette communauté nationale entre le passé le présent et l'avenir, j’ai dit.

On ne peut pas attendre d'être parfait, la vie demande engagement, responsabilité, liberté et perfectibilité, à chacun il est donné cette énergie vitale rouge, à chacun va à sa servitude volontaire sauf qu'il y a en chacun un citoyen le rouge et /noir, c'est un outil permettant de dominer sinon de maîtriser ses passions et ses pulsions, c'est travailler à son parcours initiatique c'est ne pas confondre le mot et l'idée qu'il donne à entendre, c'est donner du sens par l'engagement et chacun peut y trouver des raisons « de s'indigner » pour reprendre une expression chère à Stéphane HESSEL ; un noir mat offensif et violent qui attaquent directement les démocraties et qui suscitent plus que jamais ce sont des défis qui décident d'engagements d'actions citoyennes vitales parce qu'à terme la planète peut -être rendue inhabitable pour l'homme à la démocratie ; (c'est pouvoir se dégager de schémas pour prendre sa place) et les vrais coupables ont leur têtes empalées sur des piquets ; eux ils sont bien morts. L'élu est en ordre avec lui-même son cordon noir porté de gauche à droite sur lequel est inscrit « vaincre ou mourir ».

La kundali peut remonter le long de la colonne et ouvrir tous les chakras, c'est le rouge qui se teinte d'orangé, c'est le vert, il sait parfaitement ce qu'il ne fera plus : il maîtrisera ses passions et ses pulsions il s'affranchira des apparences pour agir selon sa réalité profonde, c'est ne pas confondre le mot avec l'idée qu'il dissimule. Le cordon noir qu'il porte de gauche à droite sur lequel est brodé « vaincre ou mourir » est le signe de ces obligations.

Il se place aussi en tant que citoyen par rapport à l'état : le respect de l'état de droit, sa légitimité à faire respecter la loi pourvu qu'elles soient juste, la conscience de l'interdépendance et de la solidarité rouge et noir s'épaulent l'un l'autre. Tout est question de dosage : l'opposition rouge /noir comme dans Stendhal est je crois conflit intérieur et conflit de société. Le rouge c'est le premier chakras source d'énergie vitale, peut être faut-il plusieurs aspects pour réfléchir, c'est la diversité culturelle « soyons le changement que nous voulons voir advenir dans le monde » disait GHANDI.

J’ai dit.

Source ; www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article