Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

secret des maçons écossais

12 Février 2012 , Rédigé par Thomas Dalet Publié dans #Rites et rituels

On débite parmi les maçons, qu'il y a encore plusieurs degrés au-dessus des maîtres dont je viens de parler ; les uns en comptent six en tout, et d'autres vont jusqu'à sept. Ceux qu'on appelle maçons écossais, prétendent composer le quatrième grade. Comme cette maçonnerie, différente de l'autre en bien des points, commence à s'accréditer en France, le public ne sera pas fâché que je lui communique ce que j'en ai lu dans le même manuscrit, qui paraît en effet accorder aux Écossais le degré de supériorité sur les apprentis, compagnons et maîtres ordinaires. Au lieu de pleurer, comme font leurs confrères, sur les débris du Temple de Salomon, les Écossais s'occupent à le rebâtir*. Personne n'ignore qu'après soixante et dix ans de captivité dans Babylone, le grand Cyrus permit aux Israélites de relever le Temple et la cité de Jérusalem ; que Zorobabel, de la race de David, fut constitué par lui le chef et le conducteur de ce peuple, dans son retour en la cité sainte ; que la première pierre du temple fut posée du règne de Cyrus, mais qu'il ne fut achevé que dans la sixième année de celui de Darius, monarque des Perses. C'est de ce grand événement que les Écossais tirent l'époque de leur institution et, quoiqu'ils soient postérieurs aux autres maçons de plusieurs siècles, ils se disent supérieurs en grade. Voici sur quoi ils fondent leur prééminence. Lorsqu'il fut question de réédifier le temple du Seigneur, Zorobabel choisit dans les trois états de la maçonnerie les ouvriers les plus capables ; mais comme les Israélites eurent beaucoup d'obstacles et de traverses à souffrir pendant le cours de leurs travaux, de la part des Samaritains et des autres nations voisines, jamais l'ouvrage n'eût été conduit à sa fin, si ce prince n'eût eu la précaution de créer un quatrième grade de maçons, dont il fixa le nombre à 753, choisis entre les artistes les plus excellents. Ceux-ci, non seulement avaient l'inspection sur tous les autres, mais ils étaient aussi chargés de veiller à la sûreté des travailleurs ; ils faisaient toutes les nuits la ronde, tant pour faire avancer les travaux que pour reconnaître les embûches, ou prévenir les attaques de leurs ennemis. Leur emploi étant beaucoup plus pénible que celui des autres maçons, il leur fut aussi accordé une paie plus avantageuse; et pour pouvoir les reconnaître, Zorobabel leur donna un signe et des mots particuliers. Le signe des Écossais se fait en portant l'index de la main droite sur la bouche, et le second doigt de la main gauche sur le cœur. Et, leurs paroles sont Scilo, Shelomeh abif. Le premier de ces mots n'est différent du Schilo des maîtres ordinaires, que par la suppression de la lettre h, et il exprime la même chose. Les deux autres mots Shelomeh abif, signifient en français Salomon mon père. Enfin, les maîtres écossais ont aussi un langage et des questions qui leur sont propres ; j'ai même ouï dire à quelques-uns d'eux, que ces questions sont en grand nombre, mais malheureusement le manuscrit de mon frère n'en rapporte que huit.

Les voici: - D. Etes-vous maître écossais ? - R. J'ai été tiré de la captivité de Babylone. - D. Qui vous a honoré du grade écossais ? - R. Le prince Zorobabel, de la race de David et de Salomon. - D. En quel temps ? - R. Soixante et dix ans après la ruine de la Cité sainte. - D. A quoi s'occupent les maçons écossais ? - R. A reconstruire le Temple de Dieu. - D. Pourquoi cela ? - R. Pour accomplir ce qui a été prédit. - D. Pourquoi les maçons écossais portent-ils l'épée et le bouclier ?* - R. En mémoire de ce que, dans le temps de la reconstruction du Temple, Neémie ordonna à tous les ouvriers d'avoir toujours l'épée au côté, et leurs boucliers proches d'eux pendant le travail pour s'en servir en cas d'attaque de leurs ennemis. - D. Comment a été bâti le nouveau Temple ? - R. Sur les fondements de celui de Salomon, conformément à son modèle. - D. Quelle heure est-il ? - R. Le Soleil se lève. Ou bien : - Le Soleil est couché. C'est par cette dernière question que les maçons écossais ouvrent et ferment leurs loges.

Partager cet article

Commenter cet article

christian 13/02/2012 10:07


Où avez vous eu ces sources...?


Je vous propose de lire n'importe quel livre disponible dans toutes les bonnes librairies, ou sur internet,


et de vous instruire des grades de l'Ecossisme...


plutôt que d'en dire n'importe quoi !


c'est tellement mieux de parler de ce que l'on connait !


Sans rancune,


Christian