Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Secrets oraux du Sublime Prince de la Maçonnerie (Ambelain)

10 Janvier 2010 Publié dans #hauts grades


Nous ne voyons qu'une partie de l'Univers. Le cadre vivant du Cosmos nous échappe. Nous sommes entourés et baignés d'influx extérieurs, qui agissent sur nous à notre insu. L'éveil de notre conscience d'Initié se fait par stades successifs. On s'intéresse à l'Univers, à la vie cachée, à son harmonie mathématique ; on perçoit celle-ci ; on jouit des beautés de la Nature.

On découvre l'unité de tout ce qui est; on se prend d'affection pour toute forme de vie ; plante, et l'on comprend le devoir de solidarité. Il faut augmenter et défendre son potentiel ; s'opposer à la souffrance qui la diminue ; à la mort, qui la supprime; à toutes formes de cruauté envers les vies inférieures. Au fur et à mesure que l'on avance sur le chemin de la compréhension de la vie universelle et de notre respect, on se dépouille du vieil homme, et on se préoccupe du bonheur de nos semblables. On devient de plus en plus altruiste et désintéressé. Telle est la pierre de touche de l'Initié.

 

Un second stade dans notre avancement intérieur consiste dans la perception de l'Œuvre d'UN Grand Architecte dans la Nature Entière. Bien qu’IL demeure pour nous incompréhensible et transcendant, IL existe ; IL est là; on le perçoit indirectement par son œuvre; celle-ci est éternelle comme lui ; elle est comme son reflet permanent. Il en résulte, qu'il est légitime d'avoir en nous un sentiment d'admiration et d'affection envers le Père de toutes choses que notre Rite appelle le Grand Architecte.

 

Un troisième stade de notre évolution consiste dans un regret de plus en plus vif et dans une affliction de plus en plus grande devant l'aveuglement et l'incompréhension de nos semblables. Égaré par les passions les plus déréglées; prisonniers de leurs préjugés ; victimes des appétits les plus grossiers et des sophismes les plus perfides, les hommes s'enlisent dans l'égoïsme et l'indifférence. Ils tournent le dos à la lumière; ce sont de malheureux profanes, qui vivent au jour le jour, qui n'ont que des activités animales et disparaissent sans avoir rien compris au sens de la vie et au destin de l'âme. L'Initié ne permet pas à ce qui est EN-BAS de dominer ce qui est EN-HAUT­. Notre Rite est ouvertement tourné vers le Spirituel. Il est donc à la fois idéaliste, altruiste, généreux et dynamique. Mais l'étude doit être graduée. La Lumière doit se donner par degrés successifs ; il ne faut pas aller trop vite.

 

Comme l'affirme une Tradition Antique, et comme le rappelle l'Upsilon de notre Grand Sceau, il y a deux voies; celle qui mène à la négation, au désespoir, à l'anéantissement de l'être ; et l'autre qui est Lumière ; qui répond à notre élan spontané ; qui nous relie au Cosmos vivant et nous y assure notre place heureuse ; cette Voie est celle de la Vérité. Elle ne peut se concevoir que par une osmose avec les plans supérieurs de l'Univers. Toute l'Égypte enseigne, pour l'éternité, cette sorte de mariage entre le Ciel et la Terre.

Partager cet article

Commenter cet article