Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Système de Fessler (1796)

9 Mai 2012 , Rédigé par JM Ragon Publié dans #Rites et rituels

Les loges de Berlin avaient accueilli avec distinction le frère Fessler, professeur en droit, et l'avaient nommé G.-M. député de la loge Royal-York à l'amitié, qui, par ses soins, devint G.-L. Il essaya d'abolir les hauts grades ; mais, trouvant trop d'obstacles, il accepta, en 1796, la mission de revoir et de rectifier les cahiers qui leur servent de base. Dans ce travail, il en conserva tout ce qu'il était possible de garder, en y infusant un sens moral et suivi, basé sur l'origine antique de l'institution, et en ajoutant aux connaissances historiques modernes celles que ses études lui avaient fait acquérir.

Jusqu'au moment de l'établissement de son système, la G.-L. Royal-York travaillait aux trois grades symboliques. Les loges de son obédience conservaient le symbole d'un temple ; mais chaque temple avait un saint des saints, où se tenaient les adeptes les plus instruits et les plus éprouvés. De même que le temple de la Maçonnerie représente l'univers, de même le saint des saints était une allusion à la perfection morale à laquelle les maçons doivent travailler pour l'atteindre.

Le système admet les trois degrés symboliques, que présentent tous les rites, avec de légères variantes ; puis viennent six degrés supérieurs dits des hautes connaissances. Voici la nomenclature des neuf grades :

1. Apprenti théosophe,

2. Compagnon id.,             }grades symboliques modifiés.

3. Maître        id.,

4. Le Saint des Saints,                   1er degré des hautes connaissances.

5. La Justification,

                                                       2e      ¾

6. La Célébration,                           3e      ¾

7. La vraie Lumière ou le Passage, 4e      ¾

8. La Patrie,                                     5e      ¾

9 La Perfection,                               6e      ¾

  

Nous allons, pour faire apprécier ce système, donner une idée des six derniers degrés :

4e grade, le Saint des Saints : le rituel s'intitule Réception d’architecte parfait. La loge représente le temple de Salomon et le maître prend le titre de parfait architecte supérieur.

Connaissances historiques : Exposition, critique et redressement des hypothèses répandues sur l'origine et la continuation de l'Ordre des franc-maçons, dont quelques maçons instruits ont seuls connaissance, et sur l'origine :

1. De l'Ordre des Templiers ;

2. De la construction du Munster de Strasbourg ;

3. Des rose-croix et des savants du XVIIe siècle ;

4. Des temps de Cromwell ;

5. De la construction de Saint-Paul de Londres ;

6. De la construction du château de Kensington ;

7. Des jésuites.

Sens moral : Indifférence, paresse et inactivité sont les défauts mêmes des meilleurs hommes. La construction du Saint des Saints (symbole de la disposition de l’homme à la perfection) n'avance que lentement. Les architectes négligent leur devoir et retombent dans une inactivité coupable : ils sont, pour cette raison, appelés devant le tribunal de la loi, et passent ainsi au grade suivant :

5e grade, la Justification : le titre du rituel est : Accusation, absolution devant le tribunal de la loi, et nécessité de nouveaux efforts et d'une activité nouvelle. Le tableau porte ces mots : Nosce te ipsum. Le maître se nomme Juste juge supérieur. Le mot sacré est conscientia et le mot de passe justificatio.

Connaissances : Exposition, critique et redressement des hypothèses répandues sur l'origine de l'Ordre et qui ont donné lieu à la création des hauts grades suivants :

1. L'ancien grade écossais de chevalier de St-André,

2. Le grade nouveau d'écossais.

3. Le système de Clermont.

Sens moral : On travaille avec plus de zèle et d'efforts à la construction du Saint des Saints ; mais les ouvriers ont besoin d'un idéal sublime, qui doit être symbolisé dans un personnage historique, pour produire l'effet nécessaire, et nul n'y est plus propre que l'homme noble, grand et adorable Jésus. Il s'est sacrifié pour ce Saint des Saints, et sa mémoire mérite d'être conservée et honorée par les parfaits architectes. Cette célébration est leur récompense et l'aspect du noble modèle, symbolisé dans Jésus, est un encouragement à leur travail.

6e grade, la Célébration : le rituel porte : Célébration de la mémoire du grand-ambassadeur de la lumière et de la vérité.

Connaissances : Exposition, critique et redressement de quatre systèmes :

1. Des Rose-Croix,

2. De la Stricte-Observance,

3. Des Architectes de l'Afrique,

4. Des Frères initiés de l'Asie.

Sens moral : Malgré tous les efforts des architectes, le Saint des Saints ne peut être achevé dans ce monde ; mais la mort n'interrompt pas leurs travaux ; elle ne fait que les transformer. La bonne et juste conception de cette transformation fait l'espérance dans cette vie.

7° grade, le Passage ou la vraie Lumière : Rituel; 1er point: Consécration à la mort ; 2a point : Consécration à l immortalité. A l'Orient, un transparent représente Psyché s'élevant au ciel. Le mot sacré est logos ; celui de passe, athanesia (immortalité).

Connaissances : Exposition, critique et redressement :

1. Du système suédois,

2.          — de Zinnendorf,

3.          — du Royal-Arche, le plus haut grade reconnu en Angleterre.

4. De la succession des mystères.

5. De tous les systèmes et de leur ramification.

 Sens moral : Au-delà du tombeau commence notre propre activité. Ici-bas, c'est le pays des erreurs, du doute et de la croyance. C'est au-delà que régnent la certitude et la conviction et qu'est la vraie patrie de l'homme, suivant ses facultés et ses besoins.

8e grade, la Patrie. Le rituel prend ce titre : Explication de notre activité, de nos facultés et de tout notre être dans notre patrie.

Connaissances: 1° Origine des mystères du règne divin, introduits par Jésus ;

2° Doctrine exotérique que Jésus communiquait, dans ses mystères, à ses adhérents les plus intimes ;

3° Sort de cette doctrine exotérique après sa mort, jusqu'aux Gnostiques.

Sens moral : Nous travaillons dans ce monde, mais nous ne jouissons que très rarement des fruits de nos travaux les plus nobles. Là est réuni le travail à la jouissance, et le sentiment de la privation et de la résignation y est inconnu.

9e grade, ou 6e et dernier des hautes connaissances, la Perfection. Point de rituel.

Connaissances : Histoire critique et complète de tous les mystères jusques et compris la Franc-maçonnerie actuelle.

Le récipiendaire fait une confession morale avant de subir une espèce de baptême : le G.-M., en lui aspergeant la tête, dit : Je te purifie à la lumière ; les yeux, dit: — à la sagesse ; le front, dit : — à la vérité ; les mains, dit : — à l'immortalité.

Ensuite on fait revêtir au candidat l'habit du grade et le G.-M. l'oint, avec trois doigts, sur la tête, en disant : Je te bénis et te consacre comme serviteur du Très-Haut ; puis, sur le front, en disant : Comme initié dans la vérité, la raison et la sagesse.

Ce grade est resté inachevé, ce qui explique son manque de rituel ; il n'a été conféré à personne.

Les six grades furent puisés dans les rituels des Rose-Croix d'or, dans ceux de la Stricte-Observance, du Chapitre illuminé de Suède et de l'ancien Chapitre de Clermont. Le système fut, dit-on, adopté (quoique incomplet), et il aurait reçu, en 1797, l'approbation du roi Frédéric-Guillaume ; mais sa pratique (si elle eut lieu) n'eut pas de durée, car, dès 1800, la G.-L. Royal-York déclara publiquement renoncer à tous les hauts grades, et s'en tenir exclusivement aux trois degrés symboliques, ainsi que les G.-L. de Hanovre et de Hambourg, avec lesquelles elle fit, l’année suivante, un pacte fédératif.

source: www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article