Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Système de Zinnendorf (1770)

9 Mai 2012 , Rédigé par JM Ragon Publié dans #Rites et rituels

Zinnendorf se nommait Ellermann ; mais il fat adopté par son oncle. Morsdorf l'appelle Ellerberger (Encyclop. de Lessing, t. III, p. 661). Il était chevalier commandeur de la Stricte-Observance, directeur des loges en Prusse, membre de la loge les Trois-Globes, et chirurgien en chef de l'état-major de Berlin. Dans le système des Templiers, il avait le titre de prieur sous le caractéristique de eques à lupide nigro. En 1768, il fonda une loge à Potsdam ; l'année suivante, il fonda à Berlin la loge les Trois-Clés, toutes deux du régime templier. Il avait été rayé, en 1766, des tableaux de la Stricte-Observance, qui ne mit pas d'obstacle aux projets et aux progrès de Zinnendorf, parce que le duc Ferdinand de Brunswick, au couvent de Wolfenbuttel, avait suspendu pour trois ans l’Ordre intérieur, dans l’espoir que les vrais supérieurs inconnus se feraient connaître pour le bien de l'Ordre. Abandonnant ce régime, Zinnendorf créa, vers 1770, son rite, dont il prétendait avoir reçu les pouvoirs, les cahiers et les instructions du duc de Sudermanie et de la Grande-Loge de Suède (76). On a dit qu'il tenait ce rite d'un Suédois nommé Cklach ou Chlach. Il est basé sur les rêveries de Swedenborg, et présente beaucoup d'analogie avec le rite suédois. Il se compose des sept degrés suivants:

A. Maçonnerie Bleue ou grades dits de Saint-Jean :

1. Apprenti,

2. Compagnon,

3. Maitre.

 

B. Maçonnerie Rouge :

4. Apprenti et compagnon écossais,

5. Maitre écossais.

 

C. Chapitre :

 6. Clercus (clerc) ou Favori de Saint-Jean. C'est-à-dire Frater Societatis Jesu. grade de Suède.

7. Frère élu.

 On lit dans la Bibliothèque des sociétés secrètes :

« Le fondateur de ce système prétendait avoir puisé en Suède ses connaissances maçonniques ; il disait que les principes de la Stricte-Observance étaient faux et controuvés. Bien que celle-ci traitât Zinnendorf d'infidèle et d'apostat, que les loges suédoises déclarassent que l'obtention de sa patente était l'effet d'une supercherie, et que la G.-L. de Londres soutînt que son privilège anglais était le fruit de la surprise, son système n'en a fit pas moins en Allemagne de grands et rapides progrès. »

 Nous allons entrer dans quelques détails sur ces grades, pour donner une idée de son mysticisme et de celui de la Maçonnerie Templière de Suède.

Dans l'instruction du 3e grade, les trois rosettes blanches, sur le tablier des compagnons, sont présentées comme un symbole des trois coups sous lesquels succomba Hiram ( lisez Molay ).

Dans le 4e grade, appr. et camp. écoss. (M. élu du syst. suédois), la loge est appelée la Caverne obscure ; les frères sont vêtus de noir, et portent un manteau noir sur lequel est une croix et un capuchon où sont brodés des ossements en sautoir ; ils ont de l'épaule gauche à la hanche droite un large ruban noir, liseré de trois raies blanches, sur lequel est une couronne traversée par un poignard d'argent. Sur l'autel est une Bible ouverte au 6e chap. de l'Evangile de saint Marc.

Dans le 5e grade, le maître écossais (dans les deux systèmes), l'autel et le trône sont tendus en blanc avec des croix de Saint-André (celles des croisés).

Le récipiendaire porte la corde d'honneur d'Hiram.

Le tableau est fond rouge ; dans les quatre coins sont les têtes des quatre évangélistes, une clef, un globe, etc.; sur la clef, qui est triangulaire, se lit la devise : Aperuit ut nemo me claudat, claudit ut nemo me aperiat.

Le 6e grade, favori de Saint-Jean ou l’intime de Saint-Jean, fait partie du chapitre illuminé ; dans le rite de Suède, il se nomme aussi chevalier de l’Orient ou novice.

Les frères portent, outre la croix rouge des Templiers, suspendue à un large ruban, un ecce homo, d'un côté, et, de l'autre, un agneau avec le drapeau triomphal (signal du printemps), et la devise : Ecce agnus Dei qui tollit peccala mundi. On interprète ici le 60e chapitre d'Isaïe, et les mots remarquables : Croisade, Sion. On a dit que la doctrine secrète de ce degré était celle des Carpocratiens.

Dans le rite suédois, le tableau représente la nouvelle Jérusalem avec ses douze portos.

Le 7e grade ou parfait élu (adoptas odoptatus, adoptatus coronatus) est alchimique. Les frères portent, outre la croix du temple sur la poitrine nue, quatre autres croix brodées sur un ruban qui fait trois fois le tour du poignet droit, en mémoire des plaies faites à Jésus par les clous de son crucifiement. — Voici quelques questions extraites de l'instruction :

Demande. — Quel est le but des travaux maçonniques ?

Réponse. — La connaissance et l'approfondissement des secrets de la nature les plus cachés. Les sept lettres J. B. M. B. G. I. M. (Joakin, Booz, Mac-Benac, Ghiblim) indiquent le chemin le plus sûr pour pénétrer dans la médecine hermétique ( ce qui veut dire que les trois premiers grades font toute la Maçonnerie ).

D. — Que signifient la mort d'Hiram çt le mot de maître perdu avec lui ?

R. — La nature corrompue, la connaissance perdue de ses secrets, les événements arrivés à la Maçonnerie et une allégorie salutaire d'un événement qui nous attend.

D. — Quel est le vrai but de la Franc-maçonnerie ?

R. — La propagation et la conservation de ses principes, jusqu'à ce qu'elle puisse renoncer à son existence, c'est-à-dire jusqu'à ce que la Maçonnerie s'accorde avec les temps et les temps avec la Maçonnerie. Zinnendorf obtint, en 1771, de la G.-L. d’Angleterre, qu'il reconnaissait comme la première autorité instituée de la Maçonnerie, une patente à l'effet d'ériger une G.-L. à Berlin, qui, sous le nom de grande Mère-Loge nationale d'Allemagne, devint le chef d'ordre de son système ; mais la G.-L. d’Angleterre, s'étant réservé le droit d'en nommer les grands maîtres provinciaux, institua, en même temps, le duc Charles de Mecklembourg-Strélitz comme G.-M. provincial à Hanovre, et le duc Exter comme G.-M. provincial de la Basse-Saxe.

Zinnendorf a prétendu, dit-on, que l'Ordre possédait quatre évangiles perdus de la Bible.

Cet Ordre de Templiers établi, on s'occupa d'un système de Rose-Choix, faiseurs d’or. Plumenoeck fit le compas des sages, c'est la magie-rose-croix. — Jean-Guillaume Zinnendorf mourut à Berlin, en 1782.

source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article