Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Tintin et la FM

25 Décembre 2012 , Rédigé par M\ H\ Publié dans #Planches

Vénérable Maître et vous tous mes frères en vos grades et qualités, je vais vous traiter de la planche intitulée, Tintin et la franc-maçonnerie.

Les aventures de Tintin et Milou sont un fil conducteur des âmes et des esprits tendus vers l’équilibre. Elles ont la même force, la même profondeur que les contes, les légendes et les mythes. Le mot aventure a pour racine le sanscrit avantara qui peut se traduire par transformation intérieure, mues, passages.

Le décryptage des dessins d’Hergé constitue un trésor inestimable pour ceux en mal de Sagesse. Il s’agit d’une œuvre qui puise ses sources dans la mythologie, l’alchimie, la franc-maçonnerie et se termine par l’album inachevé, l’Alph-Art, étoile des philosophes.

Il serait trop long de détailler dans cette planche tous les signes qu’Hergé a installé dans ses dessins. J’espère que vous avez en mémoire quelques albums. En ce qui me concerne c’est avec un grand plaisir que je me suis replongé dans les albums de mon enfance, sentant l’odeur un peu moisie des vieux livres d’antan. Nous retiendrons que ceux qui ont un rapport avec notre sujet.

Tout d’abord pour vous convaincre qu’il ne s’agit pas seulement de bandes dessinées pour enfants sages de 7 à 77 ans, nous allons décrire succinctement les personnages essentiels d’Hergé à l’aune de l’Olympe et de ses archétypes. Signalons déjà que les nombres 7 et 77 sont tirés de la Bible et concernent Caïn et sa descendance, en qualité de constructeur de la première ville, l’ancêtre des bâtisseurs.
C’est surtout dans les quatre albums centraux que sont le secret de la licorne, le trésor de rackham le rouge, les 7 boules de cristal et le temple du soleil qu’Hergé a condensé avec humour et profondeur la quête spirituelle d’un homme dégagée de tout dogme et de toute croyance transcendantale.

Tintin c’est Athéna, la déesse au casque d’or à cimier, incarnant la Sagesse, divinité androgyne, dotée d’une éternelle jeunesse, vierge, protectrice des enfants comme Tchang, Abdallah, Zorrino. Tintin est armé dans 18 albums sur 22 comme Athéna, casquée et armée naissant du crâne de Zeus. Il est utile de rappeler que Tintin, avec sa houppe, présente un signe maçonnique évident.

Haddock c’est Dionysos, dieu des défoulements et de l’exubérance, boit-sans-soif et piètre cavalier. Haddock apparaît la première fois dans le crabe aux pinces d’or comme un marin barbu sur un navire noir comme Dionysos surnommé « Pélagios », celui de la mer.

La Castafiore est la déesse Cybèle, vierge et mère à la fois, porteuse d’un nez aquilin et d’une chevelure blonde. Elle chante Faust, opéra ésotérique, dans l’album les bijoux de la Castafiore. Hergé a sélectionné la phrase : « Ah je ris de me voir si belle en ce miroir ». Et lorsqu’elle rit, elle accomplit le rite des mystères, ce fameux « rit » qui unit les F.M. Elle symbolise l’énergie enfermée dans la terre et tient dans sa main droite la fameuse clé qui donne accès aux bijoux, à cet oeuf primordial, cet oeuf d’émeraude, oeuf cosmique, germe primordial.

Tournesol c’est Hermès, dieu coiffé du pétase, chapeau mou, rond à petits bords, à barbe pointue, portant un manteau long de couleur verte. C’est le maître des lettres, des sciences et des inventions, affublées de pieds ailés (patins à réaction), qui tient le caducée à la main, bâton enroulé de serpents ou un parapluie rappel alchimique du principe humide qu’est le mercure. C’est le dieu du discours, Hermès Trismégiste, celui qui a 3 voix, qui est triphone ou « Tryphon ». C’est un dieu lunaire, toujours dans la lune sous le crayon d’Hergé. Tournesol est sourd vis à vis de ce qui ne l’intéresse pas. Les Grecs mettaient l’ouïe sous la tutelle d’Hermès qui était le messager des dieux, sourds aux paroles vulgaires. Hermès conduit les âmes vers la lune pour qu’elles s’y purifient avant de les ramener sur terre pour une nouvelle incarnation. Les aventures du savant sur la lune sont donc prévisibles. Hermès est psychopompe et est comparé à l’Anubis égyptien. Les prêtresses d’Anubis, lors des funérailles du défunt, l’accompagnaient aux cris de « à l’ouest, à l’ouest ». L’obsession du professeur Tournesol pour cette destination s’éclaire. Le pendule de Tournesol est le parfait hiéroglyphe du fil à plomb de Thot-Hermès.
Rastapopoulos est le Ka, qui correspond en Égypte à la force vitale immortelle plus ou moins pure selon le degré de sainteté atteint dans une vie. Ici
Rastapopoulos est au stade le plus bas, celui de l’être instinctif passionnel, représentant hybride de deux dieux, saturne et mars. Il est astro pop(o)ulas, celui qui détruit par la force de l’astre. Dans les cigares du pharaon, très en colère, il lève les deux bras en l’air, signe du ka. Il a le poing fermé, symbolique spécifique de saturne. Dans coke en stock il est en costume blanc, pivoine rouge à la boutonnière, fleur consacrée à Ploutos ou dieu de la terreur, connu sous le nom de Hadès.

Dupond et Dupont ce sont Castor et Pollux, jumeaux nés de l’union d’un dieu et d’une mortelle Léda, dont l’un est d’essence divine, Dupond, fils de Zeus, dios kuroï, Pollux et l’autre d’essence humaine fils de Tundaride, alias Castor. Ils ont une lance, Hergé leur donnent une canne. Ils montent sur deux chevaux, Hergé leur offre une Citroën de même cylindrée. Ce sont des dieux des marins, leur présence sur un bateau était gage de voyage heureux comme dans le trésor de Rackham le Rouge. Ce sont les dieux de l’hospitalité, ils mettaient à l’épreuve les habitants des villes où ils se rendaient en s’y présentant déguisés.

Les Dupondt sont dessinés avec trois poils sur le crâne. Ce sont des maîtres au sens maçonnique du terme, ces derniers étant appelés « trépelus » ou braves à trois poils et portent une canne à la main. Les Dupondt deviennent dans l’or noir, de beaux vénérables à la longue chevelure et à la barbe de prophètes sous l’action de comprimés de N14. Le vénérable dont le nom vient de Vénus, est le Maître qui préside les travaux à la gloire du G.A.D.L.U.

Dans Vol 714 pour Sydney, 714 selon la science kabbalistique des chiffres et des lettres est le G.A.D. L.U.
7 est la septième lettre de notre alphabet, c’est la lettre G.
1 c’est le A
4 c’est le D
L’addition :7+1+4= 12 qui correspond à la lettre L
L’addition : 7+14= 21 qui correspond à la lettre U
C’est bien le G.A.D.L.U.

La connaissance du 714 ne peut se faire qu’au prix d’une très longue initiation. Puisque nous avons que trois ans, nous ne pouvons qu’évoquer ici dans les cigares du pharaon, l’analogie entre l’épisode du tombeau égyptien, ou Tintin frôle la mort et les rites initiatiques aux mystères des prêtres de l’ancienne Egypte.

Un des grands moment du début de l’initiation maçonnique s’appelle le « dépouillement des métaux » qui vient de l’alchimie. Il faut renoncer aux biens terrestres. Ce rôle est attribué dans le secret de la licorne à André Filoselle qui dérobe le portefeuille de Tintin qui se laisse faire. Les Dupondt qui refusent de s’engager sur le chemin dans cet album ont attaché leur porte feuille avec un élastique. Toute l’évolution de l’homme l’amène à passer de l’avidité égoïste à la fraternité. Tintin a cette qualité qui fait discerner chez le profane, le futur initié : il a le « cœur pur », expression fréquente en chevalerie traduisant la pureté des intentions. En termes différents il a le bon profil, c’est-à-dire un désintérêt pour la recherche effrénée de l’argent et du pouvoir.

C’est dans l’île noire, que Tintin sera initié en Ecosse, berceau de la F.M. Il subira les quatre épreuves classiques du feu, de l’air, de l’eau et de la terre. Tintin sera sauvé de la maison en flammes du docteur Muller, qui est un faux-monnayeur. Puis en poursuivant ce dernier, Tintin survivra à un crash aérien. Dans l’île noire, il échappera à la montée de la marée dans la caverne ou il s’est réfugié et en ressortira indemne pour terrasser le « dragon » Ranko. Il s’agit d’une véritable aventure initiatique puisqu’il risque sa vie à chacune de ces étapes. Notons que Tintin se retrouve en écossais après être tombé dans les épines de l’île noire. Il est le lys au milieu des épines, surnom de la vierge. Milou victime des chardons, est initié à l’ordre de St André du Chardon, saint patron de l’Ecosse et patron de l’Ordre de la Toison d’Or.

Le choc est fréquent chez Hergé. Il a une fonction d’éveil brusque qui fait changer de plan.Le choc physique ou mental court-circuite la conscience, et nous branche directement sur l’inconscient. Bas les masques ! En F.M. le choc est essentiel pour passer du monde profane au monde sacré. Les coups de maillet sonores du Vénérable et des deux Surveillants le rappellent aux F.M.

C’est dans l’album les 7 boules de cristal, que Tintin déjà initié va jouer le rôle de parrain du capitaine Haddock dans l’initiation au grade d’apprenti. Il est vrai que la farce cache le message.

Tintin n’hésite pas à forcer l’entrée interdite (au profane) pour rendre visite au général Alcazar dans sa loge car lui seul peut franchir le barrage et conduire son filleul.

Tintin guide Haddock sur les marches d’un escalier à vis, escalier que l’impétrant doit gravir lors de son initiation. En haut de l’escalier, se trouvent un panneau en forme de X, puis une porte à croix en X et un décor en X et une troisième porte en X.

Tintin cherche, demande et frappe comme dans le rituel maçonnique. Tintin frappe quatre coups et la porte s’ouvre sur le général Alcazar, lui-même F.M. qui fait mine de ne pas le reconnaître. Il a beau le dévisager, il ne reconnaît pas son ancien aide de camp. Ce n’est que par l’attouchement spécifique que la mémoire revient à Alcazar.

Hergé va traiter l’initiation de Haddock de façon très drôle. Le capitaine va avaler deux breuvages dont le premier est le breuvage d’amertume, breuvage de l’oubli, conformément au rite. Le futur initié, la vue masquée, le cou ceint d’une corde, oublieux de la notion du temps et de l’espace, fait ses voyages, parsemés d’embûches physiques, et épreuves psychiques.

Il est aidé par un maître, Tintin, qui vérifie que les voyages sont accomplis et surmontés avec courage. Au terme des passages symboliques par la terre, l’air, l’eau, et le feu, il découvre la lumière et reçoit son salaire au pied de la colonne des apprentis.

Hergé dessine la planche à bascule et les fenêtres grillagées typiques de la loge au grade d’apprenti.
Haddock fait son entrée sur la scène du théâtre de couleur bleue, tendue de rouge. Haddock trébuche et tombe dans la timbale, recouvrant la vue, ébloui par l’étoile flamboyante, entouré de ses frères.
Un des serments d’initiation est « j’ai mangé du tambour, et bu de la cymbale et j’ai appris le secret de la religion ». Le tambour, cette grande timbale est le symbole de la cuve d’airain qui se trouvait devant le temple près de la colonne jachin.

Nous n’aborderons pas aujourd’hui en détail dans cette planche au grade d’apprenti, l’album les 7 boules de cristal puisqu’en rentrant dans la villa aux murs verts et tapis verts de M. Bergamotte, nous pénétrons dans une loge verte de Saint André, après un sévère tuilage, décor d’une loge au grade de Maître. Il va s’y dérouler une initiation au troisième degré.

De même dans le Temple du Soleil, Haddock est initié au deuxième degré. Signalons que sur la couverture de l’album les 7 boules de cristal, est dessinée la table d’émeraude qui constitue le texte fondateur de l’alchimie ou Art royal.

Cet album correspond à l’œuvre au blanc, ou petit oeuvre, le Moi se réalise hors de toute tension intérieure, dans la paix avec les autres. Le temple du soleil correspond à l’oeuvre au rouge, ou grand oeuvre, c’est l’aboutissement de l’Homme transcendant les traditions, l’intégration du Soi, l’individu est en communion avec l’Univers.

Ces deux étapes suivent l’étape initiale, l’oeuvre au noir, correspondant à la remise en cause des conditionnements sociaux de l’individu.

Il est donc possible de mettre en parallèle les étapes de l’alchimie et celles d’autres initiations comme celle de la F.M. qui a gardé l’essentiel de la doctrine spirituelle. Toute initiation est une transformation psychique.
Les quatre albums centraux montrent la voie initiatique : la réalisation de l’Homme. Haddock-Tintin-Tournesol, « trois frères unys » en un héros. Tintin est celui qui agit, c’est la main. Haddock est celui qui ressent, c’est le cœur. Tournesol est celui qui pense, invente, c’est le cerveau. Que cherche ce héros ? A s’améliorer lui-même (Haddock), à vivre une spiritualité intense (Tournesol), à agir pour Le Bien , le Vrai, le Juste (Tintin).

Ce héros en trois s’oppose aux faux frères que sont Barnabé et les frères Loiseau. La secte, les pseudos initiations sont les dangers que côtoie Tintin. Pas de pitié pour les membres de la secte Kih-Osh, singerie de l’initiation véritable, mais du respect pour les hommes habités par la quête de la sagesse comme l’inca Huasca.

Hergé établit dans ses quatre albums centraux la construction suivante, constitutive de toute initiation : énigme + voyage + trésor. Hergé nous décrit une énigme : ou est le trésor de Rackham le rouge ? Ou a disparu Tournesol dans les 7 boules de cristal ?
Pour les F.M. l’énigme correspond à l’impétrant enfermé dans le cabinet de réflexion : que va-t-il m’arriver ? Que vais-je faire ?... Il n’y a pas d’initiation sans voyage. Ceux de Tintin présent dans 22 albums sur 24 symbolisent le seul grand voyage qui est intérieur, quête de la sagesse et de l’harmonie.

Le candidat F.M. effectue ses voyages dans le Temple , les yeux bandés du plus difficile au plus calme. Au bout du voyage, le trésor revêt plusieurs formes selon les cultures. Hergé nous montre le trésor de Rackham le rouge dans le château de Moulinsart et le trésor des Incas dans le temple du soleil. Notons que le château de Moulinsart est un lieu symbolique sacré, avatar du temple intérieur, reliant Tintin, Haddock et Tournesol dans la fraternité. Dans le trésor de Rackham le rouge, la crypte du château est agencée comme le temple F.M. c’est-à-dire un carré long avec les colonnes B. et J. et la porte à double battant. Haddock avec sa longue hallebarde ressemble au Maître des cérémonies et Tintin avec son épée, au Couvreur. Tournesol déjà Maître rentre rituellement.

Dans la F.M. le trésor est épuré : Le bandeau tombe du candidat, il découvre la Lumière ! les Frères accueillent leur nouveau frère avec chaleur et attention. Ce frère n’est plus le même car il a franchi victorieusement les épreuves.

De même Haddock n’est plus un marin ivrogne mais un châtelain. Il a mis du temps à tailler sa pierre brute, juguler son ivrognerie.

Le nouvel initié est accueilli comme un enfant dans certaines traditions afin de lui signifier une seconde naissance. La F.M. a gardé ce symbole de l’enfant né à une vie nouvelle. Quand on l’interroge, le jeune apprenti répond : « je ne sais ni lire, ni écrire, je puis qu’épeler... » Hergé reprend ce balbutiement chez certains de ces personnes comme le jeune Zorrino.

Il n’y a pas de véritable initiation sans secret. Tout nouvel initié fait le serment solennel de ne jamais révéler ce qu’il a vu et entendu pendant la cérémonie. Secret et initiation sont liés indissolublement. Ce qu’a découvert l’initié, c’est un trésor. Nos trois amis, Tintin, Haddock et Tournesol prêtent serment de ne jamais révéler le trésor des Incas.
Force est de constater qu’Hergé, alias Georges Remi est un parfait connaisseur du cérémonial F.M. mais aussi de la symbolique rosicrucienne, et de l’alchimie et de C.G. Jung. Il les a manifestement étudiés à fond pour les mettre en scène de façon si déguisée.

Bien sûr nous pourrions évoquer l’hypothèse qu’il ne s’agisse en définitive que d’une oeuvre banale d’un auteur innocent, soumise à notre délire d’interprétation.

Il faut rappeler qu’Hergé a écrit le secret de la licorne pendant la seconde guerre mondiale au moment où des F.M. se faisaient déportés sur dénonciation pour leur appartenance à la F.M. Dans cet album Les Dupondt recherchent la teinturie ou Aristide Filoselle a fait laver sa redingote dans la rue, sous l’enseigne Acacia. Être sous l’acacia c’est être F.M. en exercice dans une loge. Il faut un sacré courage pour signer cet album dans ce contexte.

Je préfère donc l’hypothèse suivante : Hergé est en réalité un Maître, qui déclarait d’ailleurs lors d’une émission de Jacques Chancel : j’ai réalisé l’individuation.

Nous n’avons fait ici qu’effleurer grâce aux auteurs Bertrand Portevin et Jacques Fontaine, l’œuvre secrète d’Hergé tant elle est riche en symboles. Cette oeuvre secrète permet d’éviter de donner des perles aux pourceaux, tout en transmettant de façon inaltérée le message divin. Enfin elle permet d’ensemencer le terreau de la jeunesse pour y faire croître le projet du G.A.D.L.U.

Désormais je ne pourrai plus lire un album d’Hergé sans me demander ce qu’il a bien voulu nous transmettre. Si l’on conserve cet état d’esprit, il peut nous permettre d’aborder notre propre vie, un peu comme un album d’Hergé à la recherche d’événements signifiants, porteurs de sens symbolique et qui nourrissent notre âme.

J’ai dit Vénérable Maître.

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article