Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Traité sur la réintégration des êtres

17 Juillet 2012 , Rédigé par Martinès de Pasqually Publié dans #spiritualité

Cet ouvrage se présente comme un cours. Il est à priori inachevé, difficile à lire et à comprendre de prime abord. Il faut le lire et le relire pour en extraire les idées maîtresses.

Il est parfois un commentaire de la bible, d’autres fois un complément, et il est nécessaire d’avoir une bonne connaissance de la Genèse et de l’Exode. Sa chronologie est la suivante : Adam, Caïn, Abel, Enoch, Noé, les sages Noachides, Abraham, Isaac, Jacob, Moïse et Saul.

Ce travail est un résumé personnel du Traité, et contient certainement des imprécisions, et malgré le soin apporté, sans doute des erreurs d’interprétation.

Le contenu du Traité sera abordé au travers de la pneumatologie et cosmologie martinézienne. Le côté Arithmologie a été volontairement écarté pour ne pas compliquer ce travail.

Tout est parti de Dieu et doit y revenir. L’homme a subi une chute allant au delà de ce qu’avait prévu le créateur. L’homme s’est séparé de la conscience de son créateur, il fut rejeté hors de son sein et s’est retrouvé emprisonné dans la matière.

Il y a expulsion préalable, et drame. La doctrine de Martines de Pasqually, comme l’indique le titre du traité, est une doctrine de la réintégration, et cette réintégration incombe à l’homme.

Avant de commencer, il est nécessaire de préciser la signification de quelques termes :
Création : Elle provient de l’imagination divine et doit retourner au néant.
Emanation : Elle appartient aux êtres spirituels qui sont réels et impérissables.
Prévarication : Action de celui qui manque aux devoirs de sa charge.

Type : répétition d’un modèle de manière différente, qui se reproduit régulièrement, et qui est la figure réelle d’un fait passé.

L’immensité a pour centre la divinité. Cette immensité est semblable à un cercle, et la Divinité en occupe le centre, et ce cercle n’existe que par son centre.

Dieu est 1, mais renferme 3 facultés que sont la pensée, la volonté et l’action. Le nombre 4 lui convient. Pour MDP l’essence de Dieu est quatrine.

Avant le temps, Dieu émana hors de lui-même des êtres entièrement spirituels que l’on distingue par leurs vertus, leurs puissances et leurs noms. Ils formaient 4 classes : supérieur, majeur, inférieur, mineur.

L’éternel a la loi en lui. L’être émané reçoit la loi et son principe et les mêmes facultés, pensées, volonté, action.

Or, il arriva que certains de ces chefs spirituels dévorés d’ambition, voulant égaler leur principe divin, se mirent à opérer leur volonté d’émanation, empiétant sur la toute puissance divine.

Ce fut la première prévarication.

L’être supérieur créa alors l’Univers physique pour y contenir ces esprits pervers, où ils furent séparés de leur Principe. Emanés à l’origine, ils furent émancipés. Ainsi fut séparé le pur de l’impur, le bien d’avec le mal et ainsi commença le temps. Ces esprits pervers étant toujours dotés de la pensée, volonté, action, peuvent cependant continuer à agir en privation.

Le créateur ne prend aucune part aux causes secondes spirituelles. Tout être spirituel est libre d’agir selon sa volonté. Ainsi Dieu n’est pas, et ne peut pas, être l’auteur du mal.

Cet univers dans lequel Dieu enferma les esprits pervers est composé de 3 parties :

  1. le Particulier qui est composé de tous les corps célestes et terrestres,
  2. le Général d’où émanent tous les aliments nécessaires au particulier,
  3. l’Univers, qui est une immense circonférence qui contient le Général et le Particulier.

Pour contenir avec encore plus de puissance ces esprits pervers, Dieu procéda à une seconde émanation, et lui donna son verbe de puissance pour régir l’espace et le temps.

Il émana donc un mineur spirituel, dont le nom fut ADAM, qui signifie « homme-Dieu très fort en sagesse, vertu et puissance » que les initiés nomment « Homme-roux » ou « Réaux » (qui est l’Adam KADMON de la Kabbale).

En compagnie des esprits restés fidèles au créateur, Adam avait pour tâche de contenir les esprits pervers dans l’univers, et de les molester.

Adam était un pur esprit, et lisait à découvert les pensées et les opérations divines, et le créateur lui fit concevoir les 3 principes qui régissent l’univers.

Sur ordre du créateur, il procéda à une opération sur le particulier où il reçut la loi, à une 2ème opération sur le Général où il reçut le précepte et à une 3ème sur l’univers où il reçut le commandement.

Puis le créateur abandonna Adam à son libre arbitre. Et Adam commença à réfléchir sur sa puissance manifestée par ces 3 premières opérations, qui étaient presque aussi grandes que celles du créateur.

Ces réflexions ne tardèrent pas à être connues des esprits pervers. Le chef de ces esprits pervers se présenta à lui sous la forme apparente d’un corps de gloire, et s’annonça comme un envoyé de l’être bon, et le persuada d’opérer – c’est à dire de créer – des créatures.

Adam avait en lui le pouvoir de créer une postérité de forme spirituelle, et il possédait le « verbe de reproduction », mais ne pouvait l’utiliser qu’avec la coopération du créateur.
Mais sous la pression du prince des Démons, chef des esprits pervers, il entreprit une 4ème opération. Il abusa injustement de sa puissance, et en similitude avec son créateur, il opéra les 6 actes de pensées spirituelles qu’il avait en son pouvoir.

Ce fut la 2ème prévarication.

Cette deuxième prévarication est une répétition de celle des 1er esprits pervers. Cependant, si cette 2ème prévarication provient de la volonté d’Adam, elle ne vient pas directement de sa pensée, car cette pensée lui a été suggérée par les esprits pervers.

Toute pensée divine nous vient par un bon intellect. Toute pensée des esprits pervers nous vient par un mauvais intellect. Et, c’est d’après cette communication de l’intellect que l’homme opère sa volonté. Car c’est la volonté qui adopte la pensée, qu’elle soit bonne ou mauvaise.

Adam connaissait la pensée de son créateur. Il était « pensant ». Lorsqu’il fut laissé seul sous la dépendance de son libre-arbitre, par son orgueil, il se rendit susceptible de communication soit divine, soit perverse. Il devint alors « pensif ».

Au lieu d’une forme glorieuse, le fruit de la prévarication d’Adam fut une forme ténébreuse, composée uniquement de matière à laquelle il donna le nom de « HOUWA » ou « Homesse » (c’est à dire Eve).

Le créateur chassa Adam, suite à sa trahison et précipita l’homme dans les abîmes de la terre. Il ne fut plus qu’un être matériel temporel, de sujétion spirituelle divine (mais non démoniaque) emprisonné dans la forme qu’il avait lui-même créée.

J’en profite ici pour faire un petit clin d’œil au rituel, en vous rappelant la première maxime lors de la cérémonie de réception : « l’homme est l’image immortelle de Dieu ; mais qui pourra la reconnaître s’il la défigure lui-même ? »

Le mineur par sa nature spirituelle divine était émané être « pensant ». La jonction avec l’intellect l’a fait dégénérer et l’assujettir à être « pensif ». En passant de l’état de « pensant » à l’état « pensif », il perd la communication avec Dieu, car celle-ci ne devient possible que par un intermédiaire spirituel.

Cependant, la sévère punition dont Adam fut frappé l’amena à se repentir, et le créateur se réconcilia avec lui, mais ne lui rendit qu’une puissance inférieure à celle qu’il possédait avant son crime.

Après cette réconciliation, le Créateur ordonna à l’homme de croître et de se multiplier.

Adam et Eve exécutèrent cet ordre avec une telle passion des sens de leur matière, que le 1er homme retarda par là son entière réconciliation.

Ainsi naquit KAIN (dont le nom signifie « fils de ma douleur ») puis sa sœur KANI 11 (« enfant de confusion ») et ABAC9 (« enfant de matière »). Ce fut la première postérité d’Adam.

Puis après un intervalle de 6 ans, Adam et Eve eurent 4 autres enfants. L’aîné s’appela ABA4 (enfant de paix) qui fut comme l’homme-dieu, juste sur terre. Nous le connaissons sous le nom d’ABEL. Celui-ci se comporta comme Adam aurait dû se comporter. Le culte qu’Abel rendait au Créateur était le type que le créateur attendait de son 1er mineur (qui était donc Adam).

Ce fut la 2ème postérité d’Adam.

Kaïn fut obligé de céder son droit d’aînesse à Abel. Encouragé par ses 2 sœurs, Caïn opéra un culte au prince des Démons pour avoir une puissance supérieure à celle d’Abel. Emporté par la haine, Kaïn porta sur Abel trois coups avec un poignard en bois. Le premier lui perça la gorge, le second le cœur, le 3ème les entrailles. Abel mourut.

Kaïn fut punit par le créateur, et fut relégué dans un coin de l’univers. Il eut en cet endroit une postérité de 10 mâles et 11 femelles, fonda une ville qu’il nomma HENOCH. Son premier fils fut Hénoch, le second Tubal-Kaïn. Ce dernier reçut le secret de la fonte des métaux, et des arts utiles. Kaïn fut tué accidentellement par son 10ème fils, BOOZ, lors d’une partie de chasse.

Quand à Adam, il fut réconcilié avec l’éternel par la mort d’Abel. Il conçut SETH (« admis à la postérité de Dieu ») qui hérita de tous les dons puissants d’Abel, et fut directement instruit par HELY (« qui est l’envoyé spirituel de Dieu »).

Ce fut la 3ème postérité d’Adam.

A partir de cet instant, le sort de l’humanité est fixé à jamais. Le genre humain est composé de 2 classes :

  1. Les fils de Caïn
  2. Les fils de Seth.

Les premiers sont habiles aux arts utiles, mais le seigneur les laisse errer dans les ténèbres spirituelles. Les fils de Caïn doivent encore être réconciliés. Après le Déluge, les fils de Caïn renaîtront au travers des fils de Cham.

Les seconds, les fils de Seth, se sont rendus susceptibles de réconciliation. Ils pratiquent un culte agréable à Dieu. Plus tard, la postérité de Seth, malgré la défense divine s’unit avec les filles de la postérité de Kaïn et perdit les connaissances divines que Seth leur avait communiqué.

La suite sera le récit détaillé des chutes et réconciliations qui ne dureront qu’un temps.

De temps en temps, apparaîtra un mineur élu, qui transmettra les instructions du créateur. Ces mineurs élus, êtres « pensants », directement émanés du divin, s’incarneront dans la forme des corps des différentes postérités d’Adam.

Ces mineurs élus sont au nombre de 10 : Abel, Enoch, Noé, Melkisedech, Joseph, Moïse, David, Salomon, Zorobabel, et le Messie. (Il ne pas confondre Hénoch, 1er fils de Caïn avec Enoch 7ème fils de Seth).

Naquit donc Enoch (dont le nom signifie Dédicace), 7ème fils de la postérité de Seth. C’était un esprit saint, sous une forme spirituelle, et il est le premier à avoir enseigné à élever des édifices divins sur leur base. Il est le type de réconciliation du genre humain. Il était assisté de 10 sujets, et le 6ème suscita la dissension. Il ne resta donc plus que 9 justes qui se réunirent avec Enoch en assemblée où ils eurent la vision des malheurs qui allaient arriver sur terre. Enoch fut ravi au ciel, ainsi, il retourna au sein du Créateur.

Noé (dont le nom signifie « Repos ou Soulagement ») est le 10ème des patriarches, et est le type vrai du Créateur, flottant sur les eaux. Il avait été choisi pour être témoin de la justice divine, et pour régénérer le culte divin sur terre.

C’est ainsi qu’eut lieu le déluge, manifestation divine contre les chefs démoniaques qui persécutaient de plus en plus les mineurs. Le déluge est la manifestation de sa Justice. L’arche est la manifestation de sa Clémence.

Noé, par l’exercice de son culte, intercédait par son invocation la miséricorde du Créateur. Noé obtint grâce, et la terre fut réconciliée avec les hommes. Le symbole de cette réconciliation est représenté par le signe spirituel que l’on nomme « Arc-en-Ciel », symbole des 7 principaux esprits universels du monde céleste.

Puis Noé fit le partage de la terre :

- à l’ouest Sem (qui est le type d’Abel)
- au midi Cham (qui est le type de Caïn)
- au nord Japhet (qui est le type de Seth)

Quant à Noé, il résida au centre de la terre.

Puis le traité nous fait part d’une seconde postérité de Noé, dont le rôle essentiel fut la division du temps.

Nous en arrivons à Abraham, dont le nom signifie « père élevé en multitude ». Le premier fils d’Abraham, Ismaël fut conçu sans la participation divine, mais par la concupiscence des sens. En cela, Ismaël répète le type de Kaïn, et Abraham, le type d’Adam. Puis naquit Isaac, conçu sans passion des sens, dont le nom signifie « réjouissance en Dieu ». Isaac répète le type d’Abel.

Abraham, pour se réconcilier avec l’Eternel se rendit sur le mont Moria où il se prépara à offrir Isaac en sacrifice. Mais son geste fut arrêté par l’ange du seigneur. Face à la pureté de ses intentions, Abraham fut réconcilié et ceci se traduisit par une nouvelle alliance, la circoncision. Suite à cette réconciliation, Abraham devint le type du Créateur et Isaac est le type du Christ. D’Isaac naquirent Esaü et Jacob (les jumeaux).

Jacob et Esaü sont les répliques des 1er esprits prévaricateurs et du premier mineur, Adam, qui fut déchu. Jacob était l’aîné de conception, mais Esaü fut l’aîné de naissance. Ce dernier fut dépouillé de son droit d’aînesse par Jacob, auquel l’écriture a donné le nom de « supplanteur ». Jacob répète le type des 1er esprits prévaricateurs, en ce sens qu’il a trompé son père et usurpé le droit d’aînesse de son frère.

Jacob eut une postérité nombreuse qui prospéra dans les richesses matérielles, à tel point qu’elle en oublia le culte divin.

Jacob qui avait perdu de vue son origine spirituelle divine se rendit sur le mont Moria pour opérer la pensée qu’il avait conçue contre son Créateur. Un ange lui apparut alors et le terrassa. Jacob, épouvanté, forma un vrai désir de se remettre en grâce et manifesta son souhait de réconciliation. Quatre anges vinrent l’instruire de ce qu’il devait encore faire pour obtenir du Créateur son entière réconciliation. Jacob retourna sur le sommet de la montagne, et épuisé, s’endormit sur le côté gauche. Il vit alors en songe les 4 anges qui l’avaient instruit et les 7 esprits qui montaient et descendaient sur lui, ainsi que la gloire du Créateur, d’où entraient et sortaient ces 7 esprits. Il marqua cet endroit où, plus tard, l’on construirait le temple du seigneur. Puis Jacob opéra une dernière invocation, où Jacob reconnut véritablement Abraham comme le type du Créateur, Isaac comme le type du fils divin, et dans lui-même le vrai type de l’esprit de Dieu.

Puis nous arrivons à l’époque de Moïse.

Egypte est le lieu dont le nom signifie « terre de malédiction », lieu de privation divine. Les nations qui habitent ce lieu représentent les 1er esprits prévaricateurs qui opèrent indépendamment du Créateur.

La postérité d’Abraham, d’Isaac et de Jacob ayant elle aussi prévariqué, tomba sous la puissance des habitants de l’Egypte. C’est la vraie figure, des mineurs spirituels qui succombent sous la puissance des démons.

Moïse flottant sur les eaux du Nil, tel Noé flottant sur son arche, est le type du Créateur qui flottait sur le fluide radical. Moïse est un mineur élu, il est le vrai type de la création universelle.

Moïse s’offrit en sacrifice à l’Eternel, et celui-ci lui envoya un ange qui lui donna pour mission de conduire son peuple entre le désert de Madian et le mont Horeb. Il reçut du Créateur les 4 puissances divines nécessaires pour opérer contre les 4 régions démoniaques. Il reçut les mêmes pouvoirs qu’Adam, avant que celui-ci ne perde son état de gloire. Le Créateur, à la demande de Moïse qui se croyait incapable de remplir sa mission, lui dit de prendre son frère Aaron, pour interpréter sa parole, et Ur pour exécuter ses opérations.

Moïse se rendit en terre d’Egypte, où il demanda à Pharaon, type du prince des démons, de rendre la liberté aux Hébreux. Pharaon refusa. Eurent lieu les 7 plaies d’Egypte, puis la Pâque où eut lieu l’immolation de l’agneau par Aaron, marque de l’alliance du Créateur avec Israël. Par la cuisson de l’agneau, Moïse figurait aux Israélites la purification de leur forme corporelle.

Pharaon, épouvanté par les fléaux laissa partir les Hébreux pour un temps, mais voyant qu’ils ne revenaient pas, les pourchassa.

Suit la description de la traversée de la mer rouge (dont le nom signifie « abîme d’amertume ») sous la protection de la colonne de feu à l’avant, et de la colonne de nuée à l’arrière.

La première division Israélite, sous la conduite d’Aaron, représente la sortie des 3 parties de la terre, qui s’opérera par la voie du Messie. Quant à l’armée de Pharaon, privée de la lumière céleste, car obscurcie par la colonne de nuée ténébreuse qui leur cachait la colonne de feu qui éclaire les justes, elle suivit en aveugle la route qui s’ouvrait devant eux, et fut engloutie.

Après la destruction de l’armée d’Egypte, Israël se soumit entièrement à la puissance du Créateur, sous la conduite de Moïse et de ses 3 principaux chefs : Aaron, Ur et Josué.

Moïse, Aaron, Ur et Josué sont le type de la quatriple essence divine. Moïse est le Créateur, Aaron le Libérateur, Ur le Conducteur et Josué le Défenseur.

Puis Moïse se rendit sur le mont Sinaï, dont le nom signifie « hauteur et élévation de la gloire divine ». Auparavant il donna ses ordres à son frère Aaron à qui il confia les enfants d’Israël. Vers le milieu de la montagne, il vit avec Josué la gloire de Dieu. Il laissa là Josué, et à l’instant la nuée grandit jusqu’à la moitié de la montagne. Josué ne le revit que 40 jours après.

Moïse reçut sur le mont Sinaï les tables de la loi, gravées par l’esprit de l’Eternel. Lorsqu’il redescendit, portant les tables de la loi, il vit avec Josué les enfants d’Israël danser avec Aaron autour d’un veau d’or.

Moïse brisa les tables de la loi, choisit 15 élus dans la Tribu de Lévi, qui passèrent au fil du poignard une multitude d’Israélites. Le camp d’Israël fut ainsi purifié, et les Israélites retrouvèrent grâce devant l’Eternel.

La construction du veau d’or, et un type de la prévarication d’Adam, lorsqu’il créa par orgueil la forme corporelle qui lui servit plus tard de prison.

La suite du Traité concerne l’explication du tableau universel au travers du grand discours de Moïse. Nous allons donc aborder la cosmologie martinezienne.

Cosmologie

Selon la doctrine de Martinez de Pasqually, l’immensité se décompose en trois parties :

  1. le surcéleste
  2. le céleste
  3. le terrestre

Le surcéleste

Il est composé de 4 cercles spirituels, qui sont imperceptibles aux mortels ordinaires. C’est le lieu où s’opère la volonté divine. Il contient des êtres spirituels dépourvus de corps de matière. Il n’a aucune action possible entre le monde surcéleste et le monde céleste qui lui est immédiatement « inférieur ».

Le céleste

Il est composé de 7 cercles planétaires, qui fixent la distance entre le surcéleste et le terrestre. Ces 7 cieux reçoivent leurs pouvoirs du surcéleste et les transmettent au corps général terrestre.

A ces 7 cercles sont attribués les noms des planètes du système solaire. Dans l’ordre : en haut Saturne qui est adjacente au surcéleste, puis Soleil, Mars, Mercure, Jupiter, Vénus, et tout en bas Lune.

Le terrestre

Au sens mystique, la terre est triangulaire, et ce triangle est équilatéral, orienté ouest, sud, nord. C’est pourquoi l’écriture fait mention de 3 nations (la postérité de Noé – Sem, Cham et Japhet).

Les angles de ce triangle indiquent la nature et la composition des corps de matière. Les corps de matière sont composés de 3 principes constitutifs universels. La forme corporelle qui sert de véhicule à l’action spirituelle temporelle, provient de ces 3 principes.

Ces 3 principes sont le soufre, le sel et le mercure.
Au mercure correspond la terre.
Au sel correspond l’eau.
Au soufre correspond le feu.
Il existe une quatrième composante, qui est l’axe feu central, et qui est la force de cohésion de ces 3 principes.

Comme on peut le voir il n’est absolument pas question de l’air. La raison est que l’air, par l’oxygène qu’il contient est le vecteur de la dissolution de l’enveloppe charnelle lors de la mort physique.

Retour à Moïse

Moïse, après l’épisode du veau d’or retourna sur le mont Sinaï d’où il rapporta les secondes Tables de la Loi. Il reçut aussi l’ordre de construire un tabernacle pour les y déposer.

Le Tabernacle dont Moïse reçut les plans de l’éternel et qui fut construit par Bethsaléel est le type de la forme apparente de l’univers, et fait 4 sortes d’allusions spirituelles :

  1. Au monde surcéleste (l’intérieur du tabernacle).
  2. Au monde céleste (les 4 portes pour entrer dans l’enceinte du tabernacle).
  3. Au monde terrestre (l’extérieur du Tabernacle).
  4. Au corps de l’homme.

Le corps de l’homme, le tabernacle, et le temple de Salomon, sont la répétition de la création, et l’image du grand temple universel.

Un mot sur les 4 portes de l’enceinte du tabernacle.
La porte d’orient est le cœur.
La porte d’occident est l’œil (la conviction – le terrestre).
La porte du midi est la bouche (la parole puissante - le céleste).
La porte du nord est l’oreille (la conception – le surcéleste).

La suite du traité nous conte l’histoire de Saül, et se termine brusquement sur cet épisode.

Un dernier mot sur la réintégration

Réintégration nécessite au préalable réconciliation. Ceux qui se seront réconciliés les premiers attendront dans le monde céleste que tout le monde le soit. La réintégration n’aura lieu que lorsque tous les mineurs que nous sommes se seront réconciliés avec l’Eternel.

Ce jour là, nous retournerons dans l’état de gloire de notre premier père (Adam en l’occurrence) avant qu’il n’ait prévariqué.

Telle est la doctrine du « Traité sur la réintégration des êtres ».

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article